Navigation – Plan du site
Varia

La communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux de 1922 à 1968 : origine, implantation et intégration

The armenian community of Issy-les-Moulineaux from 1922 to 1968: origin, settlement and integration
Michel Garin

Résumés

Cet article tente d’apporter un éclairage quantitatif concernant l’origine, l’implantation et l’intégration de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux à partir des recensements de 1921 à 1968 ainsi que des registres du commerce et des métiers de la Seine de 1920 à 1962.
Il retrace d’abord l’évolution démographique de la communauté. L’article étudie ensuite l’évolution de son implantation résidentielle, qui, très concentrée jusqu’en 1946, se diluer lentement par la suite. Puis il se penche sur la question de la mixité matrimoniale et montre que l’endogamie communautaire très forte dans la première génération est plus faible tout en restant majoritaire dans la deuxième génération.
Il examine aussi l’évolution de l’activité professionnelle de la communauté. Enfin l’article s’intéresse à l’acquisition par les Arméniens de la première génération de la nationalité française qu’une minorité d’entre eux obtient juste avant la Deuxième Guerre mondiale.

Haut de page

Entrées d’index

Anahtar Kelimeler :

Fransa

Λέξεις-κλειδιά :

Γαλλία, αρχή του 20ου αιώνα

Territoires :

France

Périodes & Événements :

vingtième siècle -- début

Domaines :

Histoire
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les massacres et les persécutions d’Arméniens dans l’Empire ottoman dans la période 1894-1897, pendant le règne du sultan Abdul Hamid II, provoquent l’émigration de milliers d’Arméniens de Turquie vers le Caucase, la Grèce, la Bulgarie, l’Égypte, les Indes, la France, l’Allemagne, la Belgique et les États-Unis. Des réfugiés arméniens commencent à arriver à Paris pendant cette période. La migration des Arméniens vers la France s’intensifie pendant, mais surtout après, la Première Guerre mondiale. En août 1914, les Turcs offrent aux Arméniens de Turquie leur autonomie, sous la condition qu’ils combattent les Alliés en soulevant le Caucase pour prendre à revers les troupes russes. Les Arméniens refusent et sont dès lors considérés par le gouvernement turc comme des ennemis intérieurs. En 1915, les Turcs massacrent et déportent massivement les Arméniens de Turquie. Plus d’un million d’entre eux périt. Le 28 mai 1918, la République arménienne est proclamée en Transcaucasie. Le Traité de Sèvres du 10 août 1920 stipule qu’une partie des territoires arméniens de Turquie, en fait une partie des vilayets, c’est-à-dire des provinces turques d’Erzeroum, de Van, de Bitlis et de Trébizonde, serait rattachée à l’Arménie. Cette décision n’est pas appliquée, car dès septembre 1920, les troupes turques attaquent l’Arménie qui capitule le 2 décembre 1920. Au terme du Traité d’Alexandropol qui suit cette capitulation, la totalité des provinces arméniennes de Turquie repasse sous souveraineté turque. L’accord franco-turc d’Angora du 20 octobre 1921 restitue ensuite à la Turquie la Cilicie occupée par les Français depuis le 9 janvier 1919.

2On assiste alors à un important mouvement d’émigration des Arméniens de Turquie vers le Caucase, la Grèce, la Bulgarie, le Liban, la Syrie, la France et l’Amérique. Le Traité de Lausanne de juillet 1923 stipule les droits des communautés non musulmanes de Turquie, c’est-à-dire des communautés arménienne, grecque et juive, et notamment le droit pour leurs membres d’accéder comme les autres Turcs aux emplois publics et privés. Mais le traité n’est pas respecté et, dans les faits, il existe une discrimination dans l’accès aux emplois de la fonction publique turque. Un certain nombre de professions sont progressivement interdites aux « non-Turcs », terme se référant d’abord aux personnes de nationalité étrangère puis, en pratique, aux membres des communautés non musulmanes mêmes de nationalité turque. Cette discrimination est l’une des raisons qui entraînent la poursuite de l’émigration des Arméniens de Turquie. C’est une émigration sans aucune perspective de retour, car le gouvernement turc confisque les biens privés et collectifs des Arméniens réfugiés à l’étranger et les prive de leur nationalité turque en en faisant des apatrides.

3Le choix de la France comme destination pour les migrants arméniens originaires de Turquie s’explique par l’existence de liens culturels anciens unissant les Arméniens et les Français, mais aussi par l’activité des missions françaises du Levant et enfin par l’intervention des autorités françaises qui invitent plusieurs milliers de jeunes Arméniens orphelins à venir en France avec des contrats de travail même s’il n’y a pas de la part du gouvernement français de véritable politique globale d’accueil et d’intégration des réfugiés arméniens.

