Navigation – Plan du site
Evliyâ Çelebi et l'Europe
Langues, langages et sciences

Langage reflétant une différence culturelle

Le cas du porc/sanglier (domuz/hınzîr) dans le Seyahatnâme d’Evliyâ Çelebi
Language reflecting cultural differences: the use of the pig/boar(domuz/hınzîr) in the Seyahatnâme of Evliyâ Çelebi
Evliyâ Çelebi’nin Seyâhatnâme’sinde domuz/hınzîr’ı kullanımı
Edith Gülçin Ambros
p. 129-144

Résumés

Le porc étant un animal tabou pour les musulmans, on peut s’attendre à ce qu’ils en aient une image différente de celle des chrétiens, chez qui cet animal a une image à facettes multiples, positives ainsi que négatives, mais n’est pas tabou. Aussi le « porc » peut-il fournir un bel exemple de la façon dont le langage reflète des différences culturelles. Dans cette étude, une comparaison est faite entre l’emploi du terme en turc-ottoman et en français. L’attitude ottomane, et plus généralement turque, est illustrée par des exemples, l’attitude française étant considérée comme connue. Le matériel de comparaison, pour le turc-ottoman, est l’usage du porc/sanglier (domuz/hınzîr) dans le Seyahatnâme d’Evliyâ Çelebi. L’étude montre qu’une différence culturelle reflétée dans le langage n’est pas forcément celle à laquelle on s’attendrait a priori. En même temps, les exemples donnent une idée de l’emploi du langage figuratif par Evliyâ Çelebi.

Haut de page

Texte intégral

1Le but de cette étude est d’analyser une différence culturelle tout en illustrant par des exemples l’image qu’Evliyâ Çelebi a peint de l’ennemi, surtout de l’ennemi chrétien, dans son Seyahatnâme.

  • 1 Version plus détaillée d’une communication présentée au Colloque international « Evliyâ Çelebi, voy (...)
  • 2 Sur la différence entre les langues française et allemande Osthus (1997 : 6) : »Trotz ähnlicher Met (...)
  • 3 Au xviiisiècle c’est de Louis XVI lui-même qu’on donne une image dévastatrice de cochon (Duprat, (...)
  • 4 Poccetti (2009 : 16) : « […] une tradition paysanne très ancienne, selon laquelle on perdait rien d (...)
  • 5 Sur le sanglier épique et la mythologie du porc domestique voir Walter (1999). 

2Aux yeux de la population chrétienne d’Europe, le porc, qui se dit aussi « cochon domestique », a une véritable tête de Janus, avec une mauvaise face d’un côté et une bonne de l’autre1. Ce phénomène se reflète dans les langues européennes, mais pas de façon tout à fait uniforme2, c’est pourquoi je me référerai ici seulement au français. Une expression populaire pour la mauvaise face : « Un gros cochon »3. Une autre pour la bonne face : « Dans le cochon, tout est bon »4. Le sanglier a une symbolique différente qui fait honneur à la force et au courage de ce grand animal sauvage, et il figure sur des blasons5. Soit dit en passant, le porc ne descend pas du sanglier, mais du cochon sauvage.

  • 6 Le Coran, sourate 2, dans le verset 173 (168) où la consommation de la viande de porc est expressém (...)
  • 7 Pour un exemple, voir Bektaş Öztaşkın (2008 : 173) : “[…] Toros Varsakları sansar, tilki ve kurdun (...)

3Pour ceux des Ottomans qui sont musulmans, le porc n’a qu’une seule face et elle est vile. Évidemment, puisque l’islam défend de manger du porc ou d’en user pour quoi que ce soit, l’usage de sa peau, de ses soies, etc. est également prohibé6. Le tabou d'ailleurs ne frappe pas seulement le cochon domestique, mais aussi sa version sauvage, le sanglier. La chasse au sanglier, le plus souvent pour protéger de ses ravages les champs cultivés, n’implique pas la consommation de sa viande7, et le contact avec son cadavre est à éviter pour un chasseur musulman. Antoine Galland (mort en 1715), presque contemporain d’Evliyâ Çelebi, nous donne un exemple de l’usage que les musulmans en pouvaient faire :

  • 8 Galland, 1881 : II/146.

Les Bostangis d’Onkior Skelesi [Hünkâr İskelesi] apportèrent à M. l’Ambassadeur un sanglier qu’ils avoient tué. Il pesoit quelques deux cent vingt livres ; ils furent fort contents d’un sekin (sic) qu’on leur en donna8

4La différence entre les usages des musulmans et ceux des chrétiens ressort très bien d’une autre anecdote de Galland à propos d’une audience de l’ambassadeur de France :

  • 9 Ibidem, 1881 : I/56. Au sujet des impôts (resm‑i hınzır) sur les cochons d’élevage (une différence (...)

[…] le Métropolite de Philippopoli luy avoit dit […] qu’en entrant dans la maison de France, il y avoit rencontré des pourceaux (c’estoit en effet deux petits marcassins et un petit cochon qu’on laissoit courir dans la cour) […] ; qu’il n’en estoit pas de mesme des visites qu’on rendoit aux Turcs dans ce pays ; qu’à la vérité au lieu de pourceaux, on trouvoit quelquefois chés eux des moutons dont ils sont grands dévorateurs, […]9.

5Bref, pour les Ottomans musulmans, le porc – domestique ou sauvage – est un animal impur (haram), irrémédiablement sale. On s’attendrait donc à ce qu’il soit le symbole de la saleté.

6Avant d’étudier l’image du porc dans le Seyahatnâme d’Evliyâ Çelebi, donc dans le langage d’un écrivain ottoman du xviisiècle, quelques remarques sur la situation actuelle. Le mot turc domuz, anciennement doñuz/ṭoñuz, désigne le cochon domestique ainsi que le sanglier (Tietze, 2002 : 646). On peut employer ce mot comme insulte ; il signifie alors « traître, désagréable, obstiné, entêté » (Türkçe Sözlük, 1983 : 324). Il ne signifie pas « sale ». On peut renforcer l’expression en ajoutant l’adjectif pis « sale » et dire pis domuz, littéralement « sale cochon », mais l’adjectif pis ne garde pas son sens original dans cette combinaison et sert seulement à renforcer le sens insultant de domuz, qui n’a rien à voir avec la saleté. Quant à l’expression domuz gibi, « comme un porc », elle se dit d’une personne « qui a un mauvais caractère, qui est un traître, perfide » (ibidem).

7En français, les caractéristiques négatives communément attribuées au porc sont la saleté, la goinfrerie et la luxure. L’expression française « un gros cochon » en est la meilleure illustration. En turc moderne, l’usage insultant du mot domuz et l’expression domuz gibi n’impliquent ni la saleté, ni la goinfrerie, ni la luxure.

