Navigation – Plan du site
Le dossier : Conflits et mémoires dans les Balkans

Un poste consulaire en Macédoine, Bitola-Monastir, 1851-1912

Bernard Lory
p. 127-148

Résumés

Les consuls, plus détachés des nationalismes locaux, rendent compte des réalités sociales, culturelles et politiques de Bitola entre 1851 et 1912.
L’article tente de restituer, à partir des archives consulaires de la ville macédonienne de Bitola, entre 1851 et 1912, une réalité sociale et culturelle de la Macédoine, moins filtrée par les idéologies nationales que celle que traduit la documentation interne en langues balkaniques. La plus grande partie des informations fournies par les correspondances consulaires provient des drogmans, interprètes assurant l’interface entre les autorités locales ottomanes et les consuls, mais les consuls s’informent aussi les uns les autres. À partir des années 1890, les questions politiques détrônent les intérêts économiques. Même si les historiens macédoniens de Bitola soulignent le rôle modernisateur des consuls, le corps consulaire y est trop restreint et replié sur lui-même pour exercer une influence significative. L’article analyse l’action politique des différents consulats. Ceux des États balkaniques organisent la subversion contre le pouvoir ottoman, ceux d’Autriche-Hongrie et de Russie, pays ayant des intérêts immédiats dans la zone balkanique, interviennent dans les affaires locales, officiellement ou de façon occulte, tandis que le rôle de ceux de Grande-Bretagne, d’Italie et de France est de maintenir le statut de Grande Puissance de ces pays.

Haut de page

Texte intégral

1Au début du XXe siècle, les grandes puissances entretiennent tout un réseau de consulats dans les provinces balkaniques de l’Empire ottoman (Albanie, Macédoine, Épire, Thrace). C’est une pratique ancienne héritée du XVII-XVIIIe siècle. Leur rôle a néanmoins connu une évolution importante, car, de postes d’observation économiques qu’ils étaient au départ, ils se sont transformés au cours du XIXe siècle en observatoire de la situation balkanique. Les consuls se préoccupent alors moins des marchés locaux, de leurs protégés et du respect des capitulations, pour consacrer l’essentiel de leurs correspondances avec leur ambassadeur à Constantinople ou avec leur ministre aux évolutions politiques dans leur circonscription consulaire.

  • 1 Plusieurs consuls français en Turquie d’Europe ont contribué à une meilleure connaissance de la rég (...)
  • 2 Makedonija prez pogleda na avstrijskite konsuli 1851-1877/78, t. 1-3, Sofia, 1994-2001.

2Les rapports que rédigent les consuls sortent peu de la sphère interne du mécanisme diplomatique et sont rarement divulgués au public : on les retrouve alors dans les recueils diplomatiques officiellement publiés par les Ministères des Affaires étrangères, dans les Livres jaunes français, les Blue Books anglais, les Livres verts roumains, etc. Il est assez rare que les consuls synthétisent leurs connaissances de terrain par un ouvrage destiné au grand public1. Les archives consulaires fournissent donc un matériau documentaire abondant, constitué en longues séries et contenant une information inédite. Les chercheurs y recourent depuis fort longtemps ; certains fonds ont été publiés dans une approche scientifique2.

3Concernant l’histoire balkanique du XXe siècle, et en particulier la Question macédonienne (prise ici dans sa phase « classique », entre 1890 et 1912), que je souhaite aborder ici, il y a pourtant lieu de s’interroger sur la pertinence de cette source documentaire.

  • 3 Adanir Fikret: Die makedonische Frage, ihre Entstehung und Entwicklung bis 1908, Frankfurt am Main, (...)
  • 4 Dakin Douglas: The Greek Struggle in Macedonia 1897-1913, Thessaloniki, 1966. Lange-Akhund Nadine: (...)

4Contrairement à ce que l’on croit souvent, la Question macédonienne n’est pas particulièrement difficile à traiter sur le plan historique. On dispose en effet d’une masse d’informations considérable à son sujet. Le problème majeur, c’est qu’il faudrait être un polyglotte maîtrisant une dizaine de langues pour l’appréhender dans toute sa diversité. À côté des langues des grandes puissances (allemand, anglais, français, italien, russe), il faut aussi prendre en compte les langues locales (albanais, bulgare, grec, macédonien, roumain, serbe, turc). L’historien qui se rapproche le plus de cet idéal inaccessible est probablement Fikret Adanır qui utilise le turc, le bulgare, le macédonien, l’allemand, l’anglais et dans une moindre mesure le français, le russe et le serbe3. D’autres auteurs s’appuient sur une base linguistique plus limitée : Douglas Dakin sur le grec et l’anglais essentiellement (plus l’allemand et le français) ou, plus récemment Nadine Lange-Akhund sur le français, l’allemand et l’anglais4.

5Les langues occidentales ont l’inconvénient d’avoir servi de vecteur aux propagandes balkaniques, tant dans leur désir de convaincre les grandes puissances de la justesse de leur cause nationale, que dans celui de discréditer auprès des mêmes puissances la propagande de leurs rivaux. Il existe donc dans ces langues une masse d’ouvrages, dont l’usage par l‘historien présente de très grandes difficultés, car ils sont pleins de vérités, demi-vérités et contre-vérités inextricablement tissées entre elles, sans parler de mensonges par omission, particulièrement délicats à déceler. Tout ce discours de captation adressé à l’Occident est, dans une très large mesure, inutilisable pour l’historien.

  • 5 En Bulgarie, ce fut l’œuvre de Ljubomir Miletič, entre autres.

6En revanche, la production interne à chaque État balkanique, rédigée dans la langue nationale, est extraordinairement riche et abondante. Peu de mouvements révolutionnaires en Europe ont été aussi bavards que ceux qui agissaient en Macédoine. De leur vivant, alors que la lutte était en cours, des récits autobiographiques furent recueillis auprès des protagonistes, déjà panthéonisés comme héros nationaux5. Bon nombre d’activistes écrivirent leurs mémoires, souvent des témoignages d’une richesse documentaire étonnante. Les correspondances clandestines ont été conservées dans une grande proportion, car leurs destinataires se trouvaient dans les pays voisins, hors d’atteinte de la police ottomane ; le souci de tenir des archives révolutionnaires resta toujours étonnamment présent. Une bonne partie de cette documentation a été publiée. Rarement les mécanismes de la clandestinité sont rendus accessibles à la recherche historique dans d’aussi bonnes conditions.

7Le dilemme, on le voit, réside dans le choix entre une documentation interne, rédigée en langues balkaniques de faible diffusion, et une documentation externe (propagandes balkaniques, rapports consulaires) rédigée dans des langues de plus large diffusion. Il est clair que les premières sont d’une qualité documentaire largement supérieure aux secondes. Encore faut-il ne pas s’enfermer dans une seule langue balkanique, comme le font la plupart des historiens-patriotes, plus intéressés à justifier la cause nationale qu’à rechercher une vérité scientifique. Dans de telles conditions, quelle place accorder aux sources consulaires ?

8De mon point de vue, ces sources ne peuvent guère constituer qu’un appoint pour l’étude de la Question macédonienne, dans son acception ordinaire, à savoir l’étude des rivalités nationales et de la montée d’une violence d’un type nouveau, d’une violence radicalement moderne. L’histoire des mouvements révolutionnaires, de leurs ramifications et de leurs antagonismes ne sera jamais correctement éclairée sur la base de ces seules sources : quand on confronte l’information fournie par les consuls au luxe de détails que les sources balkaniques recèlent sur les mêmes événements, on doit constater que le plus perspicace des consuls, même à la tête d’un réseau d’informateurs bien choisis, reste encore loin de déchiffrer la complexité de la situation. En revanche, si l’on considère la Question macédonienne sous l’angle des relations internationales, c’est à dire dans ses relations avec la politique des différentes grandes puissances européennes, leur importance est primordiale.

9Mon approche personnelle est, dans la mesure du possible, de m’abstraire de l’optique révolutionnaire qui prédomine dans l’étude historique de cette partie du monde dans les années 1890-1912 et de tenter de restituer une réalité sociale et culturelle plus nuancée et moins filtrée par les idéologies nationales. Dans cette perspective, les archives consulaires se révèlent particulièrement précieuses.