4Après la Première Guerre mondiale, les effectifs d’Arméniens résidant dans la région parisienne croissent très rapidement. Les renseignements généraux de la préfecture de police les évaluent à 700 ou 800 en février 1919 à Paris intra-muros, mais à 12 500 en février 1930, cette fois pour l’ensemble de la région parisienne. La quasi-totalité de ces Arméniens vient de Turquie. Le nombre d’Arméniens nés en Turquie et résidant à Paris en 1936 d’après le recensement est de 3 800. La comparaison de ce chiffre avec celui de 12 500 montre que la majorité des Arméniens arrivant dans la région parisienne dans les années 1920 et 1930 s’installe en banlieue.

5La ville d’Issy-les-Moulineaux, qui fait partie du département de la Seine jusqu’au redécoupage administratif de la région parisienne le 1er janvier 1968 et depuis cette date du département des Hauts-de-Seine, est l’une des villes de la région parisienne qui, avec Alfortville et Arnouville, a accueilli à partir de 1922 un grand nombre d’immigrés arméniens.

  • 1 In Revue internationale des Migrations Internationales, 1988, Volume 4 – no 3 pp. 73-95.
  • 2 Plus précisément, les dates des recensements exploités sont le 6 mars 1921, le 8 mars 1931, le 3 ma (...)

6L’histoire de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux a été retracée de façon très complète par Martine Hovanessian dans son article « Soixante ans de présence arménienne en région parisienne : le cas d’Issy-les-Moulineaux »1. Le but du présent article est plus modeste, il se propose simplement de donner un éclairage quantitatif concernant l’origine, l’implantation et l’intégration de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux à partir d’une exploitation systématique des recensements de la population de la ville entre 1921 et 1968, mais aussi des registres du commerce et des métiers du département de la Seine. Dans les archives de la ville d’Issy-les-Moulineaux, les registres nominatifs des recensements sont disponibles pour les années 1921, 1931, 1936, 1946, 1962 et 1968 ainsi que pour des recensements antérieurs qui n’ont pas été exploités dans la présente étude2. Les registres du commerce de la Seine exploités vont de juillet 1920 à juillet 1936 et les registres des métiers de la Seine d’août 1936 à juin 1962.

  • 3 On rencontre une difficulté spécifique de reconstitution des parcours pour les femmes mariées du fa (...)

7Le parcours résidentiel, familial et professionnel de 4 979 Arméniens, présents à Issy-les-Moulineaux lors de l’un au moins des six recensements mentionnés plus haut, a été reconstitué à partir des renseignements figurant dans ces recensements et dans ces registres en constituant un fichier des immigrés et de leurs descendants qui enregistre pour chacun d’entre eux les informations familiales, résidentielles et professionnelles successives. La reconstitution des parcours individuels représente un travail très lourd, mais rend possible une étude dynamique des flux et des parcours que ne permet pas la seule exploitation séparée des recensements3. Il permet aussi la confrontation entre les informations fournies par les recensements et les informations fournies par les registres du commerce et des métiers.

8L’étude aborde successivement l’évolution des effectifs de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux dans la période 1922-1968, les parcours géographiques d’émigration avant leur arrivée dans la ville, puis l’implantation résidentielle, la mixité matrimoniale, l’activité professionnelle et l’acquisition de la nationalité française.

L’évolution démographique de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux entre 1922 et 1968

Le repérage, dans les recensements, des membres de la communauté arménienne

9L’appartenance d’une personne à une communauté culturelle est une notion qui ne peut être déterminée uniquement selon des critères juridiques ou administratifs. Elle est déterminée par le chercheur à partir bien sûr de ces critères, mais aussi d’un certain nombre d’autres critères. Dans la présente étude ont été considérées comme faisant partie de la « communauté » arménienne :

  • les personnes figurant dans un des recensements de 1931, 1936, 1946, 1962 ou 1968 avec la nationalité arménienne ;

  • les personnes ayant un nom se terminant par « ian » (ou plus rarement par « yan »). En effet l’immense majorité des Arméniens a un patronyme ayant une telle terminaison ;

  • les personnes ayant un prénom spécifiquement arménien. L’orthographe de ces prénoms dans les registres est très variable, mais ils sont néanmoins parfaitement repérables. Ces prénoms ont parfois, mais non systématiquement, un correspondant français (les exemples les plus fréquents sont les correspondances Jacques pour Agop, Jean pour Ohannes, Georges pour Kevork) ce qui fait que la même personne peut être recensée avec un prénom qui diffère d’un recensement à un autre. Il en a été tenu compte dans la reconstitution des parcours avec un risque réel, mais limité de non-détection de certaines identités ;

  • les personnes, dont un des deux parents ou les deux appartiennent à la communauté arménienne d’après les critères précédents. Bien sûr, un certain nombre de ces personnes peuvent avoir une double origine communautaire (par exemple arménienne par le père et italienne par la mère). Les membres de la communauté arménienne concernés par cette étude comprennent donc des immigrés de première génération qui sont nés à l’étranger et des descendants d’immigrés de deuxième ou de troisième génération qui sont nés en France.