8En ottoman en revanche, il est question de saleté. D’après Redhouse (1890 : 1259), le mot doñuz s’emploie au sens figuré pour désigner « un homme sale, désagréable ». Le verbe domuzlanmak décrit l’acte de « devenir comme un porc en saleté, obstination ou violence » (ibidem). Remarquons que de nos jours, le verbe domuzlaşmak, littéralement « devenir comme un porc », signifie au sens figuré « commettre de la traîtrise, agir désagréablement, de façon désobligeante », sans connotation de saleté (Türkçe Sözlük, ibid.). Quant au substantif doñuzluk/domuzluk, en ottoman il désigne, entre autres, « la qualité, les actes, la disposition des porcs ; saleté, obstination, violence » (Redhouse, ibid.). Toutefois, il n’est pas explicitement question de goinfrerie ou de luxure en ottoman non plus.

  • 10 “Domuzun her şeyi, İslâm dinine göre pistir; dışkıdan farksızdır; temizlenemez. Böyle bir hayvanın (...)

9Voici pour finir un proverbe avec domuz : Domuz derisi post olmaz, eski düşman dost olmaz, « On ne peut pas utiliser la peau du porc pour s’assoir dessus, un ancien ennemi ne devient pas un ami ». Je cite l’explication d’Aksoy (1978 : 209) : « Tout du porc est sale/impur d’après la religion de l’islam ; il ne diffère pas des excréments ; il ne peut pas être nettoyé. On ne peut pas faire la prière rituelle (namaz) sur la peau d’un pareil animal, ni s’asseoir dessus. Un ancien ennemi ressemble à cela. Même s’il montre une grande sympathie, n’y croyez pas, il ne devient pas un ami »10. Ce qui est intéressant, c’est le rapprochement du porc à l’ennemi dans ce proverbe.

  • 11 Tietze (2009 : 306).
  • 12 Redhouse (1890 : 867) : “A brutal, despicable fellow”.
  • 13 Türkçe Sözlük (1983 : 527).
  • 14 Ibidem : “Genellikle hoşa giden bir davranış ve durum için şaka yollu söylenir: ‘Dilber’de bir kuru (...)
  • 15 Ibid. : 528 : “Muziplik”.

10En ottoman, un second mot, celui-là emprunté à l’arabe, est très usité pour désigner le cochon domestique ainsi que le sanglier, c’est hınzîr11. Au sens figuré, ce mot désigne « un homme brutal, méprisable »12. Le turc moderne utilise la forme vulgarisé hınzır. Cette appellation du porc est considérée comme périmée, mais, au sens figuré, elle convient à une personne qui « a un cœur dur, pense du mal, est cruelle »13. Surprenant est le deuxième emploi moderne au sens figuré de ce mot : on dit en plaisantant d’une personne dont le comportement plaît, qu’elle est hınzır. Un exemple : « Quelle morgue, quelle charme a Dilber. Et elle a vraiment embelli, la hınzır ! »14. En outre, une des significations de hınzırlık est « espièglerie »15 !

  • 16 Redhouse (1890 : 874) : “A hog, swine”; Tietze (2009 : 333) précise qu’il s’agit du sanglier mâle : (...)

11Cependant le terme persan pour le porc, hûk16, n’a pas été d’usage courant comme domuz et hınzîr et n’apparaît que quatre fois dans tout le Seyahatnâme.

Le porc et le sanglier dans le langage du Seyahatnâme

  • 17 J’ai utilisé l’édition de Yapı Kredi Yayınları (Istanbul), tome I-X, 1998-2007. Comme la pagination (...)

12J’ai recherché tous les aspects du porc et du sanglier dans l’ensemble du Seyahatnâme et je donnerai un certain nombre d’exemples pour illustrer ces aspects17. Comme les exemples sont trop nombreux pour qu’on puisse les citer tous, des exemples représentatifs de chaque aspect mentionné ont été choisis ; d’ailleurs les images et expressions sont très répétitives.

13Evliyâ Çelebi emploie les mots domuz et hınzîr sans faire de distinction entre eux. Au sens réel, tous les deux servent comme appellation du cochon domestique et du sanglier. Au sens figuré, l’image du sanglier domine. La chasse au sanglier est réputée dangereuse, l’animal sauvage chassé étant grand, ayant une force brutale ainsi que de la ruse, et c’est un ennemi redoutable quand il est attaqué ou coincé. L’image du sanglier est donc idéale pour un ennemi de taille et Evliyâ Çelebi l’emploie fréquemment en racontant des batailles contre les mécréants. Un exemple :

  • 18 Evliyâ Çelebi (2001 : V/60b) : “[...] kara kura domuz sürüsü gibi bir kâfir askeri [...].”

[…] des soldats mécréants comme une harde de sangliers cauchemardesque […]18

14Le contexte permet de déterminer aisément s’il s’agit de l’animal sauvage ou de celui d’élevage. Quelquefois Evliyâ Çelebi met les points sur les i en employant un adjectif indiquant l’état sauvage ; par exemple :

  • 19 Ibidem (2001 : V/124a) : “Ammâ mel‘ûn kal‘a keferelerinin cebehâne ve mühimmâtları hadden efzûn ve (...)

Mais comme l’arsenal et les munitions des mécréants maudits de la forteresse étaient innombrables et incomparables et comme ils étaient comme des porcs sauvages (vahşî hınzîrlar) échappés des mains des chasseurs par deux fois [...]19

15D’autres fois il précise avec l’adjectif de couleur kara « noir, noirâtre ». Cet adjectif est un indice qu’il s’agit vraisemblablement du sanglier puisque le cochon d’élevage peut être noir ou de couleur foncée, mais est plus souvent d’un blanc sale, tandis que la couleur du sanglier va du gris plutôt foncé au noir. Exemple :

  • 20 Ibid. (2001 : V/135b) : “[…] bu bizim askerimiz içine küffâr kara hınzîr gibi bir şebhûn edüp girer (...)

[…] les mécréants font une attaque nocturne comme des sangliers [kara hınzîr, littéralement : « porcs noirs »] et s’enfoncent entre nos soldats […]20

16En même temps, la couleur noire permet une association avec les ennemis chrétiens parce que ceux-ci portent des chapeaux noirs (kara şapka) d’après Evliyâ Çelebi.

  • 21 Ibid. (2002 : VI/101a) : “[…] kara şapkalı ve haç peykerli kâfir askeri gelir […].”

[…] les soldats mécréants aux chapeaux noirs [kara şapkalı], avec la figure de la Croix, viennent […]21.

Le sanglier comme objet de comparaison et comme métaphore pour l’ennemi

17Les comparaisons sont très stéréotypées.

  • 22 Ibid. (2001 : V/39a) : “[…] yaralı hınzîr gibi kudurup […].” Comparez l’expression presque identiqu (...)

[…] ils furent pris de rage comme des sangliers blessés […]22

  • 23 Ibid. (2001 : V/44a) : “[…] topa tutulmuş maymuna ve oka tutulmuş hınzîrlara döndüler […].”

[…] ils devinrent comme des singes attaqués avec des boulets et des sangliers attaqués avec des flèches […]23

18Comparaison inspirée par l’habitude du sanglier de se coucher dans des flaques d’eau et de s’y vautrer :

  • 24 Ibid. (2005 : IX/Y269b) : “[…] ba‘zı derelerde hınzîr gibi yatırlarmış”.

