Navigation – Plan du site

Les Turcs dans les chansons des Rroms des Balkans à l'époque ottomane

The Turks in the Rromani songs in the Balkans during the Ottoman period
Marcel Courthiade
p. 243-272

Résumés

La publication bilingue de 11 chansons rromanies de Bulgarie et une de Roumanie, une étude des noms, locutions, expressions turques utilisées dans les chants Rroms illustre la vision rromanie du personnage du Turc. En raison de l'accès tardif des Rroms à la littérature écrite (après la Seconde Guerre mondiale dans les Balkans), il n'y a que les récits oraux qui puissent apporter du matériel pour illustrer la recherche sur tel ou tel personnage dans leur vision du monde. Après avoir expliqué les différents noms attribués aux Turcs dans les chansons populaires, cette présentation tente de définir les traits principaux de ce personnage tel qu'il se dégage de ces chansons, à savoir, impitoyable, féroce et même sadique quand il s'agit de jouer avec la vie et les souffrances de ses victimes. Des points de vue similaires se retrouvent également dans les chansons rromanies de Roumanie. Une partie de cet article est consacrée aux noms propres turcs utilisés par les Rroms et une autre aux expressions et locutions turques présentes dans les chansons. L'étude englobe l'édition bilingue de onze chansons rromanies de Bulgarie et une de Roumanie, dans lesquelles est dépeint le personnage du Turc.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une exception notable – mais ponctuelle est la radio turque de Prizren qui héberge une émission quo (...)
  • 2 Luka Šteković, Rečnik rromskih pisaca Srbije i Crne Gore, sous presse.

1Dans la mesure où la littérature des Rroms n'a conquis la sphère de l'écrit individuel qu'après la Seconde Guerre mondiale (du moins dans les Balkans, puisqu'en Russie elle a débuté un quart de siècle plus tôt), donc à un moment où l'Empire ottoman avait depuis longtemps disparu, il n'est guère surprenant que l'image des Turcs n'y apparaisse pas. En effet, les confrontations sanglantes des siècles passés n'avaient plus la force de motiver un auteur. D'un autre côté, les relations actuelles entre Rroms et Turcs sont plutôt celles de minorités qui se côtoient sans vraiment interagir sur le plan culturel1 et il n'est donc pas non plus surprenant de constater leur absence de la littérature rromani écrite. Rappelons que dans les Balkans cette dernière s'est surtout développée en Macédoine (uniquement tentatives de poésie) et en Cossovie (où l'on trouvait aussi un auteur en prose), sous la forme de petits feuillets souvent manuscrits ou « tapuscrits » circulant dans les « soirées poétiques » fréquentées dans les années 1970-1990 par de très nombreux auteurs en herbe, et en Serbie proprement dite, où les auteurs étaient moins nombreux, mais plus instruits et avaient accès à l'imprimerie. Le dictionnaire des auteurs rroms de (nouvelle) Yougoslavie de Luka Šteković2 comporte plus de 120 noms d'auteurs – il est vrai qu'il est maximaliste et répertorie tout auteur dont le nom apparaît au moins dans une publication. En revanche les auteurs se comptent sur les doigts d'une main pour l'ensemble des pays voisins : Pëllumb Furtuna (poésie satirique et pour enfants) en Albanie, Sali Ibrahimi (poésie lyrique ou de combat) en Bulgarie et Luminiţa Cioabă (récits et poésie) en Roumanie.

  • 3 La seule exception est un texte en vers de Gafur Raśidi Meribe e diaqo (La mort de la mère), publié (...)
  • 4 De confession musulmane, il a porté le nom « turc » de Demir Aliev jusqu'aux années 80 où l'état ci (...)

2C'est donc vers la littérature orale3 que l'on doit se tourner pour trouver trace de Turcs. Le corpus qui peut nous apporter des informations à ce point de vue est un recueil d'une centaine de chants rroms de Bulgarie, recueillis dans les années 1950 par Manuś Romanov4, scénariste rrom de Sofia – nous verrons qu'une ballade des Rroms de Roumanie fait écho à ces chansons. La première série de chants de Bulgarie, intitulée « le temps des beys et des agas » présente un certain nombre de Turcs, dont les traits sont en tout point comparables aux « gendarmes » de la seconde série « le temps des gendarmes ».

Les noms des Turcs

  • 5 Les Rroms de la péninsule ibérique, appelés Gitans, ont perdu l'usage normal du rromani en raison d (...)

3Le terme le plus courant pour désigner les Turcs est Xoraxaj (var. Koxraj) c'est-à-dire musulman – par opposition à Das, le chrétien donc le Bulgare en Bulgarie. Ce terme de Xoraxaj est connu dans pratiquement tous les parlers rroms, même dans le caló5 d'Espagne (sous la forme jorajay, graphiée à l'espagnole) où il signifie « Arabe ». Chez les Kabuʒi d'Albanie toutefois, c'est l'Albanais que Xoraxaj désigne – de toute manière le musulman. Les féminins respectifs sont Xoraxni, Koxrani et Dasni. On ajoutera comme terme ethnique Aràpi – à la fois nom du « nègre », souvent esclave du Turc et complice de ses exactions, et nom propre de cheval noir (voir texte no 5), comme dans la plupart des parlers populaires balkaniques (l'équivalent comme nom de cheval noir est Mùrgo en Roumanie).

Exemples :

« Aj, phrala!len, amala!len,
ćhiven piro, den naśiba,
te uxtavas amaro śero
Xoraxanθar, segmenĕnθar  ! 
te na ćalavel man dekh Xoraxaj  !
 »
[pièce no 1]

  • 6 Pour ce mot v. infra.

« Ah, mes frères, mes amis,
jouez des jambes, prenez la fuite,
pour que nous sauvions notre tête,
des Turcs, des segmènes !
6 (Pour ce mot v. infra.)
que quelque Turc ne me frappe pas
 !

So mangen tume amenθar, be, Xoraxa !len  ?
So mangen tume saltĕ ćorrenθar ? »
[pièce no 7]

« Que voulez-vous de nous, les Turcs ?
Que voulez-vous de tels miséreux ?

Ma astar man, Mamud,
Xoraxaja dikhen,
tut ka maren Mamud,
pale man ka dolen. »
[pièce n° 9]

« Ne me touche pas, Mamoud,
des Turcs regardent,
ils vont te battre Mamoud,
et ensuite se saisiront de moi. »

4L'adjectif est très régulièrement xoraxano (var. koxrano) :

Xoraxani cikni ćhajorri,
dasikani bari bororri !
[pièce n° 88]

Petite fillette turque,
grande bru chrétienne !

  • 7 Le mot çëtëk existe en albanais cossovar dans le sens de « enfant attardé mentalement » et une fili (...)

5Deux autres termes plus obscurs sont Ćitàki (bulg. читак « Turc (péjoratif) » < tc. cıtak, çitik « étranger, nouveau venu, Turc d'Europe, baragouineur »7) et Manàvi (bulg. манаф[ин] « turc d'Asie mineure » < tc. manav) :

Te si dekh rromorro,
vudar phuter lesqe,
te si dekh ćitàki,
o vudara phande,
lele, mi ćhajorri !
Ćitàki si beng,
Rakìa ka mangel.
[pièce no 8]

Si c'est un Rrom
ouvre-lui la porte,
si c'est quelque Turc,
ferme la porte,
malheur à nous, ma fille !
Le Turc est un démon,
il va exiger de l'eau-de-vie.

So bendindǎn, Alemo,
katar-o kalo Manàvi ?
[pièce n° 85]

Qu'est-ce qui te plaît, Alema,
chez cet Anatolien moricaud ?

6Dans l'un des chants [pièce no 6] ils sont appelés gaʒés, terme englobant tous ceux qui ne sont pas Rroms, mais le récit, dans lequel ils sont appelés sultans, montre bien qu'il s'agit de Turcs. Ainsi, ces textes donnent déjà une première image du Turc, seigneur impitoyable, voire cruel, sinon sadique et jouant arbitrairement de la vie et des souffrances de ses victimes. Ils sont en effet toujours représentés comme des potentats plus ou moins locaux : aga, bey, sultans ou segmènes (militaires turcs en service de police, cf. bulg. сейменин, turc seğmen) et surtout abusant cyniquement de leur prépotence. Parfois ils circulent en potèra (groupe de gens armés, lancés à la chasse de quelqu'un, cf. bulg. потеря). Nulle part il n'est question d'un simple Turc du peuple, nulle part d'un ami ou d'un allié. C'est avant tout la cruauté arbitraire et sans pitié des Turcs (ou de leurs serviteurs nègres, comme l'aràpi de la pièce no 5) qui fait l'objet de nombreux chants (pièces no 1 à 9).

