Navigation – Plan du site
Dossier

Adamantios Koraïs : la dimension éthique et politique de l’éducation « classique »

Adamantios Koraïs, and the Political and Ethical Dimension the “Classical Education”
Ο Αδαμάντιος Κοραής και η πολιτική και ηθική διάσταση της «κλασσικής εκπαίδευσης»
Aikaterini Lefka

Résumés

Adamantios Koraïs est un érudit cosmopolite de l’âge des Lumières qui, entre autres travaux, a traduit, commenté et publié de nombreux textes anciens. Koraïs pense que l’éducation est la clé du bien-être d’une personne et d’une nation. L’étude des grandes œuvres classiques de la littérature grecque lui semble appropriée pour réaliser cette tâche, difficile parmi toutes.
Dans le présent article, je tenterai de mieux clarifier ses positions sur la manière dont l’étude des auteurs « classiques » pouvait contribuer à l’éducation éthique et politique des Grecs, pendant la guerre d’indépendance et après la création de l’État néohellénique. Il est possible que les idées de Koraïs soient encore intéressantes aujourd’hui, pour tout être humain désirant une vie heureuse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La 3e Assemblée nationale de Trézène, réunie en 1827, vote un texte exprimant officiellement à Adamantios Koraïs la reconnaissance de ses compatriotes pour les bienfaits de son activité intellectuelle et morale, étendus sur toute la nation hellénique. Permettez-moi de citer quelques phrases de ce texte :

  • 1 Ψήφισμα της Γ’ Εθνικής Συνελεύσεως των Ελλήνων, προς τον σοφόν Αδ. Κοραήν, εν Τροιζήνι τη 9 Απριλί (...)

La Grèce te félicite, co-citoyen excellent, qui te réjouit de sa résurrection. Elle t’est reconnaissante, car elle a bénéficié d’un bienfait inestimable grâce à tes écrits excellents. L’amour des Hellènes pour l’éducation provient des lumières que tes Prolégomènes ont semées dans leur cœur depuis quelques années, des livres que ton patriotisme a procurés à notre pays, des écoles que tes sages conseils ont fondées. De causes aussi bienfaitrices ont apporté les biens de la liberté dont tes co-citoyens profitent aujourd’hui. Des biens aussi inestimables sont dignes de la gratitude des générations et des siècles […]1.

2Depuis lors, de nombreux représentants des lettres néohelléniques, ainsi que des instances officielles, comme les universités ou l’État grec ont exprimé leur admiration et leur reconnaissance pour ce « Maître de la nation hellénique » (Διδάσκαλος του Γένους), entièrement dévoué à son œuvre éducative.

3Dans le présent article, je tenterai, à la suite de l’analyse de passages pertinents de quelques-uns des textes de Koraïs, de mieux clarifier ses positions sur la manière dont l’étude des auteurs « classiques » pouvait contribuer à l’éducation éthique et politique des Grecs, pendant la guerre d’indépendance et après la création de l’État néohellénique. Il me semble que les idées de Koraïs peuvent présenter encore de l’intérêt aujourd’hui, non seulement pour les Grecs, qui traversent actuellement une sérieuse crise économique, politique et éthique, mais aussi pour tout être humain désirant une vie heureuse.

Quelques données biographiques

4Adamantios Koraïs (1748-1833), médecin et philologue classique, est un érudit cosmopolite de l’âge des Lumières qui a choisi pendant la plus grande partie de sa vie de vivre à Paris, où il a produit une œuvre philologique et littéraire extraordinaire.

5Quand, en 1805, les frères Zossimas, des riches commerçants épirotes, lui posent la question : « Par quel moyen pourrait-on accélérer la renaissance de la Grèce, qui débute ? », Koraïs répond : « Par la réunion et l’édition des textes des poètes et des écrivains grecs les plus importants, avec des longues préfaces dans le langage courant ».

6Convaincus, les frères Zossimas décident de financer l’édition de la « Bibliothèque hellénique » dans le cadre de laquelle Koraïs traduit, commente et publie de nombreux textes antiques qu’il estime précieux pour l’éducation morale et politique de la nation grecque, par exemple, des rhapsodies de l’Iliade, des discours d’Isocrate, certaines des Vies parallèles de Plutarque, des œuvres de Platon, de Xénophon, d’Aristote, d’anciens médecins… À ce travail monumental, Koraïs ajoute de nombreuses lettres et des essais, souvent dans le cadre des Préfaces (Prolegomena) de ces œuvres, ou publiés indépendamment, analysant la situation de la Grèce de son temps et y apportant ses propres conseils.