  • 6 Au début du XXe siècle, les Slaves de Macédoine sont désignés et se désignent eux-mêmes comme Bulga (...)

10Mon terrain d’enquête est la ville de Bitola, plus connue à l’époque ottomane sous le nom de Monastir. Aujourd’hui située dans le sud-ouest de la République de Macédoine, Bitola était, avant 1912, le chef-lieu d’une vaste province (vilayet) s’étendant aussi sur le nord-ouest de la Grèce actuelle et sur le sud-est de l’Albanie, qui avait autorité sur les villes d’Ohrid, Debar, Prilep, Florina, Servia, Kastoria, Korçë et Elbasan. C’était une place commerciale prospère et une ville de garnison majeure pour la partie centrale des Balkans ottomans. Avec environ 50 000 habitants aux origines variées, c’était la seconde ville de Macédoine après Thessalonique. On y trouvait des musulmans (Turcs, Albanais, Slaves), des Juifs sépharades et des chrétiens orthodoxes ; ces derniers se divisaient en deux obédiences rivales dépendant du Patriarcat œcuménique de Constantinople ou de l’Exarchat bulgare ; sur le plan linguistique, les chrétiens se répartissaient en Aroumains, Slaves6, Albanais, Grecs et Tsiganes. Aucun de ces groupes, ni confessionnel, ni linguistique, ne disposait de la majorité absolue dans la ville. Les relations intercommunautaires, on s’en doute, variaient en fonction de rapports de force mouvants, jamais stables et sans cesse renégociés.

  • 7 À la fin du XIXe siècle, il n’y a que trois familles italiennes à Bitola : celles d’un instituteur (...)

11À cette population fort bigarrée s’ajoutait une petite communauté d’Occidentaux, de confession catholique ou protestante et parlant diverses langues. On y trouvait des missionnaires, des commerçants, quelques fonctionnaires ou médecins et… les consuls7. C’est ce petit monde consulaire réuni par le hasard dans cette ville compliquée, qui fera l’objet de cette étude. Bien qu’appartenant à des cultures différentes et, parfois censées promouvoir des politiques opposées, leurs fonctions mettent les consuls dans une situation commune, et des solidarités de corps sont souvent observables.

  • 8 Nous retenons ici la date de l’arrivée effective du représentant consulaire à Bitola, qui peut se s (...)

12Bitola, à l’époque qui nous intéresse, ne compte pas moins de neuf consulats. Près de soixante-dix personnes ont, simultanément ou successivement constitué le corps consulaire de la ville (voir tableau en annexe). L’ère des consuls commence avant la Guerre de Crimée, en octobre 1851, avec l’installation de Friedrich Westermayer, premier vice-consul d’Autriche. Il fut bientôt rejoint par ses collègues britannique et français en février 1852 et août 1854 respectivement. La guerre de Crimée contribua à l’extension de l’influence de ces deux puissances dans l’Empire ottoman. La France ne jugea pourtant pas le poste suffisamment important et le ferma en juillet 1859. Vers la fin de la même année, un consul de Grèce prenait ses fonctions, rejoint en mars 1861 par un consul de Russie. La Grande-Bretagne ferma le poste de Bitola entre septembre 1872 et février 1887, puis à nouveau d’août 1898 à mars 1903. L’intérêt international pour les affaires macédoniennes s’accrut à la fin du XIXe siècle. La Serbie ouvrit un consulat en 1888-1889, la Roumanie en 1893 ; la France rouvrit son vice-consulat en juillet 1894 et le premier agent consulaire italien s’installa en juillet 1895. La Bulgarie, enfin, n’ayant pas encore le statut d’État indépendant dut se contenter d’ouvrir une agence commerciale en avril 1897, qui ne prit le rang de consulat qu’en novembre 19098. On notera l’absence d’un consul d’Allemagne, puissance qui se contentait d’un consulat à Thessalonique. En cas de besoin, le consul d’Autriche-Hongrie défendait les intérêts des citoyens allemands dans sa juridiction consulaire ; il rendait les mêmes services aux sujets suisses et espagnols ; les intérêts américains étaient pris en charge par le consulat britannique. Durant les guerres de 1897 et 1912-1913, les intérêts grecs furent défendus par la France, et les intérêts serbes et bulgares par la Grande-Bretagne en 1912-13.

13Le corps consulaire de Bitola se divise très clairement en deux groupes : celui des cinq représentants des grandes puissances (Autriche-Hongrie, Grande-Bretagne, France, Russie, Italie) et celui des représentants des États balkaniques (Grèce, Serbie, Roumanie, Bulgarie). Les premiers sont des observateurs et restent, dans l’ensemble, en retrait des affaires locales, alors que les seconds sont très directement impliqués dans la compétition nationale dans la région. Tous sont désignés comme consuls, alors que techniquement les représentants des grandes puissances n’ont, en général, que le titre de vice-consul ; les pays balkaniques entretiennent fréquemment un consul et un vice-consul à Bitola. Malgré ces différences, face aux autorités ottomanes et dans certaines circonstances de la vie publique, le corps consulaire fait bloc et surmonte ses contradictions internes.

14Le futur consul commence par recevoir de son ministère la notification de son affectation à Bitola. Celle-ci ne le comble pas forcément de joie : l’Empire ottoman n’a pas bonne réputation en Occident, et un poste dans l’intérieur des terres, dans une province qui, vers 1900, est surtout connue pour la violence politique qui s’y déchaîne, n’a rien d’attrayant. Rappelons que les consuls de France et d’Allemagne à Thessalonique ont été tués par la foule en 1876, que les consuls de Russie à Mitrovica et à Bitola sont assassinés en 1903. L’isolement dans une région pauvre et hostile constitue indubitablement une épreuve.

15La plupart des consuls nommés à Bitola ont déjà une expérience professionnelle, soit comme fonctionnaires d’ambassade, soit dans les consulats. Certains ont eu des postes en Occident : Madrid (Ledoulx), Bilbao, Rosario, Buenos Ayres, Prague, Milan (Berne-Lagarde), Pittsburgh (Bornemisza), Brindisi (Rostkovski). Mais la plupart, et surtout les représentants des puissances activement engagées dans les Balkans, ont acquis une expérience de l’Empire ottoman avant d’arriver à Bitola. Plusieurs ont occupé des fonctions secondaires à Thessalonique (Kohmanovski, Petraev), Plovdiv (Heathcote, Scaniglia), Sofia (Shipley, Rostkovski), Prizren (Prochaska), Shkodër (Bornemisza), Durrës (Bornemisza), Serres (Greig), Niš (Legrenzi), voire beaucoup plus loin à Jérusalem et Beyrouth (Rostkovski). Choublier est un des rares pour qui Bitola constitue le premier poste ; de tous les consuls de France, c’est assurément celui qui se montrera le plus clairvoyant et le plus actif.

  • 9 Le 1er juillet selon Stamboliska Suzana : Inventaire des archives rapatriées de l’agence consulaire (...)

16Ayant été nommé, le nouveau consul doit gagner son poste. Plusieurs mois peuvent se passer entre sa nomination et son arrivée effective à son poste. Les liaisons maritimes pour Thessalonique sont pourtant régulières et une ligne de chemin de fer relie le port égéen à Bitola depuis 1894. On observe que le consul Ledoulx, nommé par décret du 13 janvier 1894, n’arrive à Bitola que le 10 juillet9. Choublier nommé par décret du 14 décembre1900 prend son poste le 22 mai 1901 seulement. Rostkovski, cependant, nommé en juin, est déjà à son poste le 21 juillet 1895 ; sans doute la diplomatie russe dans les Balkans requiert-elle la présence d’un agent consulaire d’une façon plus urgente que le Quai d’Orsay...