7Cette violence, sanglante et sans merci, n'est toutefois pas limitée aux seuls Turcs ; en effet, les gendarmes bulgares ne laissent rien à envier aux Ottomans puisque, allant souvent par groupes de douze, ils infligent aux Rroms (mais peut-être au peuple tout entier ?) les traitements les plus injustes – ou du moins les moins compris par leur victime :

Iklilo o Elmaz
anglal-i pòrtica,
so te dikhel, baba,
deśuduj Ʒandàra,
sa nange ćhurença,
ćalade les, baba,
deśudo thanenθe.

Elmaz est sorti
devant le portail,
que voit-il, père,
douze gendarmes,
tous sabre au clair,
ils l'ont frappé père,
en douze endroits.

Les Rroms eux-mêmes ne sont pas en reste quant aux sévices sur leurs proches :

Uśtilo o Kòne
maśkare rǎt, Devl!a,
thaj lia e ćhuri
ćhingǎrda e Mira
vov inǎ thanenθe,
inǎ xëvǎ kerda !

Kone s'est levé
en pleine nuit, Seigneur,
et il a pris un couteau
il a poignardé Mira
et en neuf endroits
il lui a fait neuf trous !

Ta ikaldǎs mo Śabànos
parni ćhuri dandorrença, bre !
Jekhar dinǎs mo Śabànos,
ikalǎs me Najlicaqe porǎ.

Et mon Shaban a sorti
un grand couteau blanc à dents, les gars !
D'un seul coup il a frappé mon Shaban
[et] il a étripé Naïlitsa.

Ʒan-ta, baba, me so kerdǒm !...
E Altäna me mudardǒm,
me ćhingerdǒm !
Arakhlǒm la e geraleça,
e geraleça, e gidiaça
and-o jaxäri.
Ćumiden pes, dandelen pes
paś-paśes
θe, koć-koćǎθe
oj e geraleça !

Sache, mon père, ce que j'ai fait !…
C'est moi qui ai tué Altına,
qui l'ai égorgée !
Je l'ai trouvée avec le chauve,
avec le chauve, avec le diable
dans l'étable.
Ils s'embrassent, ils se mordent
côte à côte, genou contre genou
elle et le chauve !

8On voit ici réapparaître la figure du Turc diabolique appelé ici gidìa (cf. bulg. гидийски « diabolique, etc. ») et « le chauve », en raison de divers couvre-chefs populaires chez les Turcs (de même que chez les Albanais, surnommés eux aussi « les chauves, les galeux » pour la même raison du fez / qeleshe).

9Face à ces Turcs, violents mais aussi coureurs de jupons, usant de leur ascendant social, les Rroms dans l'ensemble paraissent partager en tout les souffrances du peuple bulgare, et ils sont même mobilisés pour défendre les frontières – peut-être contre les Turcs justement, comme dans cette chanson de recrutement d'un type très courant dans toute l'Europe mais rare chez les Rroms (pièces non citées ici, respectivement 27 et 28 dans le manuscrit de Manuś Romanov) :

Aćhov devleça, daj!e,
me Ʒàva manqe ka-i grànica,
ka-j grànica, kaj maren pe,
ka-j grànica, kaj ćhinen pe.

Adieu, ma mère,
je vais à la frontière,
à la frontière où ils se battent,
à la frontière, où ils s'égorgent.

à moins qu'ils ne doivent prendre part à la « guerre serbe » :

O barabàno mardilǎ
ande amari pùsto malàva.
Maripe putardilo —
o sërbsko maripe.

Le tambour a retenti
dans notre quartier désert.
La guerre a éclaté —
la guerre serbe.

10Un grand nombre de Rroms de ce corpus portent un nom musulman (Śàza, Mamùdi, Alia, Anìfa, Sèjo, Asàni, Amèdi, Alil, Emìne, Elmàzi, Jaśàri etc. – on remarque la disparition des « h »), davantage que de prénoms slaves (Cèn[k]a, Danka, Stanka, Neda, Petrùna, Vànko, etc…). En outre, les chansons présentent non seulement un apport lexical turc très important, mais des vers entiers, souvent des expressions toutes faites mais pas seulement, montrent l'impact de la langue et de la culture turques sur ces locuteurs. Le volume de cet élément turc est en volume comparable à celui de l'élément bulgare. Bien entendu, on a les inévitables (j'écris à la turque) anem « ma mère », canım « mon âme » (en fait souvent, « à mon avis, ma foi »), evlâdım « mon enfant », paşam « mon pacha » etc… : « canim Emine, kizim Emine… » … (refrain de la chanson 24). Certains parlers présentent la particule interrogative turque mi/mu : « Ni ćalilan , be, Angele, kadale parne ćućorrënθe ? » « Tu n'es pas rassasié, Angel, de ces petits seins blancs ? », « Tu san mi rromnorri, Danko, mi parni dasnorri ? » « Es-tu ma petite femme, Danka, ma petite chrétienne ? » Plus surprenante est la présence d'une marque de pluriel turc à un emprunt bulgare : tärgovcolar « commerçants » (mais il est vrai que ce lar/ler final peut se cumuler au pluriel autochtone dans plusieurs langues, surtout en vérité dans les emprunts eux aussi turcs). On a également des paradigmes verbaux turcs, insérés dans la phrase rromani – phénomène connu également du parler kabuʒi d'Albanie et de plusieurs de Grèce : « Benzentım tut, Fatime, upral te dajaθe » « Je t'ai prise, Fatima, pour ta mère » – on remarque que la racine turque « ressembler » a été refondue sémantiquement selon le bulgare оприличава « il prend pour ». Comme dans bien des parlers, les numéraux sont empruntés : « Mo gavali o sastruno, lele, doksan oka. » « Ma flûte en fer, oh la la, celle de 45 kilos ». Dans certains cas c'est un vers entier en turc : « Bujurun aalar, bujurun bejler ! » « Je vous en prie, les agas, je vous en prie les beys » – expression de courtoisie turque longtemps panbalkanique. La citation est fréquente : « Ali, ʒambas Ali, but keran buti, but parês lian, ellere, gündere dokäm etmedin ! » « Ali, Ali maquignon, tu as beaucoup travaillé, tu as gagné beaucoup d'argent, mais on ne peut contenter tout le monde et son père ... » avec une expression turque toute faite correspondant au fameux vers de La Fontaine et présentant le statut de véritable citation. Ce phénomène est courant dans les milieux multilingues, où le passage d'une langue à l'autre, loin d'indiquer un recours au parler d'autrui pour compenser une lacune, marque la maîtrise de plusieurs registres et de plusieurs patrimoines. De même « Arekte da, dünyade da, mo phral isi, phralipe kerdam » « Tant dans ce monde que dans l'autre, c'est mon frère, nous avons scellé fraternité ». Enfin il y a parfois des répliques entières rapportées en turc, il s'agit d'alternance de codes (code-switching, qu'il serait fastidieux de citer – on en trouvera dans les chants cités).

11La ballade rromani de Roumanie recoupe les textes de Bulgarie en ce qui concerne la description des Turcs et de leurs agissements, même si la langue employée n'a recours à pratiquement aucun mot ou expression turque, ce qui révèle évidemment une bien plus grande distance des narrateurs par rapport à la sphère ottomane que dans le cas bulgare. Il s'agit du récit d'un jeune homme qui part à Constantinople découvrir le monde mais tombe ivre au bord de la mer. C'est là que les Turcs (Xoraxaja « musulmans ») entrent en scène, le ligotent et le conduisent à l'empereur :

Ël Xoraxaja ćorǎl resle
thaj les zumaven te phanden,
K-o amperàto t'angǎren.
Ëkh këtàna kaj avèla :
« So kerèna, Xoraxa'!len,
Aman Devl!a, kaj dilàjlen ?
Tumenqe rodèna bàjo,
Savo nas maj and-o tràjo ! »

Les musulmans en cachette sont arrivés
et essayent de l'attacher,
pour le conduire à l'empereur.
Un soldat qui passait par là :
« Que faites-vous, les musulmans,
Pitié, mon Dieu, mais vous êtes fous ?
Vous cherchez pour vous un tracas
comme vous n'en avez jamais eu de votre vie ? »

12L'autocrate le fait attacher sous un rocher pour qu'il y périsse – mais son père, alerté par un oiseau, parvient à le sauver en réduisant à l'impuissance l'empereur par une gifle magistrale. Les Turcs ne font pas ici preuve de cruauté mais plutôt de fourberie pour un intérêt mesquin, dans la mesure où ils agissent sur leur propre initiative, escomptant une récompense du souverain. Au-delà de la revanche de l'opprimé, du Rrom certes, mais plus largement aussi des Balkans sous le joug turc, par un coup à la personne et à l'honneur du plus grand des Turcs, tourné en dérision par une simple gifle, on retrouve le motif de l'oiseau messager. Alors que dans le texte de Gafur Raśidi (cf. note 2) les deux corbeaux portaient la main coupée du héros, nous avons ici un vautour qui porte une lettre, ce qui indique un niveau d'instruction plus élevé et n'est pas sans rappeler les chansons composées dans les camps de concentration nazis où le chanteur prie un oiseau de porter une lettre, pleine de souffrance, à son père ou un autre membre de son entourage :

Ax, tu kalo ćiriklorro,
Kalo, źalutno aj korro,
Manqe ligǎr dur kava lil;
Ok' te naśti vazdes o lil
Kaj si pharo, pherdo dukha,
Atòska buxlǎr te phaka

Ah, toi, petit oiseau noir,
Noir, compatissant et aveugle,
Emporte au loin pour moi cette lettre;
Mais si tu ne peux soulever la lettre
Qui est lourde, pleine de souffrances,
Alors étend tes ailes.

