Navigation – Plan du site
Liens culturels et littéraires

L’image du Turc dans Ali Hurshid Bey de Basile-Miltiade Nicolaïdis

The image of Muslim Turk in Ali Hurshid bey by Basile-Miltiade Nicolaïdis
Η εικόνα του Τούρκου-Μουσουλμάνου στο Αλί Χουρσίτ Μπέη του Βασιλείου-Μιλτιάδη Νικολαϊδη
Henri Tonnet

Résumés

On cherche à dégager l’image des Turcs musulmans dans la prose d’imagination grecque du XIXe siècle en s’appuyant sur une autobiographie romanesque parue en 1882, Ali Hurshid bey, Épisode de la Révolution grecque de Basile Miltiade Nicolaïdis (1815-1903). L’intérêt de ce document est que le héros-narrateur, né chrétien, fut converti à l’islam par le pacha de Magnésie (Manisa) qui l’« adopta » en 1822, puis, racheté par sa mère, revint au christianisme. Nicolaïdis présente des renseignements de première main sur la vie dans un harem et la formation religieuse d’un enfant turc au XIXe siècle et plus généralement sur l’état d’esprit des Turcs de ce temps. Ce témoignage est cependant à relativiser, car cet homme deux fois converti aborde son ancien état d’esprit avec une bonne dose de culpabilité.

Haut de page

Texte intégral

1S’agissant des Turcs, il me semble que l’on observe, dans la littérature grecque, une sorte de mouvement pendulaire de la sympathie à l’hostilité et vice versa.

2Contrairement à ce à quoi l’on pourrait s’attendre, lorsque la littérature grecque moderne se crée, entre 1830 et la fin du XIXe siècle, le thème turc n’y est pas encore constitué. On trouve quantité d’Ottomans dans la prose de cette période, mais ce sont des personnes, pas des personnages stéréotypés. Ce qui commence à changer cette situation, c’est la création, après 1850, d’un genre appelé à un brillant avenir dans les lettres grecques, celui du roman historique. Tout sort d’Ivanhoé de Walter Scott. On va retrouver dans les imitations grecques le schéma de l’opposition entre les oppresseurs brutaux et les opprimés-résistants. Les opprimés seront les Grecs, tandis que les oppresseurs se trouveront être, selon les cas, les Francs, les Vénitiens ou les Ottomans. Au XXe siècle, la littérature des réfugiés d’Asie Mineure allait encore compliquer ce schéma en y introduisant l’élément émotionnel du témoignage personnel et souvent une analyse de type marxiste cherchant à dépasser les confrontations ethniques au profit d’une opposition exploitant-exploités, les exploités étant indistinctement les petits Grecs et les petits Turcs. On retrouve de la sympathie pour les Turcs.

3Depuis au moins le XVe siècle, l’approche du phénomène turc par la mentalité grecque repose sur un paradoxe. On y trouve à la fois l’affirmation d’une complète différence liée à la religion et une certaine familiarité, voire une vague complicité. Pour saisir cette position, il faut la comparer avec ce que les Grecs pensent des Européens, qui est exactement contraire. Les Grecs se conçoivent comme essentiellement européens, en raison de leur apport historique à la civilisation européenne, mais les Européens restent pour eux des étrangers, en partie incompréhensibles.

  • 1 Nicolaïdis fit paraître l’année suivante une version française de son livre avec un titre légèremen (...)
  • 2 La circoncision. Nicolaïdis fait discrètement allusion à ce « détail » à la page 184 : « selon la l (...)

4Un livre comme celui de Basile-Miltiade Nicolaïdis, Ali Hurshid bey. Épisode de la Révolution grecque, paru en grec à Paris, en 1882, chez Firmin Didot1, est théoriquement d’un grand intérêt pour notre sujet. Il s’agit, en effet, du récit autobiographique d’un Grec qui fut Turc -- au sens que l’on donnait au mot en grec au siècle, c’est-à-dire musulman -- pendant son enfance, de trois à douze ou treize ans -- et qui a donc connu ce qui restait absolument caché aux chrétiens, la vie à l’intérieur du harem et la formation religieuse. À l’exception cependant, s’il faut le croire sur ce point, de ce qu’on appelle en gréco-turc le sounéti (sünnet)2.