  • 2 Voir, par exemple, la « lettre confidentielle » que Koraïs adressa aux dirigeants des Grecs le 2 a (...)

7Selon lui, la révolution de 1821 s’est produite quelques décennies trop tôt, car les Grecs avaient pris conscience de leur soif de liberté, de justice et de dignité, mais n’avaient pas eu le temps de s’éduquer suffisamment pour savoir comment réaliser l’organisation efficace d’un État démocratique2. Cette attitude lui a valu de nombreuses critiques ; cependant, jusqu’à sa mort le savant n’a jamais cessé de soutenir la Révolution et la création du nouvel État grec, matériellement et moralement, directement et indirectement, en mobilisant compatriotes et étrangers.

L’importance de l’éducation

  • 3 Voir la lettre de Koraïs à A. Kontostavlos, du 25 octobre 1822 (Α. Κοραή, op. cit., ii, p. 203).

8Koraïs distingue les hommes en esprits « ronds » et « carrés ». Les premiers manquent d’éducation et peuvent dès lors « rouler » dans tous les sens, puisque facilement influençables par les avis des uns et des autres. Les seconds, « taillés » par l’éducation, se tiennent solidement ancrés sur leurs principes, car ils ont pleinement conscience de ce qui est vrai et juste ou non, ayant développé leur esprit rationnel et critique3.

  • 4 Voir la lettre de Koraïs à A. Idromenos de Parga, du 27 novembre 1803 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 354)

9Ce penseur considère comme un « axiome de l’éthique et de la politique » l’idée que « quand les Lumières (c.-à-d. du savoir) brillent, l’esclavage doit nécessairement cesser », car « les sciences et la tyrannie n’ont jamais cohabité. Si la tyrannie n’a pas réussi à les chasser, elle doit obligatoirement être chassée par elles »4.

  • 5 Voir « L’art de la parole », Bibliothèque hellénique, Préface no 1, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 2 (...)
  • 6 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 605 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

10C’est pourquoi il soutient inconditionnellement et pendant toute sa vie que le meilleur moyen pour changer le statut de la Grèce soumise aux Ottomans en créant sa « renaissance », c’est l’éducation5. Les défenseurs de l’éducation de la nation sont même considérés par le savant comme des personnes « qui coopèrent avec la volonté divine », laquelle ne peut que soutenir la libération et le redressement des Grecs6.

  • 7 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 397 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).
  • 8 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 547 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

11Koraïs distingue l’éducation « de la tête » et celle « du cœur ». La première sans la deuxième est précieuse, mais elle se résume en une accumulation de connaissances scientifiques, et donc ne garantit pas le bonheur de l’individu, encore moins de toute la nation, le seul bouclier contre l’esclavage. La véritable paideia, considérée comme « le trésor de l’âme », concerne prioritairement l’éducation du caractère7 et doit commencer dès la petite enfance, afin que les jeunes gens apprennent à aimer et à suivre la vérité, la liberté et la justice pour toute leur vie8.

  • 9 Voir « L’éducation des enfants », Pensées improvisées (Α. Κοραή, ibid., i, p. 295).

L’éducation des enfants enseigne et le juste usage de la richesse, et l’honnête soin de la pauvreté, ou la patience philosophique. Elle seule garde le riche de la bêtise de considérer ceux qui sont moins fortunés que lui comme ses inférieurs, autant que le pauvre de flatter les riches et d’atteindre par la ruse et le mensonge ce qu’il doit gagner avec ses peines. Elle seule amène et le moins savant à honorer la sagesse et le sage à ne pas la déshonorer par quelque barbarie bestiale de ses mœurs. Sans elle, l’or dans les mains du riche et les sciences dans la tête du sage deviennent des instruments de destruction plus terribles qu’un couteau dans les mains d’un ivrogne ou d’un fou. Vos enfants, amis grecs, peuvent grâce à leur intellect devenir des astronomes, des chimistes, des physiciens et acquérir toute science et toute connaissance ; mais ils vont cueillir davantage de dommages que de bénéfices de celles-ci, si leur éducation depuis l’enfance n’arrive pas à les rendre des êtres humains utiles aux autres9.

