Navigation – Plan du site
Linguistique

Traitement lexicographique bilingue des mots composés du lexique culinaire grec moderne

Modern Greek Culinary Lexis Compounds and their Treatment in Bilingual Lexicography
Georges Galanès

Résumés

La communication porte sur les mots composés du lexique culinaire grec moderne et leur traitement en lexicographie bilingue. Il s’agit de répertorier et classer les unités lexicalisées du grec moderne et de voir dans quelle mesure le traitement lexicographique les associe aux diverses locutions nominales du français. Dans le cadre de cette étude contrastive, il est notamment question de la présence de ce type d’unités lexicalisées du grec moderne dans un dictionnaire français-grec, où les locutions nominales correspondantes ne sont pas lexicalisées.

Haut de page

Texte intégral

1Cette communication portera sur les mots composés du lexique culinaire grec moderne et leur traitement en lexicographie bilingue (français-grec). Il s’agira de répertorier les unités lexicalisées du grec moderne (composés lexicaux unifiés) et de voir dans quelle mesure le traitement lexicographique les associe aux diverses locutions du français. Il sera notamment question de la présence de ce type d’unités lexicalisées du grec moderne dans un dictionnaire français-grec, où les locutions correspondantes ne sont pas lexicalisées, ce qui n’est pas le cas dans des dictionnaires thématiques spécialisés (par exemple, « beurre blanc », « beurre de cacao », « beurre composé », « beurre de Gascogne » constituent des entrées à part dans le Larousse gastronomique, alors qu’elles sont de simples locutions à l’intérieur de l’article beurre dans le Larousse).

2La composition en grec est un phénomène qui relève du lexique et non pas de la syntaxe, ce qui est moins vrai pour d’autres langues, y compris le français. J’ai utilisé le dictionnaire du grec moderne de l’Université de Thessalonique (édition de 1999 mise à jour), parce qu’il intègre dans la nomenclature des composants (qu’ils soient à gauche ou à droite), alors que celui du Centre de lexicologie ne le fait que de façon très occasionnelle et quasiment pas du tout pour le lexique culinaire. Pour la correspondance en français j’ai utilisé le Dictionnaire français-grec moderne Larousse édité par les éditions Patakis en 2012. Les deux dictionnaires sont de taille plus ou moins égale.

3J’ai exclu de mon corpus a) les verbes, peu intéressants pour mon propos, qu’ils soient formés à partir d’un nom composé avec un suffixe verbal (αλατοπιπερώνω [saler et poivrer]) ou à partir d’une tête verbale (αυγοκόβω [battre un œuf]) et b) les adjectifs, relativement peu nombreux et souvent correspondant à des composés français (γλυκόξινος : aigre-doux, γλυκόπικρος : doux-amer). Je me focaliserai donc sur les substantifs.

4Il y a deux grandes classes de substantifs composés en grec moderne, que l’on retrouve dans le lexique culinaire : a) les coordinatifs (composés polycentriques de type dvandva) et b) les subordinatifs (composés monocentriques le plus souvent déterminatifs de type tatpurusha).