[…] ils étaient couchés dans certains ruisseaux comme des sangliers […]24

  • 25 Ibid. (2003 :VII/115a) : “[…] küffârlar domuz gibi suyun bataklığına arka vermişler […].”

[…] les mécréants s’adossaient au marécage de la rivière comme des sangliers […]25

19Ronfler comme un sanglier :

  • 26 Ibid. (2003 : VII/80b) : “[...] vakt‑i seherde kal‘a kapuların açup küffâr‑ı dûzah-karâr hınzîr gib (...)

[…] nombre de défenseurs de la foi ouvrirent les portes de la forteresse à la pointe du jour tandis que les mécréants infernaux dormaient en ronflant comme des sangliers, et ils attaquèrent les mécréants à coups de sabres en disant Allah Allah […]26.

  • 27 Ibid. (2003 : VII/25a) : “[...] iki kâfir silâhların bir ağaç dallarına asup hâb‑ı râhatda domuz gi (...)

[…] deux mécréants avaient suspendu leurs armes sur les branches d’un arbre et dormaient d’un sommeil paisible en ronflant comme des sangliers27.

  • 28 Ibid. (2002 : VI/25b) : “[...] altmış bin küffâr serhoş […] hınzîr gibi hor hor horlayup yatırlarke (...)

[…] pendant que soixante mille mécréants ivres […] dormaient en émettant de ronflants ronflements comme des sangliers […]28.

20Dans le passage suivant, il s’agit d’Evliyâ Çelebi lui-même :

  • 29 Ibid. (2001 : V/13a) : “[…] muş muş uyur şekilli olup hınzîr-vâr öbürleri gibi horuldamağa başladım (...)

[…] Je fis comme si je dormais paisiblement et commençai à ronfler à la façon des sangliers comme les autres […]. Alors Nûruddehr vit votre serviteur et dit : « Même le sommeil léger du drôle est comme le sommeil du sanglier » […]29

21Des dents comme les défenses du sanglier :

  • 30 Ibid. (2003 : VII/19b) : “[...] domuz sürüsü gibi kara şapkalı ve kara başlı ve cümle domuz dişli k (...)

[…] les mécréants aux chapeaux noirs, aux têtes noires, tous avec des défenses de sanglier [domuz dişli], aiguisant leurs dents en grinçant […] 30.

22Des cheveux comme les soies du sanglier :

  • 31 Ibid. (2003 : VIII/312a) : “Anıniçün küffâr sulh günleri çadırlar içinde derlerdi kim "[…] âh sizi (...)

C’est pourquoi les jours de paix les mécréants disaient dans leurs tentes « […] Ah nous n’avons pas pu vous tuer là comme nous le voulions » et s’arrachaient leurs cheveux et leurs barbes qui ressemblent aux soies de sanglier31

Le sanglier dans le langage du combat 

23L’expression domuz sürüsü ou hınzîr sürüsü « harde de sangliers » : Cette expression sert comme objet de comparaison pour les troupes ou détachements d’ennemis. Exemples :

  • 32 Ibid. (2003 : VII/91a) : “[...] hemân küffâr‑ı hâksâr bu kal‘a‑i Köyvar'dan domuz sürüsü gibi çıkup (...)

[…] aussitôt les vils mécréants sortirent de cette forteresse de Köyvar comme une harde de sangliers […]32

  • 33 Ibid. (2002 : VI/124b) : “[...] domuz sürüsü gibi küffâr sâf sâf ve fevc fevc olup gelir.”

[…] les mécréants viennent comme une harde de sangliers, rang après rang, troupe après troupe33

  • 34 Ibid. (1998 : II/260b) : “[…] serhoş küffârlar domuz sürüsü gibi hücûm edüp […].v

[…] les mécréants ivres attaquèrent comme une harde de sangliers […]34

  • 35 Dankoff, R, (1991 : 32) “domuz ṭopı, ṭomuz ṭopı ‘swine ball’ (a kind of military maneuver)”; ibid.: (...)
  • 36 Derleme Sözlüğü, (1969 : 1557): “İnsan ve hayvanların arkalarını birbirlerine vererek düşmanlarına (...)

24L’expression domuz topu olmak : Cette expression, dont la traduction littérale est « devenir une boule de sangliers », est très fréquente dans le Seyahatnâme. Dans ce cas, l’usage du mot domuz semble être la norme, celui de hınzîr exceptionnel, du moins ici. Dankoff écrit dans son dictionnaire des mots rares, dialectaux et étrangers figurant dans le Seyahatnâme qu’il s’agit d’une sorte de manœuvre militaire, sans donner de détails35. Parmi les significations attribuées à domuz topu dans le Derleme Sözlüğü, nous en trouvons une qui pourrait convenir : « position de défense que les hommes et les animaux prennent contre leurs ennemis en se mettant dos à dos »36. Faute de mieux, j’opterai pour cette définition, en supposant qu’il pourrait s’agir d’une formation serrée de défense ou d’attaque.

  • 37 Evliyâ Çelebi (2002 : VI/101a) : “[...] otuz yedi bin kâfir‑i hâsir‑i fâcir domuz topu olup bizim ü (...)

[…] trente-sept mille mécréants débauchés sans cuirasses se sont mis dos à dos et viennent à l’attaque contre nous […]37

  • 38 Dankoff (1991 : 28) : “çitil – ’to be knotted together”.
  • 39 Evliyâ Çelebi (2002 : VI/102a) : “[...] kara şapkalı küffâr‑ı murdâr piyâdesi hınzîr sürüsü gibi bi (...)

[…] les fantassins mécréants impurs aux chapeaux noirs s’entrelacèrent38 dos à dos comme une harde de sangliers […]39

25L’expression domuz topu olmak n’est pas employée seulement pour des ennemis chrétiens :

  • 40 Ibidem (2003 : VIII/200a) : “İki bin kadar Kalmık Tatarı domuz topu olup bir yerde durup çakallar g (...)

Environ deux mille Tatars kalmuks (Kalmık Tatarı) se mirent dos à dos, s’arrêtèrent à un endroit et hurlèrent comme des chacals, et virent que nous étions un bon nombre de soldats résolus à l’attaque et tous fusiliers courageux armés jusqu’aux dents40

Le sanglier : usage comme adjectif au sens figuré ou usage métaphorique

  • 41 Ibid. (2002 : VI/151a) : […] hınzîr mel‘ûnlardır […].

[…] ce sont de misérables maudits […]41

  • 42 Ibid. (2003 : VIII/300b) : [...] enderûn‑ı kal‘adan ve Yeni dîvâr kal‘asının domuz hânelerinden ko (...)

[…] en faisant rouler les têtes des grands sangliers grisâtres de l’intérieur de la forteresse et des gabions de la forteresse de Yeni dîvâr […]42

  • 43 Ibid. (2003 : VII/39a) : [...] Nemse ve Çeh ve Efrence ve Hırvad ve Macar'dan cümle yüz kat alay‑ı (...)

