Navigation – Plan du site
Discours politique, historiographie et identité

Islam hétérodoxe et christianisme en Grèce

Tabous, identités religieuses et discours nationaux
Heterodox Islam and Christianism in Greece: Taboos, Religious Identities and National Discourse
Ετερόδοξο Ισλάμ και Χριστιανισμός στην Ελλάδα: Ταμπού, θρησκευτικές ταυτότητες και εθνικός λόγος
Isabelle Dépret

Résumés

En Europe du Sud-Est, l’alévisme et le bektachisme représentent deux courants étroitement liés, dont les racines plongent dans l’histoire ottomane de la région. Inscrit dans la tradition musulmane soufie, reprenant des éléments du chiisme, l’alévisme combine des influences variées, parmi lesquelles le chamanisme. En Grèce, ce courant religieux est représenté en Thrace, dans un espace culturel gréco-turco-bulgare. Quelques communautés résident en milieu montagneux et limitrophe, au nord des départements de Xanthi et de l’Évros. Cultivant une mémoire communautaire, les alévis de Thrace semblent aujourd’hui tiraillés entre repli, assimilation au sunnisme, sécularisation et reconstitution de réseaux transfrontaliers. Peu connus en Grèce, les alévis ont souvent été envisagés sous le prisme du christianisme par la littérature hellénophone en sciences sociales, suivant en cela les thèses d’orientalistes européens des xix-xxe siècles. Longtemps ignorés ou méprisés en tant que communauté spécifique, les bektachis de Thrace sont au contact du nationalisme turc – promu par des acteurs locaux ou internationaux – mais aussi de réseaux alévis transétatiques récemment revitalisés. Une confrontation scolaire survenue au début du xxie siècle dans un village alévi et largement pomaque permet d’observer ces jeux entre identité et altérité religieuse, discours nationaux et instrumentalisations. Cette étude de cas – où s’articulent logiques locales, nationales et politique internationale – rappelle que l’islam demeure, en Grèce, une question sensible.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En mai 2011, un membre de la communauté bektachie du village de Roussa/Ruşanlar, en Thrace grecque, confiait :

  • 1 Conversation avec l’auteur, village de Roussa/Ruşanlar, 6 mai 2011.

Je suis bektachi, mais, dans un environnement majoritairement sunnite, nous avons parfois caché nos spécificités. Une partie des bektachis sont devenus sunnites (…) Nous avons chez nous des mariages avec des sunnites. En général, ces mariages sont un échec. (…) Je suis Turc, mais mes grands-parents parlaient le bulgare (…). Les autorités grecques disent que je suis Pomaque (…). Je n’accepte pas que l’on décide à ma place quelle est mon identité. Même si je suis Turc, lorsque je suis face aux services de douanes grecques ou bien si je veux obtenir un permis auprès de l’administration hellénique, je déclare que je suis Pomaque. Si je leur disais que je suis Turc, je n’aurais que des soucis1.

2Ces remarques d’un citoyen grec musulman « hétérodoxe » suggèrent les enjeux associés aux groupes minoritaires dans une région longtemps écrasée par les nationalismes. Ces propos, d’une grande lucidité, soulignent la complexité des constructions identitaires, leur fluidité, leurs possibles réajustements en fonction de contraintes ou d’opportunités sociales. J’explorerai ces deux questions en me penchant sur deux communautés minoritaires en Grèce : les alévis d’une part, les Pomaques de l’autre.

3Dans un État où l’orthodoxie se pose comme religion dominante, l’alévisme constitue un petit groupe au sein de la « minorité musulmane » de Thrace2. Ce courant religieux et culturel s’inscrit dans un espace transfrontalier qui plonge ses racines dans l’histoire ottomane de la région. Quant aux musulmans de langue maternelle slave/bulgare – les Pomaques – ils participent eux aussi de l’islam balkanique : présents surtout en Bulgarie, en Turquie, ils seraient environ 30 000 au nord-est de la Grèce à la fin du xxe siècle3.

4Je m’attacherai, tout d’abord, à préciser les contours de ces deux groupes musulmans de Grèce, deux groupes parfois articulés. J’insisterai sur leur situation d’incertitude identitaire et leur tiraillement aujourd’hui entre plusieurs tendances contraires. Je me centrerai ensuite sur un litige survenu, au début du xxie siècle, en espace local et scolaire. Je tenterai de mieux saisir le poids symbolique de ce litige en l’inscrivant dans un cadre intellectuel, politique, en le reliant à des logiques d’acculturation, dans une région pluriculturelle en mutation.

L’alévisme-bektachisme en Thrace grecque, islam hétérodoxe et carrefour identitaire

Un autre islam longtemps ignoré en Grèce

Constructions nationales dans les Balkans : le paramètre confessionnel

  • 4 Daniel Panzac (dir.), 1992, les Balkans à l’époque ottomane, numéro spécial de la Revue du monde m (...)
  • 5 Mark Mazower, 2000, The Balkans ; Hamit Bozarslan, 2007, Histoire de la Turquie contemporaine ; Me (...)
  • 6 Étienne Copeaux, 1997, Espace et temps de la nation turque, Paris : CNRS éditions ; Sabrina Ramet, (...)

5L’étude des pays d’Europe du Sud-Est au xxe siècle ne peut négliger l’héritage ottoman4. À partir du xixe siècle, la formation d’États-nations sur l’ancien territoire des Sultans a accéléré un processus de sécularisation et recomposé les liens entre religion, identité, pouvoirs et communautés5. Si dans l’Empire, la confession jouait un rôle social structurant, par la suite, l’appartenance religieuse a continué à peser, parfois de manière décisive, dans la consolidation des idéologies nationales6.

  • 7 Kristina Koulouri (ed.), 2002, Clio in the Balkans : The Politics of History Education, Thessaloni (...)
  • 8 Mary Neuberger, 2004, The Orient Within: Muslim Minorities and the Negociation of Nationhood in Mo (...)

6Aux xixe et xxe siècles, l’école, l’armée, les médias ou encore les commémorations célébrées à l’échelle locale ont souvent servi des projets politiques, celui, notamment, de produire, d’exalter un patriotisme propre à légitimer l’obéissance « volontaire » des citoyens à l’État-nation et à ses lois7. Si l’emprise du religieux dans la vie sociale a décliné au xxe siècle, l’association entre une nation et une confession particulière a parfois vulnérabilisé les porteurs d’« altérité », face aux autorités confessionnelles majoritaires ou encore face au politique8. Ceci a notamment valu en Grèce.

L’islam en Grèce : la religion de l’autre ?

  • 9 Koulouri, 1988, Ιστορία και γεωγραφία στα ελληνικά σχολειά (1834-1914), Athènes : Archives histori (...)
  • 10 Heraklis Millas, 2005, Εικόνες Ελλήνων και Τούρκων: Σχολικά βιβλία, ιστοριογραφία, λογοτεχνία και (...)
  • 11 Ceci apparaît clairement dans les archives du Centre d’études micrasiatiques d’Athènes.

7Aux xixe et xxe siècles, la formation de l’État grec s’est, en effet, en partie structurée autour du lien hellénisme-christianisme orthodoxe9. À ce lien, fondement d’un imaginaire national, a correspondu une certaine confusion entre les notions « d’Ottoman », de « musulman », de « Turc », trois termes rejetés, certes abusivement, dans « l’étrangeté » absolue10. Jusqu’au début du xxe siècle, le terme de Turc véhicule un sens principalement confessionnel11.

  • 12 Iannis Glavinas, 2009, Οι μουσουλμανικοί πληθυσμοί στην Ελλάδα (1912-1923): αντιλήψεις και πρακτικ (...)

8Pourtant, l’islam a toujours persisté en Grèce : si après 1947, il ne concerne qu’une petite minorité des citoyens (1 à 2 % de la population totale), après l’annexion des « Nouvelles Provinces » – Macédoine, Épire, Crète, Thrace occidentale – il représentait 700 000 personnes, soit 14 % de la population du pays12.

  • 13 Nous retrouvons aux xixe-xxe siècles des mécanismes proches dans d’autres États-nations balkanique (...)
  • 14 Une haute administration hellénique où les musulmans sont très largement exclus au xxe siècle. Kon (...)
  • 15 Archives du ministère des Affaires étrangères grec AMAEH, 1928, dossier « dédommagements pour des (...)

9Ces rapports particuliers à l’islam13 transparaissent dans les archives de l’État – c’est-à-dire dans le regard de l’administration hellénique au xxe siècle14. Au-delà des principes libéraux souvent privilégiés par la législation, la presse ou encore les rapports d’acteurs étatiques, véhiculent de manière récurrence l’idée selon laquelle les musulmans du pays ne peuvent représenter de « vrais » Grecs et a fortiori de sûrs patriotes15.

  • 16 Tsitselikis (ed.), 2006, Η ελληνοτουρκική ανταλλαγή πληθυσμών, Πτυχές μιας εθνικής σύγκρουσης, Ath (...)
  • 17 The Treaties of Peace 1919-1923, Volume ii, 1924; Samim Akgönül, 1999, Une minorité, deux États : (...)

10Ces regards méfiants, dépréciatifs ont valu en particulier pour les musulmans de Thrace occidentale. Ce groupe – environ 120 000 personnes – a été exempté des échanges démographiques gréco-turcs de 1923, à l’instar des chrétiens orthodoxes Rums d’Istanbul, des îles d’Imvros (Gökçeada tr.), de Ténédos (Bozcaada tr.), en République turque16. Face à d’autres éléments culturels, c’est le facteur confessionnel qui a donc prévalu comme critère de ces déplacements massifs forcés. Les populations non « échangées » – Rums d’Istanbul et musulmans de Thrace grecque – ont été protégées en droit international en tant, désormais, que minorités17.

  • 18 Joëlle Dalègre, 1997, la Thrace grecque : populations et territoires, Paris : L’Harmattan.
  • 19 Archives du Ministère des Affaires étrangères grec (AMAEG), 1923/6.7 «Πίναξη εμπιστευτικός- Προσωρ (...)
  • 20 « La minorité musulmane de Thrace », Ministère des Affaires étrangères grec, article en ligne : ht (...)
  • 21 Kotzamanis, Agorastakis, 2006, « La minorité musulmane de Thrace : la mesure du caché », p. 454.
  • 22 Michel Bruneau (dir.), 1998, les Grecs pontiques, Paris : CNRS éditions ; Nikos Marandzidis, «Οι Τ (...)

11Si la Thrace grecque a été repeuplée par des immigrés chrétiens dès l’entre-deux-guerres18, les musulmans – largement majoritaires dans cette région au début du xxe siècle19 – résident surtout dans deux des trois départements de la région : ceux de Xanthi et du Rhodope. En 1951 – lors du dernier recensement présentant des données religieuses – les musulmans sont fort présents dans ces deux départements : près de 45 % de la population totale dans le nome de Xanthi, près de 56 % dans celui de Rhodope20. Selon Byron Kotzamanis, la répartition musulmans-chrétiens aurait peu évolué au cours des 50 années qui suivent21, en dépit d’un exode rural et de l’afflux de chrétiens (« russes ») pontiques dans les années 199022.

  • 23 Konstantinos Tsioumis, 1998, «Η νομοθετική πολιτική για την εκπαίδευση της μουσουλμανικής μειονότη (...)
  • 24 Anna Frangoudaki, «Η Θράκη αλλάζει», in Dragona, Frangoudaki (eds.), 2008, Πρόσθεση, όχι αφαίρεση. (...)
  • 25 Konstantinos Chatzopoulos, 2010, «Οι Αρμένιοι της Κομοτηνής», Παρατηρητής της Θράκης, 23 avril 201 (...)
  • 26 Barbara Jelavic, 1983, History of the Balkans: xxth Century, Cambridge: Cambridge University Press (...)

12Au xxe siècle, les musulmans de Thrace ont formé une population principalement rurale, moins scolarisée en moyenne que la population chrétienne, restée « traditionnelle » dans ses modes de fonctionnement23. Une évolution nette est en cours depuis les années 199024. Outre les chrétiens orthodoxes, aujourd’hui les plus nombreux, la région compte une très petite communauté arménienne et quelques juifs25. Jadis dynamique, la communauté juive de la région a, en effet, été quasi intégralement déportée en 1943, durant l’administration bulgaro-nazie26.

  • 27 Pour le point de vue d’un ottomaniste américain, Heath Lowry, 2009, In the Footsteps of the Ottoma (...)
  • 28 Voir ici Galia Valtchinova (ed.), 2010, Religion on the Boundary and the Politics of Divine Interv (...)
  • 29 Depuis les années 1990, il existe aussi deux muftis « élus » par une partie de la communauté musul (...)
  • 30 Konstantinos Tsioumis, 1998, « Η νομοθετική πολιτική...», p. 141-158 ; Tsitselikis, 2003, H μειονο (...)

13Ainsi, la Thrace présente-t-elle un visage particulier de la Grèce au xxe siècle. Dans un pays où les monuments ottomans ont d’abord fait l’objet de destructions ou de réemplois aux xixe et xxe siècles27, cette région frontalière28 compte en effet plus de 300 mosquées, plus de 350 imams ainsi que trois muftis officiels – experts en droit coranique – qui, rémunérés par l’État, ont conservé des compétences judiciaires en droit familial29. La région admet également un système éducatif primaire et secondaire réservé à la « minorité », où les cours sont dispensés en grec et en turc. L’éducation religieuse est ici centrée sur l’islam sunnite30.

  • 31 « La minorité musulmane de Thrace », http://www.mfa.gr/, consulté le 14 mars 2016.

14Si depuis les années 1990, l’administration grecque insiste sur l’hétérogénéité ethnique des musulmans de Thrace – personnes « d’origine turque », Pomaques et Tsiganes31 – il existe d’autres facteurs de différenciation au sein de la minorité : les musulmans sunnites – écrasante majorité – coexistent avec de petites communautés bektachies/alévies.

Islam et alévisme en Thrace

  • 32 Voir la critique de la thèse syncrétique à propos du soufisme dans Mark Sedgwick, 2001, le Soufism (...)
  • 33 Irène Mélikoff, 1992, Sur les traces du soufisme turc : recherches sur l’islam populaire en Anatol (...)
  • 34 Mélikoff, 2001, Au banquet des quarante : exploration au cœur du Bektachisme-Alévisme ; Zegginis, (...)

15Religion et culture « syncrétiques » selon l’historienne Irène Mélikoff32, l’alévisme s’inscrit dans la mouvance de l’islam soufi, mystique33. Il associe des éléments issus du chiisme à d’autres influences, dont le chamanisme et, pour certains, le christianisme34.