5Les coordinatifs à deux composants font généralement précéder l’élément qui constitue la base de l’ensemble ou qui est censé être plus important ou en plus grande quantité (αλατοπίπερο [sel et poivre], αυγολέμονο [œuf et citron], λαδολέμονο [huile et citron], λαδόξιδο [huile et vinaigre], λαδορίγανη [huile et origan], ρυζόγαλο [riz et lait], σκορδόξιδο [ail et vinaigre], ψωμοτύρι [pain et fromage] pour les noms lexicalisés et *ντοματοκρέμμυδο [tomate et oignon] ou *ριγανοπίπερο [origan et poivre] pour les non lexicalisés). La classification des composés de type πρασόρυζο [poireaux et/au riz] ou σπανακόρυζο [épinards et/au riz] (tous les deux lexicalisés), semble plus délicate. S’agit-il d’un riz aux poireaux ou aux épinards ou bien d’un mélange des deux ingrédients où, sur le modèle des autres composés de ce type le premier élément serait aussi l’élément de base ? Dans le premier cas, on aurait un subordinatif avec une tête à droite, alors que dans le second il s’agirait d’un coordinatif avec un accent à gauche et c’est ce qui me semble le plus probable. L’élément ρυζο [riz] est par ailleurs très productif, puisque j’ai trouvé sur internet des recettes pour *καροτόρυζο [aux carottes], *κολοκυθόρυζο [aux courgettes], *κρεμμυδόρυζο [aux oignons], *λαχανόρυζο [au chou], *μελιτζανόρυζο [aux aubergines], *ντοματόρυζο [aux tomates], *ρεβιθόρυζο [aux pois chiches], *χορτόρυζο [aux herbes] et même un curieux *πατατόρυζο [aux pommes de terre]. Cet élément -ρυζο est absent du dictionnaire grec et, parmi les éléments à gauche, seuls λαχανο‑ (associé dans les exemples à ντολμάς [feuille de vigne farcie], ρυζο [riz] et φυλλο [feuille]) et χορτο‑ (associé à πιτα [feuilleté] et σουπα [soupe]) y sont présents, ce qui fait de la plupart de ces mots plus que des absents, des éléments impossibles à recomposer.

6Mais tous les coordinatifs à deux composants ne font pas précéder l’élément qui constitue la base de l’ensemble ou qui est censé être plus important ou en plus grande quantité : ce n’est pas le cas de αγγουροντομάτα [concombre et tomate] et κανελογαρίφαλο [cannelle et clous de girofle], ni de certains composés au pluriel, non lexicalisés, mais assez présents sur internet, comme *μελιτζανοκολόκυθα [aubergines et courgettes] ou *πατατοκολόκυθα [pommes de terre et courgettes]. Par ailleurs, il semble que *λαχανοκάροτο/*καροτολάχανο [chou et carotte] (absents du dictionnaire) sont interchangeables avec une petite remarque : l’accentuation du second atténue l’unité des deux composants. Le cas de *σκορδοκρέμμυδο [ail‑oignon] (absent du dictionnaire grec) est intéressant, dans la mesure où le mot peut avoir le sens d’un assortiment d’oignon et d’ail (la base semble être le second élément), mais il signifie aussi l’échalote et, dans ce cas, il s’agit d’un composé subordinatif.

7Les mots lexicalisés que je viens de mentionner ont peu de chances d’apparaître dans un dictionnaire bilingue français-grec (c’est le cas du dictionnaire Larousse). Ils correspondent à des locutions nominales de type « sel et poivre » ou « sauce à l’œuf et au citron », avec lesquelles nous sommes familiers, mais qui sont absentes évidemment des listes d’exemples des dictionnaires français, absence qui est répercutée dans les dictionnaires bilingues. Seul ρυζόγαλο trouve sa place comme traduction de « riz au lait » (article : riz) et dans la locution γλυκό ρυζόγαλο με αυγά [riz au lait sucré aux œufs] (on aurait pu traduire aussi par γλυκιά ρυζόπιτα [flan au riz], avec une marque d’approximation) proposée comme traduction de « gâteau de riz » (article : gâteau). La question qui se pose est de savoir dans quelle mesure un dictionnaire bilingue, en tant que lieu de rencontre de deux cultures, devrait prendre en compte la langue cible dans la conception de la structure des articles.

8Cette question est particulièrement pertinente concernant les composés subordinatifs, lexicalisés ou non lexicalisés (cette classe est extrêmement productive en grec). Dans les subordinatifs, les composants sont réunis sur la base de la subordination sémantique. Il s’établit entre eux des relations de soumission d’un composant envers l’autre. Cela tient à la présence d’une tête sémantique unique. Il s’agit en grec de composés endocentriques déterminatifs, le plus souvent formant un couple déterminant-déterminé, avec l’élément déterminé à droite.