[…] une troupe de sangliers, en tout cent fois plus grande, composée d’Autrichiens, de Bohémiens, de Francs, de Croates et de Hongrois marche […]43

  • 44 Ibid. (2003 : VIII/299a) : [...] küffârın şaranpavlarından içeri girüp domuz damları içinden koca (...)

[…] entrèrent par les fortifications en palissade des mécréants, terrassèrent les grands sangliers dans les gabions, firent prisonniers nombre de milliers d’entre eux, […]44

26Emploi de cette métaphore pour désigner un Ottoman :

  • 45 Ibid. (2001 : V/39a) : “‘Bire kaldırın şu hınzîrı’ deyüp Kıbrıs'a nefy‑i beled nâ­mıyla sürüp anda (...)

Il dit : « Allez ! Emportez ce sanglier », et ils l’expédièrent en bannissement à Chypre, où ils l’exécutèrent45

Emploi comme injure 

27Evliyâ Çelebi lui-même s’adresse à un soldat ottoman, mais sans intention vraiment injurieuse :

  • 46 Ibid. (2003 : VII/25a) : Hey hınzîr oğlu hınzîr […].

Hé, porc fils d’un porc […]46

28La comparaison de l’ennemi avec le sanglier a un côté flatteur puisque cet animal est fort, pas du tout couard, et a la réputation d’être très obstiné. En tout cas, mieux vaut pour un ennemi d’être appelé « sanglier » que, par exemple, « chien ». Dans le passage suivant, Evliyâ Çelebi apprécie en effet les qualités de l’ennemi tout en l’appelant « sanglier ».

  • 47 Ibid. (2001 : V/60a) : [...] ammâ bu ka­radan gelen mel‘ûnlar dahi dinç cengâver hınzîr­lardır .”

[…], mais ces maudits qui viennent par voie de terre sont aussi des sangliers forts et combatifs […]47

29Le compliment est toutefois amoindri dans le passage suivant par la mention de l’effet du vin bu par l’ennemi :

  • 48 Ibid. (2002 : VI/186a) : “[...] küffâr hakkâ ki dilîrâne bir eyi hamle edüp şarâb‑ı bî-hicâb te’sîr (...)

[…] quand les mécréants firent une vraiment bonne attaque courageuse et sous l’influence du vin honteux arrivèrent dos à dos [domuz topu olup] […]48

Constatation de faits en termes neutres 

30Mention du sanglier dans son habitat naturel :

  • 49 Ibid. (1998 : II/257b-258a) : “Dağlarında ayu ve hınzîr ve tilki ve çakal […] olur ulu dağlardır”.

Ce sont de hautes montagnes sur lesquelles on trouve des ours et des sangliers, des renards et des chacals [...]49

  • 50 Ibid. (1998 : II/257b) : “Bu Kamış dağlarında iri domuzları olur kim her biri eşek kadardır”.

Sur ces montagnes de Kamış ils ont des grands sangliers qui ont tous la taille d’un âne50

31Le sanglier dans des scènes jouées par des artisans lors de festivités officielles :

  • 51 Navurta, voir l’Index du tome I : “navurta (savaş âleti)”.
  • 52 Evliyâ Çelebi (2006 : I/193a) : “Esnâf-ı kürkcüyân […] ayu ve hınzîr ve kurd ve sığın ve karaca der (...)

Le corps des fourreurs : […] des hommes entrent dans des peaux d’ours, de sangliers, de loups, de biches et de chevreuils, et pendant qu’ils marchent sans chaînes en se balançant d’un côté à l’autre, un nombre de chasseurs qui tiennent des lances courtes et des armes de bataille51 viennent de derrière avec une troupe de limiers bigarrés, de lévriers et de dogues, se mêlent aux sangliers, aux ours et aux loups, et s’attaquant l’un l’autre, ils passent devant le sultan en jouant une scène de chasse52

  • 53 Ibidem (2006 : I/183a) : “Esnâf‑ı fişekciyân-ı havâyî […]Ve hayâtda olan hımârlara ve kelb‑i akûr v (...)

Le corps des artificiers : […] Quand ils attachent les fusées aux ânes, chiens méchants, ours, loups et sangliers vivants et les allument, les pauvres animaux se jettent de douleur entre tant de milliers de spectateurs et tout le monde est pêle-mêle, dans un état pitoyable et les vêtements ruinés ; c’est un spectacle prodigieux et on y voit des choses étranges qui font rire53

À propos du cochon 

Sur l’élevage

32Remarquons que tous les exemples d’élevage de cochons concernent des milieux non-musulmans ou pseudomusulmans.

33Sur les cochons de la tribu géorgienne « Mikril » :

  • 54 Ibid. (1998 : II/333a) : “Koyunu ve keçisi ve hınzırı ve dağlarında sığını ve karacası […] çok olur (...)

Ils ont beaucoup de moutons, de chèvres, de cochons et sur leurs montagnes de biches, de chevreuils, [...]54

34Sur les cochons de Kanije :

  • 55 Ibid. (2002 : VI/179b) : “[…] zamân‑ı kadîmde bir fakîr domuz çobanı bu Kanije buheyresi içre bir k (...)

[…] autrefois un pauvre gardien de cochons bâtit dans ce petit lac de Kanije une cabane misérable, devint propriétaire de plusieurs centaines de porcs et de plusieurs centaines de chiens. Les cochons devinrent des cochons gras en mangeant les racines des roseaux du lac de Kanije et ledit gardien de cochons prospérant pendant deux cents ans, se procura de grandes richesses par millions en vendant des centaines de milliers de cochons […]55

Sur le porc comme nourriture 

  • 56 Işın (2009: 189) écrit qu’en dehors du porc, Evliyâ Çelebi mange ou goûte beaucoup de sortes de via (...)

35De même que pour l’élevage de cochons, Evliyâ Çelebi ne mentionne aucun vrai musulman mangeant du porc56.

36Chez certains Tcherkesses :

  • 57 Evliyâ Çelebi (2003 : VII/154b) : “Ve at etin de yerler. Çoğu müselmânız deyü namâz kılar şekilli o (...)

Ils mangent aussi la viande de cheval. La plupart, tout en s’affichant comme des musulmans en faisant la prière rituelle, mangent du porc gras57.

  • 58 Ibidem (2003 : VII/152b) : “Ve bu Çerkes kavmine kâfir desen ol ân amân ve zamân vermeyüp âdemi kat (...)

Si tu appelles cette tribu de Tcherkesses « des mécréants », ils te tuent immédiatement sans pitié. Ils disent aussi. « Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah », mais ils mangent les cochons gras en commençant par leurs queues […]58

37Sur la forteresse de Rıdvaniçse :

  • 59 Ibid. (2001 : V/39b) : “Âl‑i Osmân'a hizmet ile neşv ü nemâ bulup kapucubaşı olan Rıdvân Ağa nâm kö (...)

