Navigation – Plan du site

Mouvement né le 14 juillet 1989 au sein de l'École de médecine militaire de Constantinople. Le premier congrès des Jeunes-Turcs se tient à Paris en février 1902 et rassemble une cinquantaine d'opposants, ils demandent le rétablissement de la Constitution de 1876 et la libéralisation du régime. Ils sont particulièrement actifs en Macédoine, où, en 1907, le comité de Salonique -la Société ottomane pour la liberté- fusionne avec celui de Paris pour former le Comité Union et Progrès. Le parti compte alors trois grands courants idéologiques, l'un occidentaliste et libéral, favorable à un État décentralisé  et proposait des réformes radicales, l'autre de tendance islamique, proche du courant des Jeunes-Ottomans, proposait de moderniser l'Empire en respectant la culture et les valeurs islamiques, il s'agissait alors de reprendre le savoir technique de l'occident, en délaissant le savoir moral. Enfin, la tendance turquiste, nationaliste, emmené par Ahmed Riza, défendait un centralisme autoritaire chargé de maintenir l'intégrité territoriale de l'Empire.

Article

Retour à l’index