9Parmi ces composés subordinatifs on trouve dans le dictionnaire grec des cas uniques, dont on pourrait déduire que les composés ne sont pas productifs : αυγοτάραχο [poutargue], αυγόφετα [pain perdu], γαλακτομπούρεκο [feuilleté à la crème], λαδοτύρι [fromage dans l’huile d’olive], λαχανοντολμάς/λαχανοσαρμάς [feuille de chou farcie], μελομακάρονο [gâteau au miel], μουστοκούλουρο [biscuit au moût de raisin], ντοματόζουμο/ντοματοπολτός [jus/coulis de tomates], πατατοκεφτές [boulette de pomme de terre] et φρουτόκρεμα [crème aux fruits]. Mais si l’on regarde de plus près, on découvre sur internet un grand nombre de composés ayant comme tête les éléments ‑ζουμο [jus de], ‑κεφτές [boulette de], ‑κούλουρο [biscuit au/à la] et ‑μπούρεκο [feuilleté au/à la] :

  1. *καροτόζουμο [de carottes], *κολοκυθόζουμο [de courgettes], *λαχανόζουμο [de choux], *σπανακόζουμο [d’épinards], *χορτόζουμο [d’herbes] ;
  2. *καροτοκεφτέδες [de carottes], *κολοκυθοκεφτέδες [de courgettes], *κοτοκεφτέδες [de poulet], *κρεμμυδοκεφτέδες [d’oignons], *λαχανοκεφτέδες [de chou], *μανιταροκεφτέδες [de champignons], *μαρουλοκεφτέδες [de laitue], *μελιτζανοκεφτέδες [d’aubergines], *ντοματοκεφτέδες [de tomates], *πρασοκεφτέδες [de poireaux], *ρεβιθοκεφτέδες [de pois chiches], *ρυζοκεφτέδες [de riz], *σπανακοκεφτέδες [d’épinards], *τυροκεφτέδες [de fromage], *χορτοκεφτέδες [d’herbes], *ψαροκεφτέδες [de poisson] ;
  3. *αυγοκούλουρο [à l’œuf], *ζαχαροκούλουρο [au sucre], *τυροκούλουρο [au fromage] 
  4. *κολοκυθομπούρεκο [aux courgettes], *λαχανομπούρεκο [au chou], *μελιτζανομπούρεκο [aux aubergines], *πατατομπούρεκο [aux pommes de terre], *πρασομπούρεκο [aux poireaux], *σπανακομπούρεκο [aux épinards], *τυρομπούρεκο [au fromage].

10Or, ni ces mots ni les éléments qui les composent (sauf les déterminants ζαχαρο‑, κοτο‑, λαχανο‑, χορτο‑ et ψαρο‑) ne sont présents dans le dictionnaire grec. Des déterminés comme ‑κεφτές et des déterminants comme κολοκυθο‑, κρεμμυδο‑, μελιτζανο‑, ντοματο‑, πατατο‑ ou τυρο‑, extrêmement productifs, sont complètement ignorés. Dans la famille du vinaigre, μηλόξιδο [vinaigre de cidre] est absent du dictionnaire.

