Navigation – Plan du site
Dossier

L’élite intellectuelle et ses revues

Rédaction et lectorat de la Revue des Deux Mondes et de la Nea Estia en Grèce pendant les années trente
Intellectual Elites and their Journals: Editors and Readers in Greece of the Revue des Deux Mondes and Nea Estia during the 1930s
Η πνευματική ελίτ και τα περιοδικά της, συντάκτες και αναγνωστικό κοινό της Revue des Deux Mondes και της Νέας Εστίας στα χρόνια του 30 στην Ελλάδα
Anne Karakatsouli

Résumés

On propose ici de distinguer entre deux groupes sociaux grecs, la haute bourgeoisie et les couches moyennes, d’après leurs lectures respectives, la Revue des Deux Mondes et la Nea Estia, pendant les années trente. Les abonnés de la « doyenne des lettres françaises » appartiennent surtout à l’élite cosmopolite des affaires internationales. Son équivalent grec se constitue également un public bourgeois, mais son appel s’adresse plutôt aux couches moyennes à la recherche de l’expression immédiate de la vie intellectuelle nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mazower M., 1991, Greece and the Inter-War Economic Crisis. Oxford Historical Monographs, Oxford: (...)
  • 2 Mollier J.-Y, 2008, Édition, presse et pouvoir en France au xxe siècle, Paris : Fayard ; Van der W (...)
  • 3 Karakatsouli A., 2014, “The Greek Book in Crisis: Structural Deficiencies and Challenges”, in The (...)
  • 4 Ouranis K., 1930, «Η κρίσις που διατρέχει το λογοτεχνικό βιβλίο [La crise qui parcourt le livre li (...)
  • 5 Xénopoulos Gr., 1931, «Γιατί ... διαβάζεται το ελληνικό βιβλίο» [Pourquoi le livre grec… se lit-il (...)
  • 6 Rigos A., 1988, Η Β΄ Ελληνική Δημοκρατία, 1924-1935. Κοινωνικές διαστάσεις της πολιτικής σκηνής [L (...)
  • 7 Mavrogordatos G., 1983, Stillborn Republic. Social Coalitions and Party Strategies in Greece, 1922 (...)

1Pendant les années trente la Grèce, récupérant avec peine du choc de l’absorption des réfugiés d’Asie Mineure de 1922 et en route vers la modernisation, subit les lourds effets de la crise économique mondiale. Son économie à prédominance agricole et exportatrice de produits de luxe (tabac, raisins, huile d’olive) ne put résister à la chute dramatique des prix mondiaux. La faillite des individus et des entreprises fut vite suivie par la faillite officielle de l’État qui, en mai 1932, se déclara incapable d’honorer ses dettes et abandonna l’étalon-or1. Le secteur du livre fut l’un des premiers à ressentir les répercussions de la crise comme ailleurs dans le monde2, mais les contemporains ne virent pas la corrélation entre la dépression mondiale et la chute des ventes de livres grecs3. Parmi les explications les plus populaires, la presse attribua à la haute bourgeoisie une grande part de la responsabilité de cette mévente. L’élite grecque moderne fut mise en cause en raison de sa préférence généralement admise pour les « littératures étrangères » et son désintérêt, son mépris même, pour la production littéraire grecque4. Bien que Grigorios Xénopoulos réfute cette accusation comme un phénomène appartenant au passé tandis qu’aujourd’hui, écrit-il, le livre grec « a bien gagné son accès dans les foyers les plus aristocratiques d’Athènes »5, ce lieu commun revient constamment sous la plume des publicistes pendant tout l’entre-deux-guerres. Il concorde avec la division courante entre d’une part, une élite bancaire, industrielle et politique, extravertie, cosmopolite, fortunée, plus liée au capital étranger qu’aux intérêts du pays, revendeuse au lieu de productrice et qui préférerait des lectures importées de l’Europe à la production intellectuelle grecque, et de l’autre, les couches moyennes en train de se constituer en classe bourgeoise nationale et d’assumer leur rôle dans la transformation et la modernisation de la Grèce6. Cette segmentation de la structure sociale grecque se trouve corroborée par l’audience, pendant les années trente, des deux grandes revues de culture générale que nous nous proposons de comparer ici, la Revue des Deux Mondes et la Nea Estia7.

  • 8 En 1993, lors de la remise du prix du Rotary Club d’Athènes à Nea Estia, les deux revues furent ex (...)