17À son arrivée, dans les premiers jours, le nouveau consul doit faire les visites protocolaires, dont la première est due au vali et au commandant en chef de la IIIe Armée, qui a son siège à Bitola. Il rend ensuite visite à ses collègues, lesquels s’efforcent de le jauger et s’empressent d’informer leurs supérieurs sur le nouveau venu. Selon sa confession, il rend visite au métropolite orthodoxe ou à la mission catholique. Pour entrer pleinement en fonction, le consul doit recevoir de la Sublime Porte son berat d’accréditation. Ce document officiel lui parvient parfois plusieurs mois après son installation sur place. Le consul Jousselin arrive à Bitola le 17 décembre 1909, mais l’ambassade ne lui fait parvenir son berat que le 24 mars. Le berat peut d’ailleurs être refusé : le consul de Roumanie Alexiano, natif de Kruševo et par conséquent sujet ottoman, se voit désavouer en 1899 ; le premier consul d’Italie Rosset, à peine arrivé, quitte Bitola avant d’avoir obtenu son berat, sans que nous sachions exactement pourquoi.

  • 10 Pour la localisation des consulats dans le tissu urbain actuel, voir l’article de Čupona Irena : Po (...)

18Le choix d’un logement est une question délicate, car un consulat est un lieu marquant dans la topographie de la ville. Lorsque la France rouvre le poste de Bitola en 1894, le consul Ledoulx choisit de s’établir à la mission des Lazaristes. Ceux-ci sont propriétaires d’un grand pâté de maisons en plein centre-ville, sur la rue principale (Hamidiye Caddesi) ; ils y ont abrité précédemment le consulat d’Autriche pendant plusieurs années. Paradoxalement, la mission qui a longtemps été entre les mains de Français est dirigée par un sujet autrichien au début du XXe siècle. Le consulat et la mission seront la proie des flammes en février 1909. Après le sinistre, la France choisit comme nouveau bâtiment une belle maison construite en 1903, dans une rue proche. Il y est voisin du consulat de Grèce (l’actuelle mairie de Bitola), également construit en 1903, et appartenant, non pas au gouvernement d’Athènes, mais à la communauté grecque de la ville10.

  • 11 Voir Draghumis Ionos : Ta tetradhia tu Ilinden, Athina, 2000.

19Le consul n’exerce pas ses fonctions seul. Quoique Bitola soit un poste d’importance secondaire, le consulat compte le plus souvent un secrétaire ou chancelier chargé de l’assister. Les documents évoquent peu ces personnages de second plan. Parfois pourtant, ce poste sert de couverture à un agent politique, qui peut s’avérer plus important que le consul titulaire. C’est le cas d’Ion Draghumis, vice-consul à Bitola aux côtés du consul de Grèce Pezas, entre novembre 1902 et septembre 1903. C’est lui qui organise l’action politique grecque dans toute la région et qui doit faire face à la situation de crise ouverte par l’insurrection d’Ilinden11. Il occupe une place de premier rang dans le panthéon patriotique grec des « combattants de Macédoine ». Le secrétaire assure la gérance du consulat en l’absence du consul ; il peut hériter du consulat au départ du titulaire et progresser dans la carrière diplomatique (Padeanu, Kohmanovski, Monahan). Le ministère de tutelle est alors assuré que les affaires seront suivies dans la continuité.

  • 12 Nous avons relevé les individus suivants ayant exercé la fonction de drogman. Leur présentation en (...)
  • 13 Cdia Sofia, Agence commerciale de Bitola, op. 1, f. 33, mars 1904. Avant d’être nommé à Bitola, Gau (...)
  • 14 Gallon op. cit. pp. 106-107. Pinetta était aussi en contact avec le comité albanais de Naples, d’où (...)

20Mais le rouage le plus important pour le bon fonctionnement d’un consulat est assurément le (ou les) drogman(s). C’est lui qui, en sa qualité d’interprète, assure l’interphase entre les autorités locales et le représentant de la puissance étrangère, lequel ignore généralement les langues balkaniques. Le poste de drogman, qui assure la protection étrangère à un sujet ottoman, est évidemment fort convoité ; c’est un emploi salarié, dont le revenu est à peu près régulier, à la différence de la fonction publique ottomane, très irrégulière dans ses paiements. Il est délicat pour le consul de faire le choix d’un collaborateur impartial dans une ville pluriethnique et multiconfessionnelle, sans laisser supposer un favoritisme particulier. À Bitola, on observe que les drogmans sont surtout recrutés parmi les Aroumains et les Juifs, plus rarement parmi les Slaves, les Levantins, les Albanais ou les Turcs12. Le drogman, dont la première qualité est de maîtriser parfaitement le turc et éventuellement les autres langues d’usage local, accompagne le consul dans ses visites officielles, il le représente dans les affaires publiques ou juridiques. Il lui traduit les documents officiels, il lui rapporte les rumeurs de la ville. Sans que nous ne puissions le savoir de façon formelle, il est probable que la plus grande partie des informations fournies par les correspondances consulaires provient en réalité des drogmans. Ce rôle central apparaît dans le cas de Hassid, drogman (juif) du consul de France Gauthier ; ce dernier est décrit par l’agent commercial bulgare Tošev comme un brave homme aimant la photographie, jouer aux cartes et faire des promenades « il s’occupe très peu de travail sérieux » ; Hassid en profite et lui inspire des rapports défavorables à la cause bulgare ; c’est donc lui qu’il faut « travailler » pour renverser la tendance et l’amener à discréditer la cause grecque auprès de Paris13. Un autre drogman très activement impliqué dans les affaires locales est Michel Pinetta, employé par le consulat d’Italie, dont il assure la gérance à plusieurs reprises ; gendre d’Apostol Margarit, c’est aussi l’un des principaux promoteurs de la cause aroumaine à Bitola ; sa fonction officielle le met à l’abri des mesures du pouvoir ottoman à son encontre14.

  • 15 Photo de Yahya, kavas du consulat de Russie en 1902, chez Gelzer Heinrich: Vom heiligen Berg und au (...)
  • 16 AMAE, Consulat Monastir, 3, 20 décembre 1894. Les autres dépenses rentrant dans les « frais d’abonn (...)
  • 17 Clayer Nathalie : Aux origines du nationalisme albanais, Paris, 2007, p. 545 sq.

21Après le drogman, les kavas jouent un rôle majeur dans les relations entre le consulat et le monde extérieur. Le kavas joue le rôle de planton, de garde du corps et de factotum du consulat. Ses attributs principaux sont une belle prestance, de grandes moustaches et un costume rutilant. À Bitola ce costume est celui du preux albanais, comprenant fustanelle et gilet richement soutaché d’or. Il porte sur son fez l’emblème métallique de la puissance qu’il sert15. Le consul Ledoulx nous apprend que ce sont des Albanais musulmans et qu’ils doivent être agréés par le pouvoir ottoman ; chaque consulat doit en avoir au moins deux, l’un restant en poste tandis que l’autre fait les courses. Leur salaire en 1894 est de 800 francs par an, plus une indemnité de vêtement de 200 francs. Le consulat leur assure un logement séparé dans la cour (250 francs), ainsi que le chauffage et l’éclairage (150 francs). Avec un total de 2400 francs, les deux kavas absorbent les trois quarts des « frais d’abonnement » du consulat16. Malgré la modestie de leur fonction, les kavas constituent un rouage subtil dans la complexité du jeu social. Ils sont en effet à l’intersection de deux réseaux : le réseau des consuls, c'est-à-dire de la « grande politique » dans son incarnation locale, et leur propre réseau familial, régional et national. On observe que les kavas sont souvent originaires des mêmes régions, voire entretiennent des liens familiaux (un kavas s’arrange pour faire embaucher son cousin). Bitola joue un rôle important dans l’édification du mouvement national albanais dans la première décennie du XXe siècle : ce n’est pas seulement dû à la présence de jeunes patriotes diplômés, fonctionnaires ou militaires, mais aussi à celle des kavas, qui sont au contact de personnalités importantes et bénéficient d’une protection internationale précieuse pour un réseau conspiratif17.

  • 18 Arrivé à son poste le 1er septembre 1899, il prend son congé de maladie le 11 janvier 1900… Gallon (...)