  • 35 Encyclopédie de l’islam, 1960, volume i, Leiden : Brill, p. 1196-1197.
  • 36 Encyclopédie de l’islam, 1960, p. 1196-1197. Mélikoff, 1998, Hadji Bektash, un mythe et ses avatar (...)
  • 37 Mélikoff, 2001, Au banquet… Pour le cas albanais, Nathalie Clayer, 1995, « Bektachisme et national (...)

16En Anatolie et en Thrace, l’alévisme est souvent associé au bektachisme, cet ordre religieux jadis ésotérique, influent dans l’Empire ottoman avant 182635. Les deux courants se rattachent en effet au saint Haci Bektach Veli, figure du xiiie siècle et acteur d’un long processus d’islamisation des Balkans36. Alévisme et bektachisme possèdent nombre d’éléments culturels communs. Pour Mélikoff, l’alévisme représenterait une sorte de version populaire du bektachisme37.

  • 38 Éric Geoffroy, 2004, Initiation au soufisme, Paris : Fayard ; Rachida Chih, 2000, le Soufisme au q (...)
  • 39 Evstratios Zegginis, 1988, Ο Μπεκτασισμός... ; Mark Sedgwick, 2001, le Soufisme, Paris : Cerf ; Am (...)

17Les liens de l’alévisme au chiisme transparaissent dans la forte valorisation de la figure d’Ali, gendre et cousin du prophète Mahomet ; dans la vénération des Douze Imams. De ses liens au soufisme témoignent la conviction que le texte coranique, comme toute réalité admettrait à la fois un sens « extérieur » (zahir) et « intérieur/caché » (batin). L’accession à un état spirituel permettant d’accéder à cette connaissance cachée est donc recherchée38. Des liens au soufisme témoignent cette logique mystique, initiatique, l’importance de la musique et de la danse rituelle lors des cérémonies religieuses (cem)39.

Une tradition ancienne étiolée depuis le xixe siècle

Une tradition spécifique en Thrace

  • 40  Mehmet Koç, 2011, Seyyid Ali Sultan Dergâhı ve Osmanlı Eserleri, Alexandroupolis: Dunden Bugüne; R (...)
  • 41 Le journal grec pomaque Zagalisa, «Οι Αλεβίτες (Μπεκτασήδες) της Θράκης αναγνωρίζονται και από τις (...)
  • 42 Roger Savory, “Kizil-Bash”, Encyclopaedia of Islam, vol. 3, Leiden: Brill, pp. 243-245; Mélikoff, (...)

18Si un document évaluait l’islam hétérodoxe à près de 10 % de la population musulmane en Thrace40, les alévis ne représentent stricto sensu qu’environ 3 000 personnes au début du xxie siècle41 : celles-ci résident principalement dans une série de villages montagneux situés au nord du département de l’Évros et, dans une moindre mesure, de Xanthi et du Rhodope. Auto-désignés comme alévis-bektachis, ils sont aussi appelés Kizilbash (tête rouge) dans le nord de Xanthi, en référence à ces anciens militants chiites au turban rouge, liés à la fondation de la dynastie safavide iranienne42.

  • 43 Mélikoff, 1998, Hadji Bektash, un mythe et ses avatars, p. 20-21 ; Zegginis, 1998, O Μπεκτασισμός. (...)
  • 44 John K. Birge, 1965, The Bektashi Order of Dervishes, Londres: Luzac, (1933); Alexandre Popović, 1 (...)

19Le bektachisme était très présent en Thrace à l’époque ottomane – spécialement dans la région d’Alexandroúpolis, sur le littoral, mais aussi dans les montagnes du Rhodope43. L’installation, à partir du xve siècle, de derviches s’est aussi inscrite dans une logique de consolidation des terres conquises par les Sultans, des terres alors largement chrétiennes. Le développement du bektachisme est dès lors marquant en Thrace, autorisant des croyances et rites moins stricts que ceux définis par l’islam sunnite officiel44.

  • 45 Suraiya Faroqhi, 1976, “Agricultural Activities in a Bektashi Center: The Tekke of Kizil Deli 1750 (...)
  • 46 Au début du xvie siècle, les Kizilbash représentent, aux frontières ottomano-perses, des militants (...)
  • 47 Les tekke sont des loges/couvents de derviches et lieux de culte hétérodoxes.
  • 48 «Ελευθέριος Βενιζέλος: Ένας εκσυγχρονιστής-μεταρρυθμιστής της Ελλάδας», http://www.istoria.gr/. «Μ (...)
  • 49 Zegginis, 1988, Ο Μπεκτασισμός…, p. 180-185, 217, 240 ; Mavrommatis, 2008, p. 242.
  • 50 Tsitselikis, «Η νομική θέση του Μουφτή στην ελληνική έννομη τάξη» in Dimitri Christopoulos (ed.), (...)

20Du xive siècle au xixe siècle, dans les Balkans, certains tekkes – foyers spirituels, lieux d’accueil de voyageurs, espaces agricoles parfois très prospères – participent de l’économie agraire, des activités sociales des fondations pieuses (wakfs), rouages de la société ottomane45. Après la dissolution de l’ordre des Janissaires, en 1826, le déclin des tekke bektachis est amorcé au xixe siècle46. Le courant s’est surtout étiolé au xxe siècle, perdant ses fidèles, ses ressources économiques, ses réseaux anciens. Les réformes agraires menées au cours des années 1920-1950 en Grèce, des confiscations de biens non exploités ont peu à peu privé les tekke bektachis47 de l’essentiel de leurs propriétés foncières48. Selon l’historien Evstratios Zegginis, dans les années 1980, la Thrace compterait plusieurs dizaines de tekke, certains à l’état de vestige ou largement laissés à l’abandon49. Le poids du sunnisme s’est d’autant renforcé, soutenu par le mufti, interlocuteur légal de l’État grec50.

Entre fermeture et réseaux transfrontaliers

  • 51 «Συνθήματα Αλεβήδων κατά Σουνίτων γέμισαν τον δρόμο της Ρούσας», Χρόνος, 28 juin 2008.
  • 52 Entretiens, mai 2011.

21Des entretiens réalisés, en 2010 et 2011, auprès d’alévis de l’Évros signalent à quel point la mémoire de la persécution reste présente – ou du moins affirmée : mémoire de la répression politique depuis les sultans ottomans ; méfiance à l’égard de l’État grec, qui valoriserait le christianisme ; méfiance à l’égard du sunnisme, qui aurait falsifié le Coran et exercerait une domination injustifiée51. Les personnes interrogées se définissent comme musulmanes, revendiquant même leur appartenance à la tradition la plus authentique de l’islam52.

  • 53 Entretiens, mai 2011.
  • 54 Voir également Dimitris Vrachiologlou, 2000, Οι Μπεκτασήδες μουσουλμάνοι της Δυτικής Θράκης. Γιορτ (...)
  • 55 Observations et entretiens réalisés en juillet 2010 et mai 2011.
  • 56 Fotini Tsibiridou, 2000, les Pomaks…, notamment le chapitre 3, p. 141-184 ; Manolis Varvounis, 199 (...)

22Compte tenu de cette culture de la suspicion, une partie des alévis tend d’abord à se présenter comme sunnite53. Dans les années 1980, le mufti de Xanthi condamne des pratiques jugées non orthodoxes : par exemple, la tradition de rendre visite à des saints locaux54 ; celle de nouer des bouts de tissus et de les accrocher aux arbres entourant un lieu sacré ; de jeter des pièces de monnaie ou de se presser le visage contre la tombe d’un saint, en invoquant son aide55. Ce rappel à l’ordre signale le maintien de ces pratiques dans l’islam populaire, ceci au-delà du groupe alévi stricto sensu56.

  • 57 Kōstópoulos, 2009, To Μακεδονικό της Θράκης. Κρατικοί σχεδιασμοί για τους Πομάκους 1956-2008, Athè (...)
  • 58 Entretiens, juillet, septembre 2010.
  • 59 Kōstópoulos, 2009, To Μακεδονικό…
  • 60 Entretiens menés au Nord de la Thrace grecque, mai 2011.

23Les alévis-bektachis de Thrace s’inscrivent au carrefour des cultures turque-bulgare-grecque, avec des implications politiques. Une partie des musulmans de langue maternelle slave – les Pomaques – est alévie. D’autres alévis sont d’origine turque. Face aux « ennemis » du Nord puis de l’Est, Bulgarie et Turquie – l’espace septentrional de la Thrace a été classé sous supervision militaire de 1936 à 199557. Ces facteurs ont longtemps placé les musulmans de cette région dans une double situation d’isolement et de relative extériorité au regard de l’État grec58. La circulation des personnes de cette zone était limitée, contrôlée par l’armée, la police et des bureaux culturels aux visées politiques59. Non protégées, ni par l’État ni par les autorités musulmanes légales, les identités alévies en Grèce semblent se percevoir comme menacées, tiraillées entre fermeture communautaire, assimilation au sunnisme, sécularisation et reconstitution de solidarités internationales60.

  • 61 Célébré dans les villages alévis du Nord de la Thrace grecque, mais aussi parmi les Tziganes. Égal (...)
  • 62 Dimitris Vrachiologlou, 2000, Οι Μπεκτασήδες μουσουλμάνοι της Δυτικής Θράκης. Γιορτές και λαïκά θρ (...)
  • 63 Ceci vaut pour les festivités estivales de Setchek, sur le plateau de Chilia, festivités qui sembl (...)

24Ces phénomènes contradictoires peuvent notamment être observés autour de deux tekke associés : celui de Seyyit Ali Sultan, près du village de Roussa/Ruşanlar ; celui d’Aşağı à Mikro Dereio/Küçük Derbent, dans l’Évros, non loin de la frontière gréco-bulgare. Du 6 mai – jour de la fête d’Ederlez, dédiée au prophète Hidir61 – à novembre, une série de fêtes religieuses, profanes et agraires ponctuent le calendrier des musulmans alévis62. Depuis les années 2000, certaines des fêtes les plus médiatisées – occasions de repas (kurban) ou de petites foires – sont fréquentées par des personnes venues de Turquie, de Bulgarie ou d’autres régions balkaniques63. Cette fréquentation transfrontalière vaut, plus récemment, pour la fête du 8 novembre, dédiée au fils du saint bektachi local, au tekke de Roussa.

  • 64 Brochure éditée par le dergâh d’Ali Seyyid Sultan, p. 2. Les données s’appuient sur l’hagiographie (...)
  • 65 Suraiya Faroqhi, 1976, p. 74-96; Mehmet Koç, 2011, Seyyid Ali Sultan Derghâhı ve Osmanlı Eserleri, (...)
  • 66 Entretiens avec le président du wakf du dergâh de Seyyid Sultan, mai 2011.
  • 67 Le wakf désigne, en droit islamique, une donation en faveur d’une œuvre d’utilité publique et char (...)
  • 68 Brochure officielle du dergâh d’Ali Seyyid Sultan, p. 2-4.
  • 69 Visite du tekke en mai 2011. Également Panagiotis Karakatsanis, 1992-1994, « Το μουσουλμανικό μονα (...)
  • 70 Entretiens en mai 2011 au village de Roussa.

25Le tekke de Roussa aurait été fondé en 1402 à la mémoire de Seyyid Ali Sultan – surnommé Kızıl Deli, le « Fou rouge » – un saint et guerrier des xive-xve siècles64. Lieu de culte important à l’époque ottomane, le tekke a représenté un vakıf riche au plan foncier jusqu’au xixe siècle65. Dévasté au début du xxe siècle par les conflits bulgaro-grecs, puis pendant la Seconde Guerre mondiale, privé par la suite de ses domaines, le dergâh de Seyyid Ali Sultan ne dispose que de quelques mètres carrés de terrain au début du xxie siècle66. Il est aujourd’hui géré en tant que wakf67 par un comité local de musulmans alévis68. Il inclut une salle de prière ; le cénotaphe (türbe) du saint, un réfectoire où apparaissent des portraits d’Ali ; une cuisine ; un espace d’abattage des animaux ; une étable ; l’ancienne résidence d’un baba, le dirigeant spirituel du lieu, devenue maison du gardien du mausolée ; un cimetière69. L’espace abrite également une petite mosquée, reflet d’une ouverture aux sunnites locaux ou de pratiques syncrétiques. Les alévis de Roussa/Ruşanlar – l’essentiel de la communauté villageoise – se définissent comme « Turcs », certains comme « Pomaques » et citoyens grecs. Aujourd’hui, la plupart parlent le turc70.

  • 71 Παρατηρητής της Θράκης, 17 août 2004. Χρόνος, 7 mai 2009, 7 mai 2010.
  • 72 Entre autres, Χρόνος, 1er août 2009, 7 mai 2011. Αντιφωνητής, 15 juillet 2011.
  • 73 «Εδερλέζι στις Θερμές», Χρόνος, 7 mai 2010 ; Χρόνος, 7 mai 2011 ; Το Βήμα, 23 janvier 2011.

26À la fin du xxe siècle, des associations turques, des fonctionnaires de l’État turc marquent de leur présence certaines fêtes alévies71. La « propagande turque » est alors déplorée parmi les Grecs chrétiens : les autorités turques ne chercheraient-elles pas à récupérer l’alévisme en dépouillant ces fêtes traditionnelles de leur caractère culturel ou religieux originels72 ? Par réaction, des représentants de l’État grec, des personnalités politiques, des associations, des acteurs du mouvement identitaire pomaque tiennent, eux aussi, à ré-occuper le terrain, longtemps délaissé, de ces festivités religieuses ou séculières, contribuant par là même à revaloriser cet héritage musulman hétérodoxe, perçu comme inoffensif, positif sinon utile du point de vue des « intérêts nationaux »73.

  • 74 Entretiens juillet 2010, mai 2011.
  • 75 Entretiens juillet 2010, mai 2011.
  • 76 Entretiens juillet 2010, mai 2011.
  • 77 Entretiens juillet 2010, mai 2011.
  • 78 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

27Le double statut de membre de la minorité, d’hétérodoxe au regard du sunnisme dominant ; un environnement rural, écarté, montagneux, une mémoire des conflits politiques, du rejet, ces facteurs éclairent des mécanismes de protection, de repli, la difficulté de se confier d’emblée à un étranger74. Parmi les interlocuteurs se reconnaissant, en 2010 et 2011, comme Bektachis-Alévis une partie –majoritaire – présente cette identité comme religieuse75. D’autres, surtout urbains, posent cette appartenance comme culturelle : comme une tradition, une manière de penser, de vivre. Pour plusieurs hommes des villages de Roussa, des villes de Komotini, de Xanthi, le bektachisme inclurait une culture de la résistance aux pouvoirs établis, une ouverture, une tolérance religieuse et intellectuelle « intrinsèques », l’éloignant de tout « fanatisme »76. Pour d’autres enfin, l’identité bektachie-alévie est étroitement articulée à une appartenance ethno-nationale, turque ou slave77. Dans les villages, la plupart des femmes alévies sont voilées et s’insèrent dans un modèle familial patriarcal, certes en voie d’effritement78.

