Navigation – Plan du site
Dossier

Kostas Karyotakis, le poète-« phénomène » de la génération dite « des années 1920 » en Grèce

Questions de conscience et de poésie
Kostas Karyotakis, The Poet–“Phenomenon” of the Generation known as “1920’s Generation” in Greece: Matters of Conscience and Poetry
Ο Κώστας Καρυωτάκης, ο ποιητής φαινόμενο της λεγόμενης γενίας του 1920 στην Ελλάδα: θέματα συνείδησης και ποίησης
Vassiliki Tsaita-Tsilimeni

Résumés

Dans notre communication, nous tenterons de présenter et d’analyser les raisons pour lesquelles Kostas Karyotakis, poète grec de la « génération de 1920 », est un cas très différent de tous les autres poètes de sa génération. Ces raisons ne concernent pas seulement la thématique de sa poésie, mais aussi plusieurs aspects de son caractère, de son style poétique et de sa pensée.
En lisant l’œuvre de Karyotakis, on voit toute la thématique obscure et la nature mélancolique et pessimiste qui caractérise la génération de 1920, mais, en même temps, on rencontre une voix claire, consciente, originale et remarquablement audacieuse pour son époque. Parfois, on a l’impression que Karyotakis se trouve à un niveau plus élevé que les autres et on peut distinguer chez lui clairement la tragédie profonde de sa génération et les raisons qui l’ont provoquée.
Karyotakis est presque le seul poète grec de cette génération qui ait, par moments, une conscience précise du tourment qui le touche lui et ses contemporains ; cette sensation naît des questions qu’ils se posent sur leur rôle dans la société comme poètes, sur les chances de la Grèce comme nation hellénique en ces années si troublées (1897–1930), sur leur nature tourmentée d’humains qui essaient de survivre dans une époque si dure marquée par plusieurs stigmatisations sociales, et sur la limitation de leurs libres choix, choix qui pourraient les conduire à une liberté personnelle plus claire et plus précise.

Haut de page

Texte intégral

1Dès le début de notre étude, il est très important de souligner que Karyotakis est un cas très différent de tous les autres poètes de sa génération pour plusieurs raisons qui ne concernent pas seulement la thématique de sa poésie, mais aussi plusieurs aspects de son caractère, de son style poétique, de sa pensée. Il s’agit d’un poète qui réalise un vrai changement dans la poésie de son époque en créant son propre style qui marque une génération entière, qui influence plusieurs poètes après sa mort et qui possède des caractéristiques nouvelles pour l’époque quant à la nature de la poésie.

Un cas unique

  • 1 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 201.
  • 2 Ibid., p. 198.

2Agras écrit1 dans sa critique de Karyotakis qu’il s’agit d’un poète qui est tourné vers un réalisme assez dur. Sa poésie, surtout ses premiers recueils, témoigne d’une nature mélancolique et pessimiste, mais il s’agit plutôt d’une mélancolie qui se tourne vers un réalisme strict, contre ce qui constitue sa quotidienneté. Il est vrai que sa poésie évolue beaucoup de recueil en recueil. Les deux premiers recueils sont plus proches du climat du romantisme ; ils sont caractérisés par un ton assez nostalgique et amer en ce qui concerne les sujets de la mort, de l’amour, de la poésie, etc. Après ces deux recueils, Karyotakis opère un grand changement, et sa poésie acquiert la nature qui le caractérisera par la suite. Agras se réfère aussi à un autre aspect de sa poésie, le fait que le poète n’ait emprunté à aucun autre, plus précisément, il écrit qu’« il a pris le contenu de sa poésie directement en lui-même »2.

3Karyotakis est un poète qui affiche une voix poétique pure dès ses premiers écrits. Sa poésie est plus directe en ce qui concerne sa tonalité et il crée un style assez nouveau pour son époque en ayant bien sûr, comme tous les autres poètes de sa génération, été influencé par les poètes étrangers, comme Baudelaire, Rimbaud, Villon, Heine, Toulet, etc. En général, le nouveau style que crée Karyotakis dans la poésie grecque de l’époque se caractérise par la satire, l’ironie et les attaques contre les éléments pourris d’une société tourmentée.