22Les consuls à Bitola sont assez souvent absents de leur poste. Le motif peut en être un voyage de tournée dans leur circonscription consulaire ; le plus souvent pourtant ils sont en congé. Cela se comprend aisément, vu la longueur des séjours qu’ils ont à accomplir en Macédoine. Et vu les distances et la lenteur des transports, ces congés durent facilement plusieurs mois. Certains s’arrangent pour abréger leur séjour à Bitola en prenant des congés de maladie (maladie diplomatique ?), parfois peu de temps après leur arrivée en poste, comme le consul Legrenzi18. La gérance du consulat est alors assurée par le secrétaire s’il y en a un ou sinon par le drogman. Ce fait complique sérieusement la tâche de l’historien, car beaucoup de sources ne font pas la distinction entre le titulaire du poste et le gérant provisoire. Les périodes de gérance, durant les absences du titulaire ou entre son départ et l’arrivée de son successeur peuvent s’étendre parfois sur plus de six mois. Le rôle a priori modeste du drogman, qui est un recruté local, peut en certaines circonstances prendre beaucoup d’importance : l’agence commerciale bulgare passe ainsi entre plusieurs mains successives (et donc médiocrement compétentes) durant l’année 1902, alors que l’agitation révolutionnaire se radicalise. Il convient enfin de signaler que dans leur tête, beaucoup de consuls ne sont pas vraiment à Bitola et qu’ils supputent largement leur poste suivant, qu’ils espèrent plus attractif. Les correspondances concernant les questions d’avancement, de rétributions, de médailles occupent une place surprenante dans les archives consulaires...

  • 19 Le consul Ledoulx affirme qu’il n’y a pas de presse locale, ce qui est faux ; il ne peut pas lire l (...)
  • 20 « On ne peut se faire une idée de la réserve des Turcs dont la méfiance à l’égard des chrétiens et (...)
  • 21 Archives de l’Alliance israélite universelle, IE, Yougoslavie, Monastir, dossier David Arié, 5 janv (...)

23Une question fondamentale qui reste malheureusement dans l’ombre de la documentation est celle du réseau d’informateurs qui alimente les dépêches adressées aux chancelleries. Les drogmans, s’ils constituent un canal d’information privilégié, n’en ont certainement pas le monopole. Les consuls, il est vrai, s’informent les uns les autres, et il n’est pas rare de trouver des formules comme : « Ainsi que m’en avise mon collègue autrichien (ou anglais)… ». Ils lisent la presse semi-officielle de Constantinople19. Il est clair qu’ils fréquentent peu, en dehors des occasions protocolaires, les autorités ottomanes, civiles ou militaires. Ces contacts sont considérés comme peu désirables, quand bien même il y aurait eu une curiosité réciproque20. De même, il ne semble pas que l’élite musulmane de la ville ait marqué autre chose qu’une courtoisie distante envers ces étrangers. Les élites chrétiennes et juives sont en revanche beaucoup plus empressées. Le problème de la langue de communication devait cependant se poser. Si Krste Misirkov fréquente la famille Rostkovski, c’est parce qu’il a fait ses études supérieures en Russie. David Arié, instituteur de l’Alliance israélite universelle, entretient des relations étroites avec le consul grec Kipréos, et peut ainsi se procurer des journaux étrangers que la censure hamidienne, dans son obsession tatillonne, interdit21.

  • 22 Le consul Kipreos était ainsi en mauvais termes avec la communauté grecque au moment de son départ (...)
  • 23 Sur les problèmes que rencontre le vice-consul Ionescu pour structurer la communauté aroumaine en 1 (...)

24À partir des années 1890 et surtout du XXe siècle, les questions politiques détrônent largement les intérêts économiques que les consuls sont censés promouvoir. Bitola devient un centre d’observation de l’activité révolutionnaire en Macédoine. Comment procèdent alors les consuls ? Les consuls balkaniques, intéressés au premier chef, disposent de tout leur réseau communautaire. Ils sont même au centre des querelles internes à chaque communauté, qu’il s’agisse des relations houleuses des patriarchistes avec leur évêque22. des Aroumains avec leur zélateur national Apostol Margarit23 ou des Bulgares divisés entre deux obédiences révolutionnaires. Les consuls balkaniques servent bien sûr de canal privilégié auprès de leurs collègues occidentaux. Ces derniers ont soin de prendre leurs distances vis-à-vis de ce son de cloche très orienté. Ils se contentent souvent, dans leurs rapports, de juxtaposer les versions des uns et des autres. À partir du XXe siècle, les consuls sont de plus en plus fréquemment interpellés par des éléments de la population locale, qui viennent se plaindre d’exactions et qui déposent des pétitions, qui seront répercutées jusque dans les chancelleries européennes.

25Enfin, certains d’entre eux entretiennent un véritable réseau d’informateurs. Le consul autrichien August Kral (à Bitola entre 1897 et 1904) est assurément le « roi » de l’information. Il a ses contacts au sein de l’ORIM, dont il suit les évolutions avec une grande pertinence, mais il est aussi au cœur du mouvement national albanais, dont il surveille de près la difficile émergence. L’historien contemporain, qui connaît bien l’histoire interne de ces mouvements clandestins, ne peut manquer d’admirer la perspicacité de cet observateur/acteur hors pair. Ses qualités personnelles n’expliquent pas tout : il est clair que de toutes les puissances européennes, c’est l’Autriche-Hongrie qui a les intérêts les plus immédiats en Albanie et en Macédoine, dans la perspective d’une expansion territoriale en Adriatique et vers Salonique. Les consuls français ou britanniques sont loin d’avoir les mêmes motivations ; la qualité de leurs rapports s’en ressent inévitablement.

  • 24 Argument utilisé par le consul de Russie Kahl, afin de fléchir son collègue Gauthier (AMAE, Monasti (...)

26La vie d’un consul dans un chef-lieu provincial ne comprend pas beaucoup d’obligations protocolaires. Outre la première visite au vali, déjà évoquée, il est invité au konak (résidence officielle) chaque année à l’occasion de l’anniversaire de l’accession au trône du Sultan. À partir de 1903, les consuls sont invités à la cérémonie des examens de fin d’année au lycée ottoman (idadiye). Les fêtes nationales ou dynastiques des autres consulats sont autant d’occasions de se réunir en corps. Certains subtils dilemmes de protocole diplomatique peuvent se poser : faut-il inviter l’agent commercial bulgare à la célébration du 14 juillet ? Le fait que son agence arbore un drapeau et un écusson à son fronton permet-il de la considérer comme un consulat24 ?

  • 25 HHStA, Wien, PA XXXVIII, 392, Kral, 18 juin 1903.

27Les cérémonies au consulat de Grèce sont, d’une façon générale, vues d’un mauvais œil par les autorités ottomanes qui n’aiment guère les déploiements de drapeaux bleu et blanc dans une ville où les tensions nationales sont toujours vives. Au début de juin 1903, après l’assassinat du roi Alexandre Obrenović, le consulat serbe n’affiche aucun deuil, ne met pas son drapeau en berne et ne reçoit pas les condoléances des consuls ; le consul Ristić, qui affichait pourtant sa loyauté dynastique, festoie, paraît-il, avec la communauté serbe, et pavoise le consulat, le 14 juin, lorsque l’élection au trône de Pierre Karadjordjević lui est communiquée25. Ainsi, se répercutent dans la vie protocolaire de Bitola les soubresauts, pas si lointains, de la politique balkanique…

  • 26 AMAE, Monastir, 9, 9 septembre 1858 ; HHStA, PA, XXXVIII, 392, Kral, 19 août 1903.
  • 27 Lory Bernard : Krste Misirkov et l’assassinat du consul de Russie Rostkovski, in Deloto na Krste Mi (...)

28Lors de ces occasions officielles, les consuls revêtent leur grand uniforme, dont les manchettes et les cols sont richement brodés et dont les boutons métalliques luisent, en contrepoint avec le plastron blanc ; ils portent le bicorne et arborent leurs médailles. Dans la vie courante, ils se contentent d’un costume de ville ordinaire. Le consul Rostkovski fait exception, par rapport à ses collègues, en portant régulièrement sa tenue consulaire. Les postes de garde ottomans sont tenus de rendre les honneurs aux consuls en uniforme.26 C’est son obstination à marquer sa position, sans tenir compte des vives tensions créées par le contexte insurrectionnel, qui coûte la vie à Rostkovski en 190327.