2La « grande dame » des revues françaises, la Revue des Deux Mondes, dispose d’une liste impressionnante d’abonnés en Grèce et sa pénétration remarquable chez les élites grecques est solidement documentée par ses archives conservées à l’Institut des mémoires de l’édition contemporaine (imec). Celle que l’on pourrait considérer comme son contrepoint grec, la Nea Estia, paraît pour la première fois en avril 1927. Après des débuts difficiles, elle se constitue progressivement un public fidèle et parvient également au statut d’institution nationale et de bastion académique surtout après la guerre, et grâce également à sa parution sans interruption pendant l’Occupation allemande. Paraissant encore aujourd’hui, elle partage avec son aînée une longévité hors du commun tandis qu’elle opte, elle aussi, dès le départ pour la défense du « bon goût bourgeois » et de la juste mesure8. Nous essaierons de démontrer ici que ces deux revues, malgré leurs points communs, ont un lectorat distinct qui correspond au clivage de la classe bourgeoise grecque entre l’élite de la grande bourgeoisie cosmopolite et la moyenne et petite bourgeoisie native aux considérations plutôt nationales.

« L’intermédiaire intellectuel des peuples »

  • 9 En 1939, son directeur, André Chaumeix, pouvait se vanter de 13 000 exemplaires distribués dans la (...)
  • 10 Discours de Maurice Paléologue au 8e Dîner de la Revue le 5 décembre 1928, Revue des Deux Mondes, (...)

3La Revue des Deux Mondes se distingue de ses contemporaines par son rayonnement mondial et son orientation internationale. Pendant l’entre-deux-guerres, elle est diffusée dans quatre-vingt-treize pays9 et l’on aurait aussi bien pu l’appeler « Revue des Cinq Mondes » selon Maurice Paléologue10. De la liste détaillée des abonnés internationaux de la Revue, où sont enregistrés nom, titre ou occupation, localité et durée de l’abonnement, on constate que la Grèce, avec 138 abonnements de 1931 à 1940, se place au même niveau que l’Espagne et le Portugal et devance les autres pays balkaniques à l’exception de la Roumanie. Cette position élevée paraît surprenante étant donné que la Grèce ne fait partie ni de la latinité ni de la foi catholique, fers de lance habituels de la pénétration de la Revue des Deux Mondes hors de France. De surcroît, ces abonnés fidèles sont surtout des particuliers, et non pas des institutions (universités, collèges, ambassades, sociétés savantes, missions catholiques, etc.) comme c’est le cas ailleurs.

4La Revue est accueillie en Grèce en « intermédiaire intellectuel des peuples », selon l’expression d’Andreas Andréadès, professeur d’économie politique à l’Université d’Athènes, membre de l’Académie et collaborateur occasionnel des deux revues en question. Il parle longuement dans son discours à la Sorbonne pendant les festivités fastueuses du Centenaire de la Revue, en décembre 1929, de son influence à l’extrémité sud-est de la péninsule balkanique :

  • 11 Revue des Deux Mondes, Supplément du 1er janvier 1930.

Pour s’en apercevoir, il suffirait de visiter Athènes. Il suffirait de se trouver dans un de nos cercles au moment de l’arrivée de chaque fascicule. Une véritable lutte s’engage autour de lui. Puis viennent les commentaires, et l’on peut juger du crédit dont vous jouissez, par l’affliction que provoque tout jugement sur les choses grecques qui – bien souvent à tort – ne correspond pas aux informations du lecteur11.

  • 12 On constate une chute brutale de leur nombre de 1933 à 1936 que nous attribuons plutôt à l’instabi (...)
  • 13 Le Supérieur des Lazaristes et le curé de l’Église catholique, à Salonique également, ainsi que le (...)
  • 14 Philippos Dragoumis, Dimitrios Hadjiskos et Ioannis Marcopoulos du Parti populaire et Theologos Ni (...)
  • 15 Alexandros Argyropoulos et Pavlos Oikonomou‑Gouras.
  • 16 Simantiras n’est à cette époque qu’avocat et fonctionnaire au ministère de la Justice. Il deviendr (...)
  • 17 Le télégramme du ministre grec des Affaires étrangères, Andreas Michalacopoulos, aux fêtes du Cent (...)
  • 18 Voir Karakatsoulis A., la Revue des Deux Mondes de 1920 à 1940, op. cit., p. 169-171.