  • 3 La capacité de Nicolaïdis de se mettre à la place d’un musulman apparaît bien dans les questions su (...)

5Ainsi, Basile, alias Ali Hurshid, a le loisir de juger les Turcs musulmans avec la compétence suffisante, puisqu’il fut un des leurs3 et le recul nécessaire puisqu’il écrit à un moment où il a fait retour au christianisme.

6Avant d’en venir à sa présentation de la mentalité turque, il est nécessaire de dire deux mots du personnage de Basile-Miltiade Nicolaïdis. Il serait né, selon son propre témoignage, le premier janvier 1821, d’où son prénom de Basile, d’une riche famille de Grecs de Constantinople. Selon d’autres sources plus fiables (ses archives militaires), l’année de sa naissance est 1815. Son père, qui était responsable du matériel dans les arsenaux ottomans, et son oncle, administrateur des biens de la Sultane-mère, sont exécutés en 1821 pour haute trahison. Les biens de sa famille sont confisqués. Sa mère pense le mettre en sûreté chez son beau-frère à Chios. Il échappe aux massacres en 1822 et est recueilli et adopté (non officiellement) par le pacha de Manisa (Magnésie), Karaosmanoglou, qui n’a pour enfants que des filles. Rebaptisé Ali Hurshid, il reçoit au palais (et dans le harem) de Magnésie une éducation musulmane. Quand il a dix ans (ou treize ans, selon la chronologie haute), sa mère le rachète, grâce à l’intercession de la fille du sultan Mahmoud, épouse du grand vizir. Il séjourne auprès de sa mère à Constantinople, mais n’arrive pas à s’adapter à sa nouvelle condition de chrétien. Il est envoyé chez son oncle à Syros puis dans une École militaire à Nauplie. Tout ceci est raconté dans son récit autobiographique. La suite nous est connue principalement par des documents d’archives militaires. Il poursuit ensuite une carrière d’officier du génie, avec un séjour à l’École Polytechnique à Paris, et termine son service comme commandant. Outre Ali Hurshid pacha, on doit aussi à Nicolaïdis un récit de voyage avec des notices ethnographiques intitulé, Les Turcs et la Turquie contemporaine. Itinéraire et compte-rendu de voyages dans les provinces ottomanes avec cartes détaillées, Paris, 1859 et diverses publications de moindre importance faites à Paris à la fin de sa vie, dont une grammaire française en grec, et un drame romantique Eléni. Il meurt en 1903.

7Il est certain qu’apparaissent dans Ali Hurshid bey des renseignements sur les coutumes et les croyances des Turcs musulmans qui sont précis et paraissent de première main.

8Sur la civilisation matérielle des Ottomans, on apprend, ce que d’autres auteurs grecs ont aussi remarqué, à savoir que les Turcs ne couchaient pas alors dans des lits, mais sur des matelas à même le sol :

  • 4 Η παιδοκόμος μου μέ ἔθηκεν εἰς τὴν κλίνην μου, τουτέστιν ἐπὶ στρωμάτων κατὰ γῆς ἐστρωμένων, κατὰ τὴ (...)

« Ma nurse me mit dans mon lit, c’est-à-dire sur des matelas posés à terre, selon l’habitude turque.4 » (p. 173)

9Il remarque aussi un détail que je n’ai pas retrouvé dans le reste de la littérature grecque du XIXe siècle sur les Turcs, qu’il leur est interdit de manger avec une fourchette :

  • 5 Τρώγων τὸ πιλάφι μου διὰ χοχλιαρίου καὶ τὰ λοιπὰ φαγήματα διὰ τῶν δακτύλων διότι ἀμαρτάνει ὁ διὰ πε (...)