  • 10 Voir la lettre de Koraïs aux gouverneurs de la Grèce, du 10 janvier 1822 (Α. Κοραή, ibid. ii, p. 1 (...)
  • 11 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 932 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392-393).

12Seule cette éducation peut encourager la lutte libératrice contre toute forme de tyrannie, y compris la tyrannie de ses propres passions, qui est la plus dangereuse de toutes – résultat inévitable intériorisé d’une vie d’esclavage10. De plus, elle peut soutenir la réalisation d’un État bien administré dans la suite, car le peuple apprend à se soumettre seulement aux lois, à respecter ses gouverneurs, ainsi qu’à honorer et à aimer ses concitoyens comme des frères, ses égaux11.

  • 12 Voir, par exemple, « L’art de la parole », Bibliothèque hellénique, no 1, Préface, 1807 (Α. Κοραή,(...)

13Inspiré par la Renaissance italienne, Koraïs soutient que l’étude des grandes œuvres classiques de la littérature grecque et latine est la plus appropriée pour réaliser cette tâche d’éducation éthique et politique, difficile parmi toutes, mais indispensable pour le bonheur privé et public12.

Comment l’éducation « classique » peut-elle former le caractère des citoyens ?

14Comment l’éducation « classique » peut-elle jouer un tel rôle éthique et politique d’importance capitale ?

  • 13 Lettre de Koraïs à A. Vassileiou, de 1804, où il expose les rapports entre le grec ancien et moder (...)
  • 14 Voir, par exemple, « l’Art de la parole », Bibliothèque hellénique, no 1, Préface, 1807 (Α. Κοραή, (...)
  • 15 Voir A. Koraïs, « Aelianus », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, (...)

15D’abord, Koraïs pense que « la langue hellénique (…), à côté de ses autres qualités, possède quelque charme exceptionnel, par lequel non seulement elle adoucit les mœurs des jeunes, mais aussi elle les rend plus modestes et plus tempérés »13. Qui plus est, il croit que l’étude sérieuse du grec ancien et du latin, qu’il considère indissociable du grec14, aidera les Hellènes de son temps à avoir une meilleure connaissance de leur propre langue maternelle à usage courant, qui a besoin de nouvelles œuvres littéraires pour mieux se définir et se développer. Il s’agit d’une tache d’importance primordiale, car la langue nationale est l’expression de la pensée et de la conscience d’un peuple15.

  • 16 Voir les remarques de Koraïs notamment concernant l’enseignement d’œuvres de rhétorique, mais vala (...)

16En deuxième lieu, l’étude des textes classiques enseigne « aux ignorants la gloire de nos ancêtres, et les erreurs, par lesquels une telle gloire a péri, ainsi que les moyens, par lesquels on peut à nouveau l’assumer, moyens qui sont fondés sur la véritable Éthique »16.

  • 17 Voir, par exemple, la lettre de Koraïs aux représentants des Grecs envoyés en mission à Londres, d (...)

17Enfin, ce n’est pas seulement le contenu théorique des œuvres de l’extraordinaire culture de l’Antiquité qui peut offrir aux jeunes des bases éthiques et politiques solides, mais aussi et surtout l’exemple concret des personnages historiques qui incarnent ces valeurs. Les Grecs et les Romains illustres du passé doivent devenir des modèles de vertu, de justice, d’égalité et d’amour envers la patrie, des exemples à suivre, comme, par ailleurs, ceux des personnalités extraordinaires contemporaines, rencontrées chez d’autres peuples17.

  • 18 A. Koraïs, « Épictète », Bibliothèque hellénique, no 7, Préface, 1827 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 160)

Une telle vertu demandait beaucoup de ses disciples le vertueux Épictète et Socrate qu’Épictète admirait ; elle sera acquise par celui qui imitera ces hommes bienheureux de manière sage, ayant comme seul but de cette acquisition de faire du bien à son pays, en bénéficiant lui-même le premier, et de la rendre bienheureuse par son propre bonheur18.