11Les autres composés subordinatifs présents dans le dictionnaire grec peuvent être regroupés en familles à partir des éléments déterminés : ‑άλευρο [farine de] (αραβοσιτάλευρο [de maïs], ιχθυάλευρο [de poisson], καλαμποκάλευρο [de maïs], πατατάλευρο [de pomme de terre], ρυζάλευρο [de riz], σιτάλευρο [de blé]), ‑έλαιο/‑λαδο [huile de] (αραβοσιτέλαιο [de maïs], αραχιδέλαιο [d’arachide], ελαιόλαδο [d’olive], ηλιέλαιο [de tournesol], ιχθυέλαιο [de poisson], καλαμποκέλαιο [de maïs], καρυδέλαιο [de noix], σησαμέλαιο/σουσαμόλαδο [de sésame], σογιέλαιο [de soja], σπορέλαιο [de graines]), ‑ψιχα [pulpe de] (αμυγδαλόψιχα [d’amande], καρυδόψιχα [de noix]), ‑ψωμο [pain de ou au/à la] (κριθαρόψωμο [d’orge], σταφιδόψωμο [aux raisins], mais pas σκορδόψωμο [à l’ail]). Parmi ces éléments, seul ‑έλαιο figure comme entrée séparée, associé dans des exemples à αραβοσιτ‑, σογι‑ et σπορ‑. On y trouve bien sûr les trois grandes familles formées par les déterminés ‑πιτα [feuilleté au/à la, parfois « gâteau ou tarte au/à la »], ‑σαλάτα [salade de ou au/à la, parfois « purée de »] et ‑σουπα [soupe de ou au/à la] :

  1. γαλατόπιτα [à la crème], [ελαιόπιτα1], ζαμπονοτυρόπιτα [au jambon et au fromage], καρυδόπιτα [gâteau aux noix], κοτόπιτα [au poulet], κρεατόπιτα [à la viande], λαχανόπιτα [au chou], μελόπιτα [gâteau au miel], μηλόπιτα [tarte aux pommes], πρασόπιτα [aux poireaux], σπανακόπιτα [aux épinards], σπανακοτυρόπιτα [aux épinards et au fromage], τυρόπιτα [au fromage], χορτόπιτα [aux herbes] ;
  2. αγγουροντοματοσαλάτα [de concombre et tomates], γαριδοσαλάτα [aux crevettes], μαρουλοσαλάτα [de laitue], μελιτζανοσαλάτα [purée d’aubergines], ντοματοσαλάτα [de tomates], πατατοσαλάτα [de pommes de terre], ταραμοσαλάτα [purée de tarama], τονοσαλάτα [au thon], φρουτοσαλάτα [de fruits] ;
  3. κοτόσουπα [de poulet], κρεατόσουπα [à la viande], χορτόσουπα [aux herbes], ψαρόσουπα [de poisson]).

12Mais là encore, pour ces trois grandes familles de composés, on peut trouver sur internet une quantité impressionnante de déterminants :

  1. *ελιόπιτα [aux olives] (à ne pas confondre avec ελαιόπιτα), *καροτόπιτα [aux carottes], *κολοκυθόπιτα [aux courgettes], *κρεμμυδόπιτα [aux oignons], *λουκανικόπιτα [à la saucisse], *μανιταρόπιτα [aux champignons], *μελιτζανόπιτα [aux aubergines], *ντοματόπιτα [aux tomates], *πατατόπιτα [aux pommes de terre] ;
  2. *καροτοσαλάτα [de carottes], *κοτοσαλάτα [au poulet], *κρεατοσαλάτα [à la viande], *λαχανοσαλάτα [de chou], *μανιταροσαλάτα [aux champignons], *τυροσαλάτα [de fromage] ;
  3. *καροτόσουπα [de carottes], *κολοκυθόσουπα [de courgettes], *κρεμμυδόσουπα [à l’oignon], *λαχανόσουπα [au chou], *μανιταρόσουπα [aux champignons], *ντοματόσουπα [à la tomate], *μπιζελόσουπα [aux pois cassés], *παντζαρόσουπα [aux betteraves], *πατατόσουπα [de pommes de terre], *πρασόσουπα [de poireaux], *ρεβιθόσουπα [aux pois chiches].