  • 79 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

28L’alévisme-bektachisme de Thrace occidentale – sous-culture locale, rurale longtemps méconnue – serait donc en cours de réévaluation, de reformulation au début du xxie siècle, dans un contexte interne et international plus favorable. Devenue très marginale, cette tradition reste peu toutefois peu organisée, peu visible et divisée79.

Les Pomaques, des musulmans slavophones longtemps dévalués

  • 80 Katerina Marcou, 2002, « Les Pomaques de Thrace grecque et leurs choix langagiers », Études balkan (...)
  • 81 Neuberger, 2004, The Orient Within; Stoan Rajcevski, 2004, The Mohammedan Bulgarians (Pomaks), Sof (...)
  • 82 Alexandre Popović, Gilles Grivaud (dir.), 2011, les Conversions à l’islam en Asie mineure et dans (...)

29Les Pomaques, environ 35 000 personnes en Thrace grecque à la fin du xxe siècle80, constituent des populations charnières, tant en Bulgarie qu’en Grèce81. Ces communautés slavophones et musulmanes sont le reflet de brassages culturels, de conversions de chrétiens à l’époque ottomane82. À partir de la fin xixe siècle, ces populations – alors fort identifiées à l’islam – sont incorporées aux États-nations. Ces États (Bulgarie, Grèce puis Yougoslavie et Turquie) les ont perçues à la fois dans une logique d’inclusion et d’exclusion.

  • 83 Tsibiridou, les Pomaks…, chapitre 1, p. 29-79.
  • 84 Xanthippi Kotzageorgi‑Zymari (ed.), 2002, Η Βουλγαρική κατοχή στην Ανατολική Μακεδονία και Θράκη 1 (...)

30Jusqu’aux années 1970 au moins, ces populations ont été envisagées, en Grèce, au regard de la « menace bulgare »83 : la Thrace occidentale ayant été sous administration bulgare au xxe siècle – de 1913 à 1920, puis de 1941 à 1944 – l’une des phobies de l’État a longtemps été de contrôler et d’isoler des populations hautement « suspectes »84.

  • 85 Notamment : Archives de l’État grec, archives I. Metaxás, dossier 36, du 5 mai 1936 au 3 décembre  (...)
  • 86 Entretiens à Xanthi et Komotini, juillet 2009, mai 2010.
  • 87 Markou, 2002, « Les Pomaques de Thrace grecque et leurs choix langagiers », p. 41-45.
  • 88 Entretiens à Xanthi et Komotini, juillet 2009, mai 2010. Olga Dimitriou, 2004, “Prioritizing ‘Ethn (...)

31La politique éducative des musulmans de Thrace grecque a donc d’abord consolidé ces objectifs, unifiant la « minorité » au sein d’un système primaire et secondaire communautaire optionnel, réservé aux seuls musulmans de la région : ces écoles, contrôlées par l’État, dispensent un enseignement en grec et en turc. Le poids de cette seconde langue s’est donc, au total, renforcé au xxe siècle parmi les musulmans. Parallèlement, la langue et l’identité slaves/pomaques, d’abord réprimées, ont ensuite été fortement dévalorisées85. À partir des années 1950, pour ces populations, l’accès à la langue et à la culture turques représente un vecteur de mobilité, de promotion sociale86. L’isolement, le maintien de normes traditionnelles, la ségrégation spatiale dans les villages ruraux pomaques ont aussi encouragé une migration vers les villes – Xanthi, Komotini, Alexandroúpolis – puis vers la Turquie87. Effets de ces mécanismes psycho-sociologiques et de ces politiques, une partie importante de la population pomaque – ou d’origine pomaque – s’est identifiée à la turcité à la fin du xxe siècle88.

  • 89 Voir le journal gréco-pomaque Zagalisa.
  • 90 Sevasti Troumbeta, 2001, Κατασκευάζοντας ταυτότητες για τους Μουσουλμάνους της Θράκης ; Tsibiridou(...)

32Ces logiques ont été contestées depuis les années 1990 par des hauts fonctionnaires, des hommes politiques, des associations et autres personnalités grecques, qui pointent le danger d’une turcisation accélérée et totale de la minorité89. Ces acteurs ont alors encouragé la revitalisation d’une conscience pomaque, y compris en reconsidérant des traditions rurales jusqu’alors méprisées, en suscitant une production sociologique, ethnologique, linguistique, musicologique en mesure de consolider une telle « identité » : une identité spécifique, ni turque, ni bulgare et si possible, proche de l’hellénisme90.

  • 91 Trumbeta, 2013, Physical Anthropology: Race and Eugenics 1880s-1970s, Leiden-Boston: Brill.
  • 92 « Agriens », 1774, le Grand vocabulaire françois, Paris, p. 486 ; Νikolaos Xyrotiris, 1996, «Αγρια (...)
  • 93 Neuberger, 2004, The Orient Within; Evangelos Karagiannis, “An Introduction to the Pomak Issue in (...)
  • 94 Kristen Ghodsee, 2009, Muslims Lives in Eastern Europe. Gender: Ethnicity and the Transformation o (...)

33Ces projets politiques ont donc eu un volet intellectuel et éditorial. Ainsi, défendue par quelques historiens, ethnologues, voire par des ethnobiologistes91, a émergé la thèse selon laquelle les Pomaques seraient les descendants d’une tribu thrace antique, les Agriens. Des membres de ce groupe auraient fait partie des armées d’Alexandre le Grand, au ive siècle avant Jésus‑Christ. Les Pomaques finissent ainsi par être assimilés à une ancienne tribu de culture hellénique, tardivement slavisée et islamisée92. Cette thèse doit être confrontée à celle qui prévaut en Bulgarie, selon laquelle les Pomaques sont des Bulgares, quoique leur confession musulmane les ait marginalisés dans l’État-nation aux xixe-xxe siècles93. Selon les nationalistes turcs, les Pomaques seraient bien évidemment des Turcs ayant appris la langue slavo-bulgare au contact de populations locales : l’identité religieuse est alors privilégiée et l’ancienne identification entre les termes de « turc » et de « musulman » est opportunément valorisée94.

  • 95 Entretiens, mai 2011.
  • 96 Sebahadin Karahodja, 2006, Η καθημερινή γλώσσα των Πομάκων, Xanthi : Spanidis. Voir les activités (...)
  • 97 Χρόνος, 30 septembre 2010. Une interview du musulman Imam Ahmet, directeur du journal pomaco-hellé (...)
  • 98 Entretiens juillet 2010, mai 2011.
  • 99 Zagalisa, 11 février 2011.
  • 100 Entretiens juillet 2010, mai 2011. Également : Troumbeta, 2001, Κατασκευάζοντας…, p. 77-158 ; Iann (...)

34Confrontés à ces versions concurrentes, les Pomaques tendent à articuler ces thèses au seuil du xxie siècle95. Certains, épaulés par des associations pomaco-hellénisantes ont revalorisé leur conscience pomaque, critiquant ouvertement les stratégies expansionnistes turques96. D’autres se présentent comme des Turcs : en septembre 2010, le tournage – dans le village de Thermes, au Nord de Xanthi – d’un reportage de la chaîne française FR3 consacré aux Pomaques est violemment perturbé par des musulmans locaux, qui affirment haut et fort « ne pas être des Pomaques mais des Turcs »97. Les individus peuvent aussi jouer de ces rivalités nationales et de ces mixités identitaires selon les circonstances, selon leur interlocuteur. Parmi bien d’autres, le journaliste Abdulhalım Dede, ancien directeur de la revue turcophone Trakya’nın Sesi (Komotini) se déclare Turc, musulman d’origine pomaque98. Rappelant à quel point l’identité pomaque a longtemps été réprimée, il précise : « en fonction de mon intérêt, je me déclare Pomaque ou Turc »99. Cet aveu – celui d’un intellectuel urbain de la minorité – traduit les ambiguïtés, l’inconfort et dans certains cas, les ajustements identitaires des membres d’un groupe longtemps stigmatisé, tiraillé et instrumentalisé par plusieurs nationalismes100.

35Les enjeux symboliques cristallisés autour de ces identités minoritaires contribuent à éclairer des attitudes d’incertitude, d’affirmations ostensibles, des logiques contraires, aujourd’hui à l’œuvre : tendances à l’assimilation à des groupes religieux/nationaux plus puissants et réactivation de solidarités internationales.

  • 101 Entre autres : Conseil de l’Europe, Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Stra (...)
  • 102 Clayer, Bougarel, 2013, les Musulmans…, p. 215-267.

36Depuis les années 1990, l’ouverture de frontières en Europe orientale et balkanique, la revalorisation des « cultures minoritaires »101, les mobilisations alévies, le double mouvement de sécularisation et de renouveau religieux102 ont eu un impact, y compris dans les villages montagneux de Thrace.

  • 103 Entretiens, juillet 2010, mai 2011.
  • 104 Pour les mobilisations alévies en Turquie et Allemagne, Élise Massicard, 2012, The Alevis in Turke (...)
  • 105 «Διήμερο γλέντι για το Εντερλέζι», Χρόνος, 7 mai 2010, 5 et 10 mai 2011, 5 mai 2012, 2 mai 2013 ; (...)

37Une enquête de terrain confirme donc ces tendances en apparence contradictoires : ouverture et « modernisation » – des techniques, des outils professionnels, des modes de communication ; élévation générale du niveau d’instruction, gestion peut-être moins problématique des mixités identitaires ; rapprochements avec l’islam dominant, facilités par des mariages avec des conjoints sunnites ; migrations103 ; sécularisation des modes de vie ; développement de réseaux interétatiques104 ; revitalisation, « folklorisation », médiatisation accrue de fêtes bektachies, non sans immixtion du politique105.

38Un litige scolaire survenu au cours des années 2000 met précisément en relief ces recompositions subtiles, cet écheveau de logiques sociales et culturelles.

Alévisme, christianisme, hellénisme : discours intellectuelles et pratiques pédagogiques

Alévisme, christianisme, hellénisme en milieu scolaire : l’affaire Chara Nikopoulou (2004-2010)

Chronique d’une crise scolaire en milieu alévi

  • 106 Büyük Dervent en turc, Goljam Dervent en bulgare.
  • 107 Portrait laudatif de l’institutrice dans le quotidien national Πρώτο Θέμα, le 17 février. «Χαρά Νι (...)

39En 2004, une jeune institutrice grecque originaire de Salonique (Macédoine) demande son affectation dans l’école minoritaire de Megalo Dereio/Büyük Derbent106. Chara Nikopoulou, par ailleurs fille du président de la Cour de cassation, s’installe avec son époux dans ce village, y transférant y compris ses droits électoraux107. Elle se heurte rapidement à la communauté locale, à une partie des parents d’élèves et à la direction de l’établissement.

  • 108 Le village, situé à 5 km de la frontière bulgare, s’inscrit dans une commune plus large d’environ (...)
  • 109 «Πομακοχωριά Ν. Έβρου. Μεγάλο Δέρειο», Zagalisa, en ligne 2011 ; Zegginis, 1988, O Μπεκτασισμός…, (...)
  • 110 Selon l’universitaire bulgare Lyubomir Miletich, 1918, The Destruction of the Thracian Bulgarian i (...)

40Le village de montagne est situé au nord du nome grec de l’Évros, à proximité des frontières bulgare et turque108. Y résident environ 1 000 habitants, principalement alévis. Un tekke subsiste, situé près du village voisin de Mikro Dereio/Küçük Derbent, aujourd’hui mixte, chrétien et musulman. La localité s’inscrirait aussi dans un espace de culture pomaque109. Mikro Dereio/Küçük Derbent, fondé par les Ottomans au xive siècle, aurait été essentiellement bulgare « exarchiste » à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle110.

  • 111 Ελευθεροτυπία, 20 juin 2010. Le maire de Megalo Dereio, Vaggelis Poulilios ne soutient pas l’actio (...)
  • 112 Question déposée par le député Ahmet Haciosman, au Parlement le 9 novembre 2007. «Την απομάκρηση τ (...)
  • 113 Χρόνος, 8 février 2008. L’agresseur a été condamné à 10 mois de prison le 11 février 2008. Entreti (...)

41À partir de l’automne 2007, le départ de l’enseignante est régulièrement sollicité, une requête appuyée par des personnalités locales, surtout musulmanes111. Cette demande est relayée à l’échelle nationale par le député socialiste (PASOK) musulman de Komotini, Ahmet Hadjiosman112. Les tensions culminent avec l’agression physique dont est victime l’institutrice en février 2008. Frappée par un musulman « turciste », circulant ensuite pendant plusieurs mois le bras bandé, Chara Nikopoulou acquiert une notoriété locale et nationale : « bête noire » pour certains, héroïne et martyr pour d’autres113.

  • 114 Χρόνος, 26 mars 2010. Ελευθεροτυπία, 20 juin 2010. Discours de Chara Nikopoulou à la préfecture de (...)

42Maintenue à son poste en Thrace durant le mandat du parti conservateur Nea Dimokratia, l’enseignante est mutée à Salonique à l’automne 2010, après la victoire électorale du parti socialiste : cette mutation peut autant se lire comme éloignement ou comme promotion114.

Les arguments d’une mission patriotique et éducative

  • 115 «Τι είναι η Πατρίδα μας (Qu’est-ce que notre Patrie ?)», Discours de Chara Nikopoulou à l’occasion (...)
  • 116 Interview de Chara Nikopoulou dans l’émission Αθέατος κόσμος sur la chaîne de télévision grecque A (...)
  • 117 «Τi είναι η Πατρίδα μας», discours de Chara Nikopoulou, 10 avril 2010.
  • 118 Entre autres, Πρώτο θέμα, 17 février 2008, Χρόνος, 18 février 2008. Voir les vidéos de la cérémoni (...)