18Pour atteindre ces objectifs, il faut évidemment que l’enseignant des textes « classiques » suive une méthodologie appropriée et bien réfléchie. Koraïs s’est penché avec beaucoup d’attention sur cette question concrète et développe à plusieurs reprises des conseils à suivre.

  • 19 Voir, par exemple, la lettre de Koraïs à E. Kaïri de Kydonia, du 18 janvier 1815 (Α. Κοραή, ibid., (...)
  • 20 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ib (...)

19Il pense d’abord que la philologie doit aller de pair avec la philosophie : la sagesse n’est pas une accumulation de connaissances, mais un véritable « art de vivre », menant à la vertu et au bonheur, d’après les maîtres de l’Antiquité19. L’enseignant doit effectuer un choix approprié de textes à étudier avec les jeunes ; ceux-ci doivent s’accorder aux principes éthiques et politiques recherchés20.

  • 21 Voir « La Communauté de Constantinople », Pensées improvisées, Bibliothèque hellénique, no 4, Préf (...)
  • 22 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ib (...)
  • 23 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ib (...)
  • 24 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ib (...)

20Koraïs insiste sur la nécessité d’intégrer des méthodes d’enseignement modernes, comme celles de Pestalozzi21, d’utiliser une langue compréhensible et de se concentrer sur l’essentiel de la matière à transmettre, en évitant autant le perfectionnisme stérile que le manque de connaissances élémentaires22. Enfin, le savant n’omet pas de mentionner comme des conditions sine qua non de l’enseignement réussi l’abandon des punitions physiques qui ne font que perpétuer les mœurs des esclaves, et l’effort pour enseigner de manière agréable, en encourageant une émulation saine et spontanée23. Il va jusqu’à soutenir que l’enseignant doit aimer et traiter ses étudiants comme ses propres enfants24.

  • 25 A. Koraïs, « Épictète », Bibliothèque hellénique, no 7, Préface, 1827 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 159)

21Ainsi les jeunes arriveront-ils « à lire les recommandations des hommes anciens, non pas comme des lecteurs, mais comme des auditeurs de maîtres présents. Cette manière seule peut les inciter à les imiter, seule peut engendrer dans leurs âmes l’amour de la vraie liberté »25.

Conclusions

  • 26 Par exemple, I. Sycoutris ne pense pas que Koraïs puisse prétendre à un rôle plus profond que celu (...)

22Les chercheurs contemporains semblent divisés en ce qui concerne l’importance de la dimension éthique et politique accordée par Koraïs aux textes qu’il a traduits et édités26. Il me semble que, si nous nous penchons avec attention sur les écrits de ce savant, comme nous l’avons fait dans le cadre de la présente étude, nous pouvons attester du rôle primordial de cette double finalité concernant l’étude de textes « classiques » de l’Antiquité. Je pense, de surcroît, que les idées de Koraïs peuvent être largement appliquées encore maintenant, dans un monde qui cherche les moyens de sortir d’une crise non seulement économique, mais surtout éthique, politique, sociale, voire métaphysique.

23Je clôturerai avec une citation d’Angelos Terzakis, qui exprime, à mon avis, d’une manière particulièrement poétique, la quintessence de l’œuvre inestimable d’Adamantios Koraïs :

  • 27 A. Terzakis, «Διδάσκαλος του Γένους», Α. Κοραή, ibid., ii, p. 440.

Koraïs : une âme d’ermite, derrière la fenêtre d’un pays étranger, dans la nuit. Il veille et il illumine27.

Haut de page

Bibliographie

Koraïs Adamantios, 1969-70, Άπαντα [Œuvres complètes], 2 tomes, Athènes : Biri, 475 et 446 p.

Haut de page

Notes

1 Ψήφισμα της Γ’ Εθνικής Συνελεύσεως των Ελλήνων, προς τον σοφόν Αδ. Κοραήν, εν Τροιζήνι τη 9 Απριλίου 1827. Voir Α. Κοραή, Άπαντα, iι, εκδ. Σ. Ι. Μπίρης, Αθήνα, 1970, p. 8 (la traduction de tous les textes est de l’auteur).

2 Voir, par exemple, la « lettre confidentielle » que Koraïs adressa aux dirigeants des Grecs le 2 août 1825 (Α. Κοραή, op. cit., ii, p. 255-261).