13Il est vrai que ces trois familles sont présentes à travers des articles dédiés à leur constituant déterminé dans le dictionnaire grec :

  1. ‑πιτα (associé dans des exemples à γαλατό‑ [à la crème], κολοκυθό‑ [aux courgettes], λαχανό‑ [au chou], σπανακό‑ [aux épinards], τυρό‑ [au fromage], χορτό‑ [aux herbes]) ;
  2. ‑σαλάτα (associé dans des exemples à αγγουροντοματο‑ [de concombre et tomates], καβουρο‑ [de crabe], μαρουλο‑ [de laitue], ντοματο‑ [de tomates], πατατο‑ [de pommes de terre], ταραμο‑ [de tarama], τυρο‑ [de fromage]) ;
  3. ‑σουπα (associé dans des exemples à κοτό‑ [de poulet], κρεμμυδό‑ [à l’oignon], λαχανό‑ [de chou], ντοματό‑ [à la tomate], ψαρό‑ [de poisson]).

14En fait, ces exemples reprennent pour la plupart les déterminants des composés présents dans la nomenclature du dictionnaire, seuls les éléments en italiques καβουρο‑ et τυρο‑ apportant un constituant nouveau à ‑σαλάτα, seuls les éléments κρεμμυδό‑, λαχανό‑ et ντοματό‑ apportant un constituant nouveau à ‑σουπα. Si on regarde maintenant du côté des déterminants constituant des articles à part dans le dictionnaire, on ne trouve que λαχανο‑ (ci-dessus en gras), associé dans des exemples à ‑ντολμάς [feuille farcie] et ‑ρυζο [riz]).

15Pour résumer, sont présents comme entrées séparées dans le dictionnaire grec les déterminés ‑έλαιο, ‑πιτα, ‑σαλάτα et ‑σουπα et y sont absents ‑ζουμο, ‑κεφτές, ‑κούλουρο, ‑μπούρεκο et ‑ψωμο. En ce qui concerne les déterminants, on y trouve αλατο‑ [sel], αλευρο‑ [farine], αμπελο‑ [vigne], αμυγδαλο‑ [amande] (associé à ‑έλαιο [huile de], ‑γαλα [lait de], ‑λαδο [huile de], ‑ψιχα [pulpe de], ‑πιτα [gâteau de]), γαλακτο‑ [crème] (associé à ‑μπούρεκο [feuilleté au/à la]) / γαλατο‑ [crème] (associé à ‑πιτα [feuilleté au/à la]), ελαιο‑ [huile], ζαχαρο‑ [sucre] (associé à ‑κούλουρο [biscuit au/à la]), ιχθυο‑ [poisson], κοτο‑ [poulet] (associé à ‑πιτα [feuilleté au/à la], ‑σαλάτα [salade de], ‑σουπα [soupe au/à la]), κρεατο‑ [viande] (associé à ‑ζωμός [jus de], ‑πιτα [feuilleté au/à la], ‑σουπα [soupe au/à la]), λαδο‑ [huile], λαχανο‑ [chou] (associé à ‑ντολμάς [feuille farcie], ‑ρυζο [riz]), χορτο‑ [herbes] (associé à ‑πιτα [feuilleté au/à la], ‑σουπα [soupe au/à la]), ψαρο‑ [poisson] (associé à ‑λαδο [huile de], ‑σουπα [soupe de]) et ψωμο‑ [pain], mais on n’y trouve pas κολοκυθο‑ [courgette], κρεμμυδο‑ [oignon], μανιταρο‑ [champignon], μελιτζανο‑ [aubergine], μπιζελο‑ [pois cassé], ντοματο‑ [tomate], πατατο‑ [pomme de terre], ρεβιθο‑ [pois chiche] et τυρο‑ [fromage].

16On constate une grande divergence entre les déterminés du grec et ceux du français (présents dans le dictionnaire bilingue au moyen de locutions nominales). Sur l’ensemble du dictionnaire français-grec Larousse-Patakis, seulement 29 composés grecs de ce type apparaissent dans la traduction d’exemples de locutions nominales avec préposition à ou de, équivalent français de ce type de composés.