  • 28 HHStA, PA, XXXVIII, 389, Kral, 8 juin 1898 ; AMAE, Monastir, 4, Ledoulx, 8 juin 1898.
  • 29 AMAE, Monastir, dossier non classé, 23 décembre 1902. Le cimetière catholique, acquis avec la parti (...)

29Le corps diplomatique se réunit en d’autres occasions, plus simplement humaines. Les obsèques de l’agent commercial bulgare Stojčov, le 8 juin 1898, sont l’occasion d’une grande manifestation de la population bulgare de la ville, à laquelle les consuls s’associent discrètement, y compris ceux de Serbie et de Roumanie28. L’épouse du consul italien Gaetani meurt en 1901 ou 1902 et sa tombe est la première du nouveau cimetière catholique de Bitola29.

  • 30 Krste Misirkov mentionne que des couronnes furent offertes par la communauté bulgare, le conseil d’ (...)
  • 31 HHStA, PA, XXXVIII, Monastir 392, Kral, 20 août 1903.

30Mais l’occasion la plus dramatique fut, sans conteste, le départ de la dépouille mortuaire du consul de Russie Rostkovski, assassiné le 8 août 1903. Le pays étant plongé dans l’insurrection et les communications ferroviaires menacées, des mesures de sécurité draconiennes furent prises. Dès 7 heures du matin, les rues furent bloquées, alors que le cortège était prévu pour 9 heures, et les quartiers chrétiens et musulmans furent séparés par des cordons de soldats. Le cercueil fut porté par les consuls jusqu’au fourgon et le cortège se forma. En tête venait le clergé orthodoxe avec les évêques de Bitola, de Kruševo et de Florina, puis les kavas, portant les décorations du défunt, puis son cheval, devançant le fourgon funéraire couvert de fleurs et de couronnes30. Derrière celui-ci cheminait le jeune Boris (9 ans) portant sur un coussin la casquette blanche de son père, noircie par la poudre et transpercée par la balle fatale, puis la veuve et la fille du consul, le gérant du consulat et les autres employés. Venaient ensuite Hüseyin Hilmi pacha, inspecteur général des trois vilayets de Macédoine avec le müşir Ömer Rüşdi pacha, le corps consulaire au grand complet, des officiers et fonctionnaires du vilayet et des notables de la ville des différentes confessions ; peu de citoyens ordinaires étaient autorisés à suivre le cortège, par mesure de sécurité. En une heure, le cortège gagna la gare, où attendaient les dames de la bonne société pour faire leurs adieux à Madame Rostkovski, ainsi que deux popes russes venus du Mont Athos ; cinq coups de canon furent tirés au départ du train (ce qui, par rapport aux usages dans le monde musulman, fut jugé un peu mesquin)31.

  • 32 HHStA, PA, XXXVIII, 390, Monastir, Kral, 23 octobre 1899.

31Les consuls, expatriés pour une longue période (fréquemment trois ou cinq ans, voire plus), viennent à Bitola accompagnés de leur famille. Le séjour à Bitola des épouses, habituées à d’autres conditions de vie, mais aussi de leurs enfants ne va pas sans poser de problèmes. L’épouse du consul Rostkovski, née princesse Dabiža, était, nous dit-on, peu populaire en ville, où elle avait suscité plusieurs scandales32 ; après l’assassinat de son mari, elle sut néanmoins se comporter avec une grande dignité.

  • 33 HHStA, PA, XXXVIII, 390, 12 juillet 1899.
  • 34 HHStA, PA, XXXVIII, 391, 16 février 1902.
  • 35 CDIA, f. 331, op. 1, 1 octobre 1904 (Sorovič : Amindheo, Selfidže : Servia).

32Isolés à Bitola et laissés assez libres de leur temps par leurs obligations, les consuls trouvent à meubler leurs loisirs. Ils peuvent avoir un hobby, comme Gauthier qui s’adonne à la photographie (retrouvera-t-on jamais ses clichés ?) Ils circulent au travers de leur circonscription consulaire et visitent des régions souvent encore mal connues. L’excursion la plus attrayante est sans conteste celle qui les conduit à Ohrid et au monastère de Sveti Naum et on y mène des visiteurs de passage. Le consul Kral circule volontiers, en compagnie de sa femme : il visite Florina, Prilep, Kruševo, la région du Mariovo, Korçë.33 Certains font preuve d’une vraie hardiesse en s’aventurant jusque dans le secteur de Debar/Dibra, véritable heart of darkness balkanique, comme Choublier en 1901.34 Parfois le voyage prend une petite allure de démonstration officielle, comme cette tournée en Macédoine méridionale (Sorovič, Kozani, Selfidže) effectuée conjointement par les consuls d’Autriche et de Russie en octobre-novembre 190435.

33Les consuls circulent volontiers dans les environs proches de Bitola, où ils s’adonnent aux plaisirs de la chasse. Ils fuient la canicule estivale et vont en villégiature dans les monastères sur les flancs du Pelister ; c’est pour n’avoir pas voulu renoncer à cet avantage que le consul Rostkovski est assassiné à l’entrée de la ville en 1903.

  • 36 AMAE, Monastir, 5, 9 mai 1910.
  • 37 HHStA, PA, XXXVIII, 389, Monastir, Kral, 19 avril 1898.

34Les consuls se fréquentent entre eux, lorsque la politique des puissances qu’ils représentent le permet, et en fonction de leurs affinités individuelles. Ce petit monde, comme tout cercle restreint, est le lieu de ragots et de querelles. Les motifs de friction sont souvent personnels et touchent des questions de préséance. Français et Autrichiens sont catholiques, mais la mission des Lazaristes est plus particulièrement sous la protection française. Pour marquer cette prééminence, le supérieur trouve « diplomatique » d’offrir dans la chapelle le premier banc à droite au consul de France, et le premier banc à gauche, légèrement en retrait, au consul d’Autriche36 ! En 1898, le consul de Russie prétend soudainement avoir la préséance à l’Église orthodoxe sur son collègue grec, contrairement à l’usage établi que respectaient ses prédécesseurs et qu’il respectait lui-même jusque-là. Embarrassé le métropolite en réfère au Patriarcat de Constantinople, qui décrète que les usages de la capitale, donnant la première place à la Russie, doivent être suivis. La population orthodoxe à Bitola en est choquée et le consul de Grèce ne participe pas aux célébrations de Pâques. Le consul de Russie, en grand uniforme, assiste d’ailleurs alternativement aux cérémonies de l’Église patriarchiste et exarchiste.37

  • 38 AMAE, Monastir, 13, 3 juin 1906.
  • 39 Siljanov Hristo : Osvoboditelnite borbi na Makedonija, Sofia, 1933, t. 2, p. 95.

35Quoi qu’ils fassent, les consuls sont observés de près par une population en proie à la dissension. Kahl est jugé trop probulgare et proroumain38. Kral exerce un ascendant sur le comité bulgare39. Les consuls balkaniques n’entretiennent pas forcément des relations harmonieuses avec la communauté qu’ils sont censés promouvoir. Il serait pourtant excessif d’accorder trop d’importance à ce genre de rumeurs : la politique sert à enrober beaucoup de choses dans une ville aussi complexe que Bitola…

36Les historiens macédoniens de Bitola insistent volontiers sur le rôle modernisateur des consuls dans leur ville. C’est une question qu’il n’est pas facile de trancher. Si l’on se place à l’époque de la Guerre de Crimée, quand les influences occidentales ne pénétraient que très parcimonieusement à l’intérieur des provinces balkaniques, il est certain que les consuls, par leur seule présence et leur statut de chrétiens non soumis au système des millets, constituaient un objet de scandale, amenant la société à réfléchir sur son propre fonctionnement. En revanche, au XXe siècle, la modernisation des Balkans ottomans a beaucoup progressé. L’armée ottomane a joué un rôle important dans ce domaine, particulièrement visible dans une grande ville de garnison comme Bitola. D’autre part la liaison ferroviaire avec Thessalonique, à partir de 1894, permet la diffusion rapide des innovations depuis le grand port méditerranéen. La présence à Bitola de nombreuses écoles de bon niveau, où l’enseignement se fait en grec, bulgare, roumain, serbe, turc et français est un autre facteur non négligeable.