5Ces lecteurs avides sont au total soixante-neuf, particuliers et personnes morales confondus, et nous avons pu en identifier trente-sept12. Très peu parmi eux sont des étrangers. C’est notamment le cas du prince Demidoff, ambassadeur du tsar à Athènes à l’époque de la Révolution soviétique qui choisit de rester en Grèce. Il y a aussi Baumann, président de la Société Électrotechnique de Grèce, Gino Bocchi, professeur à l’École italienne de Salonique, et quelques membres des ordres religieux13. Les lecteurs donc de la Revue des Deux Mondes sont des Grecs et, dans leur majorité, des Athéniens. Ils sont des abonnés fidèles puisqu’ils maintiennent leur souscription pour une durée de trois ans au minimum. Ils appartiennent aux plus hauts niveaux de la classe politique, au milieu universitaire et à la haute finance. Dans plusieurs cas, ils ont fait leurs études en France. Ils comptent parmi eux un député et cinq ministres14, des diplomates15, mais surtout des hommes d’affaires et des représentants de la haute finance comme John Eliasco, directeur de la Banque d’Athènes, une des plus grandes banques grecques de l’époque, Marius Lascaris, vice-président de la Banque d’Athènes en Égypte, et l’industriel Prodromos Bodossakis‑Athanassiades. Des intellectuels aussi suivent la Revue des Deux Mondes. Grigorios Xénopoulos, justement le directeur de la Nea Estia qui reçut une invitation personnelle pour les fêtes du Centenaire et que la revue est fière d’avoir parmi ses lecteurs, ou quelques universitaires comme le physicien Michel Anastassiades, maître de conférences de l’Université d’Athènes, l’historien Dionysios Zakythinos ou le juriste Constantin Simantiras16. Cet ensemble est à dominante masculine. Les rares femmes que l’on y rencontre appartiennent également au même milieu : la marquise de Riencourt, Haricleia Stathatou ou Madame Seferiades. Par conséquent, la Revue des Deux Mondes jouit d’une audience autochtone, concentrée dans les milieux dirigeants grecs, politiques, économiques et intellectuels. C’est une caractéristique qui, avec l’absence de la liste d’établissements religieux ou scolaires, rapproche la Grèce de la Bulgarie et la Yougoslavie. On est loin de la situation quasi coloniale en Égypte ou en Turquie où presque la totalité des abonnés de la Revue sont des Européens. La Revue représente plutôt pour ces lecteurs grecs cultivés et voués aux affaires internationales, un réseau dynamique qui leur assure le contact avec les valeurs du monde occidental et l’actualité politique et culturelle en Europe. De plus, dans les petits pays balkaniques son rôle est plus politique que culturel : elle constitue une tribune qui fait autorité pour défendre leur cause17. Et c’est alors son rôle d’ambassadrice qui ressurgit : en effet, il est légitime de penser qu’une revue-entreprise avec un patrimoine considérable et sagement géré, au Conseil de Surveillance de laquelle siègent le comte d’Haussonville, le baron Ernest Seillère, le baron Hottinger et le baron Édouard de Rothschild18, peut être spontanément reconnue comme le représentant légitime de l’élite européenne.

  • 19 Verax [Charles-Roux F.], 1929, « Quelques maîtres du destin : M. Venizélos », Revue des Deux Monde (...)
  • 20 Verax [Empiricos-Coumoundouros A.], 1936, « Silhouettes étrangères : Le général Metaxas », Revue d (...)

6Le contenu qui rend la Revue des Deux Mondes « indispensable à l’élite intellectuelle du monde entier » selon son slogan publicitaire de 1931, se compose d’une partie littéraire, dont les auteurs sont souvent des membres de l’Académie française ou aspirent à le devenir, et qui occupe en règle générale la place d’honneur en tête du numéro, et d’analyses et reportages sur l’actualité européenne, d’études historiques ou littéraires, de souvenirs diplomatiques et de récits de voyage. À la fin sont placées les rubriques permanentes telles que « Revue littéraire », « Littératures étrangères », « Revue dramatique », etc., et la fameuse « Chronique de la Quinzaine » qui clôt le numéro. La présence de la Grèce dans les pages de la Revue est associée avant tout à l’Antiquité classique avec Victor Bérard comme collaborateur de marque. L’actualité politique des années trente entre en scène avec le portrait politique de Eleftherios Venizélos dans la série « Quelques maîtres du destin »19, et celui de Ioannis Metaxas dans « Silhouettes étrangères » lors du coup du 4 août salué d’ailleurs comme une « réaction salutaire contre les abus du parlementarisme »20.

Une revue littéraire comme instrument de stratégie éditoriale

  • 21 Citons à titre d’exemple pour les années trente, Neoellinika Grammata [Lettres Néohelléniques] pub (...)
  • 22 «[…] δεν φιλοδοξεί παρά μόνον το εκλεκτό κοινό να κατακτήση. Και το κατακτά…», in la Rédaction, 19 (...)
  • 23 Xenopoulos Gr., 1934, «Έτος Όγδοον [Huitième année]», Nea Estia, no 169, 1er janvier, 37-38.
  • 24 Charis P., 1936, «Έτος Δέκατον [Dixième année]», Nea Estia, no 217, 1er janvier, 47.
  • 25 Telles que Noumas (1903-1931), Mousa (1920-1923), Neoi Vomoi (1924), la marxisante Anagennisi de D (...)