17On peut les classer dans deux listes. Tout d’abord ceux où le déterminant indique principalement l’ingrédient à l’origine du produit (les composés grecs utilisés dans la traduction sont en gras – quand la traduction proposée ne contient pas de mot composé je l’ai omise) :

beurre : ~ d’anchois, ~ d’arachide/de cacahuètes φυστικοβούτυρο, ~ de cacao, ~ d’escargot
farine : ~ d’avoine, ~ de blé noir, ~ de froment σιτάλευρο, ~ de seigle, ~ de maïs καλαμποκάλευρο, ~ de poisson ψαράλευρο, ιχθυάλευρο
huile : ~ d’arachide αραχιδέλαιο, ~ de cade, ~ de coco κοκοφοινικέλαιο, ~ de colza έλαιο κόλζας, κραμβέλαιο, ~ de maïs αραβοσιτέλαιο, καλαμποκέλαιο, ~ de noix καρυδέλαιο, ~ d’olive ελαιόλαδο, ~ de tournesol ηλιέλαιο
vinaigre : ~ de cidre μηλόξιδο, ~ à l’estragon

18Ensuite ceux où le déterminant indique l’ingrédient principal contenu en grande quantité dans le produit (les composés grecs utilisés dans la traduction sont en gras) :

chausson : ~ aux pommes μηλοπιτάκι
feuilleté : ~ aux asperges σπαραγγόπιτα
galette : ~ de maïs, ~ de pommes de terre πατατόπιτα, ~ πατατοκεφτές
gâteau : ~ de semoule, ~ de riz γλυκό ρυζόγαλο με αυγά, ~ aux noix καρυδόπιτα
pain : ~ aux céréales, ~ au chocolat, ~ d’épices μελόψωμο με μπαχαρικά, ~ au lait, ~ aux raisins σταφιδόψωμο
pâte : ~ d’amandes αμυγδαλόπαστα, ~ d’anchois, ~ de coing κυδωνόπαστο, ~ de fruits
riz : ~ au lait ρυζόγαλο
salade : ~ de fruits φρουτοσαλάτα
soupe : ~ aux choux λαχανόσουπα, ~ au crabe καβουρόσουπα, ~ au lait σούπα με ψωμί και γάλα, γαλατόσουπα
tarte : ~ aux pommes τάρτα μήλου, μηλόπιτα, ~ aux prunes/fraises, ~ à la crème
tourte : ~ aux poires αχλαδόπιτα, ~ aux épinards σπανακόπιτα
velouté : ~ de poulet κοτόσουπα βελουτέ

19Si dans la traduction de ces exemples on trouve des mots composés du grec moderne, il s’agit souvent de tentatives d’appropriation de recettes qui divergent parfois considérablement. Si l’on voulait associer les trois grandes familles de déterminés des composés grecs à des locutions françaises, on découvrirait, tout d’abord, que ‑πιτα doit être remplacé par chausson, feuilleté, galette, gâteau, tarte et tourte, mais que dans les exemples de locutions fournies par Larousse la réalité culinaire grecque est absente et très éloignée de celle représentée dans le dictionnaire bilingue. Pour les deux autres familles, si productives, mais tellement peu présentes, même dans un dictionnaire grec qui intègre dans sa nomenclature des constituants de mots composés (déterminants et déterminés), on constate que le dictionnaire bilingue donne un minimum d’exemples-locutions, parfois très loin là aussi de la réalité culinaire grecque. Pour compléter l’inventaire des locutions nominales de type déterminé/déterminant du français, et se faire une meilleure idée si besoin était de l’écart entre les deux cuisines, voici les déterminés du français où on ne trouve pas de trace de mot composé grec :