10Les registres des recensements de 1921, 1931 et 1936 donnent pour chaque personne recensée à la fois son lieu de naissance et sa nationalité. Le lieu de naissance donné par les recensements de 1921 et 1931 est la ville de naissance. Il est plus précis que celui donné par le recensement de 1936 qui est le pays pour les personnes nées à l’étranger ou le département pour les personnes nées en France. Les registres des recensements de 1946, 1962 et 1968 ne fournissent pas le lieu de naissance de la personne recensée, mais seulement sa nationalité. Il y a donc dans les recensements un appauvrissement progressif de l’information concernant le lieu de naissance.

11Les enfants d’Arméniens, dont l’un des deux parents était présent lors d’un des recensements précédant le premier recensement dans lequel ils apparaissent pour la première fois, ont été considérés comme étant nés en France. Pour ce qui concerne les Arméniens de nationalité étrangère dans les recensements de 1946, 1962 et 1968, nous avons supposé qu’ils étaient nés à l’étranger, mais sans pouvoir toujours déterminer dans quel pays exactement. Il reste un nombre limité d’Arméniens, présents à Issy-les-Moulineaux uniquement en 1946 ou après, dont on ne connaît pas d’ascendant présent lors d’un recensement antérieur, et pour lesquels le pays de naissance n’a pu être déterminé.

L’évolution des effectifs de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux

12Le graphique ci-dessous résume l’évolution des effectifs de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux, repérée suivant les critères exposés plus haut, entre 1922 et 1968.

Effectif de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux

Effectif de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux

Sources : Registres des recensements de la population d’Issy-les-Moulineaux
de 1931, 1936, 1946, 1962 et 1968.

13En mars 1921, aucun Arménien n’est recensé à Issy-les-Moulineaux. Le premier registre de recensement, disponible aux archives municipales d’Issy-les-Moulineaux dans lequel on trouve des Arméniens, est celui de 1931, le registre de 1926 n’ayant malheureusement pas été conservé. En 1931, d’après le recensement, on trouve 2 170 Arméniens à Issy-les-Moulineaux. En 1936, l’effectif est un peu inférieur, soit 2 080, puis il remonte à 2 131 en 1946, niveau presque égal à celui de 1931. En 1962 il n’est plus que de 1 854 et de 1 643 en 1962. Les effectifs de 1946, 1962 et 1968 sont certainement sous-évalués, car des personnes n’ayant pas un nom arménien, mais étant d’origine arménienne par leur mère n’ont pu être repérées comme appartenant à la communauté arménienne, si elles ne résident pas avec leur mère.

14Il est possible de préciser la date de début de la présence arménienne et l’évolution des effectifs entre 1922 et 1931 en examinant la date de naissance des enfants d’Arméniens recensés en 1931 et nés à Issy-les-Moulineaux. Si l’on admet que le taux de natalité est constant dans la population arménienne, on peut déduire l’évolution des effectifs de l’évolution du nombre des naissances. Les arrivées commencent en 1922 et l’effectif atteint 265 en 1925 puis connaît un léger fléchissement en 1926. On note ensuite une accélération des arrivées et une forte augmentation des effectifs d’Arméniens dans la ville pendant la période 1927 à 1931 et surtout au cours des trois dernières années 1929, 1930 et 1931. Entre 1928 et 1931, la population arménienne d’Issy-les-Moulineaux quintuple, passant d’un effectif 398 en 1928 à un effectif de 2 170 en 1931.

15Les immigrés de première génération sont majoritaires au sein de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux jusqu’en 1962, date à laquelle les effectifs immigrés de deuxième (ou troisième) génération rattrapent ceux de la première génération.

Les flux d’arrivées et de départs

16Les flux d’arrivées et de départs ont été calculés à l’aide des parcours résidentiels reconstitués à partir des recensements en examinant, pour chaque immigré ou descendant d’immigré, sa présence ou son absence à Issy-les-Moulineaux lors de deux recensements successifs.

17Les flux réels d’arrivée et de départ sont cependant plus élevés que les flux ainsi calculés, car il existe des immigrés qui arrivent à Issy-les-Moulineaux et qui en repartent entre deux recensements. Ce sont donc les valeurs relatives des départs et des arrivées ainsi mesurées qui sont significatives ainsi que les tendances de leur évolution. Pour faciliter les analyses, les flux ont été ramenés en rythme annuel. On ne connaît les flux qu’à partir de 1931, car on ne dispose pas du registre du recensement de 1926. Le flux des arrivées avant 1931 ne peut donc être calculé par cette méthode, mais, compte tenu de l’augmentation des effectifs, il est certainement supérieur à 600 par an dans la période 1928-1931.