Ʒa me phralenθe aj mothov
So adaj si jekh baro bov,
So o Devel kerdilǎs thuv
Aj kalǎrdǎs i sasti phuv.

Va chez mes frères et dis
Qu'ici il y a un grand four,
Que le Ciel est devenu fumée
Et qu'il a noirci toute la terre.

13Pour en revenir à la ballade de Roumanie, on y relève deux particularités lexicales :

  • le souverain des Turcs est appelé amperàto « empereur », titre habituellement réservé aux rois chrétiens, notamment byzantins, mais il est difficile d'expliquer – sinon par indigence lexicale ou simplification – pourquoi l'auteur n'a pas utilisé ici un turcisme : sultàno, agàvo ou autre.

  • l'autre point qui intrigue est l'emploi de dorav masc. « vaste étendue d'eau, lac », terme habituellement réservé, du moins dans ce dialecte, au Danube. Toutefois il n'est pas exclu que nous ayons affaire à une attestation du sens ancien, encore présent dans les autres parlers (derǎv fém. « mer »).

    • 8 Les Boša (en Turc Poşa) sont une population appelée « tsiganes arméniens » dans le Caucase et que l (...)

    Ces quelques extraits montrent combien la population rromani, à l'époque ottomane, avait fait sien le regard des autres peuples sur l'occupant et ceci n'est pas sans rappeler une attitude similaire des Boša8 d'Arménie faisant corps avec la population arménienne, comme le décrit l'épopée cyclique hélas perdue dans son intégrité mais dont le contenu nous est parvenu grâce au résumé de Papazian : une jeune Boša est violée au bord d'une route par un chefaillon turc tandis que son couard de mari tourne le dos ; par la suite la soif de vengeance de la victime forcit d'autant plus que son mari met son servilisme et sa pleutrerie aux pieds des occupants. L'héroïne est tuée dans un combat contre ses bourreaux et ses hauts faits sont rapportés au coin du feu dans un camp ; or, lorsque le narrateur termine le récit en pleurant la mort de l'héroïne, une petite fille se lève à la fin de chaque chant et déclare : « non, elle n'est pas morte, c'est moi » – ce qui, bien entendu donne le signal du départ d'un nouveau cycle. Mais déjà nous ne sommes plus dans les Balkans : le récit a pour théâtre le Caucase.

Corpus de Bulgarie

CIDINDE SAS O TRIN PHRALA [MR 1]

  • 9 Entre parenthèses, lieu et date du collectage.

Rasim Aguśev, né le 7.3.1902 (Sofia, 27.10.539)

Cidinde sas o trin phrala,
o trin phrala, o amala,
cidinde sas pe rromněnça.
Lel len anglal jekh potèra,
lel len palal jekh potèra,
aćhile maśkar o trin phrala.
O bareder phral phenèlas :
« Aj, phrala!len, amala!len,
ćhiven piro, den naśiba,
te uxtavas amaro śero
Xoraxanθar, segmeněnθar ! »
O cikneder phral phenèlas :
« Aj, phrala!len, amala!len,
me na naśav poteraθar,
laƷ isi man me rromnaθar,
me rromnaθar, xulavnaθar.
Aj, rromni!e, xulavni!e,
de ta manθe mi xarbìca,
tu-da le-ta mi makravli,
thaj te terdos palal manθe,
te na ćalavel man dekh Xoraxaj ! »
Tele dinas, upre dinas
rat gazindas Ʒi koćaθe,
ćhingerdas len Ʒi jekhesθe.
Sade mukhlas bulük-baśis,
bulük-baśis, e vojvodas
« Ade, mança te xas, te pias »

Ils se sont réunis les trois frères,
les trois frères, les amis,
ils se sont réunis avec leurs femmes.
Une potéra les surprend par devant,
une potéra les surprend par derrière,
ils sont restés au milieu les trois frères.
Le frère aîné déclarait :
« Ah, mes frères, mes amis,
jouez des jambes, prenez la fuite,
pour que nous sauvions notre tête,
des Turcs, des segmènes ! »
Le frère cadet disait :
« Ah, mes frères, mes amis,
je ne fuis pas la potéra,
j'aurais honte devant ma femme,
devant ma femme, ma maîtresse de maison.
Ah ma femme, ma maîtresse de maison,
donne-moi donc mon javelot,
et toi aussi prends donc gourdin,
et tiens-toi derrière moi
que ne me frappe pas quelque Turc ! »
Il a frappé par en bas, par en haut,
Il a foulé le sang jusqu'au genou,
il les a abattus jusqu'au dernier.
Il n'a épargné que le capitaine,
le capitaine, le voïévode
« Allez suis-moi, allons manger allons boire ».

AIDE, ŚAZO, ŚAZO [MR 3]

Sali NeƷipov Ćobanov, 1919 (Samokov, 1954)

Ajde, Śazo, Śazo,
k-i loli mehàna, (2)
k-i Ʒamläz odàja.

Allons Shaza, Shaza,
à la taverne rouge,
à la chambre vitrée.

Me na Ʒàvas, Mamud,
k-i bari mehàna, (2)
k-i Ʒamläz odàja.
Othe isi, Mamud,
bare Xoraxaja.
Tut ka maren, Mamud,
mane man on ka len.

Je ne vais pas Mamoud,
à la taverne rouge,
à la chambre vitrée.
Là-bas il y a Mamoud,
des notables turcs.
Toi ils vont te frapper
moi ils vont me prendre.

Ajde, mança, Śazo,
k-i bari mehàna, (2)
k-i Ʒamläz odàja.

Allez, viens avec moi Shaza,
à la taverne rouge,
à la chambre vitrée.

Te lav tuqe, Śazo,
śel dràma rakìa;
tu te ćhores, Śazo,
Me te piav — o Mamud.

Que je prenne pour toi, Shaza,
cent drams
[Cent drams d'eau-de-vie
= environ 310 grammes.] d'eau de vie.
Que toi verses, Shaza,
Et moi Mamoud que je boive

Uśti othar, Śazo,
beś-ta mamuj manθe,
krafla te ćhinàvas,
lele, gurvorrenqe.

Lève-toi de là, Shaza,
Assieds-toi donc en face de moi,
que je coupe des clous de fer à cheval,
oh la la, pour les bœufs.

Phude manqe, Śazo,
te taton me fela,
te del vrasi fela.
Eke kotar avlas
o lub o ReƷèpi,
pe parne grasteça,
pe parne ćhuraça.

Souffle, Shaza, souffle,
que chauffent mes tranches
[de fer],
qu'elles chauffent à blanc.
Et voilà que vient
Redjep le débauché,
avec son cheval blanc,
avec son sabre étincelant.

Uśti othar, Śazo,
Ʒa tuqe androrre,
te uras te dibèka [ipèka]
te neve śalvàra.

Lève-toi de là, Shaza,
rentre à la maison,
enfile tes soieries
tes chalevares neuves.

Ʒikaj te vakerel,
ikaldas o fela,
o lub, o ReƷèpi
ikaldas parni ćhuri

Tandis qu'il parlait,
il retira ses fers rouges,
et Redjep le débauché
tira son sabre clair.

Inklini i Śaza,
dikhel anglal vudar —
ov pe parne ćhuraça,
ov pe tate felěnça.

Voilà Sheza qui sort
elle regarde devant la porte —
l'un avec son épée blanche,
l'autre avec ses fers ardents.

Dinas pìśta Śaza,
lele, pe rromesqe :
« Jeter, Mamud, jeter,
jeter, mudardan les ! »

Shaza a poussé un cri,
oh la la, à son mari v:
« Arrête, Mamoud, arrête,
ça suffit, tu vas le tuer ! »

« Korkma, Śazo, korkma,
me les ka mudarav.
Te na phirel, mori,
palal tuθe, Śazo.

« Ne crains rien, Shaza,
je m'en vais le tuer
qu'il ne vienne pas, ma mie,
te poursuivre Shaza.