4Karyotakis est presque le seul poète grec de cette génération qui ait, par moments, une conscience précise de cette sensation de tourment qui le touche lui-même ainsi que ses contemporains ; cette sensation naît des questions qu’ils se posent sur leur rôle dans la société comme poètes, sur les chances de la Grèce comme nation hellénique en ces années si troublées, sur leur nature tourmentée d’êtres humains qui essaient de survivre dans une époque si dure, marquée par plusieurs stigmatisations sociales, et sur la limitation de leurs libres choix, choix qui pourraient les conduire à une liberté personnelle plus claire et plus précise.

5Autrement dit, en lisant l’œuvre de Karyotakis, on voit toute la thématique obscure et cette nature mélancolique et pessimiste qui caractérise la génération de 1920, mais, en même temps, on rencontre une voix claire, consciente, originale et remarquablement audacieuse pour son époque. Il se trouve à un niveau plus élevé que les autres et il peut distinguer assez clairement la tragédie profonde de sa génération et les raisons qui l’ont provoquée. Il a une pensée philosophique puissante qui lui permet d’écrire une poésie dynamique qui reflète dans sa vérité son époque obscure. Autrement dit, la poésie de Karyotakis est le miroir le plus exact de la crise de son époque.

6À la différence des autres poètes de sa génération, Karyotakis a les yeux ouverts, il a une pleine conscience, malgré les grandes difficultés et l’atmosphère confuse de son présent. Les autres vivent dans cette atmosphère et ils utilisent souvent la poésie comme seule manière d’expression, mais ils ne pensent pas vraiment à sa force, ils ne voient pas clairement son rôle et ses possibilités comme une arme importante dans une société qui vit dans une grande relativité et en même temps dans une grande incertitude ; ils ne voient pas non plus les possibilités de l’homme dans une période de guerres et de changements multiples. Tous les autres poètes qui constituent la génération de 1920 perçoivent comme un changement dans la poésie cette atmosphère lourde qui pèse sur la plupart de leurs rêves irréalisables et sur leur présent impuissant à leur offrir le bonheur et la quiétude. Par rapport à Karyotakis, bien qu’ils aient aussi, sans doute, leurs éclairs philosophiques et une conscience importante et non négligeable du réel, ils n’arrivent pas à percevoir la vraie réalité dans laquelle ils vivent et à voir consciemment la poésie comme un moyen pour réussir à exprimer quelque chose d’autre que leurs plaintes et leurs vies apparemment « immobiles ».

7Karyotakis, par rapport aux autres poètes, ses contemporains, vit un réveil dur et tourmenté de la conscience. De plus, en ce qui concerne la dernière partie de sa poésie, celle des satires, on peut prétendre qu’il s’apparente à la crise proche, au sens de la réaction face à une régularité en effet, dans le cas de la génération de 1920, cette régularité se traduit par une certaine convention dans une atmosphère décadente qui provient soit des événements graves de leur époque, soit de l’imitation de modèles de la poésie étrangère, soit de la faiblesse de la poésie grecque à trouver sa propre identité. Autrement dit, on peut parler d’une sorte d’oscillation de Karyotakis (comme poète et comme homme de son époque) entre sa vie précise dans une époque précise et la formation de sa conscience sur sa génération poétique et sociale.

Recueil par recueil

  • 3 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 3-16.

8En examinant son œuvre recueil par recueil, on commence par son premier recueil qui s’intitule «Ο πόνος του ανθρώπου και των πραγμάτων»3(1919). Dès le titre, on constate une forte sensibilité du poète face aux chagrins des hommes et des choses. Le titre témoigne d’une conscience qui se forme peu à peu sur les choses du monde, tout en portant attention à ses peines. Ce premier recueil de Karyotakis est constitué d’un petit nombre de poèmes (dix), dont la minorité concerne un « ego » qui décrit avec clarté sa nature mélancolique, tandis que la majorité se réfère à un « nous » qui nous prouve que, dès ses 23 ans, ce jeune poète porte un regard clair sur sa génération. Le jeune poète en ouvrant les yeux, est à l’écoute de la génération à laquelle il appartient, et il choisit de parler simplement de tous ceux qu’il observe en se sentant en même temps fortement seul, peut-être parce qu’il constate sa différence avec tous les autres, ses contemporains.