7Pour la Nea Estia nous ne disposons pas de documents d’archives, mais seulement des adresses de la Rédaction aux lecteurs et du contenu de ses articles. Elle fut fondée en 1927 sur l’initiative de l’éditeur Ioannis Kollaros, à l’origine de la maison d’édition du même nom, une entreprise de taille moyenne et d’organisation familiale. Il voulait revivifier l’ancienne revue Hestia du xixe siècle et la publication d’une revue littéraire lui offrait de l’espace publicitaire pour ses nouveaux livres, mais aussi l’occasion d’enrichir son catalogue, presque exclusivement scolaire jusqu’alors, par des titres de littérature fournis par les collaborateurs de la revue. La fondation d’une revue associée à leur maison d’édition était une pratique assez courante chez les éditeurs grecs de l’entre-deux-guerres21. Kollaros confia la direction de la Nea Estia à Grigorios Xénopoulos qui affirme, dès le premier anniversaire, que bien que la nouvelle revue ne vise pas à divertir le menu peuple («κοσμάκης»), elle accroît sans cesse son audience et conquiert le public distingué, ce qui était sa seule ambition22. Ce n’est qu’en 1934, lors de son huitième anniversaire, que la Rédaction admet des débuts laborieux, le manque d’abonnés et les difficultés financières, et exprime sa gratitude pour le soutien généreux offert par Kollaros. Xénopoulos se vante d’avoir fait naître en Grèce un nouveau public, à la fois averti et exigeant, prêt à assurer la survie d’une revue littéraire et artistique telle que la Nea Estia23. Deux ans plus tard, à l’occasion du dixième anniversaire, Petros Charis, le successeur de Xénopoulos, revient sur le sujet et se déclare satisfait d’avoir vu les numéros de la revue non seulement chez des gens cultivés, mais aussi entre les mains d’ouvriers qui, lors d’un voyage ferroviaire, étaient plongés dans la lecture d’Eupalinos de Valéry ou des poèmes de Cavafy. Charis se félicite d’avoir ainsi contribué à l’éducation esthétique du public grec, mais il est évident que le public en question ne peut être celui de la haute bourgeoisie24. Malgré ses prétentions, la Nea Estia est loin d’apparaître in vacuo. L’entre-deux-guerres est une période de foisonnement exceptionnel des revues et des cercles littéraires. Plusieurs autres tentatives d’ambition comparable voient alors le jour, de durée plus ou moins longue selon les moyens disponibles, et dont certaines, comme Ellinika Grammata de Kostis Bastias, visent exactement le même public bourgeois, avec un certain capital culturel et financier, que Nea Estia25.

  • 26 Elefantis A., 1979, Η επαγγελία της αδύνατης επανάστασης. ΚΚΕ και αστισμός στον Μεσοπόλεμο [La pro (...)
  • 27 Nea Estia, «Ξένα περιοδικά κι εφημερίδες [Revue de presse étrangère]», no 227, 1er juin, p. 812.
  • 28 Nea Estia, «Ξένα περιοδικά κι εφημερίδες [Revue de presse étrangère]», no 239, 1er décembre 1936 ; (...)
  • 29 Ce qui ne semble pas influer sur son jugement littéraire. Les écrivains soviétiques sont présentés (...)
  • 30 Avec la seule exception de Kostas Ouranis qui, en 1936, commente ironiquement l’« oubli » par le r (...)
  • 31 Elefantis A., Η επαγγελία της αδύνατης επανάστασης…, op. cit., p. 163-166.
  • 32 Karakatsouli A, 2011, Στη χώρα των βιβλίων…, op. cit., p. 239-243 ; Stefanidis Y. 2008, «Η ανάπτυξ (...)
  • 33 Darnton R, 1990, The Kiss of Lamourette: Reflections in Cultural History, Faber & Faber: London, p (...)