Ajde, mança, Śazo,
k-i loli mehàna,
te lav tuqe, Śazo,
śel dràma rakìa.  »

Allons Shaza, Shaza,
à la taverne rouge,
que je commande pour toi,
Shaza, cent drams d'eau-de-vie. »

PHUTER MANQE VUDARORRO [MR 4]

Demka Cvetanova, née en 1910 (Sofia, 17.11.1953)

« Aj, rromni!e, xulani!e,
phuter manqe vudarorro, (2)
balval lilas mo dumorro. »

« Ah ma femme, maîtresse de maison,
ouvre-moi la porte,
le vent m'a paralysé le dos. »

« Me na phutrav vudarorro,
mo rrom gelo biaves
θe,
biavesθe Devaněnθe. »

« Je ne t'ouvre pas la porte,
mon mari est parti à une noce,
à une noce à Devyane. »

« Aj, rromni!e, xulani!e,
balval lilas mo dumor
ro, (2)
phuter manqe vudarorro ! »

« Ah ma femme, maîtresse de maison,
le vent m'a paralysé le dos,
ouvre-moi la porte. »

« Sikter burdan, köpek oolu !
Tu na sinan mo rromorro. »

« F… le camp, fils de chien !
Tu n'es pas mon cher mari. »

« Sìgo phuter, xulani!e,
sar na sinom to rromorro ? »

« Ouvre vite, maîtresse de maison,
comment ne serais-je p
as ton cher mari ? »

« Ćhiv to śero penƷeraθar,
me te dikhav tu li sinan ! »

« Passe la tête par la fenêtre,
que je puise voir si c'est toi ! »

Ćhivtas śero penƷeraθar,
te dikhel les i rromnorri.

Il a passé la tête par la fenêtre
pour que sa chère femme le voie.

« Sikter burdan, köpek oolu ! » —
thaj lilas o toverorro
ta ćhindasas i menorri,
a o trùpos avri aćhlo.

« F… le camp, fils de chien ! »
et elle a pris la hachette
et lui a coupé le cou
et le corps est resté dehors.

Ćhingerdas les kotorenθe,
ingaldas les veśorresθe, (2)
umblaldas les kaś kaśtesθe.

Elle l'a découpé en petits morceaux,
elle l'a emporté dans la forêt,
et a tout pendu d'arbre en arbre.

Umblaldas les kaś kaśtesθe
thaj piśindas i rromnorri :
« 
Елате, чавки, елате,
мясо има ефтиния ! 
»

Elle l'a pendu d'arbre en arbre
et elle a écrit la chère épouse :
« Venez, les corbeaux, venez,
il y a de la viande à pas cher ! »

CENO, LE [MR 5]

Rasim Aguśev, né le 07.03.1902 (Sofia, 27.10.53)

A ćhe, Ceno, tu ćhe, Ceno,
le to bùklos,
Ʒa paněsqe,

À Tsena, ma fille, Tsena,
prends ta gourde en bois, va chercher de
l'eau,

Ceno, le !
Ta an manqe śudro pani,
śudro pani xaingaqo.

Tsena, ah !
Et apporte-moi de l'eau froide,
de l'eau froide de la source,

Ceno, le !
Tu te ćhores, me te piav,
me te piav te vastesθar,

Tsena, ah !
Que toi tu verses, moi que je boive,
moi que je boive de ta main,

Ceno, le !
me te piav te vastesθar,
te vastesθar ćaćunesθar,

Tsena, ah !
moi que je boive de ta main,
de ta propre main à toi,

Ceno, le !
Aj, geli sas pajorresqe,
pajorresqe xaingaqo,

Tsena, ah !
Et elle est allée chercher de l'eau
de l'eau de la source,

Ceno, le !
Thaj resle la biś Xoraxaja,
biś Xoraxaja, sa ćhurěnça,

Tsena, ah !
Et sont arrivés vingt Turcs,
vingt Turcs, tous armés

Ceno, le !
Dolde bùklos thaj phagle les.
Mudarde la, ćhingarde la.
Ceno, le
 !

Tsena, ah !
Ils ont pris la gourde l'ont cassée.
Ils ont tuée Tsena à coups de sabre,
Tsena, ah
 !

UKÈSTILO PE KALE ARAPĚS [MR 6]

Najla Alieva, née en 1885 (Sofia, 01.10.1953)

More, ukèstilo pe kale Arapěs,
cidinda sas pe parne dromenθe.

Ov na gelo pe dromenθe.

Doreslas les o kalo Aràpi
thaj ćhingerdas me Ali
Ʒambazěs.
I rromnori lesqiri rodèla les.

« Na dikhlen li, be, Rroma!len,
aj, Rroma!len, be, tärgovcolar,

me rromorres, me Ali
Ʒambazěs ? »

Les gars, il a enfourché son Aràpi noir
et s'en est allé par les vastes routes.

Il n'a pas pu suivre sa route,

le Nègre esclave l'a rattrapé
et il a égorgé mon maquignon Ali.

Sa petite femme part à sa recherche.

« Vous ne l'avez pas vu, les Rroms,

eh, les Rroms, les gars, les commerçants,

mo
n petit mari, mon maquignon Ali ? »

… … …

… … …

Devl!a, o pirrorre and-o zengin aćhle.
O śerorro — jekh rigorri gelo.

A ćhe, nine,
Ʒandan, mi dajorri !
Lilas o śero pe angalaθe.
« Aj, Ali, be, phuter te jakhorra !
Aj, Ali, be,
Ʒandan, mo rromorro !  »
« More, jekh dies, duj dies
te rodes man, bori!e, terni!e,

trine kurkenqiri!e, rakli!e.

Aćhon tuqe panƷ ćorrorre,
pan
Ʒ ćorrorre, sa murśorre ćhave.
Me ćorrorre, me korkorre, de ! »

Mon Dieu, les pieds sont restés dans l'étrier.
La tête — elle a roulé sur le côté.
Ah, ma mèr
e, de tout cœur, ma petite mère !
Elle a pris la tête dans ses bras.
« Ah, Ali, ouvre tes yeux !
Ah, A
li, de tout cœur mon petit mari ! »
« Tu peux bien me chercher un jour, deux jours,

me chercher jeune épouse,

jeune Bulgare de trois semaines.

Je te laisse cinq orphelins,

cinq orphelins, tous des garçons.

Mes pauvrets, mes esseulés ! »

6. E ALI ƷAMBAZESQO SUNO [MR 9]

Ivan Dimitrov Kräcov, né en 1896 (Sliven, 05.01.1954)

— Ajrat dikhêm ekh sunorrô :
mä śerësθe lolô jazmas,
mä pirënde kalu ćizmas.
Motha manqe, anäm, motha manqe, canım,
so vakerla morrô sunorrô ?
— A be, Ali,
Ʒambaz Ali,
evlâdım, kızınım,
Khainês vakèrla to sunorrô:
ô lolô jazmas — xaberìci,
ô kalô ćizmas, vaj — limorìci.
Loize tut, Ali
Ʒës, loize tut,
käkäle bare ga
Ʒênθar,
ći ola gonizèna tut,
aśal ti rromnaqi Gülsujeqi !
— Źanki an-ta ma sinia cavala,
tê ura, tê
Ʒanka dromorësθe,
te mi parni kucik tê kucira la,
tê andrë tê thova sultanësqô thuv.
Me mä
Ʒanka Zaara panairësθe.
Uśtilô, uras pês, cizias.
Gelo tar
Ʒi Ćirpanësqê ćairënθê.
Dikhèla, telal avèna
trin
Ʒene, trin bare gaƷê,
ô trin-da grastënça.
Ta vakärna lësqë :
— Miśto ajan,
Ʒambaz Ali !
Kariga cizian käkäle vakäcêsθê ?
Ta vakèrla ô
Ʒambaz Ali :
— Miśto arakhen, aalar, bejler? !
Me
Ʒankava Zaara panairënθê.
Bujurun, aalar, bujurun, bejler,
mëre sultanësqô thuvesθar
të pacarën po jekh thuvali !
— Amê na manga terê thuvesθar.
Amê mangàsa torô gudlo ozi !
Banzardê lêskô laćhô śorô
ta ćhindê lês, ta ćhitê lês
ekhe rigaθê — ortuni rig
palê ô lèśi mukhlê
uprë dromorrësθê.
Tê nakhistê — gelê !
Telal avila ô Dinkô ćorba
Ʒis.
oda-da
Ʒàla Zaara panairësθê.
Dikhla opr-ô dromorrô
ćhipas kaila.
Tê ovêl bur ? — nanäj bur.
Tê ovêl
Ʒukel ? — nanäj Ʒukel.
So si käka kô kaila ?
Ta gelo tê dikhel tar —
lèśi bi śerësqô.
Katar dikhlas, kotar dikhlas
tê alakhêl ô śerorrô —
ek da alakhala
ê
Ʒambazêsqô laćhô śorô.
Ta mukhêla lês
Ʒi leśesθê.
Irizèla palê papalê and-ô gav,
ta rivizèla duraldan
e
Ʒambazêsqê puräj däjreqê :
— Kośarän ê do parnê guruvên
and-ô sastrukanô ordon.
Thoven i bari roxozìna
ta źankên lên Ćirpanënqë
ćairênθar ê
Ʒambazês,
ô
Ʒambàzi namäj irizel.
Lina, kośaräna i parni gurvên
ku sastrukanu ordon,
źankêna, lêna êƷambazês.
Kana irizèla and-ô gav
i däj ê ordonêça,
em rovêla, em vakärla :
— Tharen ô lambês !
Thovên ô
Ʒezvês and-i jag
tê kerën kavês !
Avêla ê maxalaqô
Ʒambas Alis !
Em rovêla, em vakärla :
— A bê, Ali,
Ʒambas Ali,
but keran buti, but parês lian,
eldere, gündere dojum etmedin !

