Navigation – Plan du site

Né à Paris en 1769, fils d'un artisan, il fit de bonnes études, et adopta les principes de la Révolution. Lié d'abord avec les Girondins, il se rapprocha du parti montagnard en 1793, et devint, avec Claude Payan et Jullien fils, l'un des trois directeurs de l'Anti-Fédéraliste. Le 12 floréal an II, un arrêté du Comité de salut public le désigna comme second adjoint à la Commission exécutive de l'instruction publique. Arrêté le 15 thermidor, il fut remis en liberté et devint chef de bureau à la première section de la Commission exécutive réorganisée. Un an plus tard il fut nommé consul à Saint-Jean-d'Acre, puis à la Canée. Emprisonné par les Turcs en 1798, il revint en France à la paix. Il repartit ensuite comme consul à Sinope. Sa santé le ramena de nouveau en France. Nommé consul à Salonique en 1812, il s’y rendit et y mourut l'année suivante.

Article

Retour à l’index