37Alors, que la présence des consuls ait promu certaines pratiques sportives (la bicyclette, le tennis) ou ait accéléré la diffusion de certaines modes vestimentaires, cela n’est pas impossible. À nos yeux pourtant, le corps consulaire constitue un milieu trop restreint et trop replié sur lui-même pour avoir exercé une influence significative sur la ville de Bitola. Tout au plus a-t-il pu avoir un effet de stimulateur pour l’élite citadine, elle-même activement engagée dans le processus d’occidentalisation de la société. Le syntagme Bitola, konzulski grad que la propagande touristique de la ville met en avant nous paraît un peu surfait.

38En guise de conclusion, on peut s’interroger sur la nécessité qu’avaient les différentes puissances de maintenir un réseau de consuls en Macédoine au début du XXe siècle. Pour les États balkaniques cela constitue évidemment un atout considérable que de pouvoir entretenir sur le terrain des agents bénéficiant de l’immunité diplomatique. Leurs consulats sont de véritable Cheval de Troie en territoire ottoman ; ils organisent et alimentent la subversion contre le pouvoir ottoman. À Bitola, cette activité est particulièrement caractéristique des représentations consulaires ou commerciales de la Grèce et de la Bulgarie, et à un degré moindre de la Serbie et de la Roumanie. Pour ce qui est des grandes puissances, il faut séparer le cas de l’Autriche-Hongrie et de la Russie, puissances ayant des intérêts immédiats dans la zone balkanique, qu’elles surveillent attentivement et où elles n’hésitent pas à intervenir. Leurs démarches sont en général officielles (programme de Mürzsteg en 1903), mais elles ont parfois aussi un volet plus occulte, comme le soutien accordé par l’Autriche-Hongrie au mouvement national albanais émergent. Les autres puissances, Grande-Bretagne, Italie et France n’ont pas d’intérêt majeur en Macédoine. C’est plutôt pour maintenir leur statut de grande puissance qu’elles entretiennent leur réseau consulaire. S’il leur arrive de participer à une entreprise collective (par exemple, la réorganisation de la gendarmerie), c’est plus par un sentiment de devoir international qu’en raison de leurs intérêts propres.

39Quel que soit le cas de figure, l’historien qui s’intéresse plus à la vie sociale qu’aux méandres de la politique internationale y trouve son compte, grâce à une documentation riche et continue…

Haut de page

Annexe

Le corps consulaire à Bitola (les gérants sont indiqués en italique)

Autriche

Gde Bretagne

France

Grèce

Serbie

1851

Westermayer

1852

Westermayer

Longworth

1852

Westermayer

Longworth

1853

Westermayer

Longworth

1853

Westermayer

Longworth

1854

Westermayer

Longworth

Fleurat

1854

Vuletich

Longworth

Bellaigue de Bughas

1855

Vuletich

Longworth

Bellaigue

1855

Vuletich

Longworth

Bellaigue

1856

Vuletich

Longworth

Bellaigue

1856

Vuletich

Longworth

Bellaigue

1857

Vuletich

Longworth

Bellaigue

1857

Vuletich

Longworth

Bellaigue

1858

Mieksche

Longworth

Grimblot

1858

Mieksche

Longworth

Grimblot

1859

Mieksche

Longworth

Grimblot

1859

Soretić

Blunt/Rickets

Valianos

1860

Soretić

Calvert Ch.

Valianos

1860

Soretić

Calvert

Valianos

1861

Soretić

Calvert

Valianos

Hitrovo

1861

Soretić

Calvert

Valianos

Hitrovo

1862

Sachsl

Calvert

Valianos

Hitrovo

1862

Sellner

Calvert Edw.

Valianos

Hitrovo

1863

Sellner

Calvert Edw.

Valianos

Hitrovo

1863

Sachsl

Calvert Ch.

Valianos

Hitrovo

1864

Oculi

Calvert

Valianos

Hitrovo

1864

Oculi

Calvert

Valianos

Timaev

1865

Oculi

Calvert

Valianos

Jakubovski

1865

Oculi

Calvert

Antipas

Jakubovski

1866

Oculi

Calvert

Antipas

Jakubovski

1866

Oculi

Calvert

Antipas

Jakubovski

1867

Oculi

Calvert

Antipas

Jakubovski

1867

Oculi

Calvert

Antipas

Jakubovski

1868

Oculi

Calvert

Antipas

Jakubovski

1868

Oculi

Calvert

Antipas

Jakubovski

1869

Oculi

Calvert ?

Jakubovski

1869

Oculi

Calvert ?

Logothetis

Jakubovski

1870

Oculi

Calvert ?

Logothetis

Jakubovski

1870

Oculi

Calvert ?

Logothetis

Jakubovski

1871

Oculi

Calvert ?

Logothetis

Jakubovski

1871

Oculi

Calvert ?

Logothetis

Jakubovski

1872

Oculi

Calvert ?

Logothetis

Jakubovski

1872

Oculi

Blunt

Logothetis

Jakubovski

1873

Oculi

Logothetis

Jakubovski

1873

Oculi

Logothetis

Maksimov

1874

Oculi

Logothetis

Maksimov

1874

Oculi

Logothetis

Maksimov

1875

Knapitsch

Logothetis

Maksimov

1875

Knapitsch

Logothetis

Maksimov

1876

Knapitsch

Logothetis

Maksimov

1876

Knapitsch

Logothetis

Maksimov

1877

Knapitsch

Logothetis

1877

Knapitsch

Logothetis

1878

Knapitsch

Logothetis

1878

Knapitsch

Logothetis

Hitrovo

1879

Knapitsch

Logothetis

Hitrovo

1879

Knapitsch

Logothetis

Hitrovo

1880

Knapitsch

Logothetis

Neagha

1880

Knapitsch

Logothetis

Neagha

1881

Knapitsch

Logothetis

Neagha

1881

Knapitsch

Logothetis

Neagha

1882

Knapitsch

Dokos

Skrjabin

1882

Knapitsch

Dokos

Skrjabin

1883

Knapitsch

Dokos

Skrjabin

1883

Knapitsch

Dokos

Skrjabin

1884

Knapitsch

Dokos

Skrjabin

1884

Knapitsch

Dokos

Skrjabin

1885

Knapitsch

Dokos

Skrjabin

1885

Knapitsch

Panurghias

Skrjabin

1886

Knapitsch

Panurghias

Skrjabin

1886

Zagorski

Panurghias

Skrjabin

1887

Zagorski

Barnhain

Panurghias

Skrjabin

1887

Zagorski

Barnhain ?

Panurghias

Skrjabin

1888

Zagorski

Calle ?

Panurghias

Skrjabin

Autri

che

Gde Bretagne

Fran

ce

Grèce

Russie

Serbie

Rouma

nie

Italie

Bulga

rie

1888

Pogatscher

Shipley

Panurghias

Skrjabin

Bodi ?

1889

Pogatscher

Shipley

Panurghias

Skrjabin

Bodi?