— Cette nuit j'ai eu un songe :
Sur ma tête un fichu rouge
A mes pieds, des bottes noires.
Dis-moi, ma mère, dis-moi petite mère,
Que signifie mon songe ?
— Ah mon gars, mon Ali, mon maquignon
Mon enfant, mon petit,
Ton songe ne dit rien de bon.
Le fichu rouge, c'est une nouvelle,
Les bottes noires, c'est une tombe.
Garde-toi, protège-toi,
De ces grands Turcs qui te pourchassent
À cause de ta femme, Gulsui.
— Allez me chercher ma grande cape noire,
Que je la revête et que je prenne la route
Et ma ceinture blanche que je la ceigne
Et que je mette dans la poche du tabac de sultan
J'irai ainsi à la foire de Zaara.
Il s'habille, il met sa ceinture,
Il est allé jusqu'aux prairies de Chirpané.
Mais voilà que devant lui
s'avancent trois personnes
Trois Turcs.
Tous les trois chevauchant des pur-sang.
Et voilà qu'ils lui disent :
— Bienvenue Ali le maquignon,
Où vas-tu à une heure si matinale ?
Et voilà qu'Ali le maquignon leur répond :
— Bienvenue les beys,
c'est à la foire de Zaara que je me rends,
Servez-vous mes seigneurs
de mon tabac de sultan,
Et roulez-vous une cigarette.
— Mais nous ne voulons pas de ton tabac,
Mais nous voulons ta vie, qui t'est si chère.
Ils ont coupé sa belle tête, ils l'ont décapité.
Ils l'ont jeté d'un côté de la route, du côté droit,
Et puis son corps ils l'ont laissé sur la route,
sur le pavé,
Et les voilà partis.
Voilà que vient à passer Dinko le commerçant,
Lui aussi va à la foire de Zaara,
Et il a vu sur la route quelque chose
qui fait une tache :
Peut-être un fagot ?
Ce n'est pas un fagot.
Peut-être un chien ?
Ce n'est pas un chien.
Qu'est-ce qui fait cette tache ?
Il s'est approché, il a vu un corps sans tête
Il a regardé par ci, il a regardé par là, pour trouver la tête.
Il l'a bien trouvée.
La belle tête du maquignon.
Et il l'a laissée près du corps.
Il a rebroussé chemin jusqu'au village
Et de loin il a appelé la vieille mère du maquignon :
— Attelle deux bœufs blancs à une charrette de fer noir,
Mets-y la grande natte de jonc,
Et prends la route de Chirpané,
Car ton maquignon ne rentrera plus.
Elle a sorti les grands bœufs blancs
Les a attelés à la voiture de fer.
Elle est allée chercher le maquignon.
Elle est rentrée au village et a crié :
— Allumez les lampes, mettez les djezva au feu,
Et faites du café noir et amer,
Voici qu'il est rentré, Ali le maquignon de notre quartier.
Elle s'est assise à côté du mort et lui a dit :
— Ah mon fils, mon Ali, mon maquignon,
Tu as tant travaillé et tant d'argent tu as gagné,
Et tu n'en as fait que du bien autour de toi,
Mais voilà, ta générosité ne pouvait pas plaire à tout le monde.

7. MA DARA, SEJO [MR 10]

Tair Aliev Pantenturi, né en 1902 (Samokov, 30.10.1953)

« Suno dikhlom, rromni!e, Stan!o :
me śeresθe kalo ćiriklo kondisàjlo,
me pirenθe — lole-da ćizmes.  »
Biskaj te vakarel po suno o Sèjo,
pherdili i bar sa segmèna,
sa segmèna, sa thagarutne manuśa.
Thaj dolde sas me Sejos o segmèna,
dine musa lesqe napalpale.

Inklistilo lesqo parno kolin avri papinano.
« So mangen tume amenθar, be, Xoraxa!len ?
So mangen tume saltě ćorenθar ? »
phućelas len i rromni i Stànka.
« Saranda rroja somnakune mangas .
Saranda Ʒore śuvarença mangas!  »
Ingelde e Sejos k-o zandàni,
thaj phanle les saranda śelença,
sinƷirença — saranda kilenθe.
« Ma dara, be Sejo, ma dara, be rrom!a,
biskaj si Ʒivdi ti rromni,
ti rromni i Stàna !  »
Thaj geli sas mi rromni i Stàna
pràvo k-o zlatàra, thaj kerda sas
saranda rroja somnakune.
Thaj geli sas pale and-o kurko,
thaj kinda sas, mi rromni i Stàna,
saranda Ʒoren śuvarença.
LaƷandili, ćori, te ingal len ćhućhe,
thaj geli sas and-o bez[n]isteni,
ladavdas savorren sa loli ćoxa.
Thaj nakhèlas paśe katar-o zandàni.
« Ma dara, be, rrom!a, ma dara, be, Sejo,
biskaj si Ʒivdi ti rromni i Stàna !
Ma dara, be, rrom!a, i gurvani morthi,
i gurvani morthi ekhvaś geli,
i bivolsko morthi — panda nanaj doldi ! »

« J'ai fait un rêve, ma femme, Stana,
sur ma tête s'est perché un oiseau noir,
à me pieds — j'avais des bottes rouges. »
Tandis que Séyo raconte son rêve,
le jardin se remplit de segmènes,
tous des segmènes, tous à la solde du roi.
Et les segmènes ont attrapé mon Séyo,
ils lui ont immobilisé les bras derrière le dos.
Il a bombé son torse, blanc comme celui d'un jars.
« Qu'est-ce que vous voulez de nous, les Turcs ?
Que voulez-vous de tels miséreux ? » —
leur demande la femme Stanka.
« Nous voulons quarante cuillères en or.
Nous voulons quarante mulets avec leur mors !  »
Ils ont conduit Sèyo au cachot
et l'y ont attaché de quarante cordes,
quarante chaînes — à quarante pieux.
« Ne crains rien, Sèyo, mon mari,
aussi longtemps que ta femme est vivante,
ta femme Stana !  »
Et ma femme Stana s’en est allée
tout droit chez l'orfèvre, et elle a fait faire
quarante cuillères en or.
Elle est allée ensuite à la foire,

et elle a acheté, Stana ma femme,
quarante mulets avec leur mors.
Elle a eu honte, la pauvre, de les conduire à vide,
et elle est allée à la halle aux tissus
et les a tous chargés de bonne toile rouge.
Et elle est passée près de la prison.
« Ne crains rien, Sèyo, mon mari,
tant que ta femme Stana est vivante !
Ne crains rien, mon mari, la peau du boeuf
est à moitié dépensée, mais celle du buffle
— elle n'est pas encore entamée ! »

8. MI ĆHAJORRI AƷAMIJKA [MR 18]

Xüseni Aliev Bilǎlov, né le 18.05.1898 (Sofia, 19.11.1975)

« Dikh-ta, mi ćhajorri,
ko marel k-o vudar,
dajkha geći dòba,
lele, Done, aƷamìjko.
Te si dekh Rromorro,
vudar phuter lesqe,
te si dekh Ćitàki,
o vudara phande,
lele, mi ćhajorri !
Ćitàki si beng.
Rakìa ka mangel.
Mezesqe ka pućhel,
xaborre ka ròdel,
buxlaribe ka mangel.
Kate ka arakhav
dajkha geći dòba ? »
« Ma dara, ćhe daj!e,
lele, purani!e.
Merre xurde asves
rakìa ka oven.
Merre lole ćhama
mezesqe ka oven.
Merre gudle vuśta
xaborre ka oven.
Merri ući snàga
buxlaribe ka ovel.
Merre kale bala
ućharibe ka oven,
lele, daj!e purani!e ! »

« Regarde voir, ma fille,
qui frappe à la porte
à cette heure tardive,
seigneur ! Dona, ma candide,
Si c'est quelque pauvre Rrom,
ouvre-lui la porte,
si c'est un Turc,
ferme-lui la porte,
seigneur ma fillette !
Le Turc est un démon :
il exigera de l'eau-de-vie.
Il demandera où sont les hors-d'œuvre,
il cherchera à manger,
il voudra se coucher à l'aise.
Où trouverai-je
[tout cela]
à une heure si tardive ? »
« N'aie pas peur, ma mère,
ma pauvre vieille !
Mes fines larmes
se feront eau-de-vie.
Mes joues rouges
se feront hors-d'œuvre.
Mes douces lèvres
se feront plat de roi.
Mon corps svelte
se fera couche.
Mes cheveux noirs
se feront couverture
[« Couverture » au double sens
de « literie » et de « terre
qui recouvre un mort ».],
ma pauvre vieille mère. »