On l’appelle la forteresse de Rıdvaniçse parce qu’un esclave du nom de Ridvân Ağa, qui avait réussi et prospéré dans le service de la dynastie ottomane et était devenu chambellan, réputé sous ce nom, trouva une occasion après quarante ans et disant « Ah le porc gras de ma patrie d’origine ! » s’enfuit chez les Kazaks d’Ak et fit bâtir cette forteresse59

38Sur les Kalmuks :

  • 60 Ibid. (2007 : X/Y125b) : “Anların kavli dahi âdem eti ve yılan eti ve domuz etinden lezîz yokdur, d (...)

Ils disent aussi qu’il n’y a pas de viande plus délicieuse que la viande humaine, la viande de serpent et la viande de porc. Et ils disent qu’entre toutes, c’est surtout la queue du porc et aussi la région de la queue des hommes qui sont très délicieuses60

  • 61 Ibid. (2003 : VII/176b) : “Ba‘zı Kalmıklar iki yüz ve üç yüz yaşına varup kuvvet-i kuvâdan kesilüp (...)

Quand certains Kalmuks atteignent l’âge de deux ou trois cents ans, perdent leurs forces et ne peuvent plus monter [sur un cheval] et [en] descendre et que leurs proches ont assez de les mener promener, ils font cuire pour lui [le parent âgé] la queue d’un cochon gras et lui fourrant l’un après l’autre [des morceaux de] la queue dans la bouche, le tuent et disent qu’il est devenu martyr [şehîd]61.

39Sur la tribu Takaku :

  • 62 Ibid. (2003 : VII/154a) : “Ve aslâ bu kavm‑i Takaku'da domuz ve tavuk yokdur. ‘Hınzîr ve tavuk necâ (...)

Il n’y a aucun porc et aucune poule chez cette tribu Takaku. Ils disent « Le cochon et la poule mangent des ordures » et ne mangent en aucun cas du porc ou du poulet […]62

Sur la fécondité du porc

40Evliyâ Çelebi mentionne une qualité positive du porc, sa fécondité. À cause du tabou, il s’imposait de réduire cette qualité à l’insignifiance, voir l’annuler. Ce n’est que dans l’explication du soi-disant « mystère » qui suit qu’Evliyâ Çelebi en parle.

[…] on en parla à Murâd Khan en lui disant : « Quel est le mystère qui fait que dans Islambol elle-même, trente-huit mille moutons sont égorgés en un jour ? » Quant au nombre de moutons égorgés dans les autres régions, [seul] le Créateur de l’univers qui les a créés le sait. Mais c’est un mystère de Dieu, le Nourrisseur du monde, qu’un mouton a des petits une fois par an, qu’on en égorge tant, et que pourtant les moutons peuplent tous les endroits. 

  • 63 Ibid. (2006 : I/169b) : “[…] bu ne hikmetdir kim hemân ‘Nefs‑i İslâmbol'da bir günde otuz sekiz bin (...)

Ce qui est étrange, c’est que le chien et le porc ont des petits deux fois par an, [les chiennes] ont huit ou dix petits chacune, des chiots et petiots, chiens de bichon, chiots et chiennots, et la truie a elle aussi huit ou dix porcelets, cochonnets, pourceaux de couleur bigarrée, noirâtre et jaunâtre – [donc] les chiens et les porcs auraient dû peupler le monde. Mais parce que le mouton se lève fort tôt le matin par l’ordre de Dieu, il atteint la compassion de la clémence, et Dieu – Il est grand et sublime ! – donne de la prospérité à sa progéniture. Mais le porc creuse le sol, le labourant toute la nuit avec son boutoir, en sort des racines et les mange, et le matin il dort en ronflant à la façon des porcs, et le chien hurle durant toute la nuit [texte : jour] et à l’aube met son museau sous sa queue et dort paisiblement. C’est à cause de cela que leurs chiots et porcelets n’ont pas une vie longue – c’est un mystère merveilleux de Dieu63

Conclusion

  • 64 Erekli (2009 : 149) mentionne un nombre d’appellations employés par Evliyâ Çelebi pour les soldats (...)

41Une différence culturelle est reflétée par les connotations du porc en français et en turc. Alors que la saleté, la goinfrerie et la luxure sont les défauts attribués communément au porc en français, le turc met en évidence un mauvais caractère empreint d’obstination, de violence, de ruse et de traîtrise, et anciennement de saleté. La saleté de l’animal, dont la consommation et l’usage sont défendus par l’islam, est sous-entendue dans le Seyahatnâme. Le sanglier sert comme objet de comparaison et de métaphore pour l’ennemi, surtout l’ennemi chrétien, donc principalement européen64. Dans les passages sur l’élevage et la consommation de cochons domestiques, on ne trouve pas de remarques sur les traits négatifs de l’animal. Toutefois, ces passages traitent exclusivement de non-musulmans ou de pseudomusulmans. Il n’est pas explicitement question de saleté en dehors du refus de la tribu Takaku de manger ni porc ni poulet. Il n’y a aucune allusion à la goinfrerie : bourrer des personnes très âgées de porc pour accélérer leur mort ne mérite pas ce nom. On ne trouve pas de mot sur la luxure non plus, et que la truie ait beaucoup plus de porcelets que la brebis d’agneaux ne sert qu’à une apologie du mouton !

42Pour Evliyâ Çelebi, c’est surtout le sanglier qui sert d’objet de comparaison et de métaphore pour l’ennemi, soulignant de ce fait la brutalité sauvage, la ruse et aussi la force. La saleté, voire l’impureté, est donc partie intégrante de la notion du « porc » pour les Ottomans musulmans sans qu’ils trouvent nécessaire de l’exprimer particulièrement.

Haut de page

Bibliographie

Aksoy, Ömer Asim, (1978), Atasözleri ve Deyimler Sözlüğü, tome I, Atasözleri Sözlüğü, 2e édition, Ankara: Maya Matbaacılık Yayıncılık.

Balić, Smail, (1996), Lexikon religiöser Grundbegriffe : Judentum, Christentum, Islam, A. Th. Khoury (dir.), réimpression, Graz–Vienne–Cologne : Verlag Styria, col. 988-991.

Bektaş Öztaşkın, Ömer, (2008), “XV-XVII. Yüzyıllarda Osmanlı Halkı”, Thèse de doctorat, Erzurum: Atatürk Üniversitesi Sosyal Bilimler Enstitüsü İlköğretim Anabilim Dalı, en ligne, consulté le 13 août 2011.
http://acikarsiv.ataubu.edu.tr/browse/95/182.pdf

Dankoff, Robert, (1991), An Evliyâ Çelebi Glossary: Unusual, Dialectal and Foreign Words in the Seyahat-name, Cambridge, Mass: Harvard University.

Derleme Sözlüğü, tome IV, (1969), Ankara: Türk Tarih Kurumu Basımevi.

Duprat, Annie, (1992), « Du Roi-père au roi-cochon », in R. Bourderon (dir.), Le Jugement dernier des rois. Actes du colloque tenu à Saint-Denis du 2 au 4 février 1989, La Garenne-Colombes : Éditions de l’Espace européen, p. 81-90.