8Le recrutement des collaborateurs de la Nea Estia est libéral, couvre un vaste spectre de la vie intellectuelle grecque et reste ouvert aux nouveaux talents, en prose comme en poésie. Son choix d’articles est varié et comprend de manière équilibrée des études de littérature, de folklore, d’histoire et d’art néohellénique, des pièces de littérature grecque ou en traduction, de la poésie et, enfin, sa propre rubrique de la Quinzaine («Το Δεκαπενθήμερον») qui comprend des actualités et la critique littéraire, dramatique, artistique et musicale de la production grecque avec des correspondances des principales capitales européennes. Tirer des conclusions sur la composition sociale des lecteurs de Nea Estia rien qu’avec des données de base aussi indirectes serait arbitraire. On peut néanmoins remarquer que la revue ne néglige pas les sujets que l’on pourrait qualifier de « petit-bourgeois » touchant à la vie quotidienne, aux villes ou aux traditions rurales, soit dans ses pièces littéraires, soit par des études spécifiques. On constate également le souci marqué d’éduquer son public par la présentation analytique des courants littéraires et artistiques modernes, des écrivains et artistes étrangers d’un spectre géographique assez vaste, avec notices biographiques et extraits de leur œuvre à l’appui, pour les lecteurs qui n’auraient pas accès à l’original. Plus important encore, malgré son engagement résolu et hardi dans la question linguistique pour la défense de la démotique, elle choisit des prises de position prudentes en ce qui concerne les affaires politiques. Elle s’identifie ainsi à la majorité conservatrice de la petite bourgeoisie de l’entre-deux-guerres qui, déçue par Venizélos, se déplace vers la droite et s’éloigne du républicanisme26. Léon Blum est signalé aux lecteurs comme « le premier chef de cabinet juif de la France »27 tandis qu’on relate longuement et avec une satisfaction évidente les échos de la déception d’André Gide lors de son voyage en URSS28. La méfiance à l’égard de l’Union soviétique29 va de pair avec l’absence ambiguë de références à l’Allemagne hitlérienne et aux abus nazis30. Ce dernier trait de germanophilie rapproche plus étroitement encore la Nea Estia de l’antivenizélisme et de l’antiparlementarisme qui gagnent les couches moyennes dans les années trente. Conforme à ces choix, la revue sera, à partir de 1936, favorable au régime de Metaxas31. Quelques années plus tard d’ailleurs, à la fin des années 1950, la Nea Estia se trouve classée par le Comité consultatif spécial (Ειδική Συμβουλευτική Επιτροπή) créé en 1958 pour la coordination de la « propagande nationale », parmi ces revues d’autorité qui avaient peut-être une circulation moyenne et s’adressaient à des couches de la population qui jouaient un rôle de dirigeant de l’opinion publique. À ce titre, elle jouira des fonds secrets du gouvernement pour la publication des articles soutenant la politique officielle et la ligne anticommuniste du parti alors au pouvoir, l’Union nationale radicale (Εθνική Ριζοσπαστική Ένωσις, EPE) de Constantin Karamanlis32. Le lectorat demeure la partie la plus délicate à définir en ce qui concerne l’étude du circuit de l’imprimé33. Dans le cas grec, les données fiables manquent et nous ne disposons que d’une esquisse du tableau. Mais cette esquisse semble bien révéler deux groupes de lecteurs distincts sans pourtant éliminer de possibles recoupements entre eux. Si l’élite cosmopolite d’alors se réfère indubitablement à la « doyenne des revues françaises », les couches moyennes semblent s’attacher plutôt à son disciple national et à l’expression immédiate de la vie intellectuelle du pays, illustrant en matière des lectures la divergence entre le sommet de l’échelle sociale et les couches intermédiaires des classes moyennes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Charis Pétros, 1936, «Έτος Δέκατον [Dixième année]», Nea Estia, no 217, 1er janvier, p. 47.

Charis Pétros, 1938, «Έτος δωδέκατον [Douzième année]», Nea Estia, no 265, 1er janvier, p. 48.

D’Harcourt René, 1932, « le Crépuscule des idoles », Revue des Deux Mondes, 1er août, p. 652-663.

Darnton Robert, 1990, The Kiss of Lamourette: Reflections in Cultural History, London: Faber & Faber.

Elefantis Angelos, 1979, Η επαγγελία της αδύνατης επανάστασης. ΚΚΕ και αστισμός στον Μεσοπόλεμο [La promesse de la révolution impossible. Le Parti communiste Grec et la bourgeoisie pendant l’entre-deux-guerres], Athènes : Themelio.

Foteas Panayotis, 1933, «Η μακροβιότητα και η νεότητα της Νέας Εστίας [La longévité et la jeunesse de la Nea Estia]», Nea Estia, no 1586, 1er août, p. 976-978.

Karakatsouli Anna, 2014, “The Greek Book in Crisis: Structural Deficiencies and Challenges”, The International Journal of the Book, vol. 11, issue 3, http://ijb.cgpublisher.com/product/pub.27/prod.542.