9. BINE, ŚAZO [MR 19]

Sali NeƷipov Ćobanov, 1919 (Samokov, 1954)

« Bine, Śazo, bine,
k-o uće ćardàka,
k-o uće ćardàka,
k-i
Ʒamläz odàja. »
« Naśti uklav, Mamud,
ćardàka buzludes,
me nanèla neve si.
Ka kajdinav, Mamud,
thaj ka mudara' man.
Xoraxaja dikhen,
la
Ʒavo si, Mamud. »
« Ma dara, tu, Śazo,
me tut ka astarav
te sane dumesθar,
te bare balenθar. »
« Ma astar man, Mamud,
Xoraxaja dikhen,
tut ka maren Mamud,
pale man ka dolen. »

« Monte, Shaza, monte,
sur le long tchardak,
la terrasse de bois couverte
de vignes en espaliers
à la chambre vitrée. »
« Je ne peux pas monter, Mamoud,
le tchardak est couvert de glace,
mes sabots sont neufs.
Je vais glisser, Mamoud,
et je vais me tuer.
Des Turcs regardent
j'aurais honte, Mamoud. »
« N'aie pas peur, Shaza,
je te retiendrai
par ta taille mince,
par tes longs cheveux. »
« Ne me retiens pas, Mamoud,
des Turcs regardent,
ils vont te battre Mamoud,
et ensuite se saisiront de moi. »

10. TELAL AVÈNA, ALEMO [MR 85]

Aśim Barǎmov, né en 1893 (Vidin, 16.12.1953)

« Telal avèna, Alemo,
trin-da mate saldàca,
de, gidim, de !
Em avèna, Alemo,
em-da tuqe phućena,
de, mi ćhaj, de ! »
« So bendindan, Alemo,
katar-o kalo Manàvi,
de, gidim, de ? »
« Me bendindom, baba, le,
lesqoro kalo silaxi*,
[*= haravli]
de, baba, de ! »
« Na la
Ʒas li, Alemo,
katar-o baro, oj, pero,
de, gidim, de,
kaj lilan, Alemo,
kalo-da kalo Manàvi,
de, mi ćhaj, de ? »
« Pajorresqe te
Ʒàsa,
palal tuθe rovèla,
de, gidim, de !
Manrorro kaj uśnèsa,
bokolaqe rovèla,
de, mi ćhaj, de !
K-o xorìki* te
Ʒàsa, [*= khelipen]
podorraθar tut astàrla,
de, gidim, de ! »

« De là-bas arrivent, Aléma,
trois soldats, ivres tous les trois,
eh oui, dur dur !
Ils arrivent, Aléma,
et ils demandent où tu es
eh oui, ma fille ! »
« Qu'est-ce qui te plaît, Alema,
chez cet Anatolien moricaud,
eh oui, dur dur ! »
« Ce qui me plaît, mon père,
c'est sa large ceinture de cuir noir,
eh oui, mon père ! »
« N'as-tu pas honte, Aléma,
devant le grand quartier
[rrom],
eh oui, dur dur,
d'avoir choisi, Aléma,
un Anatolien noir et renoir,
eh oui, ma fille ? »
« Si tu vas puiser de l’eau
il pleurera après toi,
eh oui, dur dur !
Si tu pétris du pain
[ordinaire],
il pleurera pour le pain blanc,
eh oui, ma fille !
Si tu vas danser,
il t'attrapera par le jupon,
eh oui, dur dur ! »

11. MI DAJ, MO DAD VAKERE [MR 88]

Mika Derviśeva Alkova, née en 1912 (Pirot, 19.12.1953)

Mi daj, mo dad vakere,
phivle rrome te na lav, (2)
do ćhavenqoro dadorro.
Ale, ale, Ʒino, Ʒino, ćha,
ale, ale, ale, mi ćhaj ćha !
Xoraxani cikni ćhajorri,
dasikani bari bororri !
Do ćhavenqo dadorro,
do rromněnqo rromorro,
mi ergeni te lav,
mo bevorro te kerel.
Ale, ale,
Ʒino…
Ami ergeni te lav,
te kerel mo bevorro, (2)
te asal mo kherorro.
Ale, ale,
Ʒino…
A va, dad!e, tu dad!e,
ci me kam
Ʒav k-i ćeśme,
śudro pani te anav.
Ʒin-gär-laka, Ʒino, Ʒino, le,
ale, ale, ale, mi rakli,
Ʒin-gär-daka, Ʒino, Ʒino, ćha,
ale, ale,
Ʒino, mi bakri !

Ma mère, mon père [m']ont dit,
de ne pas épouser un veuf,
père de deux enfants.
Viens, viens, Djina, ma fille,
viens, viens, viens, ma fille !
Petite fillette turque,
grande bru chrétienne !
Père de deux enfants,
homme de deux femmes,
mais de prendre un célibataire,
pour qu'il fasse mes noces.
Viens, viens, Djina...
Mais de prendre un célibataire
pour qu'il fasse mes noces,
que ma maisonnée se réjouisse.
Viens, viens, Djina...
Ah oui, père, toi mon père,
je vais aller à la fontaine,
pour apporter de l'eau froide.
Djin-gër-laka, Djina...
Viens, viens, ma fille...
Djin-gër-laka, Djina...
Viens, viens, ma brebis...

Chant de Roumanie – fragment (communiqué par Petre Copoiu, de Giurgiu):