43Durant ces six ans d’exercice à Mikro Dereio, les motifs de litige ont, en fait, été variés. Source incontestable de frictions, l’institutrice s’est investie d’une mission patriotique en terrain scolaire115. Renforcer la conscience grecque d’enfants par trop exposés à la « propagande turque » s’inscrit dans un projet pédagogique plus large116. Reconnue pour son dynamisme, sa créativité, l’enseignante met entre autres sur pied une chorale, des représentations théâtrales, musicales, valorisant les fêtes nationales grecques, organisant des défilés au cours desquels sont récités poèmes et chansons. Ces morceaux mettent surtout en valeur une identité « helléno-orthodoxe » allant jusqu’à des chansons ouvertement anti-turques117. Il s’agit, pour l’institutrice, d’un combat tant éducatif que national. L’enseignante déplore la turcisation et la « kémalisation » des jeunes du village : l’intériorisation par ces enfants des valeurs – plutôt laïques et surtout nationalistes – diffusées en République turque après 1923118.

  • 119 «Η Θαλεια Δραγώνα απειλεί να διώξει την ηρωική», www.thermopilai.org, 29 mars 2010.
  • 120 Πρώτο θέμα, 17 février 2008. Zagalisa, 15 février 2011.
  • 121 Entretien de Chara Nikopoulou dans l’émission Τοπικά-Μετωπικά sur TV Salonique, le 12 février 2008
  • 122 Entretien de Chara Nikopoulou dans l’émission Τοπικά-Μετωπικά sur TV Salonique, le 12 février 2008

44De 2004 à 2010, Chara Nikopoulou justifie ses méthodes à Mikro Dereio en soulignant d’une part que ses élèves sont des Pomaques : il s’agirait donc de « Grecs », qui n’auraient « rien à voir avec les Turcs »119. D’autre part, les musulmans du village seraient alévis, relevant, par conséquent, d’une tout autre culture, éloignée du sunnisme privilégié par l’État turc120. Chara Nikopoulou confie aux journalistes qu’elle a passé du temps avec les parents d’élèves, notamment les mères, qu’elle a beaucoup appris à leur contact, qu’elle a cherché à mieux connaître, à valoriser les coutumes, les fêtes alévies et pomaques. Elle souligne que les familles alévies de son école l’appréciaient, que ses élèves étaient bien « plus Grecs que nombre de chrétiens »121. L’institutrice tient à bien dissocier, dans le village, des personnes hostiles voire « fanatiques » – manipulées par le Consulat turc de Komotini – et les musulmans soutenant son travail, spécialement les Alévis. Elle admet qu’en cour de récréation, ses élèves parlent « exclusivement le turc »122.

  • 123 Entretiens à Komotini, Xanthi, Roussa, Mikro Dereio, mai 2011. Voir les journaux locaux turcophone (...)
  • 124 «Χαρά Νικοπούλου στο στοχαστρό των Τουρκοφρόνων της Θράκης», https://ellas2.wordpress.com/, 6 janv (...)
  • 125 «Χαρά Νικοπούλου στο στοχαστρό των Τουρκοφρόνων της Θράκης», https://ellas2.wordpress.com/, 6 janv (...)

45Ses détracteurs musulmans lui reprochent d’être une nationaliste grecque avant d’être une enseignante ; d’utiliser ses élèves, l’école pour mener un combat essentiellement politique ; de viser une carrière nationale sous couvert de pédagogie appliquée ; de semer « artificiellement » la discorde dans un village musulman jusqu’alors paisible, de créer une division entre sunnites et alévis locaux123. Pour une part de la presse hellénophone, des résidents chrétiens de Komotini, d’Alexandroúpolis, de Xanthi, l’institutrice serait la cible des « turcistes » (τουρκοφρώνων) et des agents de l’État turc124. L’attitude de l’institutrice est pourtant désapprouvée par des chrétiens, qui l’accusent de nier la « différence religieuse » de ses élèves, de mener une bataille d’arrière-garde, de miner le travail – moins tapageur, mais peut-être davantage intégrateur – d’enseignants grecs en poste en Thrace depuis des années125.

  • 126 Éloges décernées par l’Académie d’Athènes, la préfecture de Salonique, des journaux généralistes c (...)
  • 127 Zagalisa, 3 septembre 2009, 10 août 2009.

46Chara Nikopoulou a aussi ses laudateurs, nombreux en Thrace et, à l’échelle du pays, dans la mouvance patriotique : Grecs au profil patriotique classique, modéré, mais aussi nationalistes au discours plus agressif et radical126. Les formations d’extrême droite présentes en Grèce depuis 2004 – telles le Λαïκός ορθόδοξος συναγερμός (Alerte populaire orthodoxe, LAOS) et Χρυσή Αυγή (Aube dorée) – se sont saisies du dossier, apportant leur soutien à une enseignante « modèle ». À l’échelle locale, des musulmans pomaques – et « pomacistes », proches du journal Zagalisa – valorisent l’institutrice, sa bienveillance à l’égard du « combat » pomaque de Thrace127.

  • 128 Millet, 16 décembre 2010.

47L’affaire Chara Nikopoulou n’a pas simplement soudé les communautés musulmanes de Thrace contre un ennemi, un « corps étranger », femme de surcroît, venue de Salonique et non du cru régional, un facteur de troubles pour les villages de Thrace grecque. Le litige a parallèlement réactivé des lignes de clivages – multiples et anciennes – au sein de la minorité. Témoin de rivalités internes, les échanges virulents entre deux journalistes musulmans, Cengiz Ömer – qui écrit dans le Millet de Xanthi – et Ilhan Tahsin – du journal Birlik, de Komotini. Ömer, lui-même natif d’un village pomaque de Thrace, Glavki, accuse son collègue de ne pas briller pour sa piété et de défendre la cause turco-musulmane essentiellement par opportunisme128.

  • 129 Entretiens, juillet 2010, mai 2011.

48Ces accusations en disent long sur des divisions toujours vivaces parmi les « musulmans » de Thrace, entre des personnes restées attachées aux traditions religieuses et des laïcs, très critiques à l’égard des rites et pouvoirs religieux, survalorisant la figure tutélaire de Mustafa Kemal. Ces clivages internes se situent aussi à l’échelon identitaire, entre les deux pôles principaux des « turcistes » et des « pomacistes » militants. Enfin, des frontières subtiles, mais bien ancrées entre sunnites et alévis/bektachis sont réactivées de 2004 à 2010, à travers ce litige scolaire. En juillet 2010 et mai 2011, ils n’ont pas été rares les musulmans de Thrace qui, interrogés sur la présence bektachie dans la région baissent la voix, précisant qu’eux-mêmes « ne fréquentent pas les Alévis » ou indiquant que les Alévis ne sont « pas véritablement des musulmans »129.

  • 130 «Δυο πολιτικές για την Μειονότητα», Ελευθεροτυπία, 20 juin 2010.
  • 131 Rapport du Conseil consultatif de Thrace du 27 juillet 1964, cité par Kōstópoulos, l’un des rares (...)

49Si Mme Nikopoulou met en avant l’identité pomaque du village de Mikro Dereio, les archives de l’État suggèrent une composition démographique un peu plus mêlée, du moins dans les années 1960. Ainsi, le Conseil Consultatif de Thrace, dans un rapport daté du 23 juillet 1964 mentionné par l’historien Tásos Kōstópoulos recense « 64 familles turques et 235 familles pomaques » dans les deux villages de Sidirochori et de Megalo Dereio130. Selon ce même rapport, la plupart des familles pomaques concernées, toutes issues du nome de Rhodope, se seraient installées dans ces villages de « 1942 à 1955 »131.

L’école, un théâtre stratégique : islam et éducation en Grèce aux xxe-xxie siècles

  • 132 Πρώτο θέμα, 24 février 2008. Émissions Αθέατος κόσμος sur la chaîne Alter, 1er, 8 et 15 juin 2010. (...)
  • 133 Thalia Dragona, Anna Frangoudaki (eds.), 2008, Πρόθεση όχι αφαίρεση, πολλαπλασιασμός όχι διαίρεση. (...)

50Ces tensions locales – aux plus larges ramifications132 – confirment le caractère stratégique de l’institution scolaire dans cette région multicommunautaire. Depuis 25 ans, une grande partie des travaux sociologiques de langue grecque sur la Thrace concernent l’éducation : ce secteur représente effectivement un enjeu majeur dans cette région, ouvrant d’ailleurs une réflexion pédagogique plus profonde et novatrice dans un pays ayant redécouvert et renforcé sa dimension pluriculturelle133.

  • 134 Το Σύνταγμα της Ελληνικής Δημοκρατίας του 9 Ιουνίου 1975, Parlement grec, Service des études, 1992 (...)
  • 135 Ελευθεροτυπία, 29 décembre 2010, 5 janvier 2011. To Βήμα, 31 décembre 2010.
  • 136 Discours du métropolite de Kalavryta et Aigieleias, 18 avril 2010, site du métropolite de Kalavryt (...)
  • 137 Voir les sites http://www.antibaro.gr/, http://greekalert.gr/, http://www.antinews.gr/, ellpalmos. (...)

51La durée du litige de Megalo Dereio a reflété la posture hésitante du ministère grec de l’Éducation nationale et des Cultes, ses divergences internes. Quels sont les critères permettant de définir un bon enseignant, notamment en milieu pluriculturel ? L’article 16 de la Constitution place « le développement d’une conscience nationale et religieuse » parmi les missions de l’Éducation nationale en Grèce134. Cette clause a été invoquée par Chara Nikopoulou, qui insiste sur le caractère légal et légitime de sa démarche. Primée par l’Académie d’Athènes135, par la préfecture de Salonique136, Chara Nikopoulou est encensée par des acteurs patriotes137.

  • 138 Tsitselikis, Old and New…, p. 97-117.
  • 139 Ελευθεροτυπία, 10 novembre 2009.

52Un autre document juridique régit pourtant les liens entre éducation et islam en Thrace depuis 1923 : le Traité de Lausanne, associé à des conventions bilatérales gréco-turques. Or, ce texte garantit – et peut-être en la réifiant un peu trop ? – « l’identité » particulière des musulmans de la région138. L’institutrice est donc aussi l’objet de vives critiques y compris au sommet du Ministère. De 2009 à l’automne 2010, au cœur du litige de Megalo Dereio, c’est en effet une universitaire, Thalia Dragona, qui occupe le poste de Secrétaire spéciale chargée des Programmes au ministère de l’Éducation nationale139. Or, cette enseignante de l’Université Capodistria d’Athènes maîtrise tout particulièrement les enjeux éducatifs en milieu musulman.

  • 140 Thalia Dragona, Anna Frangoudaki (eds.), 1997, Τι΄ ναι η Πατρίδα μας, Athènes : Alexandria.
  • 141 Dragona, Frangoudaki (eds.), 2008, Πρόσθεση…, site du ministère de l’Éducation nationale, http://m (...)

53Professeur de psychologie sociale, sociologue de l’éducation, Thalia Dragona a en effet accru sa notoriété en coéditant un ouvrage collectif qui marque la Grèce des années 1990 : l’ouvrage met l’accent sur les logiques « ethnocentristes » qui sous-tendraient alors une grande partie des manuels scolaires grecs140. Spécialiste des enjeux pédagogiques en espace multiculturel, Dragona fut précisément l’une des coordinatrices d’un « Programme d’enseignement pour les élèves musulmans de Thrace », programme mis en œuvre depuis l’année 1997-1998141.

  • 142 Voir la thèse non publiée de Vemund Aarbakke, 2000, The Muslim Minority of Thrace, Université de B (...)
  • 143 Nelli Askouni, 2007, H εκπαίδευση της μειονότητας στη Θράκης ; Lambros Baltsiotis, Konstantinos Ts (...)
  • 144 Voir le site du KESPEM «Πρόγραμμα Εκπαίδευσης Μουσουλμανοπαίδων» ; Baltsiotis, Tsitselikis (ed.), (...)
  • 145 http://museduc.gr/el/κεσπεμ (lien devenu inaccessible aujourd'hui).

54Les politiques étatiques à l’égard des musulmans de Thrace ont en effet connu une évolution depuis le milieu des années 1990. Ce tournant, qui suit une décennie d’exacerbation identitaire et nationaliste dans la région142, est particulièrement perceptible dans ce domaine de l’éducation avec un projet explicite – et alors inédit – de pleine intégration des jeunes musulmans dans la société grecque143. Le Programme d’enseignement aux élèves musulmans (PEM) participe de cette nouvelle approche. Il s’agirait de briser le retard, « l’exclusion », la « marginalisation » des jeunes musulmans. Il s’agit aussi d’améliorer la maîtrise du grec – gage d’une mobilité accrue au sein de la société hellénique – tout en reconnaissant à l’école les spécificités culturelles, linguistiques, religieuses de ces élèves144. Le pomaque n’est pas repris comme langue du système éducatif minoritaire. L’activité de Chara Nikopoulou à Mikro Derio a pour contexte cette réforme, appliquée depuis plusieurs années145.

  • 146 Ici, le terme Orientaliste désigne un spécialiste de langues, cultures et civilisations dites « or (...)

55La démarche de Mme Nikopoulou a aussi trouvé des appuis dans une constellation de travaux de sciences sociales qui, prolongeant une problématique marquante parmi les orientalistes européens des xixe-xxe siècles, tend à envisager l’alévisme-bektachisme comme le produit d’influences « extérieures à l’islam », spécialement du monachisme chrétien146.

Regards sur l’islam hétérodoxe, entre jugement normatif, sciences sociales et discours nationaux

Un courant longtemps ignoré et repoussé dans l’altérité

  • 147 Michalis Kokolakis, 2008, «Έλληνες εθνικιστές και Τούρκοι Αλεβήδες», Δελτίο Κέντρου Μικρασιαστικών (...)

56Dans la bibliographie hellénophone en sciences sociales, l’alévisme n’a certes pas représenté un thème marquant au xxe siècle : les alévis, parce qu’inscrits dans l’ensemble musulman, parce que très peu nombreux dans le pays, ont été le plus souvent ignorés ou envisagés comme membres d’une autre religion147.

  • 148 Kokolakis, 2008, «Έλληνες εθνικιστές και Τούρκοι Αλεβήδες», p. 376.
  • 149 Konstantinos Lameras, 1918, Το Mικρασιατικό πρόβλημα, Athènes : Perakos ; Lameras, 1921, Η περί Μι (...)
  • 150 Georges Skalieris, 1922, Λαοί και φυλαί της Μικράς Ασίας, Athènes : Typos.
  • 151 Les travaux de Hasluck développent la problématique des influences ou des survivances chrétiennes (...)
  • 152 Discours du 3 février 1920 d’Eleftherios Vénizélos. Nikos Petsalis‑Diomidis, 1978, Greece at the P (...)