3 Voir la lettre de Koraïs à A. Kontostavlos, du 25 octobre 1822 (Α. Κοραή, op. cit., ii, p. 203).

4 Voir la lettre de Koraïs à A. Idromenos de Parga, du 27 novembre 1803 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 354).

5 Voir « L’art de la parole », Bibliothèque hellénique, Préface no 1, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 275-276).

6 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 605 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

7 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 397 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

8 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 547 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392).

9 Voir « L’éducation des enfants », Pensées improvisées (Α. Κοραή, ibid., i, p. 295).

10 Voir la lettre de Koraïs aux gouverneurs de la Grèce, du 10 janvier 1822 (Α. Κοραή, ibid. ii, p. 174-175).

11 Voir « Opinions pédagogiques », Lettres, iii, 932 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 392-393).

12 Voir, par exemple, « L’art de la parole », Bibliothèque hellénique, no 1, Préface, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 268-269) et « L’éducation des enfants », Pensées improvisées (Α. Κοραή, ibid., i, p. 297).

13 Lettre de Koraïs à A. Vassileiou, de 1804, où il expose les rapports entre le grec ancien et moderne (Α. Κοραή, ibid., i, p. 339).

14 Voir, par exemple, « l’Art de la parole », Bibliothèque hellénique, no 1, Préface, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 274 et 276).

15 Voir A. Koraïs, « Aelianus », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 194).

16 Voir les remarques de Koraïs notamment concernant l’enseignement d’œuvres de rhétorique, mais valables également pour toute la littérature de l’antiquité, dans « l’Art de la parole », in Bibliothèque hellénique, Préface no 1, 1807 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 262).

17 Voir, par exemple, la lettre de Koraïs aux représentants des Grecs envoyés en mission à Londres, du 21 février 1824 (Α. Κοραή, ibid., ii, p. 238-239) et idem, « Socrate », Bibliothèque hellénique, no 15, Préface, 1825 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 35-37).

18 A. Koraïs, « Épictète », Bibliothèque hellénique, no 7, Préface, 1827 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 160).

19 Voir, par exemple, la lettre de Koraïs à E. Kaïri de Kydonia, du 18 janvier 1815 (Α. Κοραή, ibid., ii, p. 294-297), « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 248-249, 254) et « Chercheurs et législateurs de la langue », Bibliothèque hellénique, no 6, Préface, 1812 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 310-312).

20 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 243-244, 248, 252, 259).

21 Voir « La Communauté de Constantinople », Pensées improvisées, Bibliothèque hellénique, no 4, Préface, 1810 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 280-281).

22 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 257-258).

23 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 250-251).

24 Voir, par exemple, « Aux Hellènes », Avant-garde de la bibliothèque hellénique, 1805 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 251) et « Chercheurs et législateurs de la langue », Bibliothèque hellénique, no 6, Préface, 1812 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 309-310).

25 A. Koraïs, « Épictète », Bibliothèque hellénique, no 7, Préface, 1827 (Α. Κοραή, ibid., i, p. 159).

26 Par exemple, I. Sycoutris ne pense pas que Koraïs puisse prétendre à un rôle plus profond que celui d’un simple philologue éditeur de textes anciens, alors que K. Amantos «Μια ψυχογραφία του Κοραή», Νέα Εστία, 1933, attribue justement la grandeur de Koraïs à l’importance que celui-ci accorda non seulement à la langue grecque, mais aussi à la valeur éthique de la culture hellénique (Α. Κοραή, ibid., i, p. 435-436, no 1). K. Th. Dimaras, «Ο Κοραής», Ιστορία της Ελληνικής Λογοτεχνίας, 1968, pour sa part, insiste sur le fondement politique des activités de Koraïs : la libération et l’éducation de la nation hellénique, qui passe par a connaissance des auteurs classiques de l’Antiquité (Α. Κοραή, ibid., i, p. 466-468).

27 A. Terzakis, «Διδάσκαλος του Γένους», Α. Κοραή, ibid., ii, p. 440.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aikaterini Lefka, « Adamantios Koraïs : la dimension éthique et politique de l’éducation « classique » », Cahiers balkaniques [En ligne], Hors-série | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ceb.revues.org/5726 ; DOI : 10.4000/ceb.5726

Haut de page

Auteur

Aikaterini Lefka

Université de Liège

Haut de page