O ĆHAVO THAJ O DAD
Sas o Gruìca, o ćhavo
Thaj o Grùja, o dad lesqo.
And-i xarr, tela jekh plain,
Sas o bìrto le Grujasqo,
Le Grujasqo, le dadesqo.
Xàna manuśa, aj pěna,
Thaj kanćesθar ći marìna,
Sadom o Grùja, o terno,
beśel, ći dum xal, ći dum pěl,
Baro gändo les tasavel.
« Naj tuqe la
Ʒ tě dadesθar,
Aj vi phares le Devlesθar ?
Beśes, ći dum xas, ći dum pěs.
Vaj si tu gändo ansurimasqo ?
Vaj tě love xancile ?
Vaj ti càli ćordisàjli ? »
« Naj man gändo ansurimasqo,
ći mri càli, ći xancili,
ći mre love, ći ćordisàjle.
Ël ćheja man maren,
Ël bororra prastaven man,
Pevitro sem śele-bërśenqo
Naj man gändo ansurimasqo...
N'o Carigràdo naj baro,
Jekh dives te n'ovel morro ».
Sadom Grùja so phenèla ?
« And-o griàzdo tu te Ʒas,
Thaj mre Murgos manqe t'anes !
Sikav kaj san grastenqo raj,
Ćaćo xulaj e grastenqo,
Atùnći śaj te telares,
Ʒi Carigràdo te phires ! »
Ʒàla o Grùja k-o Mùrgo,
Kanenθar les astarèla,
P-o dùmo lesqo xutèla,
Kaj pesqo dad les anèla.
« T'oves baxtalo, Gruja bre,
Dikh, ake to Mùrgo kathe ! »
Sadom Grùja, so phenèla?
« O Carigràdo naj baro,
Sos
θar te na'vel amaro ? »
Thaj o Grùja so kerèla ?
Vov p-o Mùrgo zen ćhudèla,
Carigradesqo drom lèla.
And-o Fòro kana resèla,
Vi opre vi tele phirèla,
Khànći vov ći arakhèla.
Kaj vov, Devl!a, śaj te
Ʒal ?
Ka-jekh bìrto vov aresla,
Tele pa pesqo grast xutla
Ka-o kopàći les phandla,
And-o bìrto andre dia.
« Baxt sastimos, birteśico »
« Nais tuqe, manuśe!a ! »
« Si tu griàzdo pe-kh grast,
Haj jekh konàko pe-kh manuś ? »
« Si man griàzdo pe-kh grast,
Haj jekh konàko pe-kh manuś. »
Kon sas kadi birteśica ?
Sas e phuri Krćmarìca,
Ël dadesqi prin
Ʒardi,
Ël Grujasqi amalin.
Thaj o Gruìca so kerda ?
Gela vov and-o griàzdo,
Pesqe grastes othe phandla
Ta avila and-o bìrto.
Pal-i skafidi vov beśla,
Mol ta rakìa mangla :
« Birteśico Krćmarico,
Tu, mre dadesqi prin
Ʒardi,
de man mol bi masuraqo
ta rakìa duruvlěnça,
pokinàva tut bigindo !
Oj tu mori birteśico,
Armandini Krćmarico,
Aśundan tu so me phendem ? »
Pila, Devl!a, pila palem,
pila
Ʒi kaj ći matila,
P-e phuv pela, sar bilardo,
Khànći vov ći hatarèlas.
And-e mùka, vov rovèla,
ta palem la akharèla,
akuśel'la, thaj mangèla,
mol ta rakìa te anel :
« Oj tu, Maro Krćmarico,
Tre dejaqi birteśico,
Na ker tut, kaj ć'aśunes !
Si man love, sa pokinav,
Love si man, mek man te pav ! »
Sadom e kùrva so kerèla ?
Mol ta rakìa palem dèla,
Ʒi kaj sar mulo ć'aćhòla.
Fug-fuga
θar pe papùća
Pe pes
θe voj uravèla,
Ʒi kodola sas boldine
P-o aver punro tradine.
K-o amperàto voj naśela :
« Amperati, andar-o Del,
Bari viàsta tuqe anav :
Ëkh manuś man
θe avilo,
Lesqi luliàva sar vicèlo,
Lesqi rovli sar murukli,
Mangla mol bi masuraqo,
Phenda ka pokinel bigindo ! »
« Birteśico Krćmarico,
Oj, tu kurvo tě dejaqi.
Sìgo palpale tu te
Ʒas,
Mol bisterdi tu te des les ! »
Birteśica Krćmarica
Sìgo papale voj naśela,
thaj mol bisterdi les dèla.
Sadom o Grùja so kerèla ?
Uśtèla ta avri phirèla,
opre, tele kaj rodèla.
Khànći vov ć'arakhèla.
Kaj vov, Devl!a, śaj te
Ʒal ?
P-o brègo le Doravesqo
pesqo śero tele thovèla.
Bari lìndri les sìgo lèla.
Ël Xoraxaja kothe avèna,
Śukar miśto les arakhèna.
Xurdi balval kaj phurdèla,
Lesqe ćhor buxlarèla.
Ël Xoraxaja ćoral resle
thaj les zumaven te phanden,
K-o amperàto t'angaren.
Ëkh këtàna kaj avèla :
« So kerèna, Xoraxa'!len,
Aman Devl!a, kaj dilàjlen ?
Tumenqe rodèna bàjo,
Savo nas maj and-o tràjo ! »
« Kakale manuśes mangas
te phandas aj te angaras
k-o amperàto, raj baro. »
O këtàna so phenèla ?
« Xoraxa'len, kaj dilajlen,
Sode tumen śaj man te den,
śukar miśto les te phandav
Haj k-o raj baro t'angarav ? »
Śukar miśto vov les phandla,
K-o amperàto v'angarda,
k-o amperàto, raj baro.
« Kodole manuśes phandlem
Thaj tuqe, raje!a, andem. »
Śukar miśto les pokinda,
o amperàto raj baro.
Lia pesqe love, ginda
ta pesqo drom vov telarda.
So amperàto śaj te kerel
Le Gruiasqe, le ćhavesqe ?
Tela ekh barr les thovèla !
Phandlo si, naśti te khelel
ći dum opre, ći dum tele
Ekh děs, duj, trin vo beśela.
Ekh klonkàno kaj avèla,
Paś lesqo śero phirèla.
« Haj klonkàno, tu phakhalo,
na pata tu ke sem mulo !
De ma ekh por, jekh pororro,
Te lekhavav ekh lilorro ! »
O klonkàno so kerèla ?
Por andar pesqi pakh dèla.
O Grùja lil lekhavèla,
sa pesqi dukh mothovèla.
K-o klonkàno o Gruìca
dèla o lil, t'angarel les
Ʒi lesqo dad aj te del les.
O klonkàno o lil lia,
Ka lesqo dad les angarda.
O klonkàno sig resèla,
śukar miśto vikinèla.
Ta o Grùja o dad phuro
andar-o bìrto anklila,
opre pesqo śero vazdla,
thaj ël klonkanos vov dikhla.
Fug-fugaθar khere
Ʒàla,
Pùśka p-o karfin te lel,
thaj avri iklol palem
e klonkanos puśka te del.
O ćiriklo lil mekèla,
Ʒi k-o dad kaj perèla.
Vov les vazdèla aj putrèla,
e klonkanos puśka ći dèla.
Lil ćhavesθar drabarèla :
« O Gruìca maj terno,
Tel-o barr phandlo beśela
othe kaj les o raj thovda !
Phandlo vov naśti te khelel
ći dum opre, ći dum tele »
Sadom o Grùja so kerda ?
Śukar miśto uravda pes,
sar pevitro vov kerda pes
dromenqo murś devlikano,
phuro, prnango kaj phirèla.
ta karing-o raj drom lèla.
« Baxt sastimos, amperati !  »
« Baxt sastimos, pevitre!a »
«  Amperati, tu bare!a
Aśundem me so tel-o barr,
tut isi ekh terno manuś,
xaimasqe les phandlan.
Bikin les manqe, tu, raj!e ! »
« Aśun-ta, pevitre!a !
Naj manqe bikinimasqo,
Vov si manqe xaimasqo! »
Thaj o Grùja, o dad phuro,
So atùnći vov kerèla?
Pesqo pharo vast vazdèla
ćamudini les pekèla,
ta k-o zìdo les lipìla.
K-o Gruìca vov naśela
Tel-o barr les arakhèla
barr pe lesθe vov vazdèla
pesqe ćhaves avri mekèla.
Atùnći so Grùja phuro,
pesqe ćhavesqe phenèla?
« Mar-ta, mo ćho, ël agora ,
Haj me maràva o maśkar ! 
»
Śukar miśto sol duj kerde
sarkaj kòrkorre von phende.
Sig e vòrba
Ʒàla trujal
Aj kon aśunèla dural
Avèla sig t'aźutil len,
Nùma gàta sas o marimos.
Othe i paramìći, athe o ćaćimos.