« Je mangeais mon pilaf à la cuillère et les autres plats avec les doigts (car c’est un péché pour un musulman de manger avec une fourchette.5 » (p. 207)

10On retient encore cette notation intéressante sur les manifestations publiques d’affection des Turcs :

  • 6 Τούρκοι καὶ Τούρκισσαι φιλοῦσι μὲν τὰ παιδία, ἀλλὰ δὲν φιλοῦνται μεταξύ τους. Θέτουσι μόνον ἀμοιβαί (...)

« Les Turcs, hommes et femmes, embrassent leurs enfants, mais ne s’embrassent pas entre eux. Ils se contentent de se poser réciproquement les mains sur les épaules et d’incliner la tête à tour de rôle de la droite vers la gauche, comme le simulacre de baiser que se donnent nos prêtres pendant la messe.6 » (p. 252)

11Mais, contrairement à d’autres auteurs comme Constantin Ramfos, Nicolaïdis ne cultive pas spécialement le pittoresque ethnographique, peut-être parce que c’est un Grec de Constantinople qui s’adresse à des lecteurs grecs à qui le monde ottoman est, au moins extérieurement, familier. C’est plutôt le monde moral qui l’intéresse pour des raisons manifestement personnelles. Il a lui-même un temps partagé cette mentalité et, alors même qu’il a changé de monde moral, il en connaît les qualités et les défauts.

12Il faut dire que, dans l’appréciation de Nicolaïdis, les défauts l’emportent de loin sur les qualités.

13Selon l’auteur grec, la grande qualité des Turcs est d’avoir un grand respect et un grand attachement pour leur mère. Cette particularité est cependant présentée de façon assez ironique :

  • 7 Οι εξαιρέτως μονοθεϊσταί μουσουλμάνοι, οἱ πεντάκις τῆς ἡμέρας ἐξ ὓψους μιναρέδων κηρύττοντας ὃτι οὐ (...)

« Les musulmans, qui sont exclusivement monothéistes, qui cinq fois par jour proclament du haut des minarets qu’ils n’ont d’autre dieu que Dieu, ont aussi des déesses, des déesses terrestres, comme tous les autres hommes, leurs MÈRES.7 » (p. 153)

  • 8 Le livre est rempli de phrases turques dans une retranscription en caractères grecs plus fidèle que (...)

14Il faudrait peut-être aussi ajouter parmi les qualités des Turcs, mais en sont-ils responsables ?, la beauté de leur langue. Nicolaïdis, comme un certain nombre de Grecs du temps qui pratiquaient le turc8, ne perd pas une occasion de citer des mots et des phrases en turc et note que la langue des femmes du harem était d’une particulière pureté. Voici comment il s’exprime à ce sujet :

  • 9 Ἡ ἡδύτατη φωνή ἡ μελισταγὴς λαλιά, αἱ τρυφεραὶ ἐκφράσεις ἐν τῆ πλουσία καὶ εὐλυγίστω αὔτων γλώσση, (...)

« Leur voix très agréable, leur parler doux comme le miel, leurs tendres expressions, dans leur langue si riche et souple, charment l’oreille plus que toute autre voix.9 » (p. 190)

15Mais les qualités des musulmans turcs s’accompagnent de beaucoup de défauts. Le plus bénin est un orgueil naïf et enfantin qui leur fait mépriser le reste du monde. Nicolaïdis résume ce point par la formule suivante :

  • 10 Ἡ κομπορρημοσύνη εἴναι ἐκ τῶν κοινῶν τοῖς Τούρκοις χαρακτηριστικῶν.

« La fanfaronnade est une des caractéristiques communes aux Turcs.10 » (p. 238)

  • 11 Πατυρδὶ, ὡς μηδὲν ἐξ αὐτης ἐννοοῦντες.

Les Turcs sont persuadés que le grec n’est qu’un charabia incompréhensible. Nicolaïdis reproduit cette opinion sans commentaire dans la bouche d’une fille de pacha : « c’est du bruit, patırtı, car on n’y comprend rien.11 » (p. 163)

16Le Turc du peuple au XIXe siècle n’a pas réalisé que son pays est « l’homme malade de l’Europe » et se croit toujours à l’époque de Soliman le Magnifique :

  • 12 Οἱ Τοῦρκοι ἐβεβαίουν ἴσως δὲ καὶ βεβαιοῦσιν εἴς τίνα μέρη ὅτι ὁ κόσμος ὅλος ἀνῆκεν εἰς τον σουλτάνο (...)