Karakatsouli Anna, 2011, Στη χώρα των βιβλίων. Η εκδοτική ιστορία του Βιβλιοπωλείου της Εστίας, 1885-2012 [Au pays des livres. L’histoire éditoriale du Vivliopoleion tis Estias, 1885-2010], Athènes : Oi Ekdoseis ton Synadelfon.

Karakatsouli Anna, 1995, la Revue des Deux Mondes de 1920 à 1940 : Une revue française devant l’étranger, Paris, EHESS, Thèse de doctorat.

Kayalis Takis, 2007, Η επιθυμία για το μοντέρνο. Δεσμεύσεις και αξιώσεις της λογοτεχνικής διανόησης στην Ελλάδα του 1930 [Le désir du moderne. Engagements et exigences des intellectuels littéraires dans la Grèce des années 1930], Athènes : Vivliorama, p. 109-180.

Mavrogordatos Georges, 1983, Stillborn Republic. Social Coalitions and Party Strategies in Greece, 1922-1936, University of California Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mazower Mark, 1991, Greece and the Inter-War Economic Crisis, Oxford Historical Monographs, Oxford: Clarendon Press.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780198202059.001.0001

Mollier Jean-Yves, 2008, Édition, presse et pouvoir en France au xxe siècle, Paris : Fayard.

Ouranis Kostas, 1930, «Η κρίσις που διατρέχει το λογοτεχνικό βιβλίο [La crise qui parcourt le livre littéraire]», Eleftheron Vima, 3-5 décembre 1930.

Ouranis Kostas, 1936, «Η εκδίκηση του Χάινε [La vengeance de Heine]», Nea Estia, no 222, 15 mars, p. 431-432.

Rigos Alkis, 1988, Η Β΄ Ελληνική Δημοκρατία, 1924-1935. Κοινωνικές διαστάσεις της πολιτικής σκηνής [La IIe République Grecque, 1924-1935. Dimensions sociales de la scène politique], Athènes : Themelio.

Stefanidis Yoannis, 2008, «Η ανάπτυξη των μηχανισμών του “αντικομμουνιστικού αγώνος”, 1958-1961» [Le développement des mécanismes de la “lutte anticommuniste”, 1958-1961], Mnimon, vol. 29, p. 199-241.

Tsokopoulos Vassias, Passia Angeliki, Chryssovergis Yannis (dir.), 1998, Περιπέτειες του βιβλίου στην Ελλάδα, 1880-1940. Ένα ανθολόγιο [Aventures du livre en Grèce, 1880-1940. Morceaux choisis], Athènes : EKEVI.

Van der Weel Adriaan, 2009, «Modernity and Print II: Europe 1890-1970», in Eliot Simon, Rose Jonathan (dir.) A Companion to the History of the Book, Wiley-Blackwell, pp. 354-367.

Verax [Charles-Roux François], 1929, « Quelques maîtres du destin : M. Venizélos », Revue des Deux Mondes, 1er février 1929, p. 590-622.

Verax [Empiricos-Coumoundouros Alexandre]. 1936, « Silhouettes étrangères : Le général Metaxas », Revue des Deux Mondes, 15 novembre, p. 334-343.

Xénopoulos Grigoris, 1931, «Γιατί... διαβάζεται το ελληνικό βιβλίο» [Pourquoi le livre grec… se lit-il], Nea Estia, no 102, 15 mars, p. 320.

Xénopoulos Grigoris, 1934, «Έτος Όγδοον [Huitième année]», Nea Estia, no 169, 1er janvier, p. 37-38.

Haut de page

Notes

1 Mazower M., 1991, Greece and the Inter-War Economic Crisis. Oxford Historical Monographs, Oxford: Clarendon Press.

2 Mollier J.-Y, 2008, Édition, presse et pouvoir en France au xxe siècle, Paris : Fayard ; Van der Weel A., 2009, “Modernity and Print II: Europe 1890-1970”, in Eliot S., Rose J. (dir.), A Companion to the History of the Book, Wiley-Blackwell, 354-367.

3 Karakatsouli A., 2014, “The Greek Book in Crisis: Structural Deficiencies and Challenges”, in The International Journal of the Book. Vol. 11, issue 3, http://ijb.cgpublisher.com/product/pub.27/prod.542.

4 Ouranis K., 1930, «Η κρίσις που διατρέχει το λογοτεχνικό βιβλίο [La crise qui parcourt le livre littéraire]», Eleftheron Vima, 3-5 décembre, in Tsokopoulos V., Passia A., Chryssovergis Y. (dir.), 1998, Περιπέτειες του βιβλίου στην Ελλάδα, 1880-1940. Ένα ανθολόγιο [Aventures du livre en Grèce, 1880-1940. Morceaux choisis], EKEVI : Athènes, p. 41.

