Navigation – Plan du site

Jeune auteur d’articles dans les revues littéraires de son temps, il occupa plusieurs postes importants au ministère de l’Éducation, devint professeur de mythologie et d’archéologie grecque à l’université d’Athènes et plus tard, recteur de cette Université. Il est le créateur du mot de laographie (sur le modèle Folklore ou Volkstunde), fonde une revue du même nom et les Archives laographiques en 1908. Son travail s’intègre bien dans l’atmosphère de l’époque : l’intérêt pour l’ethnographie des écrivains des années 1880, le souci permanent de prouver la continuité avec la Grèce antique mise en doute par Fallmerayer en intégrant comme Paparrigopoulos le passé byzantin.

Article

Retour à l’index