« Les Turcs assuraient alors (peut-être l’assurent-ils encore à certains endroits) que le monde entier appartenait au sultan, et que les giaours francs étaient tous ses sujets et lui payaient tribut.12 » (p.166)

17L’orgueil, même injustifié, a sa grandeur. Mais, selon Nicolaïdis, cette arrogance à l’égard des inférieurs s’accompagne de servilité et de soumission excessive à l’égard des supérieurs :

  • 13 Τοιοῦτος ὁ χαρακτὴρ τοῦ Τούρκου ἀγέρωχος δεσπότης, αὐθεδέστατος τύραννος, ὅτε ἐξουσιάζει, ταπεινοῦτ (...)

« Tel est le caractère du Turc : despote arrogant, tyran très insolent, lorsqu’il a le pouvoir, il devient humble comme un ilote et se soumet sans récriminer, dès qu’il est mis sous le joug. Il faut cependant remarquer que le ktsmet (la fatalité) auquel il croit, contribue grandement à la soumission immédiate du Turc.13 » (p. 229)

18Nicolaïdis concentre ses observations autour du mépris de la vie d’autrui et de la sienne propre chez les Turcs. Le livre porte comme sous-titre : « Épisode de la Révolution grecque ». Il est donc, comme beaucoup d’ouvrages du temps, par exemple l’Héroïne de la Révolution grecque ou Loukis Laras, un témoignage sur les atrocités commises en 1821 à Constantinople et en 1822 à Chios. Sur ce chapitre, Nicolaïdis en reste au plan de la constatation et de l’entassement :

  • 14 Οἱ Τοῦρκοι εἰσήλαυνον εἰς τὰς οἰκίας, εἰς τοὺς γυναικωνίτας, ἔσφαττον ἐπὶ τῶν ὁδῶν, ἐλεητάτουν, ἀπη (...)

« Les Turcs faisaient irruption dans les maisons, dans les appartements des femmes, massacraient dans les rues, pillaient, pendaient les victimes sous les fenêtres de leurs propres maisons, torturaient et pillaient les églises, rasaient les maisons, confisquaient ou usurpaient les propriétés, enlevaient femmes et jeunes filles, faisaient descendre les réfugiés des bateaux européens et les massacraient sous les yeux des ambassadeurs étrangers.14 » (p. 131)

19Mais il essaie aussi d’expliquer ces comportements. Et la recherche qu’il fait n’est pas aussi gratuite que d’autres descriptions des mœurs turques, par exemple dans les Esquisses des mœurs turques de Grégoire Palaiologue et Halet Efendi de Ramfos. Basile Nicolaïdis interroge le Turc qui était en lui, et qui y est peut-être encore.

  • 15 Georges Kehayoglou a bien vu que l’humour apparent de Nicolaïdis et les changements concernant l’âg (...)

20Le livre, écrit par un chrétien, est la confession (apparemment badine15) d’un pécheur qui fut musulman et fier de l’être et qui vouait à tous les diables la religion de ses pères. Le remords le plus cuisant, qui nécessite la confession la plus complète, concerne l’attitude du héros envers sa mère. Non seulement, comme Albert Cohen dans Le Livre de ma mère, il s’accuse d’avoir eu honte de sa mère, mais il avoue encore l’avoir méprisée et injuriée, parce qu’elle n’était qu’une giaour. L’horreur qui transparaît ici est celle d’un pécheur pour sa vie passée. C’est encore la formule du roman picaresque.

  • 16 « Tous les jours, je devenais plus turc ! » (p. 156) : Ὁσημέραι ἐγινόμην σκληρότερος, τουρκότερος ἐ (...)