5 Xénopoulos Gr., 1931, «Γιατί ... διαβάζεται το ελληνικό βιβλίο» [Pourquoi le livre grec… se lit-il], Nea Estia, no 102, 15 mars, 320.

6 Rigos A., 1988, Η Β΄ Ελληνική Δημοκρατία, 1924-1935. Κοινωνικές διαστάσεις της πολιτικής σκηνής [La iie République Grecque, 1924-1935. Dimensions sociales de la scène politique], Themelio : Athènes, p. 133, 137-138.

7 Mavrogordatos G., 1983, Stillborn Republic. Social Coalitions and Party Strategies in Greece, 1922-1936, University of California Press, 1983, p. 117.

8 En 1993, lors de la remise du prix du Rotary Club d’Athènes à Nea Estia, les deux revues furent explicitement mises au même plan en raison de leur durée exceptionnelle. Voir Foteas P., 1933, «Η μακροβιότητα και η νεότητα της Νέας Εστίας [La longévité et la jeunesse de la Nea Estia]», Nea Estia, no 1586, 1er août, 976. Voir aussi Charis P., 1938, «Έτος δωδέκατον [Douzième année]», Nea Estia, no 265, 1er janvier, 48 : «να κρατήσωμεν το κοινό μακριά από τη σύγχυση» [préserver le public de la confusion].

9 En 1939, son directeur, André Chaumeix, pouvait se vanter de 13 000 exemplaires distribués dans la région parisienne, de 25 000 destinés à la province et aux colonies et de 8 000 encore envoyés à l’étranger. Voir la lettre d’André Chaumeix à l’agent publicitaire M. Vauglin du 21 mars 1939, Fonds Chaumeix, Correspondance Revue des Deux Mondes, CH 626, imec.

10 Discours de Maurice Paléologue au 8e Dîner de la Revue le 5 décembre 1928, Revue des Deux Mondes, Supplément du 15 décembre 1928.

11 Revue des Deux Mondes, Supplément du 1er janvier 1930.

12 On constate une chute brutale de leur nombre de 1933 à 1936 que nous attribuons plutôt à l’instabilité politique et à la crise intérieure en Grèce même, puisque rien ne change dans l’attitude de la Revue envers le pays qui pourrait expliquer un désabonnement massif. Voir Karakatsouli A., 1995, la Revue des Deux Mondes de 1920 à 1940 : Une revue française devant l’étranger, Ehess, Paris, Thèse de doctorat, p. 581-593.

13 Le Supérieur des Lazaristes et le curé de l’Église catholique, à Salonique également, ainsi que le frère qui dirige le collège Saint Paul de Pirée.

14 Philippos Dragoumis, Dimitrios Hadjiskos et Ioannis Marcopoulos du Parti populaire et Theologos Nikoloudis, Agis Tambakopoulos et le général Georges Nicolaides du cabinet de Ioannis Metaxas.

15 Alexandros Argyropoulos et Pavlos Oikonomou‑Gouras.

16 Simantiras n’est à cette époque qu’avocat et fonctionnaire au ministère de la Justice. Il deviendra professeur de droit civil à l’Université d’Athènes en 1962.

17 Le télégramme du ministre grec des Affaires étrangères, Andreas Michalacopoulos, aux fêtes du Centenaire, et le discours de Constantin Diamandy, ministre de Roumanie, à la même occasion l’attestent. L’accent est mis aux liens que la Revue établit entre les peuples, à sa mission de guide pour les élites intellectuelles. Mais surtout, on parle avec gratitude de l’intérêt que la Revue a toujours témoigné à l’égard de leur pays. Voir Revue des Deux Mondes, Supplément du 1er janvier 1930.

18 Voir Karakatsoulis A., la Revue des Deux Mondes de 1920 à 1940, op. cit., p. 169-171.

19 Verax [Charles-Roux F.], 1929, « Quelques maîtres du destin : M. Venizélos », Revue des Deux Mondes, 1er février 1929, 590-622.

20 Verax [Empiricos-Coumoundouros A.], 1936, « Silhouettes étrangères : Le général Metaxas », Revue des Deux Mondes, 15 novembre, 334-343.