  • 4 Ibid., p. 7.

9En commençant ses premiers pas poétiques, Karyotakis arrive à décrire par des vers simples et purs certains aspects de la tragédie de l’individu dans cette période difficile («Λέω τις ζωούλες που ναι ‘κρεμαστές…/ Που δεν τις υποψιάζεται κανείς, […] Που διάβηκαν αμφίβολα, θαμπά…», [« Ζωές »]4 - « Je me réfère aux vies qui sont suspendues/Que personne ne soupçonne, […] Qui passèrent aléatoirement, indéfiniment… »), tout en sachant que lui-même est aussi un individu identique dans la collectivité de sa génération.

10Son imagination troublée dont Agras a beaucoup parlé5 lui permet d’atteindre plus facilement les fondements les plus profonds d’un réalisme qui deviendra plus tard absolument extrême et qui le conduira à un pessimisme également extrême. Karyotakis lui-même se réfère à sa curiosité brûlante et à son imagination malsaine comme deux de ses plus grands défauts («Το μεγαλύτερό μου ελάττωμα στάθηκε η αχαλίνωτη περιέργειά μου, η νοσηρή φαντασία […]» ~ « Mon plus grand défaut était ma curiosité brûlante, mon imagination malsaine [...] »)6. Peut-être ces deux défauts sont-ils aussi les deux raisons fondamentales pour lesquelles sa perception des choses suivit une route beaucoup plus consciente que celle de ses contemporains. Sa forte curiosité pour explorer profondément la nature réelle de son époque, alliée à une imagination proche du climat pessimiste de ces années, conduisirent le poète d’un côté à avoir un regard sur les choses plus profond et, de l’autre, à avoir un caractère solitaire et une nature personnelle plus oscillante et plus troublée, dès le moment où il a constaté le malheur de son époque. Ce malheur est dû au besoin fort des poètes de chercher un monde où le bonheur existerait et où la quotidienneté si dure n’existerait plus, il est dû également à leur conception de la poésie, comme presque condamnée à n’exprimer que leurs tourments sans pouvoir les aider à créer le monde différent dont ils rêvent. La différence de Karyotakis, c’est qu’il a passablement changé la poésie de son époque en reflétant dans ses vers la réalité du monde dans lequel il vivait aussi lui-même, en examinant plus attentivement la poésie étrangère et ses buts, et en utilisant de nouvelles formes poétiques qui ont clairement donné naissance à une poésie d’une force différente, et d’un caractère assez diachronique.

  • 7 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 17-54.

11Dans le deuxième recueil de Karyotakis qui s’intitule «Νηπενθή»7 (1921), on rencontre un « ego » qui se tourmente dans une amertume immense, qui se sent plus seul encore, qui a une conscience de la « nécessité » même de la nature de son époque, de sa propre nature et de l’isolement de lui-même par les autres, et de son âme dans le monde général et le temps.

  • 8 Ibid., p. 22-23.
  • 9 Ibid., p. 23.

12Comme exemple, on peut prendre, dans le deuxième recueil de Karyotakis, le poème qui s’intitule «Δον Κιχώτες»8, ce poème prouve clairement que, dès ses 24 ans, ce poète a une conscience très forte de la nature poétique et personnelle de ses contemporains («[…] Έτσι αν το θέλει ο Θερβάντες – εγώ τους είδα, μέσα/ στην μιαν ανάλγητη Ζωή, του Ονείρου τους ιππότες […]», [«Δον Κιχώτες»]9 ~ « […] Si Cervantès le veut comme ça – je les vis, dans/la Vie indifférente, les chevaliers du Rêve […] »), leur effort vain de trouver le monde inconnu qu’ils cherchent («[…] ρηγάδες που επολέμησαν γι’ ανύπαρχτο βασίλειο– […]», [cf. réf. 51] ~ « […] rois qui se battaient pour un royaume inexistant – […] »), les conséquences graves de cette recherche pour leur vie réelle («[…] Τους είδα πίσω να ‘ρθουνε –παράφρονες, ωραίοι […]», [cf. réf. 51] ~ « […] Je les vis retourner – déments, jolis […] ») et à la fin, en ce qui concerne l’empreinte que laissera cette recherche vaine et ses résultats sur la vie et la poésie des poètes de son époque, une empreinte qui apparaîtra à la génération qui suit comme « une blessure vaine au soleil » («[…] και σαν πορφύρα νιώθοντας χλευαστικά πως ρέει,/ την ανοιχτή να δείξουνε μάταιη πληγή στον ήλιο!», [cf. réf. 51] ~ « […] et en sentant par dérision qu’elle s’écoule comme la pourpre,/de montrer l’ouverte blessure vaine au soleil ! »). Autrement dit, Karyotakis est très en avance sur son époque, tout en étant en même temps victime de son époque dans sa vie et ses malheurs.