21De sorte que le personnage du Turc que trace Nicolaïdis n’est pas copié sur des Turcs réels, mais tiré des souvenirs de l’enfance. Quand le narrateur dit qu’il devient de plus en plus « turc »16, il veut dire qu’il acquiert tous les défauts d’un enfant gâté et mal élevé.

22En fin de compte, le thème central du livre ne concerne pas le caractère des Turcs vu par les Grecs, même si l’on y rencontre, comme nous l’avons vu, nombre de renseignements sur ce sujet. Il s’agit d’une interrogation, un peu angoissée, et typique de l’idéologie des Lumières, sur la capacité de l’éducation à changer la nature, et réciproquement. Le problème est compliqué par le fait que Basile, alias Hurshid, subit successivement deux éducations aux principes opposés, une éducation de fils (adoptif) de pacha reposant sur l’arbitraire le plus brutal et une éducation chrétienne démocratique basée sur la liberté et l’égalité. Soulagé, le narrateur constate que sa nature n’a pas été pervertie :

  • 17 ῎Αραγε ἐκ φύσεως ἥν οὕτω σκληρὸς ἤ ἐξ ἀνατροφῆς. Ἐξ ἀνατροφῆς θηριώδους, φίλε ἀναγνώστα : διότι, εἰ (...)

« Étais-je donc cruel de nature ou par suite de mon éducation ? C’était le résultat d’une éducation brutale, cher lecteur. En effet, une fois revenu au christianisme et avançant en âge dans une éducation libérale, je découvris que j’aimais les fleurs, les enfants et les animaux. [...] C’était donc l’éducation qui avait perverti mes mœurs, mais pas ma nature. Parents, lisez ce récit détaillé et estimez toute la différence qui existe entre l’instruction libérale et douce dont profitent vos enfants et l’éducation brutale et sauvage des ennemis oppressifs et fanatiques de toutes mœurs policées.17 » (p. 213)

23L’idéologie qui inspire ce jugement contrasté est courante à l’époque. La supériorité de la civilisation occidentale reposant sur un christianisme revisité par le libéralisme des Lumières n’est pas remise en question. L’exemple turc n’est qu’un cas particulier du despotisme et du fanatisme que dénoncent les philosophes, parfois dans la personne des rois chrétiens. Dans la version grecque (et romantique) de cette idéologie, le christianisme n’a aucun lien avec le fanatisme mais seulement avec la douceur des mœurs ; et il se trouve l’allié naturel de la liberté.

24Finalement, Nicolaïdis, comme avant lui Ramfos, se livre plutôt à une critique de l’islamisme. Ramfos en étudiait les conséquences politiques. Nicolaïdis s’attache à son influence sur les mœurs. N’ayant qu’une approche « enfantine », à tous les sens du terme, de l’islam qu’il a quitté à l’âge de dix ans, il n’en voit que la sensualité et la férocité, dans les manifestations qu’il en connaît, la dissolution des mœurs du harem et le massacre des chrétiens considéré comme une bonne action. À propos du harem, des frustrations et des excès dont il est le théâtre, il s’exprime à mots couverts :

  • 18 Ἐν Κωνσταντινόπολει ὁ βίος (τῶν χαρεμίων) καθίσταται αὐτόχρημα σαρδαναπαλισμός. Πλεῖστα ὅσα εἵδον ἤ (...)

« À Constantinople, la vie des harems est du pur sardanapalisme. J’ai été le témoin et je me souviens de tout un tas d’horribles actions cachées et il m’est arrivé à certains moments de les raconter à des hommes, mais aucune ne pourrait être couchée par écrit. Quant à ce qu’une Française a écrit sous le titre des Mystères des harems, ce n’est rien.18 » (p. 223)

25La même sensualité se retrouve dans le paradis d’Allah, sorte de projection dans l’éternité du harem d’un pacha, récompense promise, selon Nicolaïdis, à ceux qui tuent des chrétiens :

  • 19 Αἱ ἀγήρατοι καὶ ἀειθαλεῖς περιεβάλλοντο χιτῶνα αἰθέριον. Οἱ λόφοι συνέκειντο ἐκ πιλαφίου ἀπαύστως θ (...)