21 Citons à titre d’exemple pour les années trente, Neoellinika Grammata [Lettres Néohelléniques] publiés par Eleftheroudakis, la Foni tou Vivliou [Voix du Livre] de Dimitrakos, ou les Koinoniologiki Vivliothiki [Librairie Sociologique] et Marxistiki Vivliothiki [Librairie Marxiste] de Govostis. Voir Karakatsouli A., 2011, Στη χώρα των βιβλίων. Η εκδοτική ιστορία του Βιβλιοπωλείου της Εστίας, 1885-2010 [Au pays des livres. L’histoire éditoriale du Vivliopoleion tis Estias, 1885-2010], Oi Ekdoseis ton Synadelfon : Athènes, p. 95-96.

22 «[…] δεν φιλοδοξεί παρά μόνον το εκλεκτό κοινό να κατακτήση. Και το κατακτά…», in la Rédaction, 1930, «Το Δεκαπενθήμερον [La Quinzaine]», Nea Estia, no 76, 15 février, 224.

23 Xenopoulos Gr., 1934, «Έτος Όγδοον [Huitième année]», Nea Estia, no 169, 1er janvier, 37-38.

24 Charis P., 1936, «Έτος Δέκατον [Dixième année]», Nea Estia, no 217, 1er janvier, 47.

25 Telles que Noumas (1903-1931), Mousa (1920-1923), Neoi Vomoi (1924), la marxisante Anagennisi de Dimitris Glinos (1926-1928), Nea Epitheorisi (1928-1929), Ellinika Grammata de Kostis Bastias (1927-1930), son concurrent principal, Protoporoi (1930-1931) et Neoi Protoporoi (1931-1934), Nea Grammata (1935-1940), etc. Voir Kayalis T., 2007, Η επιθυμία για το μοντέρνο. Δεσμεύσεις και αξιώσεις της λογοτεχνικής διανόησης στην Ελλάδα του 1930 [Le désir du moderne. Engagements et exigences des intellectuels littéraires dans la Grèce des années 1930], Vivliorama : Athènes, p. 109-180.

26 Elefantis A., 1979, Η επαγγελία της αδύνατης επανάστασης. ΚΚΕ και αστισμός στον Μεσοπόλεμο [La promesse de la révolution impossible. Le Parti Communiste Grec et la bourgeoisie pendant l’entre-deux-guerres], Themelio : Athènes, p. 152, 154, 160.

27 Nea Estia, «Ξένα περιοδικά κι εφημερίδες [Revue de presse étrangère]», no 227, 1er juin, p. 812.

28 Nea Estia, «Ξένα περιοδικά κι εφημερίδες [Revue de presse étrangère]», no 239, 1er décembre 1936 ; ibidem, no 241, 1er janvier 1937, 75 ; n242, 15 janvier 1937, 157 ; no 245, 1er mars 1937, 397 ; no 249, 1er mai 1937, 717 ; no 251, 1er juin 1937, 878 ; no 254, 15 juillet 1937, 1119 ; no 255, 1er août 1937, 1198-1199.

29 Ce qui ne semble pas influer sur son jugement littéraire. Les écrivains soviétiques sont présentés, à partir de 1936, in extenso et sans préjudice (voir la série d’articles qui paraissent sous le titre général «Μετεπαναστατικοί Ρώσοι Πεζογράφοι» [Romanciers russes post-révolutionnaires]).

30 Avec la seule exception de Kostas Ouranis qui, en 1936, commente ironiquement l’« oubli » par le régime nazi du 80e anniversaire de la mort du juif Heine. Voir Ouranis K., 1936, «Η εκδίκηση του Χάινε [La vengeance de Heine]», Nea Estia, no 222, 15 mars, 431-432, où il reprend la comparaison de Hitler à Caliban déjà introduite par Robert d’Harcourt dans la Revue des Deux Mondes deux ans plus tôt (voir d’Harcourt R., 1934, « le Crépuscule des idoles », Revue des Deux Mondes, 1er août, p. 652-663).

31 Elefantis A., Η επαγγελία της αδύνατης επανάστασης…, op. cit., p. 163-166.

32 Karakatsouli A, 2011, Στη χώρα των βιβλίων…, op. cit., p. 239-243 ; Stefanidis Y. 2008, «Η ανάπτυξη των μηχανισμών του “αντικομμουνιστικού αγώνος», 1958-1961», Mnimon, vol. 29, 199-241.

33 Darnton R, 1990, The Kiss of Lamourette: Reflections in Cultural History, Faber & Faber: London, p. 122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Karakatsouli, « L’élite intellectuelle et ses revues », Cahiers balkaniques [En ligne], Hors-série | 2015, mis en ligne le 26 janvier 2016, consulté le 30 août 2016. URL : http://ceb.revues.org/5423 ; DOI : 10.4000/ceb.5423

Haut de page

Auteur

Anne Karakatsouli

Université d’Athènes

Haut de page