57Pourtant, comme le pointe l’historien Michalis Kokolakis, après la Première Guerre mondiale, plusieurs textes nationalistes grecs consacrés à l’Asie Mineure mentionnent les Kizilbash et cette fois, pour les différencier des « musulmans » et des « Turcs »148. Dans une conférence publiée en 1921, Konstantinos Lameras inclut même ce groupe dans la catégorie des « crypto-chrétiens »149. Dans ce « nouveau » regard sur l’islam hétérodoxe d’Anatolie150, est perceptible l’influence de chercheurs, d’orientalistes européens, de missionnaires qui se penchent, au tournant des xix-xxe siècles, sur les liens entre islam et christianisme. C’est le cas de l’archéologue britannique Frederick Hasluck, célèbre pour ses travaux menés en Anatolie et dans les Balkans au début du xxe siècle151. Toutefois, se sont ajoutés des enjeux politiques plus concrets : à la fin de la Première Guerre mondiale, l’annexion par la Grèce d’une partie occidentale de l’Anatolie semble plus que jamais envisageable. Rapprocher les musulmans hétérodoxes de la famille chrétienne ne permettait-il pas de mieux justifier l’incorporation d’une portion de cette région à la patrie ? Cette thèse n’est néanmoins ni officielle ni dominante au début des années 1920152.

Nos proches méconnus : islam hétérodoxe et christianisme orthodoxe

  • 153 Zegginis, 1988, Ο Μπεκτασισμός...
  • 154 Miranda Terzopoulou, 2009, communication “The Evolution of a Bektashi Panayir in Greek Thrace/Kiml (...)
  • 155 «Οι Αλεβίτες, οι άγνωστοι συγγενείς μας», Ελευθεροτυπία, 23 janvier 2011.

58Depuis les années 1980, la question de l’islam hétérodoxe réapparaît dans les sciences sociales de langue grecque : après l’étude importante d’Evstratios Zegginis153 datée de 1988, le thème est abordé par des anthropologues, sociologues, folkloristes, et plus récemment, des ethnomusicologues154. Une partie non négligeable de ces travaux – dont l’ouvrage de Zegginis – reprend cette problématique des proximités entre alévisme et christianisme. Dans un article du 23 janvier 2011, le quotidien grec Το Βήμα (La Tribune) titrait ainsi, de manière intéressante : « Les alévis, nos proches méconnus »155.

  • 156 Zegginis, 1988, O Μπεκτασισμός..., p. 44-50 et chapitre 7.
  • 157 Zegginis, 1988. L’auteur qualifie les bektachis de «μουσουλμανοφανείς», de personnes « d’apparence (...)

59Ainsi, les différences vis-à-vis du sunnisme sont d’autant soulignées : usage, dans l’alévisme, de lieux de culte spécifiques ; observation non obligatoire ou moins longue du jeûne de ramadan ; absence de séparation rigoureuse entre hommes et femmes lors des cérémonies religieuses. Symétriquement, les proximités entre alévisme et orthodoxie sont mises en relief : usage du vin, des bougies ; culte des saints ; monogamie. Le triptyque Allah-Mohamet-Ali ne renverrait-il pas à la Trinité chrétienne ; la valorisation du chiffre 12 ne rappellerait-elle pas les 12 Apôtres du Christ ? L’accent placé sur le pèlerinage du cœur, sur l’amour de Dieu et du prochain sont alors autant de points communs. Le cem, les cérémonies initiatiques deviennent alors des sortes de baptêmes ou de communions, je reprends ici l’analyse de Zegginis, auteur de l’ouvrage le plus complet sur la question156. Ces similarités apparaissent alors comme preuves d’une trace primordiale et décisive du christianisme157.

60Ces thèses sont exprimées de manière plus directe encore par Dimitris Kitsikis, professeur de relations internationales à l’Université d’Ottowa. Dans un ouvrage paru en 2000 et intitulé l’Importance du bektachisme-alévisme pour l’hellénisme, l’auteur écrit :

  • 158 La notion de « région intermédiaire » est un concept clé dans la vision géopolitique de Dimitris K (...)
  • 159 Kitsikis, 2006, Η σημασία του Mπεκτασισμού-Aλεβισμού για τον Eλληνισμό, Athènes : Ekati, p. 9, 20, (...)

L’avenir de l’espace helléno-turc dépend des alévis (…) Grâce au bektachisme, l’idéologie des Janissaires, élaborée par l’Empire ottoman dans la Région intermédiaire158 est restée aux mains des Romioi, c’est-à-dire des Grecs chrétiens orthodoxes (…). Sans l’alévisme, la Turquie s’éloignera de la Grèce et basculera dans les bras de l’islamisme arabe. Avec les Alévis, l’État helléno-turc sera religieux, mais tolérant et les valeurs de l’hellénisme – communes aux Grecs et aux Turcs – prévaudront159.

  • 160 Thierry Zarcone, 2009, le Soufisme : voie mystique de l’islam.

61Cet ouvrage se pose d’abord comme travail scientifique, l’auteur se définit lui-même comme turcologue. Toutefois, Kitsikis se présente aussi comme un acteur, soulignant sa sympathie à l’égard de la religion alévie, une attitude positive qui transparaît dans plusieurs travaux sur ce courant de l’islam. Valorisé par nombre d’auteurs occidentaux, l’islam hétérodoxe semble alors érigé en un bon islam160.

  • 161 Panayotis Karakatsanis, 1992-1994, «Το μουσουλμανικό μοναστήρι της Ρούσσας», θρακική επετηρίδα 9, (...)
  • 162 Zegginis, 1988, O Μπεκτασισμός..., p. 248.
  • 163 Le bogomilisme fut condamné par l’Église catholique romaine, les empereurs byzantins et des prince (...)

62Panagiotis Karakatsanis, professeur à l’Université Dimokriteio de Thrace, spécialiste de pédagogie, insiste, quant à lui, sur la continuité directe entre le bektachisme et l’orphisme, ce mouvement mystique et dionysiaque de la Grèce antique. Cette analyse le conduit à éloigner l’alévisme de Thrace de l’islam et du monde turc pour le replacer dans la continuité de croyances locales autochtones et de la culture hellénique161. Selon des lectures plus diffuses, les bektachis – de même que les Pomaques – seraient les descendants de plus anciennes hérésies chrétiennes byzantines : paulicianisme et bogomilisme, deux courants dualistes, ayant développé un discours de critique du pouvoir162. Le paulicianisme est un mouvement religieux chrétien oriental qui s’est développé dans l’Empire byzantin – en Anatolie – au viie siècle de notre ère. Ce mouvement aurait inspiré le bogomilisme, courant dualiste qui émerge à partir du xe siècle en Bulgarie, en Serbie, en Bosnie et plus généralement dans la péninsule balkanique. La Thrace aurait constitué un terrain précurseur de prédication bogomile163.

63Ces analyses intellectuelles ont pu fournir des éléments, des arguments, qui éclairent ce conflit scolaire. Le discours de Chara Nikopoulou de 2004 à 2010 s’est appuyé sur un socle intellectuel.

Conclusion

  • 164 « Nouveau drame de l’immigration en Grèce », Le Monde, 15 novembre 2013.
  • 165 En Turquie, entre 15 % et 20 % de la population totale serait alévie au début du xxie siècle. Pour (...)
  • 166 À partir du début 2008, l’enseignante multiplie les entretiens, déclarations et discours dans les (...)
  • 167 To Βήμα, 3 janvier 2010. Plusieurs cadres du parti d’extrême droite LAOS assistent aux cérémonies (...)

64Longtemps rejeté hors de l’idée nationale, l’islam reste une question sensible en Grèce, devenue pays d’immigration et l’une des principales portes d’entrée dans l’Union européenne164. Si aujourd’hui la majorité des musulmans de Grèce résident en Attique et dans la région de Salonique, l’islam turcophone et bulgarophone de Thrace a toujours représenté au xxe siècle un enjeu politique. Ceci a valu y compris pour l’alévisme, un courant ancien, affaibli, écartelé aujourd’hui entre effacement, assimilation au sunnisme, reconstruction de réseaux transfrontaliers et revitalisation identitaire165. Le conflit scolaire de Megalo Dereio constitue à cet égard un exemple extrême par son caractère accusé, clairement formulé et surtout médiatisé166. La démarche de la protagoniste du litige met pourtant en relief les paradoxes des mouvances nationalistes grecques : au seuil du xxie siècle, faut-il nationaliser ou exclure les musulmans de la nation ? Le projet de l’institutrice s’est heurté à un système de pouvoirs locaux et à la force d’identités nationales/culturelles concurrentes. La résistance d’une grande partie de la population a-t-elle signifié que pour ces habitants, l’alévisme ne pouvait être réduit à un « crypto-christianisme », un crypto-hellénisme ? Ce conflit a aussi représenté un terrain fertile pour l’extrême droite, en essor en Grèce depuis les années 2000167.

  • 168 La brochure présentant le tekke de Roussa inscrit clairement le lieu sacré dans la culture turque, (...)

65Cette affaire souligne à quel point l’alévisme/bektachisme se trouve confronté aux identités dominantes – nationales ou religieuses168. Le litige de Megalo Dereio, qui articule logiques locales, nationales et inter-étatiques, montre les tensions cristallisées, dans les Balkans contemporains, autour de l’islam hétérodoxe.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sélective

Askouni Nelli, 2006, Η εκπαίδευση της μειονότητας της Θράκης, Athènes : Alexandreia.

Balivet Michel, 1992, « Aux origines de l’islamisation des Balkans », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 66, p. 10-22.

Bozarslan Hamit, 2007, Histoire de la Turquie contemporaine, Paris : La Découverte.

Braude Benjamin, Lewis Bernard (eds.), 1982, Christians and Jews in the Ottoman Empire: The Functioning of a Plural Society, New York‑Londres: Holmes and Meier.

Clayer Nathalie, Bougarel Xavier, 2013, les Musulmans d’Europe du Sud-Est, Paris : Karthala.

Dalègre Joëlle, 1997, la Thrace grecque : populations et territoires, Paris : L’Harmattan.

Dragona Thalia, Frangoudaki Anna (eds.), 2008, Πρόθεση όχι αφαίρεση, πολλαπλασιασμός όχι διαίρεση: Η μεταρρυθμική παρέμβαση στην εκπαίδευση της μειονότητας της Θράκης, Athènes : Metaichmio.

Hasluck Frederick, 1929, Christianity and Islam under the Sultans, Oxford: Oxford University Press, 2 volumes.

Hersant Jeanne, 2008-2009, « Surveillances croisées et rivalité gréco-turque en Thrace occidentale », European Journal of Turkish Studies 8, article en ligne, https://ejts.revues.org/2693

Kōstópoulos Tásos, 2009, Το Μακεδονικό της Θράκης, Athènes : Vivliorama.

Lampe John, Mazower Mark (eds.), 2004, Ideologies and National Identities in Southeastern Europe, New York: Central Europe University Press.

Lory Bernard, 2005, les Balkans : de la transition post-ottomane à la transition post-communiste, Istanbul : ISIS.

Lowry Heath, 2009, In the Footsteps of the Ottomans: A Search for Sacred Spaces and Monuments in Northern Greece, Istanbul: Bahçeşehir Université.

Massicard Élise, 2005, l’Autre Turquie : le mouvement aléviste et ses territoires, Paris : PUF.

Mavrommatis Giorgos, 2003, “Constructing Identities for the Thracian Muslim Youth: the Role of Education”, Jahrbücher für Geschichte und Kultur Südosteuropas 5, pp. 113-123.

Mavrommatis Giorgos, 2008, “Bektachis in the xxth Century Greece”, Turcica 40, pp. 243-245.

Mazower Mark, 2000, The Balkans, Londres: Weidenfeld and Nicholson.

Mélikoff Irène, 1992, Sur les traces du soufisme turc : recherches sur l’islam populaire en Anatolie, Istanbul : ISIS.

Mélikoff Irène, 2001, Au banquet des quarante : exploration au cœur du Bektachisme-Alévisme, Istanbul : ISIS.

Neuberger Mary, 2004, The Orient Within: Muslim Minorities and the Negociation of Nationhood in Modern Bulgaria, Ithaca/Londres: Cornel University Press.

Popović Alexandre, Veinstein Gilles, (dir.), 1996, les Voies d’Allah : les ordres mystiques dans l’islam des origines à aujourd’hui, Paris : Fayard.

Steinke Klaus, Voss Christian (eds.), 2007, The Pomaks in Greece and in Bulgaria, Munich: Verlag.

Troumbeta Sevasti, 2001, Κατασκευάζοντας ταυτότητες για τους Μουσουλμάνους της Θράκης: Το παράδειγμα των Πομάκων και των Τσιγγάνων, Athènes : Kritiki, KEMO.

Tsibiridou Fotini, 2000, les Pomaks dans la Thrace grecque : discours ethniques et pratiques socioculturelles, Paris : L’Harmattan.

Tsitselikis Konstantinos, 2012, Old and New Islam in Greece, Leiden-Boston: Martinus Nijhoff.

Veinstein Gilles (dir.), 2005, Syncrétismes et hérésies dans l’Orient seldjoukide et ottoman (xiv-xviiie siècles), Bruxelles : Peeters.

Zarcone Thierry, 2009, le Soufisme : voie mystique de l’islam, Paris : Gallimard.

Zegginis Evstratios, 1988, Ο Μπεκτασισμός στη Δυτική Θράκη, Salonique : Institut d’études balkaniques.

Haut de page

Notes

1 Conversation avec l’auteur, village de Roussa/Ruşanlar, 6 mai 2011.

2 Xavier Bougarel, Nathalie Clayer, 2013, les Musulmans de l’Europe du Sud-Est. Plus précisément : Tásos Kōstópoulos, 2009, Το Μακεδονικό της Θράκης.

3 http://www.uoc.edu/euromosaic/web/homefr/index1.html.

4 Daniel Panzac (dir.), 1992, les Balkans à l’époque ottomane, numéro spécial de la Revue du monde musulman et de la Méditerranée 66, (4) ; Benjamin Braude, Bernard Lewis (eds.), 1982, Christians and Jews in the Ottoman Empire; Christine Woodhead (ed.), 2012, The Ottoman World, New York: Routledge ; Richard Hall, 2011, The Modern Balkans : A History, Londres: Reaktion Books.

5 Mark Mazower, 2000, The Balkans ; Hamit Bozarslan, 2007, Histoire de la Turquie contemporaine ; Meropi Anastassiadou, 1997, Salonique : une ville ottomane à l’âge des Réformes 1830-1912, Leiden: Brill; John Lampe, Mark Mazower (eds.), 2004, Ideologies and National Identities in Southeastern Europe.