« Les houris toujours jeunes et florissantes étaient vêtues de tuniques éthérées. Les collines étaient faites de pilaf toujours chaud. Mille autres merveilles contribuaient à la récompense des hak din Islam, des justes musulmans qui avaient tué beaucoup de giaours sur terre ou qui étaient tombés pour la foi. [...] Mohamed, qui connaissait bien les hommes et les femmes, poursuivait deux buts, quand il inventa sa religion. D’abord combattre le christianisme, ensuite enlever à ses adeptes toute crainte de la mort. Il a donc créé un Paradis matériel, séjour d’une incessante volupté.19 » (pp.159-160)

26Si l’on avait le loisir de comparer la présentation des Turcs que fait Ramfos dans Halet efendi avec ce que l’on trouve dans Ali Hurshid bey, on constaterait, au-delà de quelques lieux communs courants à l’époque une différence profonde dans l’approche. Constantin Ramfos est un militaire, ancien membre de la Philiki hétéria qui a fait la guerre de l’Indépendance et a été consul de la Grèce indépendante dans l’Épire encore ottoman. Comme tous les anciens combattants, il sait reconnaître les mérites de ses adversaires. Et puis c’est un romancier qui entre en sympathie avec son sujet qui ne cesse pas de lui être extérieur.

27Au contraire, Nicolaïdis règle des comptes avec le musulman qu’il a été et, sans doute, l’a-t-il été plus réellement et de façon moins enfantine qu’il ne veut le dire. Cela explique sa mentalité d’écorché et une certaine incompréhension pour l’Autre qui caractérise les nouveaux convertis.

28De toutes les images de Turcs que nous présente la littérature grecque du XIXe siècle, celle de Nicolaïdis n’est sûrement pas la plus objective. Mais elle dépasse les clichés, parce qu’elle a été authentiquement vécue.

Haut de page

Notes

1 Nicolaïdis fit paraître l’année suivante une version française de son livre avec un titre légèrement modifié, Grandeur et décadence d’Ali-Hurchid bey. Épisode de la Révolution grecque, Firmin-Didot, 1883. On peut trouver commodément la version grecque dans une édition à l’orthographe en partie modernisée dans le volume 61 de la collection Η πεζογραφική μας παράδοση avec une très abondante et utile introduction de Georges Kehayoglou, consacrée essentiellement à des problèmes philologiques concernant la biographie de Basile-Miltiade Nicolaïdis.

2 La circoncision. Nicolaïdis fait discrètement allusion à ce « détail » à la page 184 : « selon la loi, les hommes ne deviennent réellement musulmans que dans leur douzième année » (κατὰ νόμον, τἀ ἄρρενα τὀ δωδέκατον ἔτος μόνον γίνονται... πράγματι μουσουλμάνοι).

3 La capacité de Nicolaïdis de se mettre à la place d’un musulman apparaît bien dans les questions supposées naïves que fait Hurshid Bey à propos du christianisme, et de l’incarnation (p. 207).

4 Η παιδοκόμος μου μέ ἔθηκεν εἰς τὴν κλίνην μου, τουτέστιν ἐπὶ στρωμάτων κατὰ γῆς ἐστρωμένων, κατὰ τὴν τούρκικην συνήθειαν.

5 Τρώγων τὸ πιλάφι μου διὰ χοχλιαρίου καὶ τὰ λοιπὰ φαγήματα διὰ τῶν δακτύλων διότι ἀμαρτάνει ὁ διὰ περόνης τρώγων μουσουλμάνος.

6 Τούρκοι καὶ Τούρκισσαι φιλοῦσι μὲν τὰ παιδία, ἀλλὰ δὲν φιλοῦνται μεταξύ τους. Θέτουσι μόνον ἀμοιβαίως τὰς χεῖρας ἐπὶ τῶν ὤμων ὁ μὲν τοῦ δέ καὶ ἐναλλὰξ κλίνουσι τὴν κεφαλἠν ἐκ δεξιῶν πρὸς ἀριστεράς, ὡς τὸ προσποιητὸν φίλημα τῶν ιερέων ἠμῶν ἐν λειτουργεία.