  • 10 Ibid., p. 61-115.

13Son troisième et dernier recueil s’intitule «Ελεγεία και σάτιρες»10 (1927), c’est le recueil le plus dur, et le plus extrême du poète. Sa maturité est plus aiguë et elle est influencée par le grand pessimisme qui le tourmente. On ne doit pas oublier aussi qu’en 1922, cinq ans avant la publication de ce recueil, Karyotakis apprit qu’il était malade de la syphilis. C’est dans ce recueil qu’il écrit ses satires, une œuvre dont on a beaucoup parlé jusqu’à nos jours pour sa langue dure, sa nature assez déprimante et son lien possible avec le suicide de Karyotakis.

14Dans ce recueil, il y a beaucoup de poèmes qui se réfèrent à un « ego » qui semble avoir revu sa vie, et en avoir déduit sa nature tragique dans l’époque où il vit. Il note l’aggravation de son monde intérieur pessimiste, il voit la dissipation totale de ses espoirs, il conserve sa clarté sur le destin tragique de sa génération, il voit devant lui sa mort, il continue de constater l’ignorance générale du monde, il continue de constater l’impasse absolue de sa génération, sa solitude, le fait qu’elle déteste son seul recours : la poésie, sa vie tragique qui semble rester dans l’inexistence. Dans ce recueil, Karyotakis utilise ses armes les plus pointues et il n’hésite pas à écrire des vers qui reflètent la tragédie d’une époque, les oscillations de la pensée individuelle, les grandes questions qui tourmentent lui-même et ses contemporains, et finalement sa propre tragédie : l’absence générale de sentiment.

Une génération en proie aux tourments

  • 11 Ibid., p. 89.
  • 12 Ibid., p. 203.
  • 13 Ibid., p. 107.
  • 14 Ibid., p. 98.
  • 15 Ibid., p. 99-101.
  • 16 Ibid., p. 102.
  • 17 Ibid., p. 103.
  • 18 Ibid., p. 104.
  • 19 Ibid., p 105 et 106.

15En plus, il acquiert une conscience presque absolue du fait que sa génération semble être totalement en proie aux temps («[…] Σκοτάδι γύρω δίχως μια μαρμαρυγή./Άνθρωποι στων άλλων μόνο τη φαντασία./ Από χαρτί πλασμένα κι από δισταγμό/ ανδρείκελα, στης Μοίρας τα δυο τυφλά χέρια,/ χορεύουμε, δεχόμαστε τον εμπαιγμό,/ άτονα κοιτώντας, παθητικά, τ’ αστέρια. […]», [«Ανδρείκελα»]11 ~ « […] Obscurité autour sans un scintillement./Nous existons seulement dans imagination des autres./faits par papier et par hésitation/pantins, dans les deux mains du Destin,/nous dansons, nous acceptons la moquerie,/en voyant languissamment, passivement, les étoiles. […] »). Agras écrit dans son étude critique sur Karyotakis : « Quel sentiment attend l’homme, s’il continue de vivre et ne s’afflige pas, après la déception définitive ? La satire. »12. Il est vrai que les satires de Karyotakis regroupent 16 poèmes assez forts qui se réfèrent à la syphilis13, à la liberté inexistante14, à la poésie d’A. Kalvos15, à la répulsion du poète pour les poupées16, à l’ambition des poètes17, à la vie tragique des fonctionnaires dans son époque18, à l’avilissement de l’individu par la politique et la société19, etc. Dans les satires, on voit clairement la réaction de Karyotakis contre toutes ces choses qui constituent et caractérisent son époque.