6 Étienne Copeaux, 1997, Espace et temps de la nation turque, Paris : CNRS éditions ; Sabrina Ramet, 1998, Nihil Obstat, Religion, Politics and Social Change and Eastern Europe and Russia, Durham: Duke University Press ; Bernard Lory, 2005, les Balkans : de la transition post-ottomane à la transition post-communiste ; Emma Aubin‑Boltanski, 2007, Pèlerinages et nationalisme en Palestine : prophètes, héros, ancêtres, Paris : éditions de l’EHESS ; Sossie Andézian, 2012, le Sacré à l’épreuve du politique : Noël à Bethléem, Paris : Riveneuve éditions.

7 Kristina Koulouri (ed.), 2002, Clio in the Balkans : The Politics of History Education, Thessalonique: CDRSEE ; Pierre Nora (dir.), 1984-1992, les Lieux de mémoire, Paris : Gallimard, volumes 1-3 ; Jean-François Chanet, 1996, l’École républicaine et les Petites Patries, Paris : Aubier ; Anne-Marie Thiesse, 1999, la Création des identités nationales, Paris : Seuil.

8 Mary Neuberger, 2004, The Orient Within: Muslim Minorities and the Negociation of Nationhood in Modern Bulgaria.

9 Koulouri, 1988, Ιστορία και γεωγραφία στα ελληνικά σχολειά (1834-1914), Athènes : Archives historiques de la jeunesse hellénique ; Iannis Koubourlis, 2005, la Formation de l’histoire nationale grecque: l’apport de Spyridon Zambelios (1815-1881), Athènes : IRN/FNRS ; Isabelle Dépret, 2009, Église orthodoxe et histoire en Grèce contemporaine : versions officielles et controverses historiographiques, Paris : L’Harmattan ; Michael Hertzfeld, 1982, Ours once more : Folklore, ideology and the Making of Modern Greece, Austin: University of Texas Press.

10 Heraklis Millas, 2005, Εικόνες Ελλήνων και Τούρκων: Σχολικά βιβλία, ιστοριογραφία, λογοτεχνία και εθνικά στερεότυπα, Athènes : Alexandreia.

11 Ceci apparaît clairement dans les archives du Centre d’études micrasiatiques d’Athènes.

12 Iannis Glavinas, 2009, Οι μουσουλμανικοί πληθυσμοί στην Ελλάδα (1912-1923): αντιλήψεις και πρακτικές της ελληνικής διοίκησης, σχέσεις με χριστιανούς γηγενείς και πρόσφυγες, Université Aristote de Salonique, Faculté de Philosophie, Département d’archéologie et d’histoire, p. 26.

13 Nous retrouvons aux xixe-xxe siècles des mécanismes proches dans d’autres États-nations balkaniques tels la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie. Entre autres : Sylvie Gangloff (dir.), 2005, la Perception de l’héritage ottoman dans les Balkans, Paris : L’Harmattan.

14 Une haute administration hellénique où les musulmans sont très largement exclus au xxe siècle. Konstantinos Tsitselikis, 2012, Old and New Islam in Greece, p. 130-138; Glavinas, 2009, p. 56-57.

15 Archives du ministère des Affaires étrangères grec AMAEH, 1928, dossier « dédommagements pour des propriétés aliénées » ; 1930, dossier A/4/I, « Propriétés albanaises en Grèce » ; 1932, dossier B/5/III, « Propriétés nationalisées » ; 1935, dossier A/4/9 « Minorité albanaise de Tchamouria ». Également, Glavinas, 2009, Οι μουσουλμανικοί πληθυσμοί στην Ελλάδα…

16 Tsitselikis (ed.), 2006, Η ελληνοτουρκική ανταλλαγή πληθυσμών, Πτυχές μιας εθνικής σύγκρουσης, Athènes: KEMO ; Renée Hirschon, 1989, Heirs of the Greek Catastrophe: The Social Life of Asia Minor Refugees in Piraeus, New York: Oxford University Press; Dimitris Pentazopoulos, 2002, The Balkan Exchange of Minorities and its Impacts on Greece, Londres: Hurst and Company.

17 The Treaties of Peace 1919-1923, Volume ii, 1924; Samim Akgönül, 1999, Une minorité, deux États : la minorité turco-musulmane de Thrace occidentale, Istanbul : Isis.

18 Joëlle Dalègre, 1997, la Thrace grecque : populations et territoires, Paris : L’Harmattan.

19 Archives du Ministère des Affaires étrangères grec (AMAEG), 1923/6.7 «Πίναξη εμπιστευτικός- Προσωρινά αποτελέσματα απογραφή 1920» ; AMAEG, 1923/6.7, Lekkos au Gouverneur général de Macédoine Salonique, 31 mars 1923, no 394 et sq. Également, Glavinas, 2009, p. 115.

20 « La minorité musulmane de Thrace », Ministère des Affaires étrangères grec, article en ligne : http://www.mfa.gr/ ; Byron Kotzamanis, Michalis Agorastakis, 2006, « La minorité musulmane de Thrace : la mesure du caché », Démographie et culture, p. 442-460.

21 Kotzamanis, Agorastakis, 2006, « La minorité musulmane de Thrace : la mesure du caché », p. 454.

22 Michel Bruneau (dir.), 1998, les Grecs pontiques, Paris : CNRS éditions ; Nikos Marandzidis, «Οι Τουρκοφώνοι Πόντοι πρόσφυγες στην Ελλάδα: Προβλήματα ενσωμάτωσης» in Tsitselikis (ed.), 2006, Η ελληνοτουρκική ανταλλαγή πληθυσμών: Πτυχές μιας εθνικής σύγχρουσης, p. 225-237.

23 Konstantinos Tsioumis, 1998, «Η νομοθετική πολιτική για την εκπαίδευση της μουσουλμανικής μειονότητας της Θράκης», Παιδαγωγική επιθεώρηση 27, p. 141-158 ; Tsioumis, 2006, Η μειονότητα της Θράκης 1950-1960, Salonique : Stamoulis ; Fotini Tsibiridou, 2000, les Pomaks dans la Thrace grecque ; Bernard Vernier, 1998, « Représentation mythique du monde et domination masculine chez les Pomaques grecs », Actes de la recherche en sciences sociales 125, p. 74-98.

24 Anna Frangoudaki, «Η Θράκη αλλάζει», in Dragona, Frangoudaki (eds.), 2008, Πρόσθεση, όχι αφαίρεση. Πολλαπλασιασμός, όχι διαίρεση. Η μεταρρυθμιστική παρέμβαση στην εκπαίδευση της μειονότητας της Θράκης, p. 483-500 ; Giorgos Mavrommatis, “Constructing Identities for Thracian Muslim Youth : The Role of Education” in Sevasti Troumbeta, Christian Voss (eds.), 2003, Minorities in Greece : Historical Issues and New Perspectives, numéro spécial, Jahrbücher für Geschichte und Kultur Südosteuropas 5, pp. 113-123.

25 Konstantinos Chatzopoulos, 2010, «Οι Αρμένιοι της Κομοτηνής», Παρατηρητής της Θράκης, 23 avril 2010 ; Vasilis Ritzaleos, Angel Chorapchiev, (eds.), 2012, “An Untold Story : Testimonies on the Salvation of the Greek Jews Mobilized to the Bulgarian Forced Labour Camp in Belitsa (1943)”, Atelier Archives of Memory: The Experience of Greek Jews in Audiovisual Testimonies, Université de Volos, 24-25 février 2012.

26 Barbara Jelavic, 1983, History of the Balkans: xxth Century, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 256-257; Xanthippi KotzageorgiZymari (ed.), 2002, Η Βουλγαρική κατοχή στην Ανατολική Μακεδονία και Θράκη 1941-1944, Athènes : Paratiritis.

27 Pour le point de vue d’un ottomaniste américain, Heath Lowry, 2009, In the Footsteps of the Ottomans, A Search for Sacred Spaces and Monuments in Northern Greece, chapitre 1. Voir également le récent ouvrage édité par le Ministère de la Culture hellénique, Ersi Brouskari (ed.), 2008, Η Οθωμανική αρχιτεκτονική στην Ελλάδα, Athènes : Ministère de la Culture.

28 Voir ici Galia Valtchinova (ed.), 2010, Religion on the Boundary and the Politics of Divine Interventions, Istanbul: Isis.

29 Depuis les années 1990, il existe aussi deux muftis « élus » par une partie de la communauté musulmane, financés par l’État turc et dont les fonctions sont davantage symboliques et politiques. Sur cette polémique, Tsitselikis, 2012, Old and New Islam…, pp. 367-428.

30 Konstantinos Tsioumis, 1998, « Η νομοθετική πολιτική...», p. 141-158 ; Tsitselikis, 2003, H μειονοτική εκπαίδευση της Θράκης, Athènes : Ministère de l’Éducation nationale et des Cultes, Université d’Athènes ; Nelli Askouni, 2006, Η εκπαίδευση της μειονότητας στη Θράκη: Από το περιθώριο στην προοπτική της κοινωνικής ένταξης.

31 « La minorité musulmane de Thrace », http://www.mfa.gr/, consulté le 14 mars 2016.

32 Voir la critique de la thèse syncrétique à propos du soufisme dans Mark Sedgwick, 2001, le Soufisme, Paris : Cerf, p. 12-13.

33 Irène Mélikoff, 1992, Sur les traces du soufisme turc : recherches sur l’islam populaire en Anatolie, Istanbul : ISIS ; Alexandre Popović, Gilles Veinstein, (dir.), 1996, les Voies d’Allah : les ordres mystiques de l’islam des origines à aujourd’hui ; Machiel Kiel, “Ottoman Development and the Cult of a Heterodox Sufi Saint : Sari Saltik Dede and Towns of Isakçe and Babadag in the Northern Dobrudja”, in Veinstein (dir.), 2005, Syncrétismes et hérésies dans l’Orient seldjoukide et ottoman (xiv-xviiie siècles), p. 283-298.

34 Mélikoff, 2001, Au banquet des quarante : exploration au cœur du Bektachisme-Alévisme ; Zegginis, 1988, Ο Μπεκτασισμός στη Δυτική Θράκη, chapitre 7.

35 Encyclopédie de l’islam, 1960, volume i, Leiden : Brill, p. 1196-1197.

36 Encyclopédie de l’islam, 1960, p. 1196-1197. Mélikoff, 1998, Hadji Bektash, un mythe et ses avatars : genèse et évolution du soufisme en Turquie, Leiden : Brill.

37 Mélikoff, 2001, Au banquet… Pour le cas albanais, Nathalie Clayer, 1995, « Bektachisme et nationalisme albanais », in Popović, Veinstein (dir.), Bektachiyya : études sur l’ordre mystique des Bektachis et les groupes relevant de Hadji Bektach, Istanbul : Isis, p. 277-308.

38 Éric Geoffroy, 2004, Initiation au soufisme, Paris : Fayard ; Rachida Chih, 2000, le Soufisme au quotidien : confréries d’Égypte au xxe siècle, Arles : Sindbad.

39 Evstratios Zegginis, 1988, Ο Μπεκτασισμός... ; Mark Sedgwick, 2001, le Soufisme, Paris : Cerf ; Ambrosio Alberto Fabio et alii, 2006, les Derviches tourneurs : doctrine, histoire, pratiques, Paris : Cerf ; Sabrina Mervin, 2006, « Les larmes et le sang des Chiites : pratiques rituelles lors de la célébration de Ashûra (Liban, Syrie) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 113-114, p. 153-166.

40  Mehmet Koç, 2011, Seyyid Ali Sultan Dergâhı ve Osmanlı Eserleri, Alexandroupolis: Dunden Bugüne; Riza Yildirim, 2010, « Bektaşi Alevi Geleğine göre Seyyid Ali Sultan », Türk kültürü ve Hacı Bektaş Veli Araştırma Dergisi 53, p. 59-88.

41 Le journal grec pomaque Zagalisa, «Οι Αλεβίτες (Μπεκτασήδες) της Θράκης αναγνωρίζονται και από τις Η.Π.Α.», en ligne 2010 ; Mavrommatis, 2008, “Bektashis in the 20th Century Greece”, Turcica 40, pp. 219-250.

42 Roger Savory, “Kizil-Bash”, Encyclopaedia of Islam, vol. 3, Leiden: Brill, pp. 243-245; Mélikoff, 1992, Sur les traces du soufisme turc.

43 Mélikoff, 1998, Hadji Bektash, un mythe et ses avatars, p. 20-21 ; Zegginis, 1998, O Μπεκτασισμός..., p. 21-49.

44 John K. Birge, 1965, The Bektashi Order of Dervishes, Londres: Luzac, (1933); Alexandre Popović, 1994, les Derviches balkaniques, hier et aujourd’hui, Istanbul, Isis ; Popović, Veinstein (dir.), 1996, les Voies d’Allah.

45 Suraiya Faroqhi, 1976, “Agricultural Activities in a Bektashi Center: The Tekke of Kizil Deli 1750-1830”, Südost Forshungen 35, p. 69-96; Randi Deguilhem, 1995, le Waqf dans l’espace islamique : outil de pouvoir socio-politique, Paris : Institut français de Damas – Maisonneuve ; Ilias Kolovos (ed.), 2011, Ορθόδοξα μοναστήρια και δερβισικοί τεκέδες: Προς μια συνκριτική προσέγγιση του οικονομικού και πολιτικού τους ρόλου στην οικονομική κοινωνία, Heraklion : Université de Crète.

46 Au début du xvie siècle, les Kizilbash représentent, aux frontières ottomano-perses, des militants influencés par le chiisme ainsi que des partisans des Safavides dans la guerre ottomano-perse. La suppression violente du corps des janissaires en 1826 par le sultan Mahmut ii – un corps très lié au bektachisme – et la vente prévue des biens des tekke à cette date ont nettement atteint la puissance de cette confrérie ; Fahr Maden, 2010, «Kizildeli Sultan tekkesi’nin kapatilması (1826) ve faaliyetlerine yeniden başlaması», Türk Kültürü ve Hacı Bektaş Veli araştırma dergisi 53, p. 115-126 ; Michel Balivet, 1992, « Aux origines de l’islamisation des Balkans », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 66, p. 10-22 ; Mélikoff, 1983, « L’ordre des Bektaşi après 1826 », Turcica xv, p. 155-178 ; Mavrommatis, 2008, p. 219-250.