18Le flux des arrivées calculé d’après les parcours résidentiels est de l’ordre de 116 par an dans la période 1931-1936. Il diminue ensuite fortement entre 1936 et 1946 et encore plus entre 1946 et 1962. On observe cependant une remontée des arrivées entre 1962 et 1968. Le flux cumulé des départs et des décès est plus élevé que le flux cumulé des arrivées et des naissances, sauf dans la période 1936-1946. Ce n’est que dans cette période que le flux des naissances arrive à compenser la différence entre départs et décès d’une part et arrivées d’autre part. Les données du recensement ne permettent malheureusement pas de déterminer le nombre de décès de chaque période. La remontée des arrivées dans la période 1962-1968 est nettement moins accentuée que la recrudescence du cumul des départs et des décès. Le flux annuel des naissances diminue constamment sur l’ensemble de la période.

19Pour préciser le parcours géographique des immigrés arméniens avant et après leur arrivée à Issy-les-Moulineaux, il est possible de les baliser d’une part par leur lieu de naissance et d’autre part par le lieu de naissance de leurs enfants, à l’étranger ou en France. Les parcours d’émigration ont été étudiés pour les Arméniens arrivés en 1936 ou avant, car ce n’est que pour eux que l’on connaît avec certitude le pays de naissance.

L’origine géographique et les parcours de migration des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux

Le pays de naissance des immigrés arméniens arrivant à Issy-les-Moulineaux

20Le pays de naissance n’étant systématiquement connu que pour les années 1931 et 1936, on est conduit à faire l’analyse seulement sur les immigrés arméniens présents en 1931 ou 1936.

21La très grande majorité (94,5 %) des immigrés arméniens résidant à Issy-les-Moulineaux en 1931 ou 1936 est née en Turquie. Il n’y a pratiquement pas d’immigrés arméniens originaires de l’État d’Arménie créé en 1918 et qui fait partie de 1920 à 1989 de l’Union soviétique. En dehors de la Turquie, les pays de naissance les plus fréquents sont, dans l’ordre, la Bulgarie, la Grèce, la Syrie et le Liban. Les Arméniens nés dans ces pays sont pour la plupart des Arméniens dont les parents sont nés en Turquie, mais qui ont séjourné dans ces pays dans une première phase d’émigration forcée ou volontaire avant de venir en France.

La ville de naissance des immigrés arméniens d’Issy-les-Moulineaux nés en Turquie

22Les quatre villes de naissance les plus fréquentes chez les Arméniens d’Issy-les-Moulineaux nés en Turquie sont Brousse, Sivas, Angora et Yozgad : les effectifs d’Arméniens nés dans ces villes représentent 55 % du total des Arméniens nés en Turquie. Il est à noter le faible nombre de ceux qui sont nés à Istanbul et le nombre encore plus faible de ceux qui sont nés à Smyrne.

23Il existe une nette différence entre la répartition par ville de naissance des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux et celle des Arméniens de Paris. En particulier, la part des immigrés originaires d’Istanbul et de Smyrne est nettement plus importante chez les Arméniens de Paris que chez les Arméniens d’Issy-les-Moulineaux. On peut expliquer cette différence par le fait qu’il existait à Paris, antérieurement à 1921, une immigration arménienne originaire de ces deux villes, ce qui n’est pas le cas à Issy-les-Moulineaux.

24Les parcours de migration peuvent être approchés en examinant les résidences intermédiaires entre le lieu de naissance des immigrés et leur arrivée à Issy-les-Moulineaux.

Le pays de séjour des immigrés à l’étranger avant l’émigration vers la France

25Pour connaître le pays de départ des immigrés avant leur migration vers la France, on peut passer par un biais qui est le pays de naissance du dernier enfant né à l’étranger et qui donne, sinon le dernier lieu de résidence avant l’émigration vers la France, du moins un lieu de séjour attesté, intermédiaire entre le lieu de naissance et le lieu de départ dans le parcours d’émigration. Le pays de naissance n’est connu de façon systématique que pour les recensements de 1931 et 1936. L’analyse porte donc sur les Arméniens résidant en 1931 ou 1936 à Issy-les-Moulineaux. 84 % des immigrés arméniens résidant à Issy-les-Moulineaux en 1931 ou 1936 et étant arrivés avec des enfants en France ont eu leur dernier enfant en Turquie. Ils sont donc relativement un peu moins nombreux que l’ensemble des immigrés arméniens nés en Turquie. Les autres pays de naissance du dernier enfant né à l’étranger sont la Grèce, la Bulgarie, la Syrie et le Liban, ce qui confirme que ces pays ont été des lieux de séjour plus ou moins long avant l’arrivée en France.