7 Οι εξαιρέτως μονοθεϊσταί μουσουλμάνοι, οἱ πεντάκις τῆς ἡμέρας ἐξ ὓψους μιναρέδων κηρύττοντας ὃτι οὐδένα ἔχουσι θεὸν πλὴν τοῦ Θεοῦ, ἔχουσιν ὃμως καὶ οὔτοι θεάς, Θεὰς ἐπιγείους, ὡς πάντες οἱ λοιποὶ ἄνθρωποι...ΤΑΣ ΜΗΤΕΡΑΣ.

8 Le livre est rempli de phrases turques dans une retranscription en caractères grecs plus fidèle que ce qu’on utilise habituellement, retranscription qui, contrairement aux karamanlidika, ne comprend pas de signes diacritiques. Parmi les particularités de cette transcription, on notera l’usage du digramme σχ pour rendre le turc ş et celui du hypsilon pour le ı turc.

9 Ἡ ἡδύτατη φωνή ἡ μελισταγὴς λαλιά, αἱ τρυφεραὶ ἐκφράσεις ἐν τῆ πλουσία καὶ εὐλυγίστω αὔτων γλώσση, παρὰ πᾶσαν φωνὴν θέλγουσι τὴν ακοήν.

10 Ἡ κομπορρημοσύνη εἴναι ἐκ τῶν κοινῶν τοῖς Τούρκοις χαρακτηριστικῶν.

11 Πατυρδὶ, ὡς μηδὲν ἐξ αὐτης ἐννοοῦντες.

12 Οἱ Τοῦρκοι ἐβεβαίουν ἴσως δὲ καὶ βεβαιοῦσιν εἴς τίνα μέρη ὅτι ὁ κόσμος ὅλος ἀνῆκεν εἰς τον σουλτάνον, καὶ ὅτι οἱ Φιρέγκ γκιαβούρηδες πάντες ἥσαν ὑποτελεῖς πληρώνοντες χαράτσι.

13 Τοιοῦτος ὁ χαρακτὴρ τοῦ Τούρκου ἀγέρωχος δεσπότης, αὐθεδέστατος τύραννος, ὅτε ἐξουσιάζει, ταπεινοῦται ὡς εἰλως καὶ ἀγογγύστος ὑποτάσσεται, ἅμα εἰς ζυγὸν ὑποκύψει.

14 Οἱ Τοῦρκοι εἰσήλαυνον εἰς τὰς οἰκίας, εἰς τοὺς γυναικωνίτας, ἔσφαττον ἐπὶ τῶν ὁδῶν, ἐλεητάτουν, ἀπηγχόνιζον, ἐκρέμων ἔξωθεν τῶν παραθύρων τῶν ἰδίων οἱκιῶν τῶν θυμάτων, παρέδιδον εἰς βασανιστήρια, ἐμίαινον καὶ ἐλεηλάτουν ναούς, κατεδάφιζον κατοικίας, ἐδήμευον ἤ ἐσφετερίζοντο κτήματα, ἥρπαζον γυναῖκας καὶ παρθένους, ἀπεβίβαζον ἐξ εὐρωπαϊκων πλοίων πρόσφυγας καὶ ἐκρεούργουν αὐτοὺς πρὸ τῶν ὀφθαλμῶν τῶν ξἐνων πρέσβεων.
Comme exemple d’atrocité turque relevé à deux reprises dans Ali Hurshid et dans Les Turcs et la Turquie contemporaine, on peut citer l’usage du κουρμπάνι qui consiste pour les Turcs irréguliers soulevés spontanément à sceller leur unité par le massacre d’un chrétien pris au hasard.