47 Les tekke sont des loges/couvents de derviches et lieux de culte hétérodoxes.

48 «Ελευθέριος Βενιζέλος: Ένας εκσυγχρονιστής-μεταρρυθμιστής της Ελλάδας», http://www.istoria.gr/. «Μια ιστορία χωρίς χρυσόβουλο», Καθημερινή, 28 septembre 2008.

49 Zegginis, 1988, Ο Μπεκτασισμός…, p. 180-185, 217, 240 ; Mavrommatis, 2008, p. 242.

50 Tsitselikis, «Η νομική θέση του Μουφτή στην ελληνική έννομη τάξη» in Dimitri Christopoulos (ed.), 1999, Νομικά ζητήματα θρησκευτικής ελευθερίας στην Ελλάδα, Athènes : Kritiki/KEMO, p. 271-329 ; Syméon Soltaridis, 2001, Η ιστορία των μουφτειών της Δυτικής Θράκης, Athènes.

51 «Συνθήματα Αλεβήδων κατά Σουνίτων γέμισαν τον δρόμο της Ρούσας», Χρόνος, 28 juin 2008.

52 Entretiens, mai 2011.

53 Entretiens, mai 2011.

54 Voir également Dimitris Vrachiologlou, 2000, Οι Μπεκτασήδες μουσουλμάνοι της Δυτικής Θράκης. Γιορτές και λαïκά θρησκευτικά έθιμα, Alexandroúpolis : Anglohellenic ; Miranda Terzopoulou, 2009, communication “The Evolution of a Bektashi Panayir in Greek Thrace”, Conférence internationale consacrée à Haci Bektash Veli, Ankara, 19-21 octobre.

55 Observations et entretiens réalisés en juillet 2010 et mai 2011.

56 Fotini Tsibiridou, 2000, les Pomaks…, notamment le chapitre 3, p. 141-184 ; Manolis Varvounis, 1997, Η καθημερινή ζωή των Πομάκων: Το παράδειγμα του χωριού Κύκνος της Ξάνθης, Athènes : Odysseas.

57 Kōstópoulos, 2009, To Μακεδονικό της Θράκης. Κρατικοί σχεδιασμοί για τους Πομάκους 1956-2008, Athènes : Bibliorama, 2009 ; Katerina Markou, 2002, « Les Pomaques de Thrace grecque et leurs choix langagiers », Études balkaniques 9, p. 41-52.

58 Entretiens, juillet, septembre 2010.

59 Kōstópoulos, 2009, To Μακεδονικό…

60 Entretiens menés au Nord de la Thrace grecque, mai 2011.

61 Célébré dans les villages alévis du Nord de la Thrace grecque, mais aussi parmi les Tziganes. Également John Birge, 1965, The Bektashi, p. 39-40; Mélikoff, 1998, Hadji Bektach…, p. 180 ; Maria Couroucli, « Saint Georges l’Anatolien, maître des frontières », in Maria Couroucli, Dionigi Albera (dir.), 2009, Religions traversées, Paris : Actes Sud, p. 175-208.

62 Dimitris Vrachiologlou, 2000, Οι Μπεκτασήδες μουσουλμάνοι της Δυτικής Θράκης. Γιορτές και λαïκά θρησκευτικά έθιμα, Alexandroupolis : Anglohellenic.

63 Ceci vaut pour les festivités estivales de Setchek, sur le plateau de Chilia, festivités qui semblent avoir acquis une dimension folklorique, touristique et politique. Entre autres, le point de vue indigné de Χρόνος, 1er août 2009. Vrachiologlou, 2000, Μορφές λαïκού πολιτισμού στην Θράκη και στον Εβρό, Alexandroúpolis : Orfeas ; Rodop Rüzgari, 5 mai 2011, signale la présence lors d’une fête musulmane de Megalo Dereio d’élèves de l’école Isa Bey, Macédoine ex-Yougoslave (FYROM).

64 Brochure éditée par le dergâh d’Ali Seyyid Sultan, p. 2. Les données s’appuient sur l’hagiographie du saint.

65 Suraiya Faroqhi, 1976, p. 74-96; Mehmet Koç, 2011, Seyyid Ali Sultan Derghâhı ve Osmanlı Eserleri, Istanbul: Dünden Bugüne. Ainsi, à la fin du xixe siècle, le tekke constituait un complexe autonome au plan économique comptant 80 derviches, 2 500 moutons, 200 bœufs, 5 moulins, 8 étables, 8 greniers, une fabrique d’huile et de savon ; Zegginis, 1988, O Μπεκτασισμός…, p. 180-185.

66 Entretiens avec le président du wakf du dergâh de Seyyid Sultan, mai 2011.

67 Le wakf désigne, en droit islamique, une donation en faveur d’une œuvre d’utilité publique et charitable. Par extension, la notion désigne le bien consacré. Le bien offert en usufruit devient alors inaliénable. Ce principe et ce type de propriété communautaire renvoient d’une part, à l’héritage ottoman dans la région ; d’autre part, à la reconnaissance, en Thrace grecque, du droit islamique, dans certains secteurs concernant la minorité musulmane. Tsitselikis, 2006, The Shariatic Courts of Greek Thrace and the “Principle of Reciprocity” Regarding Minorities in Turkey and Greece; Giannis Ktistakis, 2006, Ιερός νόμος του Ισλάμ και μουσουλμάνοι Έλληνες πολίτες μεταξύ κοινοτισμού και φιλελευθερισμού, Athènes : Sakkoula.

68 Brochure officielle du dergâh d’Ali Seyyid Sultan, p. 2-4.

69 Visite du tekke en mai 2011. Également Panagiotis Karakatsanis, 1992-1994, « Το μουσουλμανικό μοναστήρι της Ρούσσας », Θρακική επετηρίδα 9, p. 423-441.

70 Entretiens en mai 2011 au village de Roussa.

71 Παρατηρητής της Θράκης, 17 août 2004. Χρόνος, 7 mai 2009, 7 mai 2010.

72 Entre autres, Χρόνος, 1er août 2009, 7 mai 2011. Αντιφωνητής, 15 juillet 2011.

73 «Εδερλέζι στις Θερμές», Χρόνος, 7 mai 2010 ; Χρόνος, 7 mai 2011 ; Το Βήμα, 23 janvier 2011.

74 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

75 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

76 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

77 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

78 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

79 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

80 Katerina Marcou, 2002, « Les Pomaques de Thrace grecque et leurs choix langagiers », Études balkaniques 9, p. 41-51.

81 Neuberger, 2004, The Orient Within; Stoan Rajcevski, 2004, The Mohammedan Bulgarians (Pomaks), Sofia: National Museum of Bulgarian Books and Polygraphy; Klaus Steinke, Christian Voss (eds.), 2007, The Pomaks in Greece and in Bulgaria, A Model Case for Borderland Minorities in the Balkans.

82 Alexandre Popović, Gilles Grivaud (dir.), 2011, les Conversions à l’islam en Asie mineure et dans les Balkans aux époques seldjoukide et ottomane : bibliographie raisonnée (1800-2000), Athènes : École française d’Athènes ; Tijana Krstic, 2011, Contested Conversions to Islam, Narratives of Religious Changes in the Early Modern Ottoman Empire, Stanford: Stanford University Press; Mercedes Garcia‑Arenal (dir.), 2002, Conversions islamiques : identités religieuses en islam méditerranéen, Paris : Maisonneuve et Larose.

83 Tsibiridou, les Pomaks…, chapitre 1, p. 29-79.

84 Xanthippi Kotzageorgi‑Zymari (ed.), 2002, Η Βουλγαρική κατοχή στην Ανατολική Μακεδονία και Θράκη 1941-1944, Athènes : Paratiritis ; Kōstópoulos, 2009, Tο Μακεδονικό της Θράκης.

85 Notamment : Archives de l’État grec, archives I. Metaxás, dossier 36, du 5 mai 1936 au 3 décembre 1938 ; Kōstópoulos, 2000, Η απαγορευμένη γλώσσα: Κρατική καταστολή των σλαβικών διαλέκτων στην Ελληνική Μακεδονία, Athènes : Mavri Lista ; Kōstópoulos, 2009, Tο Μακεδονικό...

86 Entretiens à Xanthi et Komotini, juillet 2009, mai 2010.

87 Markou, 2002, « Les Pomaques de Thrace grecque et leurs choix langagiers », p. 41-45.

88 Entretiens à Xanthi et Komotini, juillet 2009, mai 2010. Olga Dimitriou, 2004, “Prioritizing ‘Ethnicities’: The Uncertainty of Pomakness in the Urban Greek Rhodope”, Ethnic and Racial Studies 27-1, pp. 104-105; Tsitselikis, “Muslims in Greece” in Potz R., Wieshaider W., 2004, Islam and the European Union, Louvain: Peeters, pp. 79-85.

89 Voir le journal gréco-pomaque Zagalisa.

90 Sevasti Troumbeta, 2001, Κατασκευάζοντας ταυτότητες για τους Μουσουλμάνους της Θράκης ; Tsibiridou, 2000, les Pomaks.

91 Trumbeta, 2013, Physical Anthropology: Race and Eugenics 1880s-1970s, Leiden-Boston: Brill.

92 « Agriens », 1774, le Grand vocabulaire françois, Paris, p. 486 ; Νikolaos Xyrotiris, 1996, «Αγριανές και Πομάκοι. Θράκες ή Σλάβοι ;», Actes du 2e colloque de laographie de l’espace nord-helladique, Komotini, 19-22 mars 1995, Salonique : IMXA, p. 333-356 ; Τakis Akritas, 1968, Θράκη. Αρχαία και σύγχρονη ζωή, Athènes, p. 79 ; 1995, «Πως το Κράτος των Αθηνών εκτουρκίζει τους Έλληνες Πομάκους», Οικονομικός Ταχύδρομος 2161-2169, p. 107-109.

93 Neuberger, 2004, The Orient Within; Evangelos Karagiannis, “An Introduction to the Pomak Issue in Bulgaria”, traduction anglaise de „Eine Einführung in die pomakische Frage“, in Karagiannis, 1997, Zur Ethnizität der Pomaken Bulgariens, Münster: LIT, p. 34-52; Steinke, Voss, 2007, The Pomaks of Greece and Bulgaria: A Model Case for Borderland Minorities in the Balkans; Lory, 1987, « Une communauté musulmane oubliée : les Pomaks de Lovec », Turcica 19, p. 95-117 ; Lory, 1985, le Sort de lhéritage ottoman en Bulgarie : lexemple des villes bulgares 1870-1900 ; Tsevtana Georgieva, 2001, “Pomaks : Muslim Bulgarians”, Islam and Christian-Muslim Relations 12-3, pp. 303-316; Nadège Ragaru, 2010, « Faire taire l’altérité : politique de la langue et mobilisations linguistiques au temps de l’assimilation forcée des Turcs de Bulgarie 1984-1989 », Cultures et conflits 79-80, p. 73-96.

94 Kristen Ghodsee, 2009, Muslims Lives in Eastern Europe. Gender: Ethnicity and the Transformation of Islam in Post-Socialist Bulgaria, Princeton: Princeton University Press, pp. 37-38. Également, le site des Jeunes turcs de Thrace occidentale :
http://gencbatitrakyaturkleri.tr.gg/Pomaklar-Oz-ve-Oz-Turktur--k1-English-k2-.htm [consulté le 14 mars 2016].

95 Entretiens, mai 2011.

96 Sebahadin Karahodja, 2006, Η καθημερινή γλώσσα των Πομάκων, Xanthi : Spanidis. Voir les activités du Centre d’études pomaques (créé en 1997 à Komotini), de l’Association panhellénique des Pomaques (établie en 2009 à Komotini), de l’Association culturelle des Pomaques de la préfecture de Xanthi. Ces instances sont notamment financées par un homme d’affaire grec, Prodromos Emfietzoglu. Ces associations éditent le périodique Zagalisa, publication militante hellénophone et hellénophile visant la promotion d’une identité pomaque.

97 Χρόνος, 30 septembre 2010. Une interview du musulman Imam Ahmet, directeur du journal pomaco-hellénisant Zagalisa, semble avoir précipité le conflit. Entretiens juillet 2010, mai 2011.

98 Entretiens juillet 2010, mai 2011.

99 Zagalisa, 11 février 2011.

100 Entretiens juillet 2010, mai 2011. Également : Troumbeta, 2001, Κατασκευάζοντας…, p. 77-158 ; Iannis Frangopoulos, 1994, « La minorité musulmane et les Pomaques de la Thrace : entre islam et ethnisme », CEMOTI 17, p. 152-166.

101 Entre autres : Conseil de l’Europe, Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Strasbourg, 5 novembre 1992 : http://conventions.coe.int/treaty/fr/
Treaties/Html/148.htm
[consulté le 14 mars 2016].

102 Clayer, Bougarel, 2013, les Musulmans…, p. 215-267.

103 Entretiens, juillet 2010, mai 2011.

104 Pour les mobilisations alévies en Turquie et Allemagne, Élise Massicard, 2012, The Alevis in Turkey and Europe : Identity and Managing Territorial Diversity, Oxford: Routledge, 2012.

105 «Διήμερο γλέντι για το Εντερλέζι», Χρόνος, 7 mai 2010, 5 et 10 mai 2011, 5 mai 2012, 2 mai 2013 ; «Παράδοση εφτά αιώνων το πανηγύρι στα Χίλια», Χρόνος, 3 août 2011 ; Olivier Givre, 2006, Un rituel « balkanique » ou un rituel dans les Balkans ? Approche anthropologique du kourban en Bulgarie et en Grèce du Nord, thèse de doctorat en sociologie-anthropologie, Université de Lyon ii, soutenue le 13 novembre 2006 ; Entretien avec la musicologue et folkloriste Miranda Terzopoulou, 2012, « Dans la tradition, l’ordre et la subversion alternent », Εποχή, 12 avril 2012.

106 Büyük Dervent en turc, Goljam Dervent en bulgare.

107 Portrait laudatif de l’institutrice dans le quotidien national Πρώτο Θέμα, le 17 février. «Χαρά Νικοπούλου, μια ηρωϊκή δασκάλα», Ο κόσμος γύρω μας 2008.

108 Le village, situé à 5 km de la frontière bulgare, s’inscrit dans une commune plus large d’environ 2 100 habitants (2011) incluant en outre les villages de Roussa, Ieriko, Goniko, Mega Dereio, Petrolofos, Sidirochori.

109 «Πομακοχωριά Ν. Έβρου. Μεγάλο Δέρειο», Zagalisa, en ligne 2011 ; Zegginis, 1988, O Μπεκτασισμός…, p. 179 ; Ιος της Κυριακής, Eλευθεροτυπία, 10 juin 2010.