1889

Pogatscher

Shipley

Fontanas

Skrjabin

Bodi

1890

Pogatscher

Shipley

Fontanas

Demerik

Bodi

1890

Pogatscher

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

1891

Pogatscher

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

1891

Pogatscher

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

1892

von Borhek

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

1892

von Borhek

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

1893

von Borhek

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

Constantinescu

1893

von Borhek

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

Constantinescu

1894

von Borhek

Shipley

Betzos

Demerik

Bodi

Constantinescu

1894

von Borhek

Monahan

Ledoulx

Betzos

Demerik

Bodi

Constantinescu

1895

von Borhek

Monahan

Ledoulx

Betzos

Demerik

Bodi

Constantinescu

1895

von Borhek

Monahan

Ledoulx

Betzos

Rostkovski

Vasiljević

Scaniglia

1896

von Borhek

Monahan

Ledoulx

Betzos

Rostkovski

Vasiljević

Scaniglia

1896

von Borhek

Blunt

Ledoulx

Betzos

Rostkovski

Veselinović

Scaniglia

1897

von Borhek

Blunt

Ledoulx

Betzos

Rostkovski

Veselinović

Scaniglia

1897

Kral

Hampson

Ledoulx

Rostkovski

Veselinović

Padeanu

Scaniglia

Stojčev

1898

Kral

Hampson

Ledoulx

Rostkovski

Veselinović

Padeanu

Scaniglia

Stojčev

1898

Kral

Ledoulx

Betzos

Rostkovski

Veselinović

Padeanu

Scaniglia

Jovev

1899

Kral

Ledoulx

Betzos

Rostkovski

Veselinović

Padeanu

Scaniglia

Jovev

1899

Kral

Ledoulx

Betzos

Rostkovski

Ivanić

Padeanu

Legrenzi

Mihajlov

1900

Kral

Frandon ?

Betzos

Rostkovski

Ivanić

Padeanu

Legrenzi

Mihajlov

1900

Kral

Frandon ?

Pezas

Rostkovski

Ristić

Constantinescu

Gaetani

Mihajlov

1901

Kral

Choublier

Pezas

Rostkovski

Ristić

Padeanu

Gaetani

Mihajlov

1901

Kral

Choublier

Pezas

Rostkovski

Ristić

Padeanu

Gaetani

Mihajlov

1902

Kral

Choublier

Pezas

Rostkovski

Ristić

Padeanu

Gaetani

Mihajlov

1902

Kral

Gauthier

Pezas

Rostkovski

Ristić

Padeanu

Visart

Mihajlov

1903

Kral

Gauthier

Pezas

Rostkovski

Ristić

Padeanu

Visart

Kolušev

1903

Kral

McGregor

Gauthier

Kipreos

Kohmansky

Stanojević

Padeanu

Visart

Kožuharov

1903

Kral

McGregor

Gauthier

Kipreos

Kohmansky

Stanojević

Padeanu

Visart

Kožuharov

1904

Kral

McGregor

Gauthier

Kipreos

Kahl

Stanojević

Padeanu

Visart

Tošev

1904

Prochaska

McGregor

Gauthier

Kalergis

Kahl

Stanojević

Georgescu

Visart

Tošev

1905

Prochaska

McGregor

Gauthier

Levidis

Kahl

Stanojević

Georgescu

Visart

Tošev

1905

Prochaska

Young

Gauthier

Xydakis

Kahl

Stanojević

Concescu

Visart

Tošev

1906

Prochaska

Monahan

Gauthier

Xydakis

Kahl

Stanojević

Concescu

Visart

Dobrev

1906

Prochaska

Monahan

Gauthier

Xydakis

Kahl

Gavrilović

D.L.

Visart

Dobrev

1907

Pósfai

Monahan

Gauthier

Xydakis

Kahl

Gavrilović

D.L.

Visart

Dobrev

1907

Pósfai

Heathcote

Guillois

Dimaras

Kahl

Gavrilović

Brăileanu

Visart

Dobrev

1908

Pósfai

Heathcote

Guillois

Dimaras

Kahl

Gavrilović

Brăileanu

Visart

Dobrev

1908

Pósfai

Edmonds

Guillois

Dimaras

Kahl

Mihajlović

Brăileanu

Visart

Dobrev

1909

Pósfai

Edmonds

Guillois

Dimaras

Kahl

Mihajlović

Brăileanu

Visart

Nedkov

1909

Bornemisza

Geary

Jousselin

Dimaras

Kahl

Mihajlović

Brăileanu

Bernardi

Nedkov

1910

Bornemisza

Geary

Jousselin

Dimaras

Kahl

Mihajlović

Brăileanu

Bernardi

Nedkov

1910

Bornemisza

Geary

Jousselin

Mavroudis

Petraev

Mihajlović

Brăileanu

Bernardi

Nedkov

1911

Bornemisza

Geary

Jousselin

Mavroudis

Petraev

Mihajlović

Brăileanu

Bernardi

Nedkov

1911

Bornemisza

Geary

Berne-Lagarde

Jossif

Petraev

Mihajlović

Ionescu

Nedkov

1912

Halla

Morgan

Berne-L

Jossif

Petraev

Mihajlović

Ionescu

Nedkov

1912

Halla

Toulmin ?

Berne-L

Petraev

Protić

Ionescu

Nedkov

1913

Halla

Toulmin ?

Berne-L

Petraev

Ionescu

Bernardi

1913

 ?

Greig

Berne-L

 ?

Kohmansky

Fituteanu

Lodi Fe »

1914

 ?

Greig

Berne-L

Jossif

Kohmansky

 ?

Lodi Fe »

1914

Greig

Berne-L

 ?

Kohmansky

 ?

Lodi Fe »

1915

Greig

Berne-L

 ?

Kohmansky

 ?

Lodi Fe »

Haut de page

Notes

1 Plusieurs consuls français en Turquie d’Europe ont contribué à une meilleure connaissance de la région. On peut citer les noms de Beaujour, Pouqueville, Cousinery, Dozon et, pour la période qui nous intéresse, Choublier.

2 Makedonija prez pogleda na avstrijskite konsuli 1851-1877/78, t. 1-3, Sofia, 1994-2001.

3 Adanir Fikret: Die makedonische Frage, ihre Entstehung und Entwicklung bis 1908, Frankfurt am Main, 1979.

4 Dakin Douglas: The Greek Struggle in Macedonia 1897-1913, Thessaloniki, 1966. Lange-Akhund Nadine: The Macedonian Question 1893-1908 from Western Sources, New York, 1998.

5 En Bulgarie, ce fut l’œuvre de Ljubomir Miletič, entre autres.

6 Au début du XXe siècle, les Slaves de Macédoine sont désignés et se désignent eux-mêmes comme Bulgares. Le mouvement d’affirmation d’une spécificité nationale macédonienne s’ébauche vers cette époque. L’ouvrage de Krste Misirkov Za makedonckite raboti, Sofia, 1903, en est la première formulation explicite. Les descendants de ceux qui combattaient en 1900 pour une identité bulgare professent aujourd’hui leur identité macédonienne.

7 À la fin du XIXe siècle, il n’y a que trois familles italiennes à Bitola : celles d’un instituteur juif de Florence, d’un cuisinier et d’un garçon de café de la province de Lecce (Gallon Silvano : Il consolato d’Italia a Bitola. Istorija na italijanskiot konzulat vo Bitola, Bitola, 2001, p. 75). En 1910, on compte en tout 29 Français résidant à Bitola (AMAE, Nantes, Monastir, 5, 17 septembre 1910).

8 Nous retenons ici la date de l’arrivée effective du représentant consulaire à Bitola, qui peut se situer plusieurs mois après sa nomination officielle.

9 Le 1er juillet selon Stamboliska Suzana : Inventaire des archives rapatriées de l’agence consulaire puis vice-consulat de France à Monastir 1855-1916, Nantes, 1999. La correspondance de Ledoulx laisse paraître qu’il n'est rien moins que ravi de son poste…

10 Pour la localisation des consulats dans le tissu urbain actuel, voir l’article de Čupona Irena : Pogled vo minatoto. Site bitolski konzuli, Nova Makedonija, no 17222, 31-décembre 1994/1,2, 3 janvier 1995. On y apprend que le consulat d’Italie fut d’abord hébergé sur la berge du Dragor, près du lycée (au 35 bulevar 1 maj), puis dans un bâtiment massif, proche de l’hôtel Épinal et du siège de la radio. Le bâtiment du consulat de Roumanie existe toujours ulica Beogradska.