15 Georges Kehayoglou a bien vu que l’humour apparent de Nicolaïdis et les changements concernant l’âge du héros au moment des faits trahissent une gêne profonde. Mais il met cela au compte de l’angoisse du persécuté qui hésite à réactiver par le récit les horreurs dont il fut le témoin (p. 81). Ceci concerne le tout début du livre, qui est à mon sens le moins original. Nicolaïdis partageait ce genre d’expérience d’atrocités avec toute une génération de Grecs de Constantinople. Il était plus difficile d’avouer qu’on avait dans son enfance été un musulman fanatique et que l’on avait injurié sa mère parce qu’elle était chrétienne.

16 « Tous les jours, je devenais plus turc ! » (p. 156) : Ὁσημέραι ἐγινόμην σκληρότερος, τουρκότερος ἐμαυτοῦ.

17 ῎Αραγε ἐκ φύσεως ἥν οὕτω σκληρὸς ἤ ἐξ ἀνατροφῆς. Ἐξ ἀνατροφῆς θηριώδους, φίλε ἀναγνώστα : διότι, εἰς τὸν χριστιανισμὸν ἐπανελθὼν καὶ προχωρούσης τῆς ἡλικίας ἐν ἐλευθερίω ἀγωγῆ, ἀνεκάλυψα ὅτι ἠγάπων τὰ ἀνθη, τὰ νήπια καὶ τὰ ζῶα (….) Ἅρα τὰ ἤθη ἡ ἀνατροφὴ ἐστρέβλωσε οὐχι τὴν φύσιν. Γονεῖς, ἀνάγνωτε τὴν λεπτομερῆ τήνδε ἀφήγησίν μου, καὶ σταθμίσατε τὴν διαφορὰν μεταξὺ τῆς ἐλευθερίου καὶ ἡμέρου ἀγωγῆς φανατικῶν ἐχθρῶν τοῦ ἐξευγενισμοῦ.

18 Ἐν Κωνσταντινόπολει ὁ βίος (τῶν χαρεμίων) καθίσταται αὐτόχρημα σαρδαναπαλισμός. Πλεῖστα ὅσα εἵδον ἤκουσα καῖ ἐνθυμοῦμαι τεράστια ἀπόκρυφα, καὶ τινα τούτων διηγήθην κατὰ καιροὺς εἰς ἄνδρας. ᾽Αλλ ᾽ οὐδὲν τούτων ἐπιδέχετε γραφὴν, ἡ δὲ γράψασα : Τα απὀκρυφα τῶν χαρεμίων. Γαλλίς οὐδὲν ἔγραψεν...

19 Αἱ ἀγήρατοι καὶ ἀειθαλεῖς περιεβάλλοντο χιτῶνα αἰθέριον. Οἱ λόφοι συνέκειντο ἐκ πιλαφίου ἀπαύστως θερμοῦ. Καὶ μύρια τόσα ἄλλα θαυμάσια συνέτρεχον εἰς ἀμοιβὴν τῶν χάκ ντὶν ἰσλὰμ, τῶν δικαίων μουσουλμάνων, τῶν πολλοῦς ἐπὶ γῆς γκιαβούρηδας φονευσάντων, ἥ τῶν ὑπὲρ πίστεως πεσόντων (…) Ὁ Μωάμεθ, ὁ καλῶς γνώρισας τὸν καὶ τὸν ἄνθρωπον, δύο ἐπεδίωξε σκοπούς, ὅτε ἔπλασε τὴν ἑαυτοὺ θρησκείαν. Πρῶτον ν᾽ἀντιπράξη κατὰ τοῦ χριστιανισμοῦ, καὶ δεύτερον, ν᾽ἀφαιρέση ἀπὸ τοὺς ἑαυτοὺ ὀπαδῶν πάντα φόβον θανάτου. Ἐδημιούργησε λοιπὸν τὸν Παράδεισον ὑλικὸν καὶ ἀπαύστου τρυφῆς κατοικητήριον.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Tonnet, « L’image du Turc dans Ali Hurshid Bey de Basile-Miltiade Nicolaïdis », Cahiers balkaniques [En ligne], 33 | 2004, mis en ligne le 07 août 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ceb.revues.org/3106 ; DOI : 10.4000/ceb.3106

Haut de page

Auteur

Henri Tonnet

Articles du même auteur

Haut de page