compote : ~ (de fruits), ~ de pommes
confiture : ~ de fraises/mûres, ~ d’oranges
crème : ~ au chocolat/citron, ~ au beurre, ~ (au) caramel
crêpe : ~ au beurre/sucre, ~ au jambon et aux champignons
éclair : ~ au chocolat/au café
flan : ~ à la vanille
gelée : ~ de groseilles
glace : ~ à la vanille/à l’abricot
œuf(s) : ~ au lait
omelette : ~ aux champignons/au fromage/au jambon, ~ aux fines herbes
pâté : ~ de canard, ~ de foie
purée : ~ de tomates/carottes, ~ (de pommes de terre)
sauce : ~ à la moutarde/aux câpres, ~ au soja, [~ tomate]
saucisson : ~ à l’ail
semoule : ~ de riz, ~ de maïs, ~ de blé dur
tartine : ~ de beurre/pâté

20Évidemment, toutes ces locutions sont traduites par des constructions appositives de type σάλτσα ντομάτα [sauce tomate], prépositionnelles de type σάλτσα με κάππαρη [sauce aux câpres] ou avec génitif de type σάλτσα μουστάρδας [sauce à la moutarde]. Ce type de locutions existe bien en grec, en parallèle avec les mots composés, pour un grand nombre d’expressions du domaine culinaire. Mais on voit proliférer sur internet des locutions de type σούπα καρότο, σούπα με καρότο, σούπα από καρότο, σούπα καρότου [soupe aux carottes], phénomène intéressant, mais qui est ici hors de propos et que, de toute façon, je n’aurais pas eu le temps de traiter. Il peut s’agir là d’un des effets symptomatiques du fléau du calque traductif, ou d’une volonté de marquer consciemment une différence par rapport au caractère traditionnel-populaire du composé. Il faudrait voir si des différences existent à ce niveau entre ce qui est présenté comme μανιταρόπιτα, πρασόπιτα, σπανακόπιτα d’une part et πίτα με μανιτάρια, πίτα με πράσο, πίτα με σπανάκι de l’autre [feuilleté aux champignons/aux poireaux/aux épinards].

21Je me limiterai pour l’instant à tirer les conclusions suivantes à partir du cas des composés grecs du lexique culinaire, qui pourraient concerner plus généralement le traitement des mots composés : a) La présence des éléments composants dans les dictionnaires grecs (qu’il s’agisse de composés coordinatifs polycentriques ou de composés subordinatifs monocentriques) est d’une importance capitale, étant donné leur productivité et leur grande capacité d’intégration, ce qui n’est pas le cas actuellement ; b) Il faudrait prévoir, du moins pour les plus productifs parmi eux, des équivalents en français (et dans d’autres langues bien sûr) dans les dictionnaires bilingues, dans un souci de mieux intégrer la culture de la langue cible dans le dictionnaire, mais aussi pour faire apparaître le processus de formation de ces composés ; c) Enfin, il serait souhaitable de pouvoir mieux intégrer ce type de processus de composition dans les méthodes d’enseignement du grec moderne, puisqu’il s’agit là d’une des manifestations de la langue parmi les plus créatives et vivantes.

Haut de page

Bibliographie

AnastassiadisSymeonidis Anna, 1996, «Η νεοελληνική σύνθεση» [« La composition en grec moderne »], in G. Katsimali, F. Kavoukopoulos (dir.), Ζητήματα νεοελληνικής γλώσσας: Διδακτική Προσέγγιση [Questions de langue grecque moderne : une approche didactique], Réthymnon : Université de Crète, 1996, p. 97-120.

Babiniotis Georgios, 2002, Λεξικό της νέας ελληνικής γλώσσας [Dictionnaire de la langue grecque moderne], Athènes : Centre de lexicologie.

Bisetto Antonietta & Scalise Sergio, 2005, “The classification of compounds”, Lingue e Linguaggio, iv (2), 2005, p. 319-332.

Corbin Danielle, 1992, « Hypothèses sur les frontières de la composition nominale », Cahiers de grammaire, 17, p. 25-55.