11 Voir Draghumis Ionos : Ta tetradhia tu Ilinden, Athina, 2000.

12 Nous avons relevé les individus suivants ayant exercé la fonction de drogman. Leur présentation en fonction de leur identité ethnoconfessionnelle n’est pas simple, car la différence entre Aroumains, Grecs et Levantins n’est pas toujours nette.
Aroumains : Kedime Yorge (A-H, 1896), Pisurika Théodore (GB, 1896, puis IT jusqu’en 1902 au moins), Nale Stavro (F, drogman auxiliaire en 1908), Pineta Mihail (RO, jusqu’en 1895, puis IT, 1896-1913, gendre d’Apostol Margarit), Petrescu (RO, 1895-96).
Juifs : Mezrahi (Misrachi) Abraham (GR, 1896, drogman honoraire), Hasid David Joseph, surnommé Zeki ( F, drogman auxiliaire 1895-1904 au moins).
Orthodoxe slaves : Lappe A. (R, 1867-1903 au moins), Kostaki efendi (SB, à partir de 1897)
Orthodoxes grecs : Zaccariadis (GR, 1895, drogman de carrière), Janetto (GR, vers 1895-1900), Spatharos (GR, vers 1895-1900).
Levantin (catégorie assez floue) : De Chock François (A-H, vers 1895-1900, catholique d’origine vénitienne, protégé autrichien).
Albanais : Qirjazi Gjergj (AH, vers 1904-1906), Gostivishti Sefer (GB, vers 1904-1906)
Turc : Kemal Efendi (SB, 1896).

13 Cdia Sofia, Agence commerciale de Bitola, op. 1, f. 33, mars 1904. Avant d’être nommé à Bitola, Gauthier avait été 12 ans avocat à la cour d’appel. Sa photo figure chez Van Den Brule : Le bluff macédonien, Paris, 1904, p. 100.

14 Gallon op. cit. pp. 106-107. Pinetta était aussi en contact avec le comité albanais de Naples, d’où il faisait venir, par courrier diplomatique, le journal Albanie Nouvelle et d’autres œuvres de propagande, voir Kočanovski Jovan : Diplomatskoto pretstavništvo na Italija vo Bitola, in Makedonsko-italijanski odnosi, Bitola, 1999, p. 183.

15 Photo de Yahya, kavas du consulat de Russie en 1902, chez Gelzer Heinrich: Vom heiligen Berg und aus Makedonien, Leipzig, 1904. Une belle photo des frères Manaki montre le corps consulaire de Bitola en grand uniforme, les kavas, assis en tailleur au premier plan étalant leurs blanches fustanelles Tvoreštvoto na brak’ata Manaki. L’œuvre des frères Manaki, Skopje, 1996, p. 186 (7. 154).

16 AMAE, Consulat Monastir, 3, 20 décembre 1894. Les autres dépenses rentrant dans les « frais d’abonnement » sont les frais de bureau (100 fr), l’allocation pour l’entretien de l’Église catholique (100 fr), les secours, quêtes, et souscriptions en faveur des établissements chrétiens de bienfaisance (100 fr), les frais d’illumination pour les fêtes officielles turques (25 fr), les frais de poste (125 fr), l’abonnement à un journal de Constantinople, le Moniteur Oriental (69 fr), les dépenses pour la fête nationale du 14 juillet (100 fr), les étrennes de fin d’année (125 fr).

17 Clayer Nathalie : Aux origines du nationalisme albanais, Paris, 2007, p. 545 sq.

18 Arrivé à son poste le 1er septembre 1899, il prend son congé de maladie le 11 janvier 1900… Gallon op. cit. p. 109, 121.

19 Le consul Ledoulx affirme qu’il n’y a pas de presse locale, ce qui est faux ; il ne peut pas lire le journal de vilayet Manastır, paraissant depuis 1885, car il est rédigé en turc ottoman ; il argumente que les nouvelles qu’on lui fournit localement sont généralement fausses et qu’il est donc nécessaire qu’un abonnement au Moniteur oriental (qu’il peut lire en français) lui soit payé, afin de pouvoir les contrôler ! AMAE, Monastir, 3, 20 décembre 1894.

20 « On ne peut se faire une idée de la réserve des Turcs dont la méfiance à l’égard des chrétiens et des étrangers en particulier ne diminue pas. Les quelques fonctionnaires musulmans et chrétiens désireux de fréquenter les consuls ne peuvent les voir sans s’exposer à de dures observations de la part du Valy. » AMAE, Monastir, 4, dossier départ-ambassade, Ledoulx, 29 mai 1898.

21 Archives de l’Alliance israélite universelle, IE, Yougoslavie, Monastir, dossier David Arié, 5 janvier 1904 (il s’agit d’un abonnement à la Revue bleue, financé par l’AIU).

22 Le consul Kipreos était ainsi en mauvais termes avec la communauté grecque au moment de son départ en janvier 1904 (CDIA, f. 331, op. 1, no 82, Tošev, 2 janvier 1904). Le consul Xydakis est muté en mars 1907, car « il déplaisait depuis longtemps à la colonie pseudogrecque. » (AMAE, Monastir, 13, Gauthier, 30 mars 1907).

23 Sur les problèmes que rencontre le vice-consul Ionescu pour structurer la communauté aroumaine en 1904, voir AMAE, Monastir 13, 7 juin 1904.

24 Argument utilisé par le consul de Russie Kahl, afin de fléchir son collègue Gauthier (AMAE, Monastir, 13, 28 juin 1904).

25 HHStA, Wien, PA XXXVIII, 392, Kral, 18 juin 1903.

26 AMAE, Monastir, 9, 9 septembre 1858 ; HHStA, PA, XXXVIII, 392, Kral, 19 août 1903.

27 Lory Bernard : Krste Misirkov et l’assassinat du consul de Russie Rostkovski, in Deloto na Krste Misirkov, t. 1, Skopje, 2005, pp. 195-206.

28 HHStA, PA, XXXVIII, 389, Kral, 8 juin 1898 ; AMAE, Monastir, 4, Ledoulx, 8 juin 1898.

29 AMAE, Monastir, dossier non classé, 23 décembre 1902. Le cimetière catholique, acquis avec la participation financière des consulats d’Autriche-Hongrie et d’Italie reçut le nom de Ste-Cécile. Sans doute, s’agit-il du prénom de la comtesse Gaetani d’Aragona di Castelmola ? Droulez Arthur : Histoire de la mission de Monastir (Bitolj) 1857-1930, Istanbul, 1942 (manuscrit dactylographié), p. 57.

30 Krste Misirkov mentionne que des couronnes furent offertes par la communauté bulgare, le conseil d’éparchie bulgare, le lycée et le collège bulgares, la jeunesse serbe, tous les consuls, qu’il y avait des fleurs provenant des Valaques, mais aucune de la communauté grecque. Sur le trajet du convoi chaque porte était gardée par quatre soldats, toutes les fenêtres étaient fermées et il y avait des soldats à tous les balcons, Odbrani stranici, Skopje, 1991, p. 307.

31 HHStA, PA, XXXVIII, Monastir 392, Kral, 20 août 1903.

32 HHStA, PA, XXXVIII, 390, Monastir, Kral, 23 octobre 1899.

33 HHStA, PA, XXXVIII, 390, 12 juillet 1899.

34 HHStA, PA, XXXVIII, 391, 16 février 1902.

35 CDIA, f. 331, op. 1, 1 octobre 1904 (Sorovič : Amindheo, Selfidže : Servia).

36 AMAE, Monastir, 5, 9 mai 1910.

37 HHStA, PA, XXXVIII, 389, Monastir, Kral, 19 avril 1898.

38 AMAE, Monastir, 13, 3 juin 1906.

39 Siljanov Hristo : Osvoboditelnite borbi na Makedonija, Sofia, 1933, t. 2, p. 95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lory, « Un poste consulaire en Macédoine, Bitola-Monastir, 1851-1912 », Cahiers balkaniques, 38-39 | 2011, 127-148.

Référence électronique

Bernard Lory, « Un poste consulaire en Macédoine, Bitola-Monastir, 1851-1912 », Cahiers balkaniques [En ligne], 38-39 | 2011, mis en ligne le 06 décembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ceb.revues.org/849 ; DOI : 10.4000/ceb.849

Haut de page

Auteur

Bernard Lory

MCF INALCO CREE EA 4513

Haut de page