Erekli, Arzu, (2009), “Seyahatnâme’de ‘Öteki”ne Bakış’”, in Nuran Tezcan (éd.), Çağının Sıradışı Yazarı Evliyâ Çelebi, Istanbul: Yapı Kredi Yayınları, pp. 147-154.

Evliyâ Çelebi, (2006), Seyahatnâme, tome I, éd. Dankoff, R. – S. A. Kahraman – Y. Dağlı, Istanbul: Yapı Kredi Yayınları.

Idem, (1998), Seyahatnâme, tome II, éd. Kurşun, Z. – S. A. Kahraman – Y. Dağlı, Istanbul:Yapı Kredi Yayınları.

Id., (1999), Seyahatnâme, tome III, éd. Kahraman, S. A. – Y. Dağlı, Istanbul : Yapı Kredi Yayınları.

Id., (2000), Seyahatnâme, tome IV, éd. Dağlı, Y. – S. A. Kahraman, Istanbul: Yapı Kredi Yayınları.

Id., (2001), Seyahatnâme, tome V, éd. Dağlı, Y. – S. A. Kahraman – I. Sezgin, Istanbul: Yapı Kredi Yayınları.

Id., (2002), Seyahatnâme, tome VI, éd. Kahraman, S. A. – Y. Dağlı, Istanbul: Yapı Kredi Yayınları.

Id., (2003, Seyahatnâme, tome VII, éd. Dağlı, Y. – S. A. Kahraman – R. Dankoff, Yapı Kredi Yayınları: Istanbul.

Id., (2003), Seyahatnâme, tome VIII, éd. Kahraman, S. A. – Y. Dağlı – R. Dankoff, Istanbul : Yapı Kredi Yayınları.

Id., (2005), Seyahatnâme, tome IX, éd. Dağlı, Y. – S. A. Kahraman – R. Dankoff, Istanbul: Yapı Kredi Yayınları.

Id., (2007,) Seyahatnâme, tome X, éd. Kahraman. Seyit Ali – Yücel Dağlı – Robert Dankoff, Istanbul : Yapı Kredi Yayınları.

Galland, Antoine, (1881), Journal d’Antoine Galland pendant son séjour à Constantinople (1672-1673), publié et annoté par Charles Schefer, 2 tomes, Paris : Leroux.

Işın, P. M., (2009), “Evliyâ Çelebi’nin Diliyle 17. Yüzyıl Yiyecek Manzaraları”, in Nuran Tezcan (éd.), Çağının Sıradışı Yazarı Evliyâ Çelebi, Istanbul : Yapı Kredi Yayınları, p.189-202.

Osthus, Deryk, (1997), »Semantische Struktur und Textfunktion – Das Schwein im Französischen und Deutschen«, Studii si Cercetari Lingvistice, 48/1-4, p. 323-332; en ligne, consulté le 13 août 2011.
http://www.metaphorik.de/aufsaetze/osthus-textfuktion.htm

Poccetti, Paolo, (2009), « Un animal au centre du monde. Le cochon dans l’Antiquité italique et romaine », Schedae, prépublication no 8 (fascicule no 1, p. 125-142) ; en ligne, consulté le 13 août 2011.
http://www.unicaen.fr/puc/ecrire/preprints0082009.pdf

Redhouse, James William, Sir, (1978), A Turkish and English Lexicon Shewing in English the Significations of the Turkish Terms, Constantinople 1890, réimpression, Istanbul: Çağrı Yayınları.

Tarama Sözlüğü, tome II, (1965), Ankara: Türk Tarih Kurumu Basımevi.

Tietze, Andréas, (2002), Tarihi ve Etimolojik Türkiye Türkçesi Lugatı, tome 1, Istanbul–Vienne : Simurg.

Tietze, Andréas, (2009), Tarihi ve Etimolojik Türkiye Türkçesi Lugatı, tome 2, Vienne : Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften.

Türkçe Sözlük, tome 1, (1983), 7e impression élargie, Ankara : Türk Tarih Kurumu Basımevi.

Walter, Philippe, (dir.), (1999), Mythologies du porc. Actes du colloque de Saint-Antoine l’Abbaye (Isère), 4 et 5 avril 1998, Grenoble : Éditions Jérôme Million.

Haut de page

Notes

1 Version plus détaillée d’une communication présentée au Colloque international « Evliyâ Çelebi, voyageur ottoman du xviisiècle et l’Europe de son temps », 14-15 novembre 2011 à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Paris.
Sur la période préchrétienne Poccetti (2009 : 16) : « La place centrale du cochon dans l’Antiquité romaine […] subsiste, au Moyen Âge, dans la culture chrétienne, qui s’éloigne en cela des cultures juive et islamique, et l’image du cochon se retrouve à la fois dans l’hagiographie et dans les représentations du diable, à travers l’ésotérisme et la magie ».

2 Sur la différence entre les langues française et allemande Osthus (1997 : 6) : »Trotz ähnlicher Metaphorisierungstendenzen und im großen und ganzen vergleichbarer Metaphernfunktionen im Deutschen und Französischen ist das Formeninventar der Schweinemetaphorik recht divergent«.

3 Au xviiisiècle c’est de Louis XVI lui-même qu’on donne une image dévastatrice de cochon (Duprat, 1992 : 81-90).

4 Poccetti (2009 : 16) : « […] une tradition paysanne très ancienne, selon laquelle on perdait rien du cochon, pas même ses excréments qui, d’après le témoignage de Caton, étaient préconisés comme remède en cas des morsures des serpents […]. »

5 Sur le sanglier épique et la mythologie du porc domestique voir Walter (1999). 

6 Le Coran, sourate 2, dans le verset 173 (168) où la consommation de la viande de porc est expressément interdite. Sur les lois alimentaires islamiques, voir par exemple Balić (1996 : col. 988-991) ; ibidem sur la défense absolue de manger du porc, le fait que le porc et le saindoux soient des aliments d’une impureté rituelle, et que même toucher un animal impur ou tout produit qui provient de lui soit considéré comme un péché (»Absolut verboten ist z.B. der Genuß von Schweinefleisch […] Rituell unreine Speisen […] Hierzu gehören das Schweinefleisch, das Schweinefett, […] Selbst das Berühren eines unreinen Tieres oder Produkte, die aus seiner Haut oder seinem Fleisch hergestellt sind, gilt als Sünde«).

7 Pour un exemple, voir Bektaş Öztaşkın (2008 : 173) : “[…] Toros Varsakları sansar, tilki ve kurdun derisinden faydalanırlar ve ticaretini yaparlardı. Keklik ve geyiği eti için avlarlardı. Ayrıca bağ ve bahçelere zarar vermemesi için yaban domuzları da avlanırdı. Ancak bunlardan herhangi bir şekilde istifade edilmezdi“.

8 Galland, 1881 : II/146.

9 Ibidem, 1881 : I/56. Au sujet des impôts (resm‑i hınzır) sur les cochons d’élevage (une différence est faite entre les cochons élevés dans des porcheries ou à la maison et les cochons qu’on mène paître) voir Bektaş Öztaşkın, 2008 : 241-243.

