Navigation – Plan du site

Sorte de fief consistant en une concession fiscale, le détenteur du timar collectant pour lui-même les impôts dus à l'État.Cette concession était personnelle : à la mort de son bénéficiaire, le timar n'est théoriquement pas transmis aux enfants de celui-ci ; par ailleurs un bénéficiaire pouvait recevoir des timars de valeurs différentes au cours de sa carrière, en fonction de son avancement. Le système permettait essentiellement d'entretenir des cavaliers légers organisés de façon provinciale, les sipahis ou timariotes. Les bénéficiaires pouvaient aussi être des officiers de la cour, des fonctionnaires ou des monastères.

Article

Retour à l’index