La date d’arrivée en France des Arméniens résidant à Issy-les-Moulineaux

26La date d’arrivée en France des immigrés n’est pas fournie par les recensements. Cependant, pour les immigrés immatriculés au registre du commerce de la Seine à partir d’avril 1933, on connaît la date d’arrivée en France qui est notée dans l’immatriculation. En faisant l’hypothèse que les enfants mineurs sont arrivés à la même date que leurs parents et leurs frères et sœurs mineurs, et en faisant aussi l’hypothèse que les conjoints ayant eu des enfants à l’étranger sont arrivés en France ensemble, on peut déterminer la date d’arrivée de 374 Arméniens nés à l’étranger sur les 1 771 nés à l’étranger ayant été recensés à Issy-les-Moulineaux en 1931 ou 1936.

2777 % des immigrés arméniens présents à Issy-les-Moulineaux en 1931 ou 1936 sont arrivés en France en 1926 ou avant cette date. La répartition par date d’arrivée à Issy-les-Moulineaux est, elle, inconnue, mais l’évolution des effectifs estimés qui présente une accélération importante à partir de 1927 seulement montre un décalage entre la date de l’arrivée des immigrés en France et la date de leur arrivée à Issy-les-Moulineaux, dates qui peuvent être séparées par un intervalle de plusieurs années. Pour vérifier ce fait, nous avons recherché le département de naissance des enfants.

Les lieux de séjour en France antérieurs à l’arrivée à Issy-les-Moulineaux

28Une majorité des enfants d’immigrés arméniens résidant à Issy-les-Moulineaux en 1931, soit 65 %, est née dans le département de la Seine. Un certain nombre d’Arméniens se sont cependant installés dans d’autres départements et y ont eu des enfants avant d’arriver à Issy-les-Moulineaux. Le voyage des émigrants arméniens vers la France se faisant par bateau, le passage par Marseille dans le département des Bouches-du-Rhône est un passage obligé et un certain nombre d’enfants sont nés dans ce département. Les autres départements de naissance des enfants les plus fréquents sont le Lot-et-Garonne, l’Isère et l’Ardèche. Mais il existe des cas de naissance d’enfants d’Arméniens d’Issy-les-Moulineaux dans de nombreux autres départements français.

29Parmi les enfants nés dans le département de la Seine, une part importante est née à Paris intra-muros. Ces naissances parisiennes ont plutôt lieu dans la seconde moitié de la période 1921-1931. Pour un grand nombre d’immigrés arméniens présents à Issy-les-Moulineaux en 1931, Paris a donc été un lieu de séjour préalable à leur arrivée.

L’implantation résidentielle des Arméniens à Issy-les-Moulineaux entre 1931 et 1968

30Dans chacun des recensements figure l’adresse des personnes recensées. On peut examiner la répartition, rue par rue, du nombre d’Arméniens d’Issy-les-Moulineaux pour chacune des dates 1931, 1936, 1946, 1962 et 1968.

31En mars 1931, 80 % des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux sont concentrés dans quatorze rues de la ville qui constituent un pôle d’implantation à l’ouest de la ville dans une zone allant de l’île Saint-Germain au fort d’Issy-les-Moulineaux.

32Le boulevard Rodin est la voie où habitent le plus d’Arméniens, suivie de l’avenue du Bas-Meudon, de la rue de la Défense et de l’avenue de Seine (aujourd’hui rue Pierre Poli) de la rue des Fossés (aujourd’hui rue Émile Duployé), de l’avenue de Verdun, du boulevard Garibaldi, de la rue de la Gare, de la rue Anatole France, de la rue Jean-Jacques Rousseau, de l’allée de Billancourt, de la rue des Travailleurs de l’avenue Bourgain et de la rue Delahaye.

33En mars 1936, 79 % des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux sont encore concentrés dans ce pôle d’implantation initial. Il n’y a donc pas eu, entre 1931 et 1936 de dilution de l’implantation résidentielle. En 1936, le boulevard Rodin reste la voie où résident le plus d’Arméniens.

34En mars 1946, on trouve encore 67 % des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux dans le pôle d’implantation initiale, c’est dans la rue de la Défense que résident désormais le plus d’Arméniens, en nombre presque égal à celui du boulevard Rodin.

35En mars 1962, 53 % des Arméniens résident encore dans le pôle d’implantation initiale, ce chiffre est encore de 50 % en mars1968.