10 “Domuzun her şeyi, İslâm dinine göre pistir; dışkıdan farksızdır; temizlenemez. Böyle bir hayvanın derisi üzerinde ne namaz kılınabilir, ne de oturulabilir. Eski düşman da buna benzer. Ne kadar yakınlık gösterirse göstersin, inanmayınız, dost olmaz“.

11 Tietze (2009 : 306).

12 Redhouse (1890 : 867) : “A brutal, despicable fellow”.

13 Türkçe Sözlük (1983 : 527).

14 Ibidem : “Genellikle hoşa giden bir davranış ve durum için şaka yollu söylenir: ‘Dilber’de bir kurum, bir eda. Bir de güzelleşti hınzır.’ – S. Faik [Abasıyanık, 1906-1954]”.

15 Ibid. : 528 : “Muziplik”.

16 Redhouse (1890 : 874) : “A hog, swine”; Tietze (2009 : 333) précise qu’il s’agit du sanglier mâle : “yaban domuzunun erkeği”.

17 J’ai utilisé l’édition de Yapı Kredi Yayınları (Istanbul), tome I-X, 1998-2007. Comme la pagination de l’édition imprimée diffère de celle en ligne, les numéros des folios seront donnés au lieu des numéros de pages (le nombre de volumes et leur contenu est identique). La transcription employée dans cet article est celle de l’édition.

18 Evliyâ Çelebi (2001 : V/60b) : “[...] kara kura domuz sürüsü gibi bir kâfir askeri [...].”

19 Ibidem (2001 : V/124a) : “Ammâ mel‘ûn kal‘a keferelerinin cebehâne ve mühimmâtları hadden efzûn ve kıyâsdan bîrûn olup iki kerre sayyâd elinden halâs olmuş vahşî hınzîrlar gibi olduklarından [...].”

20 Ibid. (2001 : V/135b) : “[…] bu bizim askerimiz içine küffâr kara hınzîr gibi bir şebhûn edüp girer […].”

21 Ibid. (2002 : VI/101a) : “[…] kara şapkalı ve haç peykerli kâfir askeri gelir […].”

22 Ibid. (2001 : V/39a) : “[…] yaralı hınzîr gibi kudurup […].” Comparez l’expression presque identique, Id. (1998 : II/329a) “yaralanmış hınzîr gibi kudurup”.

23 Ibid. (2001 : V/44a) : “[…] topa tutulmuş maymuna ve oka tutulmuş hınzîrlara döndüler […].”

24 Ibid. (2005 : IX/Y269b) : “[…] ba‘zı derelerde hınzîr gibi yatırlarmış”.

25 Ibid. (2003 :VII/115a) : “[…] küffârlar domuz gibi suyun bataklığına arka vermişler […].”

26 Ibid. (2003 : VII/80b) : “[...] vakt‑i seherde kal‘a kapuların açup küffâr‑ı dûzah-karâr hınzîr gibi horlayup yatırlarken Allâh Allâh deyüp bu kadar guzât küffâra kılıç urup [...].”

27 Ibid. (2003 : VII/25a) : “[...] iki kâfir silâhların bir ağaç dallarına asup hâb‑ı râhatda domuz gibi horlayup yatırlar.”

28 Ibid. (2002 : VI/25b) : “[...] altmış bin küffâr serhoş […] hınzîr gibi hor hor horlayup yatırlarken [...].”

29 Ibid. (2001 : V/13a) : “[…] muş muş uyur şekilli olup hınzîr-vâr öbürleri gibi horuldamağa başladım […] Bu hâl üzre Nûruddehr hakîri görüp eydir: ‘Garîbin hâb‑ı nâzı dahi hâb‑ı hınzîr gibidir’ deyüp […].”

30 Ibid. (2003 : VII/19b) : “[...] domuz sürüsü gibi kara şapkalı ve kara başlı ve cümle domuz dişli küffâr dişlerin bileyüp [...].”

31 Ibid. (2003 : VIII/312a) : “Anıniçün küffâr sulh günleri çadırlar içinde derlerdi kim "[…] âh sizi anda murâdımız üzre kıramadık " deyü domuz kılımisâl saç ve sakalların yolarlardı”.

32 Ibid. (2003 : VII/91a) : “[...] hemân küffâr‑ı hâksâr bu kal‘a‑i Köyvar'dan domuz sürüsü gibi çıkup [...].”

33 Ibid. (2002 : VI/124b) : “[...] domuz sürüsü gibi küffâr sâf sâf ve fevc fevc olup gelir.”

34 Ibid. (1998 : II/260b) : “[…] serhoş küffârlar domuz sürüsü gibi hücûm edüp […].v

35 Dankoff, R, (1991 : 32) “domuz ṭopı, ṭomuz ṭopı ‘swine ball’ (a kind of military maneuver)”; ibid.: 33 “and note VII 115a.19 (546) xınzīr ṭopı gibi ṭorṭop olup”. Tarama Sözlüğü (1965 : 1219) donne deux significations, toutes les deux marquées par un point d’interrogation : premièrement, « en forme d’une harde de porcs/sangliers » ; deuxièmement, « leurs corps en forme de boule » : “Domuz sürüsü halinde ( ?), vücutları top halinde ( ?)”.

36 Derleme Sözlüğü, (1969 : 1557): “İnsan ve hayvanların arkalarını birbirlerine vererek düşmanlarına karşı aldıkları savunma durumu”.

37 Evliyâ Çelebi (2002 : VI/101a) : “[...] otuz yedi bin kâfir‑i hâsir‑i fâcir domuz topu olup bizim üzerimize gelmede [...].”

38 Dankoff (1991 : 28) : “çitil – ’to be knotted together”.

39 Evliyâ Çelebi (2002 : VI/102a) : “[...] kara şapkalı küffâr‑ı murdâr piyâdesi hınzîr sürüsü gibi birbirlerine çitilmiş domuz topu olup [...].”

40 Ibidem (2003 : VIII/200a) : “İki bin kadar Kalmık Tatarı domuz topu olup bir yerde durup çakallar gibi uluşup gördüler kim bir hayli azîm asker ve cümle pür-silâh tüfeng-endâz âteşiz”.

41 Ibid. (2002 : VI/151a) : […] hınzîr mel‘ûnlardır […].

42 Ibid. (2003 : VIII/300b) : [...] enderûn‑ı kal‘adan ve Yeni dîvâr kal‘asının domuz hânelerinden koca kırçıl do­muzların kellelerin galtân edüp [...].

43 Ibid. (2003 : VII/39a) : [...] Nemse ve Çeh ve Efrence ve Hırvad ve Macar'dan cümle yüz kat alay‑ı hınzîr yürür [...].

44 Ibid. (2003 : VIII/299a) : [...] küffârın şaranpavlarından içeri girüp domuz damları içinden koca domuzları depeleyüp niçe binini esîr edüp […].