16Dans le dernier recueil de Karyotakis, on constate plus clairement que dans les autres deux recueils précédents sa nature divisée entre d’une part sa prise de conscience forte de sa génération, ses tourments et son ignorance et, d’autre part, sa vie personnelle plongée dans la même atmosphère et réalité de son époque et qui formait sa conscience en alliance avec sa curiosité brûlante et son imagination malsaine. Par conséquent, on peut dire sans hésitation que la crise de son époque se reflète dans son œuvre.

17Karyotakis est le seul poète de la génération de 1920 qui parvient à s’approcher au plus près de la création d’un nouveau visage de la poésie. En effet, dès le moment où il reflète dans ses vers toute la crise de son époque, il utilise les symboles d’une manière proche des formes authentiques de l’étranger sans rester néanmoins dans l’imitation et, finalement, il écrit des satires qui incarnent une véritable attaque de la société de son époque.

  • 20 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 26.

18Karyotakis, en étant d’une certaine manière le miroir poétique de son époque, voit clairement que la poésie de cette époque, bien qu’elle soit plongée dans une atmosphère lourde et souvent inchangée, représente un pas important et intermédiaire qui conduira un jour à une formation poétique nouvelle. Il voit que cette poésie a un corps uni malgré les tourments que lui-même n’omet pas de mettre en évidence. Il faut remarquer qu’il nous offre dans sa poésie la réflexion des divers niveaux de la poésie de ses contemporains : («[…] Χτυπιούνται, πληγωμένες πεταλούδες,/στο χώμα σας οι θύμησες κι οι πόθοι. […] Ειδυλλιακές οι νύχτες σας σκεπάζουν,/κι η καλοσύνη αν χύνεται των άστρων,/ταπεινοί καθώς είστε, δε σας φτάνει. […] η τόση μοχθηρία και σας μαραίνει,/ανθάκια μου χλωμά, που σας επήραν/σε κήπους μακρινούς να σας φυτέψουν.», [«Ποιητές»]20 ~ « […] Ils se battent comme des papillons blessés,/à votre terre les souvenirs et les désirs. […] Les nuits idylliques vous recouvrent,/et si la bonté des étoiles se déverse,/humbles comme vous êtes, elle ne vous atteint pas. […] tant de malignité vous flétrit,/mes petites fleurs pâles, qu’on a prises/pour vous planter dans de lointains jardins. »). Il réussit à créer une nouvelle poésie qui a sa propre place dans une génération qui souffre pour plusieurs raisons (politiques, sociales, etc.), et ainsi, il parvient à montrer aussi l’évolution existante dans la poésie de son époque qui, à première lecture, semble presque figée.

Conclusion

19Karyotakis incarne donc une conscience poétique sur la poésie en général et sur la poésie hellénique de son époque ; d’un côté, il reflète à travers ses vers la crise générale de son époque, et de l’autre, à travers de ce reflet, il réussit finalement à créer une voix poétique très authentique de son époque.

20Par conséquent, sa crise de la conscience poétique n’est qu’une étape intermédiaire et nécessaire jusqu’au moment où il écrit directement, d’une voix claire, la poésie la plus caractéristique de son époque.

Haut de page

Bibliographie

Aggelatos Dimitris, 1994, Διάλογος και ετερότητα : η ποιητική διαμόρφωση του Κ. Γ. Καρυωτάκη, Athènes : éd. Σοκόλης.

Anagnostou Giorgos, Tasos, 1993, Ιδιοσυστασίες : Κάλβος, Καβάφης, Καρυωτάκης, Athènes : éd. Πιτσιλός.

Argyriou Alexandros, 2007, Κ. Γ. Καρυωτάκης : τα ανοιχτά προβλήματα της ποίησης και της ζωής του, Athènes : éd. Γαβριηλίδης.

Chartokollis Petros, 2004, Ιδανικοί αυτόχειρες : Έλληνες λογοτέχνες που αυτοκτόνησαν: Κ. Καρυωτάκης, Π. Γιαννόπουλος, Ν. Λαπαθιώτης, Ι. Συκουτρής, Π. Δέλτα, Athènes : éd. Εστία.