36La dilution résidentielle des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux à l’intérieur de la ville a donc été assez lente et n’a véritablement progressé qu’après la Deuxième Guerre mondiale. Le pôle d’implantation initiale a conservé la majorité des membres de la communauté jusqu’en 1968.

La mixité matrimoniale des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux

37Le mariage avec un conjoint n’appartenant pas à la communauté arménienne peut être considéré comme l’un des modes d’intégration d’un membre de la communauté arménienne dans la société française. On peut examiner l’évolution de la proportion d’Arméniens mariés à une personne n’appartenant pas à la communauté arménienne et ceci, d’une part pour les Arméniens nés à l’étranger, d’autre part pour les descendants d’Arméniens nés en France.

38L’exogamie communautaire des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux nés à l’étranger avant 1936 est de 3,5 %, donc très faible. Elle augmente après 1936, mais reste toujours faible et ne dépasse pas 20 % à la fin de la période 1931-1968. Elle est encore plus faible pour les Arméniennes nées à l’étranger chez qui elle ne dépasse pas 6,5 % à la fin de la période 1931-1968. Chez les Arméniens de seconde génération, l’exogamie communautaire est beaucoup plus forte que chez les Arméniens de première génération, elle atteint 44 % chez les hommes et 40 % chez les femmes dans la période 1962-1968. Cependant, il faut noter que chez les Arméniennes de seconde génération, l’exogamie communautaire reste encore assez faible jusqu’en 1962.

39Chez les Arméniens de la première génération, l’endogamie communautaire reste donc la règle, surtout pour les femmes. Chez ceux de la seconde génération, elle est plus faible, mais reste majoritaire jusqu’en 1968.

L’activité professionnelle des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux

40Pour mesurer l’intégration professionnelle, intéressons-nous d’abord au pourcentage d’actifs dans la population arménienne. La population en âge d’activité retenue est la population ayant entre quatorze et soixante-cinq ans.

41La crise économique qui commence en 1931 touche très durement les Arméniens de première génération d’Issy-les-Moulineaux puisque leur taux d’activité passe de 68,8 % en mars 1931 à 41,1 % en mars 1936. Ce taux est plus faible que celui des Arméniens de Paris à la même date qui est de 63 %. Les immigrés arméniens ne sont donc pas touchés de façon homogène par la crise, cela s’explique par la nature des emplois exercés, comme on le verra plus bas.

42Après la Seconde Guerre mondiale, le taux d’activité de la première génération retrouve un niveau de 68,5 % équivalant à celui de mars 1931. Il baisse ensuite légèrement dans une population qui commence à vieillir, soit 59,9 % en 1962 et 57,6 % en 1968.

43Chez les Arméniens de seconde génération, le taux d’activité est de 56,3 % en 1946, 64,5 % en 1962 et 60,7 % en 1968. La faible valeur du taux d’activité en 1946 s’explique par le fait que la seconde génération est très jeune et qu’une partie fait des études après quatorze ans.

Les professions exercées par les Arméniens

44En 1931, les manœuvres et les ouvriers non qualifiés représentent à eux seuls près des trois quarts des immigrés arméniens actifs d’Issy-les-Moulineaux. À Paris, cette proportion à la même date est nettement plus faible de l’ordre de 9 %. Dans l’article déjà cité, Martine Hovanessian mentionne le recrutement par la cartoucherie Gévelot, dont les effectifs à Issy-les-Moulineaux en 1930 sont de 3 000 personnes, d’Arméniens de la région marseillaise pour des emplois non qualifiés.

45On trouve ensuite des cordonniers ou des coiffeurs, mais en nombre très inférieur, de l’ordre de 3 % de l’ensemble des actifs pour chacune de ces professions.

46En 1936, ce sont les manœuvres et les ouvriers non qualifiés, donc, les personnes exerçant des emplois non qualifiés, qui sont les plus touchés par la crise économique qui commence en France en 1931, ainsi que par la politique française de limitation de l’accès des étrangers au travail en usine instaurant des quotas d’immigrés par branche industrielle et par région à partir de 1932. En 1936, le nombre des emplois non qualifiés ne représente plus au que 37,7 % du total et le quart en valeur absolue de celui de 1931. Comme il a été déjà observé plus haut, les immigrés arméniens licenciés par l’industrie n’ont pas le choix du retour au pays, ils sont donc condamnés au chômage ou à la reconversion dans l’artisanat ou le commerce. Les professions artisanales de la couture (11,5 % des actifs), de la chaussure (8,5 %), de la coiffure (6,5 %) et de la blanchisserie (5 %) se développent ainsi que le commerce ambulant (8 %) et l’épicerie (5,3 %).