Λεξικό της κοινής νεοελληνικής [Dictionnaire du grec moderne standard], 1999, Thessalonique, Université Aristote : Institut d’études néohelléniques, (édition revue).

Dictionnaire français – grec moderne [Γαλλοελληνικό λεξικό], responsable éditorial Georges Galanès, 2012, Athènes : Patakis (en collaboration avec Larousse).

Giannoulopoulou Giannoula, 2001, «Σημασιολογικά στοιχεία της Νεοελληνικής σύνθεσης» [« Éléments sémantiques de la composition en grec moderne »], in G. Angouraki, A. Arvaniti, D. Goutsos, J. Davy, Μ. Karyolaimou, A. Panagiotou, A. Papapavlou, P. Pavlou, A. Roussou (dir.), Πρακτικά του 4ου διεθνούς συνεδρίου ελληνικής γλωσσολογίας [Actes du 4e colloque international de linguistique grecque], Thessalonique : University Studio Press, 2001, p. 103-111.

Giannoulopoulou Giannoula, 1975, «Μορφήματα στα όρια μεταξύ σύνθεσης και παραγωγής στη Νέα Ελληνική: ζητήματα περιγραφής και θεωρητικής ανάλυσης» [« Morphèmes entre composition et production en grec moderne : questions de description et d’analyse théorique »], in Α. Christofidou (dir.), à paraître, Δημιουργία και Μορφή στη Γλώσσα [Création et forme en langue], Δελτίο Επιστημονικής Ορολογίας και Νεολογισμών [Bulletin de terminologie scientifique et de néologismes], vol. 12.

Guilbert Louis, 1975, la Créativité lexicale, Paris : Larousse.

Koliopoulou Maria, 2013, Θέματα σύνθεσης της Ελληνικής και της Γερμανικής: συγκριτική προσέγγιση [Questions de composition en grec et en allemand : une approche comparative], thèse de doctorat, Patras.

Mathieu‑Colas Michel, 1996, « Essai de typologie des noms composés », Cahiers de lexicologie, 69, p. 71-125.

Mel’čuk Igor, 1997, Cours de morphologie générale, vol. iv, Montréal : P. U. Montréal.

Ralli Angela, 1992, “Compounds in Modern Greek”, Rivista di Linguistica 4 (1), pp. 143-174.

Ralli Angela, Raftopoulou Maria, 1999, «Η Σύνθεση στην ελληνική ως διαχρονικό φαινόμενο σχηματισμού λέξεων» [« La composition en grec comme phénomène diachronique de formation de mots »], Μελέτες για την Ελληνική Γλώσσα [Essais sur la langue grecque], 19, p. 389-403.

Ralli Angela, 2006, “Variation in Word Formation: The Case of the Compound Markers”, in P. Cuzzolin, M. Napoli (dir.), Fonologia e Tipologia Lessicale nella Storia della Lingua Greca, Milan : Franco Angeli, pp. 238-264.

Ralli Angela, 2007, Η σύνθεση λέξεων: διαγλωσσική μορφολογική προσέγγιση [La composition de mots : une approche morphologique interlinguistique], Athènes : Patakis.

Ralli Angela, 2008, “Compound Markers and Parametric Variation”, Language Typology and Universals (STUF) 61, pp. 19-38.

Ralli Angela, 2013, Greek Compounding, Dordrecht: Springer.

Haut de page

Notes

1 Ce mot ne fait pas normalement partie du lexique culinaire. Il s’agit d’un terme technique pour la pâte de pulpe d’olives ; néanmoins, il peut désigner parfois un feuilleté aux olives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Galanès, « Traitement lexicographique bilingue des mots composés du lexique culinaire grec moderne », Cahiers balkaniques [En ligne], Hors-série | 2016, mis en ligne le 14 mars 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ceb.revues.org/7040 ; DOI : 10.4000/ceb.7040

Haut de page

Auteur

Georges Galanès

CREE, Inalco, USPC

Haut de page