110 Selon l’universitaire bulgare Lyubomir Miletich, 1918, The Destruction of the Thracian Bulgarian in 1913, Bulgarian Academia of Science, pp. 290-302.

111 Ελευθεροτυπία, 20 juin 2010. Le maire de Megalo Dereio, Vaggelis Poulilios ne soutient pas l’action de cette enseignante. Παρατηρητής της Θράκης, 24 octobre 2008. «Οι βουλευτές του ΠΑΣΟΚ Χατζιοσμάν και Μανδατζη στηρήζουν την ελευθερία στο Μειονοτικό Τύπο», Παρατηρητής της Θράκης, 2 mars 2011.

112 Question déposée par le député Ahmet Haciosman, au Parlement le 9 novembre 2007. «Την απομάκρηση της Χαράς Νικοπούλου», Παρατηρητής της Θράκης, 24 octobre 2008.

113 Χρόνος, 8 février 2008. L’agresseur a été condamné à 10 mois de prison le 11 février 2008. Entretien de l’institutrice dans l’émission Αθέατος κόσμος, sur la chaîne Alter, 1er, 8 et 15 juin 2010. Ελεύθερος Κόσμος, 17 février 2008. «Την Χαρά Νικοπούλου θα τιμήσει ο Αντιφωνητής», Παρατηρητής της Θράκης, 17 janvier 2011. «Η βράβευση της δασκάλας Χαράς Νικοπούλου και τα αποσταλέντα από την Ακαδημία μηνύματα περί ‘εθνοπρέπειας’», Παρατηρητής της Θράκης, 4 janvier 2011.

114 Χρόνος, 26 mars 2010. Ελευθεροτυπία, 20 juin 2010. Discours de Chara Nikopoulou à la préfecture de Salonique, 14 avril 2010, http://www.greekalert.com/2010/04/t.html [consulté le 14 mars 2016].

115 «Τι είναι η Πατρίδα μας (Qu’est-ce que notre Patrie ?)», Discours de Chara Nikopoulou à l’occasion du prix que lui a décerné la préfecture de Salonique pour l’importance de son travail « éducatif et national », 10 avril 2010,
https://www.youtube.com/watch?v=VfAGAr49Tw4 [consulté le 14 mars 2016].

116 Interview de Chara Nikopoulou dans l’émission Αθέατος κόσμος sur la chaîne de télévision grecque Alter, 1er juin 2010.

117 «Τi είναι η Πατρίδα μας», discours de Chara Nikopoulou, 10 avril 2010.

118 Entre autres, Πρώτο θέμα, 17 février 2008, Χρόνος, 18 février 2008. Voir les vidéos de la cérémonie du 25 mars 2008, 2009, 2010 à Megalo Dereio. Articles correspondants sur les sites nationalistes Ελληνικές γραμμές, antibaro.gr, greekalert.com. Entretiens dans Αθέατος κόσμος, sur la chaîne Alter, 1er, 8 et 15 juin 2010.

119 «Η Θαλεια Δραγώνα απειλεί να διώξει την ηρωική», www.thermopilai.org, 29 mars 2010.

120 Πρώτο θέμα, 17 février 2008. Zagalisa, 15 février 2011.

121 Entretien de Chara Nikopoulou dans l’émission Τοπικά-Μετωπικά sur TV Salonique, le 12 février 2008.

122 Entretien de Chara Nikopoulou dans l’émission Τοπικά-Μετωπικά sur TV Salonique, le 12 février 2008.

123 Entretiens à Komotini, Xanthi, Roussa, Mikro Dereio, mai 2011. Voir les journaux locaux turcophones Millet (Χanthi), Gündem, Birlik (Komotini). Également : « Büyük Derbent huzursuzluk devam ediyor », Azınlınkça, 6 janvier 2008 ; « Hara Nikopoulou ile ilgili hepimizin düşunmesi gereken dersler », Azınlınkça, 29 juin 2010.

124 «Χαρά Νικοπούλου στο στοχαστρό των Τουρκοφρόνων της Θράκης», https://ellas2.wordpress.com/, 6 janvier 2010.

125 «Χαρά Νικοπούλου στο στοχαστρό των Τουρκοφρόνων της Θράκης», https://ellas2.wordpress.com/, 6 janvier 2010. Émission Αθέατος κόσμος sur la chaîne de télévision grecque Alter, 1er juin 2010.

126 Éloges décernées par l’Académie d’Athènes, la préfecture de Salonique, des journaux généralistes comme Πρώτο Θέμα. Dans la presse locale de Thrace, les journaux tels Χρόνος (Chronos), Ελεύθερη Θράκη (Alexandroupolis).

127 Zagalisa, 3 septembre 2009, 10 août 2009.

128 Millet, 16 décembre 2010.

129 Entretiens, juillet 2010, mai 2011.

130 «Δυο πολιτικές για την Μειονότητα», Ελευθεροτυπία, 20 juin 2010.

131 Rapport du Conseil consultatif de Thrace du 27 juillet 1964, cité par Kōstópoulos, l’un des rares chercheurs à avoir eu accès à ce matériel sensible, Ιος της Κυριακής, Ελευθεροτυπία, 20 juin 2006.

132 Πρώτο θέμα, 24 février 2008. Émissions Αθέατος κόσμος sur la chaîne Alter, 1er, 8 et 15 juin 2010. Αντιφωνητής, 16 juin 2010. Eλευθεροτυπία, 10 juin 2010, http://www.azinlikca.net/, 10 janvier 2010. www.bttadk.org, 16 juillet 2010. Χρόνος, 15 juillet 2010. Eλευθεροτυπία, 10 juin 2010. Μilliyet, 28 février 2008, 6 mars 2008, 25 mai 2009, 18 mars 2010, 13 mai 2010, 9 décembre 2010. Gündem, 14 mars 2008, 7 mai 2010.

133 Thalia Dragona, Anna Frangoudaki (eds.), 2008, Πρόθεση όχι αφαίρεση, πολλαπλασιασμός όχι διαίρεση. Η μεταρρυθμική παρέμβαση στην εκπαίδευση της μειονότητας της Θράκης ; Nelli Askouni, 2006, Η εκπαίδευση της μειονότητας της Θράκης ; Mavrommatis, 2005, Τα παιδιά της Καλκάντζας: Φτώχεια, εκπαίδευση και κοινωνικός αποκλεισμός σε μια κοινότητα μουσουλμάνων της Θράκης, Athènes : Metaichmio ; Mavrommatis, 2003, “Constructing Identities for the Thracian Muslim Youth : the Role of Education”, p. 113-123.

134 Το Σύνταγμα της Ελληνικής Δημοκρατίας του 9 Ιουνίου 1975, Parlement grec, Service des études, 1992, article 16.

135 Ελευθεροτυπία, 29 décembre 2010, 5 janvier 2011. To Βήμα, 31 décembre 2010.

136 Discours du métropolite de Kalavryta et Aigieleias, 18 avril 2010, site du métropolite de Kalavryta, http://www.im-ka.gr/.

137 Voir les sites http://www.antibaro.gr/, http://greekalert.gr/, http://www.antinews.gr/, ellpalmos.blogspot. Χρόνος, 27 mars 2008, 5 juin 2010, 13 janvier 2011.

138 Tsitselikis, Old and New…, p. 97-117.

139 Ελευθεροτυπία, 10 novembre 2009.

140 Thalia Dragona, Anna Frangoudaki (eds.), 1997, Τι΄ ναι η Πατρίδα μας, Athènes : Alexandria.

141 Dragona, Frangoudaki (eds.), 2008, Πρόσθεση…, site du ministère de l’Éducation nationale, http://museduc.gr/el/κεσπεμ (lien devenu inaccessible aujoud'hui).

142 Voir la thèse non publiée de Vemund Aarbakke, 2000, The Muslim Minority of Thrace, Université de Bergen, qui exploite principalement la presse turcophone locale.

143 Nelli Askouni, 2007, H εκπαίδευση της μειονότητας στη Θράκης ; Lambros Baltsiotis, Konstantinos Tsitselikis (ed.), 2001, H μειονοτική εκπαίδευση της Θράκης. Συλλογή νομοθεσίας-Σχόλια, Athènes : Sakkoula.

144 Voir le site du KESPEM «Πρόγραμμα Εκπαίδευσης Μουσουλμανοπαίδων» ; Baltsiotis, Tsitselikis (ed.), 2001, H μειονοτική...

145 http://museduc.gr/el/κεσπεμ (lien devenu inaccessible aujourd'hui).

146 Ici, le terme Orientaliste désigne un spécialiste de langues, cultures et civilisations dites « orientales ». Voir ici les travaux très intéressants développés dans l’ouvrage posthume de l’archéologue et historien britannique Frederick Hasluck, 1929, Christianity and Islam under the Sultans ; Gilles Veinstein (dir.), 2005, Syncrétismes et hérésies dans l’Orient seldjoukide et ottoman (xive-xviiie siècles).

147 Michalis Kokolakis, 2008, «Έλληνες εθνικιστές και Τούρκοι Αλεβήδες», Δελτίο Κέντρου Μικρασιαστικών Σπουδών 15, p. 373-435.

148 Kokolakis, 2008, «Έλληνες εθνικιστές και Τούρκοι Αλεβήδες», p. 376.

149 Konstantinos Lameras, 1918, Το Mικρασιατικό πρόβλημα, Athènes : Perakos ; Lameras, 1921, Η περί Μικράς Ασίας και των εν αυτή χρυπτοχριστιανών, conférence donnée à Athènes, Athènes : Kallergis.

150 Georges Skalieris, 1922, Λαοί και φυλαί της Μικράς Ασίας, Athènes : Typos.

151 Les travaux de Hasluck développent la problématique des influences ou des survivances chrétiennes au sein de l’islam. Pour cet auteur, les proximités entre l’islam des derviches et d’autre part le christianisme reflèteraient un processus socio-culturel de long terme, le passage graduel du christianisme à l’islam dans certaines régions ottomanes.

152 Discours du 3 février 1920 d’Eleftherios Vénizélos. Nikos Petsalis‑Diomidis, 1978, Greece at the Peace Conference (1919), Salonique : Institut d’études balkaniques, p. 348-349.

153 Zegginis, 1988, Ο Μπεκτασισμός...

154 Miranda Terzopoulou, 2009, communication “The Evolution of a Bektashi Panayir in Greek Thrace/Kimlik”, Conférence internationale consacrée à Haci Bektash Veli, Ankara, 19-21 octobre.

155 «Οι Αλεβίτες, οι άγνωστοι συγγενείς μας», Ελευθεροτυπία, 23 janvier 2011.

156 Zegginis, 1988, O Μπεκτασισμός..., p. 44-50 et chapitre 7.

157 Zegginis, 1988. L’auteur qualifie les bektachis de «μουσουλμανοφανείς», de personnes « d’apparence musulmane », p. 247 ; Manolis Varvounis, 1993, “A Contribution to the Study of Influences of Christian upon Moslem Customs in Popular Worship”, Journal of Oriental and African Studies 5, pp. 75-89; Varvounis, 1995, “Christian Orthodox and Muslim Popular Religious Customs : a Study of Influences and Practices”, Γρηγόριος ο Παλαμάς 78, pp. 805-814; Varvounis, 1997-1998, “Christian and Islamic Parallel Cultural Traditions in the Popular Culture of the Balkan People”, Journal of Oriental and African Studies 9, pp. 53-74. Manos Stefanidis, 2000, Τα τέμενη της Θράκης: Εισαγωγή στη αισθητική του ισλάμ, Athènes : Miltos, p. 37.

158 La notion de « région intermédiaire » est un concept clé dans la vision géopolitique de Dimitris Kitsikis.

159 Kitsikis, 2006, Η σημασία του Mπεκτασισμού-Aλεβισμού για τον Eλληνισμό, Athènes : Ekati, p. 9, 20, 35.

160 Thierry Zarcone, 2009, le Soufisme : voie mystique de l’islam.

161 Panayotis Karakatsanis, 1992-1994, «Το μουσουλμανικό μοναστήρι της Ρούσσας», θρακική επετηρίδα 9, p. 423-441.

162 Zegginis, 1988, O Μπεκτασισμός..., p. 248.

163 Le bogomilisme fut condamné par l’Église catholique romaine, les empereurs byzantins et des princes serbes. Dmitri Obolensky, 1948, The Bogomils, Cambridge: Cambridge University Press; Richard Crampton, 1997, A Concise History of Bulgaria, Cambridge: Cambridge University Press; Nina Garsoian, 1967, The Paulician Heresy, La Haye: Mouton; Joseph Hoffman, 1983, “The Paulician Heresy: A Reappraisal”, Patristic and Byzantine Review 2-2, pp. 251-263.

164 « Nouveau drame de l’immigration en Grèce », Le Monde, 15 novembre 2013.

165 En Turquie, entre 15 % et 20 % de la population totale serait alévie au début du xxie siècle. Pour une étude des mouvements identitaires alévistes en Turquie et dans la diaspora européenne, au tournant des xxe et xxie siècles : Massicard, 2005, l’Autre Turquie : le mouvement aléviste et ses territoires ; Markus Dressler, 2011, “Making Religion through Religious Secularist Discourse : The Case of Turkish Alevism”, in Markus Dressler, Arvind Mandair (eds.), Secularism and Religion Making, Oxford: Oxford University Press, pp. 188-208.

166 À partir du début 2008, l’enseignante multiplie les entretiens, déclarations et discours dans les médias. Nikopoulou participe activement à la fondation, en 2012, du centre culturel Κιβωτός της Δόμνας Βιζβήζη (l’Arche de Domna Bizvizi), institution se proposant « d’étudier et de promouvoir l’esprit helléno-orthodoxe, l’approche universitaire du penser grec, des valeurs diachroniques et et oecuméniques de l’Hellénisme et de l’Orthodoxie », Ανάπτυξη της Θράκης, 16 novembre 2013.

167 To Βήμα, 3 janvier 2010. Plusieurs cadres du parti d’extrême droite LAOS assistent aux cérémonies du 25 mars 2010 à Megalo Dereio.

168 La brochure présentant le tekke de Roussa inscrit clairement le lieu sacré dans la culture turque, valorisant, par ailleurs, l’héritage kémaliste. Χρόνος, 28 juin 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Dépret, « Islam hétérodoxe et christianisme en Grèce », Cahiers balkaniques [En ligne], 43 | 2015, mis en ligne le 26 juillet 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ceb.revues.org/8887 ; DOI : 10.4000/ceb.8887

Haut de page

Auteur

Isabelle Dépret

CIERL, Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page