47En 1946, le nombre de manœuvres et d’ouvriers non qualifiés augmente en valeur absolue par rapport à celui de 1936, mais il diminue encore en valeur relative. La somme des effectifs de ces deux professions ne représente plus que le tiers du total des actifs. On assiste alors au développement des métiers de la couture (19,8 % de l’ensemble des actifs), de la chaussure (9,2 %) et de la coiffure (4,4 %) et à l’émergence du métier du tricot (2,7 %).

48En 1962, la somme des effectifs de manœuvres et ouvriers non qualifiés ne représente plus que 23,7 % du total des actifs et diminue aussi en valeur absolue. L’effectif de la couture continue d’augmenter en valeur relative (20,9 % du total des actifs), de même que celui des tricoteurs bonnetiers (7,9 % du total), au détriment des métiers de la chaussure (7 %) et de la coiffure (3,5 %).

49En 1968, le métier de la couture occupe désormais près d’un quart des immigrés arméniens actifs, taux largement supérieur au cumul de ceux des manœuvres et ouvriers non qualifiés (15,5 % du total des actifs). Les métiers de la chaussure (6,6 %) et du tricot (6,2 %) sont à des niveaux voisins.

50Chez les immigrés arméniens de première génération d’Issy-les-Moulineaux, tout au long de la période de 37 années qui va entre 1931 et 1968, on observe une baisse continue en valeur relative des effectifs des emplois non qualifiés, manœuvres et ouvriers non qualifiés au profit des métiers de l’artisanat, de la couture, de la chaussure, du tricot et de la coiffure.

51Il peut être intéressant de voir si la répartition des emplois des descendants d’immigrés arméniens est semblable à celle de leurs parents ou différente.

52Jusqu’en 1936, dans la seconde génération, il n’y a pratiquement pas d’actifs. En 1946, pour la seconde génération, le pourcentage des effectifs d’emplois non qualifiés manœuvres et ouvriers non qualifiés n’est que de 8,2 %, donc très inférieur au taux correspondant chez les immigrés arméniens de première génération (34,7 %). On observe une forte représentation des métiers de l’artisanat, couture (29,2 %) et travail de la chaussure (13,2 %), mais on voit aussi apparaître la catégorie des ouvriers professionnels de l’industrie (16,1).

53En 1962, la profession qui arrive en tête est encore la couture (22,3 %). On note une progression de l’emploi dans le tricot (12 % de l’ensemble des actifs) comme pour les immigrés arméniens nés à l’étranger. Le reste des emplois est assez dispersé : apparaissent aux côtés de l’artisanat et des emplois d’ouvriers professionnels des emplois administratifs et techniques.

54En 1968, il y a une nette dilution de la répartition par métier. La profession de la couture est toujours en tête (11,7 %), les tricoteurs bonnetiers sont encore en bonne place (11 %). Les métiers administratifs (employés, secrétaires, comptables) ainsi que les métiers techniques de l’industrie connaissent une nette progression.

L’indépendance professionnelle chez les Arméniens d’Issy-les-Moulineaux

55Dans les recensements la profession exercée par la personne recensée est mentionnée. En revanche, le recensement n’indique qu’exceptionnellement si la personne exerce en tant que salarié ou à titre indépendant. Les emplois industriels ne posent pas de problème, car ce sont nécessairement des emplois salariés. Les professions libérales sont des professions indépendantes. Les professions commerciales comprennent des indépendants et des salariés, mais leur désignation permet de distinguer sans difficulté particulière les personnes exerçant leur activité à titre indépendant (par exemple, la profession de négociant ou de commerçant), des employés du commerce salariés (par exemple la profession de vendeur). En revanche, pour les professions artisanales, la désignation de la profession (cordonnier, par exemple) ne permet pas de distinguer à elle seule les artisans patrons des ouvriers qui sont les salariés de ces artisans.

56Pour les distinguer, on est amené à compléter les informations données par les recensements par des informations données par d’autres sources qui sont, d’une part, le registre du tribunal de commerce de la Seine pour les personnes immatriculées à ce registre entre juillet 1920 et juillet 1936 et, d’autre part, le registre des métiers du département de la Seine entre août 1936 et juin 1962. Ces registres permettent d’identifier les personnes qui exercent une profession artisanale à titre indépendant. En effet, jusqu’en juillet 1936, le registre du commerce contient les immatriculations pour les professions indépendantes commerciales et artisanales. Le registre des métiers, quant à lui, contient les immatriculations des artisans, à compter d’août 1936, le registre du commerce étant à partir de cette date réservé aux commerçants.