et de rien ne se soucient,
mais Grouya, le jeune
est assis, sans manger ni boire,
un tourment l'étouffe.
« N'as tu pas honte devant ton père,
n'es-tu pas accablé devant Dieu ?
Tu es assis, sans boire ni manger,
Es-tu soucieux de te marier ?
Ou ton argent s'est-il amoindri ?
Ou tes vêtements ont-ils été dérobés ? »
« Je ne suis pas soucieux de mariage,
et mes vêtements ne se sont pas
amoindris
ni mon argent, il n'a pas été volé.
Les jeunes filles se moquent de moi,
les jeunes femmes me méprisent,
je suis [comme] un moine de cent ans
je ne suis pas soucieux de me marier...
Mais Constantinople n'est pas si grand,
qu'il ne puisse un jour être mien ».
Mais Grouya que dit-il ?
« Dans l'étable il te faudrait aller,
et m'amener Mourgo, mon cheval noir !
Montre que tu es un noble chevalier,
un vrai maître des chevaux.
Alors tu pourras partir,
et jusqu'à Constantinople voyager ! »
Grouya va à Mourgo,
il le saisit par les oreilles,
et saute sur son dos,
jusqu'à son père il le conduit.
« Bien le bonjour, vieux Grouya,
regarde, voici ton Mourgo ici ! »
Mais Grouya, que dit-il ?
« Constantinople n'est pas si grand,
pourquoi ne serait-il pas nôtre ? »
Et Grouya que fait-il ?
Il met une selle à Mourgo
et prend la route de Constantinople.
Quand il arrive dans la Ville,
de ci de là il va errant,
mais il ne trouve rien.
Où donc, mon Dieu, peut-il aller ?
À une auberge il est arrivé,
et a sauté à bas de son cheval
il l'a attaché à un arbre,
et est entré dans l'auberge.
« Bien le bonjour, patronne ! »
« Merci à toi, l'homme ! »
« Aurais-tu une étable pour un cheval
et un logement pour un homme ? »
« J'ai une étable pour un cheval
et un logement pour un homme. »
Qui était cette aubergiste ?
C'était la vieille Krćmaritza,
une connaissance de son père,
une amie de Grouya.
Et Grouya qu'a-t-il fait ?
Il est allé à l'étable,
il y a attaché son cheval
et s'en est retourné à l'auberge.
À la table, il s'est assis
et a commandé vin et eau-de-vie :
« Patronne Krćmaritza,
toi, connaissance de mon père,
donne moi du vin sans mesure
et de l'eau-de-vie par tonneaux
je te paierai sans compter !
Hoï, toi, la patronne,
maudite Krćmaritza,
as-tu entendu ce que j'ai dit ? »
Il a bu, mon Dieu, et a encore bu,
il a bu jusqu'à en être saoûl,
il est tombé à terre, comme fondu,
il ne ne comprend plus rien.
Dans son malaise, il pleure,
et à nouveau il l'appelle,
il l'insulte et commande
d'apporter vin et eau-de-vie :
« Hoï, toi, Mara Krćmaritza,
patronne de ta mère,
ne fais pas la sourde oreille !
J'ai de l'argent, je vais payer,
de l'argent, j'en ai, laisse-moi boire ! »
Mais la putain, qu'est-ce qu'elle fait ?
Il lui donne encore du vin
et de l'eau-de-vie
jusqu'à ce qu'il soit comme mort.
À toute vitesse elle enfile alors
ses chaussures l'une pour l'autre
en se pressant elle se trompe
et chausse un pied pour l'autre.
Il court chez l'empereur :
« Empereur, venant de Dieu,
je t'apporte une grande nouvelle :
il est venu chez moi un homme,
avec une pipe comme un veau
et une canne comme un tronc d'arbre,
Il m'a commandé du vin sans mesure,
et a dit qu'il paierait sans compter ! »
« Patronne Krćmaritza,
hoï, toi, putain de ta mère,
retourne vite chez toi,
et donne-lui du vin oublié ! »
L'aubergiste Krćmaritza
est repartie en courant
et lui a donné du vin oublié.
Mais Grouya que fait-il ?
Il se lève et marche dehors,
de droite et de gauche il cherche.
Il ne peut rien trouver.
Où donc, mon Dieu, peut-il aller ?
Sur la rive du Danube
il met sa tête sur le sol.
Bientôt un lourd sommeil l'envahit.
Les Turcs arrivent près de lui
ils le trouvent juste comme il faut.
Un petit vent qui soufflait
écartait sa barbe.
Les Turcs en cachette sont arrivés
et essayent de l'attacher,
pour le conduire à l'empereur.
Un soldat qui passait par là :
« Que faites-vous, les Turcs,
Pitié, mon Dieu, mais vous êtes fous ?
Vous cherchez un tracas
comme vous n'en avez jamais
eu de votre vie ? »
« Cet homme, nous voulons
l'attacher et le conduire
à l'empereur, ce grand seigneur. »
Et le soldat que dit-il ?
« Vous turcs qui êtes devenus fous,
combien pouvez-vous me donner
pour que je l'attache bien comme il faut
et que je l'emmène au grand seigneur ? »
Il l'a attaché bien comme il faut,
et jusqu'à l'empereur l'a conduit,
à l'empereur, au grand seigneur.
« Cet homme, je l'ai attaché
pour toi, seigneur, et je te l'ammène ».
Il a été payé bien comme il faut
par l'empereur, ce grand seigneur.
Lui a pris son argent, l'a compté
et a repris sa route.
Qu'est-ce que l'empereur peut faire
à Grouya, au jeune homme ?
Sous un rocher, il l'enferme,
il est attaché et ne peut bouger
ni vers le haut, ni vers le bas.
Un jour, deux trois, il demeure ainsi.
Un vautour qui passait
près de sa tête vient marcher.
« Dis-donc, vautour, la bête ailée,
ne crois pas que je sois mort !
Donne-moi une plume, une petite,
que j'écrive une petite lettre ! »
Le vautour, que fait-il ?
De son aile, il arrache une plume.
Et Grouya écrit sa lettre,
il y dit toute sa souffrance.
Puis Grouya donne la lettre
au vautour pour qu'il l'emporte
jusqu'à son père et la lui donne.
Le vautour a pris la lettre,
et l'a emportée à son père.
Le vautour y arrive vite,
et se met à appeler bien comme il faut.
Et Grouya le vieux père
de son auberge sort aussitôt,
il lève la tête vers le ciel,
et voit alors le vautour.
Vite, très vite, il va à la maison,
pour prendre son fusil du clou,
et sur le champ ressort pour abattre
le vautour d'un coup de fusil.
L'oiseau laisse tomber la lettre
qui tombe jusqu'au père.
Il la ramasse et l'ouvre
et ne tire pas sur le vautour.
Il lit la lettre de son fils :
« Grouya le jeune garçon
sous un rocher est enfermé
là où le seigneur l'a mis !
Attaché il ne peut pas bouger
ni vers le haut, ni vers le bas. »
Mais Grouya que fait-il ?
Il s'habille bien comme il faut,
il se déguise en moine,
en pieux religieux pélerin,
vieux, pieds-nus, qui va errant
et prend la route du seigneur.
« Bien le bonjour, empereur »
« Bien le bonjour, religieux »
« Empereur, toi grand homme
j'ai entendu dire que sous un rocher
tu as un jeune homme,
enfermé pour qu'il périsse.
Vends-le-moi, Seigneur ! »
« Écoute voir, le moine,
Je ne le garde pas pout le vendre,
je le garde pour qu'il périsse ! »
Et Grouya, le vieux père,
qu'a-t-il fait alors ?
Il a levé sa lourde main
et en frappe la joue du seigneur
si fort qu'il le colle au mur.
Il court à Grouya
et le trouve sous le rocher
il lève le gros rocher qui le couvre
et laisse sortir son fils.
Alors le vieux Grouya
que dit-il à son fils ?
« Tape bien les bouts mon fils,
moi je frappe le milieu ! »
Tous deux ont fait bien comme il faut
ce qu'eux-mêmes avaient dit.
Vite la rumeur se répand
et qui de loin l'entend
arrive à toute haleine pour les aider
seulement la bataille était terminée.
Là-bas est la légende, ici la vérité

Haut de page

Bibliographie

    

Copoiou, Petre (env. 1970), Culegere de texte ţiganeşte (ms.) – Giurgiu, s. d.

Courthiade, Marcel (1985), “Between oral and written textuality: the lila of the young Rromani poets in Kosovia” dans Lacio drom international no 6/1985, pp. 2-20.

Ilčev, Stefan (sous la réd. de) (1974), Речник на редки, остарели и диалектни думи в литературата ни от XIX и XX век. Sofia : Académie bulgare des Sciences.

Papazian, V. M.( 1901), Hay-Poshaner, étude ethnographique, Tiflis, 1899 (en arménien, trad. en russe et publié comme Арменские Боша (Цыгане): Етнографический Очерк. Moscou.

Romanov, Manuś – Романе пхуре-пуране гиля (ms.) – Sofia, décembre 1975.

Haut de page

Notes

1 Une exception notable – mais ponctuelle est la radio turque de Prizren qui héberge une émission quotidienne en rromani, dirigée par le journaliste et poète Kujtim Paćaku, lui-même bon turcophone.

2 Luka Šteković, Rečnik rromskih pisaca Srbije i Crne Gore, sous presse.

3 La seule exception est un texte en vers de Gafur Raśidi Meribe e diaqo (La mort de la mère), publié dans “Between oral and written textuality: the lila of the young Rromani poets in Kosovia” dans Lacio drom international no 6/1985, pp. 2-20, Rome. Encore le texte d'une soixantaine de vers ne mentionne-t-il pas explicitement les Turcs, mais rapporte comment la mère de Vehbi et de ses neuf frères s'effondre foudroyée lorsqu'elle découvre la main coupée de son fils apportée du champ de bataille par deux corbeaux. Fait significatif, on ne peut identifier si Vehbi et ses neuf frères se battaient du côté de Murat ou de celui de Lazare.

4 De confession musulmane, il a porté le nom « turc » de Demir Aliev jusqu'aux années 80 où l'état civil l'a mis en demeure de choisir un nom purement bulgare – ce qu'il a fait en se faisant appeler non sans humour Manuś Romanov… (Manuś est « humain » en rromani, et le clin d'œil de Romano[v] est transparent...). Les textes cités ici sont tirés d'un recueil tapé à la machine qu'il m'a confié en 1988 pour publication.

5 Les Rroms de la péninsule ibérique, appelés Gitans, ont perdu l'usage normal du rromani en raison des persécutions et se sont mis très tôt à parler la langue locale à leurs enfants ; ces derniers toutefois, en entrant dans le monde des adultes et du travail, glanaient quelques lexèmes auprès de leurs aînés, qui continuaient à parler rromani entre eux, et les utilisaient comme une sorte d'argot à fonction aujourd'hui surtout symbolique et identitaire appelée chipi calí (« langue noire ») ou simplement caló. De nos jours, quelques douzaines de lexèmes sont d'usage courant mais on connaît les formes antérieures, un peu plus riches, grâce à quelques lexiques (en partie fantaisistes toutefois), des prières traduites et deux cents proverbes environ.

6 Pour ce mot v. infra.

7 Le mot çëtëk existe en albanais cossovar dans le sens de « enfant attardé mentalement » et une filiation n'est pas exclue avec tc. çitik.

8 Les Boša (en Turc Poşa) sont une population appelée « tsiganes arméniens » dans le Caucase et que l'on a longtemps considérée comme une branche très anciennement détachée du peuple rrom, sans doute avant même la traversée de la Perse, comme l'a relevé Ian Hancock de l'Université d'Austin (Texas). Ce même chercheur en est venu récemment à mettre en doute toute parenté entre ces Boša, qui s'appellent eux-mêmes Lomavren, et les Rroms, sans toutefois parvenir à une position définitive.

9 Entre parenthèses, lieu et date du collectage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Courthiade, « Les Turcs dans les chansons des Rroms des Balkans à l'époque ottomane  », Cahiers balkaniques, 36-37 | 2008, 243-272.

Référence électronique

Marcel Courthiade, « Les Turcs dans les chansons des Rroms des Balkans à l'époque ottomane  », Cahiers balkaniques [En ligne], 36-37 | 2008, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ceb.revues.org/1557 ; DOI : 10.4000/ceb.1557

Haut de page