Dalkou Georgia, 1986, Κωνσταντίνος Γεωργίου Καρυωτάκης : δημόσιος υπάλληλος εξ Αθηνών μετατεθείς εις Πρέβεζαν εσχάτως, Athènes : éd. Καστανιώτης.

Filokyprou Elli, 2006, Παλαμάς, Καρυωτάκης, Σεφέρης, Ελύτης : η διαρκής ανεπάρκεια της ποίησης, Athènes : éd. Μεσόγειος.

Geranis Stelios, 1990, Κώστας Καρυωτάκης : χωρίς αυθαιρεσίες και παραμορφώσεις, Athènes : éd. Σοκόλης.

Karaoglou Charalambos, 1996, Μικροσκοπική αναδίφηση περί Καρυωτάκη, Athènes : éd. Βικελαία Βιβλιοθήκη.

Karyotakis Kostas, 2006, Ποιήματα και πεζά, éd. critique : G. P. Savvidis, Athènes : éd. Βιβλιοπωλείον της «Εστίας».

Likiardopoulos Gerasimos, 1999, Η ποιητική του παλιάτσου : από τον Φιλύρα στον Σκαρίμπα : δοκίμιο ανθολογίου, Athènes : éd. Έρασμος.

Mpaloumis Epameinondas, 1988, Κ. Καρυωτάκη πεζά : κοινωνικοιστορικά, Athènes : éd. Κόλλιας.

Ntounia Christina, 2000, Κ. Γ. Καρυωτάκης : η αντοχή μια αδέσποτης τέχνης, Athènes : éd. Καστανιώτης.

Papakostas Giannis, 1986, Ανάγκη χρηστότητος : ένα λανθάνον κείμενο κοινωνικής πολιτικής, Καρυωτάκης Κώστας, Athènes : éd. Φιλιππότης.

Papakostas Giannis, 1992, Ο πολιτικός Καρυωτάκης, Athènes : éd. Εστία.

Papazoglou Christos, 1988, Παρατονισμένη μουσική : μελέτη για τον Καρυωτάκη, Athènes : éd. Κέδρος.

Sakellariadis Georgios, 1971, Ανέκδοτες επιστολές του Καρυωτάκη, Athènes, [s. éd.].

Savvidis Giorgos, 1971, Ένα άγνωστο κείμενο του Κ. Γ. Καρυωτάκη, Athènes : Εθνικά ορφανοτροφεία και οικοτροφεία, [s. éd.].

Savvidis Giorgos, Chatzidaki‑Mpachara Theano, Mitsou‑Pappa Mariliza, 1989, Χρονογραφία Κ. Γ. Καρυωτάκη, 1896-1928, Athènes : éd. Μορφωτικό Ίδρυμα Εθνικής Τραπέζης.

Stergiopoulos Kostas, 1972, Οι επιδράσεις στο έργο του Καρυωτάκη, Athènes : éd. Σοκόλης.

Haut de page

Notes

1 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 201.

2 Ibid., p. 198.

3 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 3-16.

4 Ibid., p. 7.

5 Ibid., p. 195.

6 Cf. Kostas Karyotakis (Wikipedia).

7 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 17-54.

8 Ibid., p. 22-23.

9 Ibid., p. 23.

10 Ibid., p. 61-115.

11 Ibid., p. 89.

12 Ibid., p. 203.

13 Ibid., p. 107.

14 Ibid., p. 98.

15 Ibid., p. 99-101.

16 Ibid., p. 102.

17 Ibid., p. 103.

18 Ibid., p. 104.

19 Ibid., p 105 et 106.

20 K. G. Karyotakis, Ποιήματα και πεζά, op. cit., p. 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vassiliki Tsaita-Tsilimeni, « Kostas Karyotakis, le poète-« phénomène » de la génération dite « des années 1920 » en Grèce », Cahiers balkaniques [En ligne], Hors-série | 2015, mis en ligne le 11 décembre 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://ceb.revues.org/5491 ; DOI : 10.4000/ceb.5491

Haut de page

Auteur

Vassiliki Tsaita-Tsilimeni

Université de Genève

Haut de page