57Le taux d’indépendance des immigrés arméniens de première génération augmente considérablement entre 1931 et 1936. Il passe de 5,3 % à 37,9 %. L’exercice à titre indépendant d’une activité professionnelle peut être vu comme une adaptation à la raréfaction du travail salarié qui s’explique d’une part par la crise économique qui atteint la France en 1931 et d’autre part par la politique française d’instauration de quotas d’étrangers dans l’industrie par secteur et par région à partir de 1932. Il apparaît que, lorsque l’offre d’emplois salariés augmente en 1946, juste après la guerre, le taux d’indépendance fléchit, il revient, en 1962 à une valeur intermédiaire à celle de 1936 et de 1946, soit 24,2 %. Mais en 1962, il croît de nouveau et atteint 30,4 % sans cependant retrouver le niveau de 1936.

58Chez les descendants d’Arméniens nés en France, le choix de l’indépendance professionnelle est moins fréquent que chez leurs parents. Le taux d’indépendance est chez eux de 9,1 % en 1946 et de 26,7 % en 1962. En revanche, on a vu plus haut que les Arméniens de seconde génération avaient plus souvent que leurs parents des emplois salariés qualifiés. La promotion sociale passe donc également, pour eux, par l’accès à des emplois salariés qualifiés.

L’acquisition de la nationalité française par les Arméniens d’Issy-les-Moulineaux

59L’acquisition de la nationalité française pour un immigré de la première génération manifeste un désir d’intégration dans la société d’accueil. Les Arméniens d’Issy-les-Moulineaux de la première génération ont-ils demandé et obtenu la nationalité française ? Il est possible de répondre à cette question pour ceux qui ont fait l’objet d’une immatriculation au registre des métiers de la Seine à partir de 1939 et jusqu’en juin 1962. En effet, à partir de 1939, l’immatriculation au registre des métiers n’est autorisée que pour les personnes ayant soit la nationalité française soit une carte d’artisan étranger délivrée par la préfecture de police. À partir de 1939, pour les personnes d’origine étrangère, l’immatriculation indique la référence du décret de naturalisation ou de la carte d’artisan étranger.

60Environ 78 % des artisans immatriculés au registre des métiers à Issy-les-Moulineaux à partir de 1939 ont été naturalisés avant juin 1962. Sans extrapoler ce chiffre à l’ensemble de la population, on peut cependant considérer qu’une grande majorité des Arméniens d’Issy-les-Moulineaux a demandé et obtenu la nationalité française avant juin 1962.

61On constate aussi que 53 % des naturalisations d’Arméniens d’Issy-les-Moulineaux immatriculés au registre des métiers ont été décrétées en 1939, 1947 ou 1948. Les naturalisations d’Arméniens, freinées par la guerre entre 1940 et 1946, sont plus nombreuses en 1947 et 1948 qu’en 1939.

Conclusion

62La communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux, issue d’une immigration engendrée par une tragédie historique et n’ayant aucune perspective de retour au pays d’origine, se caractérise d’une part par un maintien fort du lien communautaire qui se manifeste par la persistance sur une longue période de la concentration résidentielle et de l’endogamie communautaire et, d’autre part, par une adaptation socioprofessionnelle très dynamique à l’évolution du contexte économique ainsi que par une intégration citoyenne dans la société française qui se manifeste par l’acquisition de la nationalité française pour la plupart des immigrés de la première génération.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hovanessian, Martine, (1988), « Soixante ans de présence arménienne en région parisienne : le cas d’Issy-les-Moulineaux » in Revue internationale des Migrations Internationales, Volume 4 – no 3 pp. 73-95.
DOI : 10.3406/remi.1988.1180

Haut de page

Notes

1 In Revue internationale des Migrations Internationales, 1988, Volume 4 – no 3 pp. 73-95.

2 Plus précisément, les dates des recensements exploités sont le 6 mars 1921, le 8 mars 1931, le 3 mars 1936, le 10 mars 1946, le 7 mars 1962 et le 1er mars 1968.

3 On rencontre une difficulté spécifique de reconstitution des parcours pour les femmes mariées du fait qu’elles sont recensées uniquement sous leur nom marital jusqu’en 1936. À partir de 1946, le nom de jeune fille des femmes mariées est aussi mentionné dans les recensements. Cette information permet la reconstitution des parcours familiaux des Arméniennes mariées ayant séjourné à Issy-les-Moulineaux en mars 1946, mars 1962 ou mars 1968.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Effectif de la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux
Légende Sources : Registres des recensements de la population d’Issy-les-Moulineaux de 1931, 1936, 1946, 1962 et 1968.
URL http://ceb.revues.org/docannexe/image/1177/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Garin, « La communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux de 1922 à 1968 : origine, implantation et intégration », Cahiers balkaniques [En ligne], 40 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 20 août 2014. URL : http://ceb.revues.org/1177 ; DOI : 10.4000/ceb.1177

Haut de page

Droits d’auteur

©Inalco

Haut de page