45 Ibid. (2001 : V/39a) : “‘Bire kaldırın şu hınzîrı’ deyüp Kıbrıs'a nefy‑i beled nâ­mıyla sürüp anda katl etdiler”.

46 Ibid. (2003 : VII/25a) : Hey hınzîr oğlu hınzîr […].

47 Ibid. (2001 : V/60a) : [...] ammâ bu ka­radan gelen mel‘ûnlar dahi dinç cengâver hınzîr­lardır .”

48 Ibid. (2002 : VI/186a) : “[...] küffâr hakkâ ki dilîrâne bir eyi hamle edüp şarâb‑ı bî-hicâb te’sîriyle domuz topu olup geldiklerinde […].

49 Ibid. (1998 : II/257b-258a) : “Dağlarında ayu ve hınzîr ve tilki ve çakal […] olur ulu dağlardır”.

50 Ibid. (1998 : II/257b) : “Bu Kamış dağlarında iri domuzları olur kim her biri eşek kadardır”.

51 Navurta, voir l’Index du tome I : “navurta (savaş âleti)”.

52 Evliyâ Çelebi (2006 : I/193a) : “Esnâf-ı kürkcüyân […] ayu ve hınzîr ve kurd ve sığın ve karaca derilerine âdemler girüp zencîrsiz apul apul giderken gerüden bir alay alaca zağarlar ve tazılar ve samsonlar ile bu kadar avcılar ellerinde harbe ve navurta silâhlar ile domuzlar ve ayı ve kurdlar içine girüp birbirlerine hamle edüp bir av faslı ederek hünkâr önünden ubûr ederler”.

53 Ibidem (2006 : I/183a) : “Esnâf‑ı fişekciyân-ı havâyî […]Ve hayâtda olan hımârlara ve kelb‑i akûr ve ayulara ve kurdlara ve hınzîrlere fişekleri bağlayup âteş etdiklerinde fakîr hayvânlar cânları acısından niçe bin temâşâcıların içine düşüp cümle halk birbirine girüp hâlleri ve esbâbları harâb olup azîm temâşâ olup mudhikâne acîbeler görülür”.

54 Ibid. (1998 : II/333a) : “Koyunu ve keçisi ve hınzırı ve dağlarında sığını ve karacası […] çok olur […].”

55 Ibid. (2002 : VI/179b) : “[…] zamân‑ı kadîmde bir fakîr domuz çobanı bu Kanije buheyresi içre bir külbeyi menhûshâne yapup birkaç yüz hınzîra ve birkaç yüz köpeğe mâlik olup domuzlar Kanije gölünün eğir köklerin yemeden semîn hınzîrlar olup mezkûr domuz çobanı iki yüz sene ma‘mûr olup niçe kerre yüz bin hınzîr satarak niçe milyon mâl-ı firâvân peydâ edüp .”

56 Işın (2009: 189) écrit qu’en dehors du porc, Evliyâ Çelebi mange ou goûte beaucoup de sortes de viande, par exemple celle du chameau et de la girafe.

57 Evliyâ Çelebi (2003 : VII/154b) : “Ve at etin de yerler. Çoğu müselmânız deyü namâz kılar şekilli olup semiz domuz yerler”.

58 Ibidem (2003 : VII/152b) : “Ve bu Çerkes kavmine kâfir desen ol ân amân ve zamân vermeyüp âdemi katl ederler. Ve dahi ’Lâ ilâhe illallâh’ derler, ammâ semiz domuzları kuyruğundan yerler […].”

59 Ibid. (2001 : V/39b) : “Âl‑i Osmân'a hizmet ile neşv ü nemâ bulup kapucubaşı olan Rıdvân Ağa nâm köle kısmından bir be-nâm ağa fursat bulup kırk yıldan sonra ‘Âh vatan‑ı aslîmin semiz domuz etleri’ deyüp Kazak‑ı Ak'a firâr edüp bu kal‘ayı binâ et­diğinden kal‘a‑i Rıdvaniçse derler”.

60 Ibid. (2007 : X/Y125b) : “Anların kavli dahi âdem eti ve yılan eti ve domuz etinden lezîz yokdur, derler. Ve cümleden hınzîrin kuyruğu ve benî âdemin dahi kuyruğu yeri gâyet lezîzdir, derler”.

61 Ibid. (2003 : VII/176b) : “Ba‘zı Kalmıklar iki yüz ve üç yüz yaşına varup kuvvet-i kuvâdan kesilüp enüp binmeden kalup akrabâları bunu gezdirmeden usanup ana bir semiz domuzun kuyruğun pişirüp ağzına biri biri ardı sıra kuyruğu dıkup öldürürler ve şehîd oldu derler”.

62 Ibid. (2003 : VII/154a) : “Ve aslâ bu kavm‑i Takaku'da domuz ve tavuk yokdur. ‘Hınzîr ve tavuk necâset yerler’ deyü bunlar aslâ hınzîr ve tavuk yemezler.”

63 Ibid. (2006 : I/169b) : “[…] bu ne hikmetdir kim hemân ‘Nefs‑i İslâmbol'da bir günde otuz sekiz bin koyun zebh olunur’ deyü Murâd Hân'a arz olundu. Ya cümle gayrı diyârlarda boğazlanan koyunların hisâbın yine halk eden Hallâk‑ı âlem bilür. Ammâ hikmet‑i Perverdigâr budur kim bir koyun yılda bir kerre doğurur, yine bu kadar kırarlar, yine dağı taşı koyun sürüsü dutmuşdur.
Garâbet bu kim bir kelb ve hınzîr yılda iki kerre yavrulayup sekizer onar enikleri ve göblezleri ve fino ve fitirnevcikleri ve balacıkları olur, hınzîrın dahi sekiz ve on aded alaca ve karaca ve sarıca çoçkaları, bocukları ve hırcaları olur, kelb ve hınzîr cihânı dutmak gerek idi. Ammâ bi-emrillâh koyun seher‑hîz olduğundan rîh‑i rahmete nâ’il olup Hak celle ve alâ dölüne ve döşüne berekât verir. Ammâ hınzîr bütün gece burnuyla yeri nadaz nadaz yarup yerden kök çıkarup yer, sabâh vakti hınzîr gibi hor hor hâblar ve kelb dahi tûl‑ı nehârda [sic] van van uluyup vakt‑i seherde burnun kuyruğu altına sokup muşıl muşıl uyur. Ol ecilden göblezleri ve hınzîr bocuklar mu‘ammer olmaz, aceb hikmetullâhdır.”

64 Erekli (2009 : 149) mentionne un nombre d’appellations employés par Evliyâ Çelebi pour les soldats ennemis, parmi lesquels on trouve aussi domuz sürüsü (« harde de sangliers ») et kara şapkalı (« aux chapeaux noirs ») dont il a été question ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edith Gülçin Ambros, « Langage reflétant une différence culturelle », Cahiers balkaniques, 41 | -1, 129-144.

Référence électronique

Edith Gülçin Ambros, « Langage reflétant une différence culturelle », Cahiers balkaniques [En ligne], 41 | 2013, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://ceb.revues.org/3991 ; DOI : 10.4000/ceb.3991

Haut de page

Auteur

Edith Gülçin Ambros

Professeur

Université de Vienne, Autriche

Haut de page